En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Anniversaire de France/Allemagne1982

Karlheinz Förster : « J'ai corrigé l'erreur de Schumacher »

Il avait beau avoir une gueule de poupon, Karlheinz Förster était dur sur l'homme. Celui que Bernard Tapie est allé chercher à Stuttgart pour renforcer son OM fut l'un des protagonistes de cette fameuse « Nuit de Séville » . Il s'est même retrouvé comme garde du corps du meilleur joueur français de l'époque, Michel Platini. C'est peu dire que Förster était un sacré client.

Modififié
Quels souvenirs avez-vous de cette rencontre?
Ce match fait partie de ce que l'on appelle « les plus belles rencontres du XXe siècle » . Un match d'une grande intensité, avec une prolongation, des tirs au but… Je me rappelle que nous avons joué différemment par rapport aux matchs précédents. Mon frère Bernd prenait Dominique Rocheteau au marquage, et moi, je devais me mettre sur la droite, pour prendre Didier Six. C'est le coach Jupp Derwall qui en avait décidé ainsi, parce qu'il trouvait que Six était le plus fort attaquant côté français.

Vous n'étiez donc plus central?
Effectivement. Une absurdité, selon moi, mais vous savez, les entraîneurs pensent parfois de manière extrêmement compliquée… En seconde mi-temps, par exemple, Jupp Derwall a encore changé de stratégie : je me suis retrouvé en 6, je devais m'occuper de Michel Platini. En fait, durant ce match, j'ai pas du tout joué à mon poste. C'était difficile, surtout que la France avait une super équipe à l'époque. Il y avait Platini, bien sûr, mais aussi Giresse et Tigana, des mecs que j'ai connus par la suite à Marseille

Le carré magique, quoi ! (premier du nom, avec Bernard Genghini, ndlr)
Exactement. Pour moi, cette équipe était plus forte que celle de 1984, celle qui a remporté l'Euro.

Et sur le terrain, c'était comment?
Je me rappelle une partie disputée sous une chaleur étouffante à Séville. Si je me rappelle bien, nous avons ouvert la marque par Littbarski, puis 1-1 par Platini, je crois… C'est ça?

Exact. Sur pénalty.
Puis il y a eu la prolongation, et nous avons pris les deux buts de Trésor et Giresse. Nous perdions alors 3-1.

Il reste alors un peu plus de vingt minutes de jeu en prolongation, c'est une demi-finale de Coupe du monde, il fait horriblement chaud. Qu'est-ce que vous vous dites entre coéquipiers, qu'est-ce que vous dit l'entraîneur ?
Déjà, il faut savoir que l'entraîneur n'était pas si « important » . Sur le terrain, les joueurs prenaient beaucoup plus de responsabilités qu'aujourd'hui. De même, les joueurs se parlaient beaucoup plus sur le terrain et opéraient des petites ou grandes modifications sans consulter l'entraîneur à chaque fois. À 3-1, le match est perdu, normalement. Seulement, l'équipe ne voulait pas abandonner. On se disait que si on réduisait la marque, cela pourrait être notre chance. Elle était là, la motivation. Et c'est ce qui s'est passé. Rummenigge venait d'entrer, lui qui était blessé durant tout le tournoi, et il a mis le but du 3-2, avant que Klaus Fischer n'égalise. Bon, après, il y a eu les tirs au but, c'est toujours un truc où il y a un peu de chance, mais le plus important, c'est que nous seuls, les joueurs, avions décidé de ne pas abandonner. Nous ne voulions absolument pas perdre. L'entraîneur n'a rien fait de spécial pour nous motiver, il a juste fait l'équipe, avec une formation qui n'était pas la bonne en première mi-temps (rires) ! Bon, après, malheureusement, on l'a payé en finale. Cette prolongation nous avait achevés.

Mais qui était le leader de cette équipe, quel est le joueur qui a dit: « Allez, les gars, il faut y croire » ?
À vrai dire, personne en particulier. Car il n'y avait que des mecs qui étaient déjà des leaders dans leur club. Schumacher, Uli Stielike au Real Madrid, Hans-Peter Briegel, mon frère et moi, Manfred Kaltz à Hambourg, Paul Breitner, Rummenigge, Hrubesch… Tous, tous se sentaient concernés, aucun d'entre eux ne voulait lâcher l'affaire. Bien sûr, après, il faut un peu de chance, mais la chance, ça se provoque.

En fait, quand vous vous gueuliez dessus, vous vous compreniez tous, ce n'était pas comme si l'un donnait des ordres aux autres, vu que vous étiez entre leaders…
C'est ça. Quelque part, ça n'a plus trop rien à voir avec le football moderne, où tout est harmonisé. De plus, il y a tellement plus d'égoïsme aujourd'hui… Je ne dis pas qu'on ne l'était pas à l'époque, mais au moins, on voulait vraiment gagner. Et c'est ce qui s'est passé contre la France. Bon, après, on est tombés face à l'Italie, c'était difficile pour nous. D'autant plus qu'on est montés à Madrid après la rencontre, nous ne sommes arrivés qu'à cinq heures du matin, nous étions morts. Nous n'avons eu que deux jours de récupération, l'Italie avait un gros avantage sur nous. Heureusement, ce n'est plus comme ça aujourd'hui, c'est mieux géré. Parce que c'était injuste pour nous, mais ça aurait pu aussi l'être pour la France.

Suite à l'agression de Harald Schumacher sur Patrick Battiston, un sentiment anti-allemand s'est à nouveau développé en France, près de quarante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Est-ce que, quelque part, vous pouvez comprendre ce sentiment ?
Oui, je le peux. Il faut être honnête : cette action aurait dû être sanctionnée par un pénalty ainsi qu'un carton rouge pour Schumacher. C'est du moins mon sentiment, je n'étais pas très loin de l'action, j'ai vu comment ça s'est passé. Toutefois, je n'irai pas jusqu'à dire que Schumacher l'a fait totalement exprès. Il y a faute, c'est clair, mais l'arbitre en a décidé autrement. Schumacher aurait sûrement dû voir rouge.

Vous voulez dire que Schumacher a réagi dans l'urgence, que ça s'est mal passé, et que l'arbitre s'est trompé ?
Exactement. L'intervention de Schumacher est malheureuse, et je pense que l'arbitre aurait dû avoir un autre jugement.

Et vous vous êtes rendu compte de ça sur le moment ou bien après la rencontre ?
Je m'en suis véritablement rendu compte quand j'ai revu les images à la télévision. Durant le match, quand on est concentré sur l'adversaire et qu'une telle chose se produit, on ne le remarque pas de suite.

Quatre ans après ce match, vous débarquez à l'Olympique de Marseille. Est-ce que ça a été un peu difficile pour vous au début, compte tenu de cette histoire (entre autres) ?
Absolument pas. J'ai eu quelques problèmes au début, mais c'était parce que j'étais blessé. J'ai fait quelques matchs et je me suis retrouvé sur le flanc durant trois-quatre mois. Ceci étant, je n'ai jamais eu aucun problème à Marseille. Peut-être était-ce dû à ma façon d'être, j'étais gentil, poli, toujours prêt à donner le meilleur de moi-même, et ça plaisait aux gens. Je trouvais ça juste que les gens me jugent par rapport à mes performances et non pour ce que j'étais.

Pourquoi avez-vous choisi la France ?
En fait, ça s'est fait très vite. Deux jours avant que je ne parte pour le Mondial 86 au Mexique, j'ai rencontré Bernard Tapie par l'intermédiaire d'un agent, et il est venu à Stuttgart. Il me voulait. Le problème, c'est qu'il me restait trois ans de contrat. J'ai alors appelé mon président pour lui dire que je voulais partir. Cela faisait onze ans que j'étais à Stuttgart. Je me plaisais là-bas, j'adorais jouer pour le VfB, mais j'estimais qu'il était temps que je fasse un pas en avant. J'ai donc rejoint Marseille pour 3,5 millions de Deutsche Mark, et je peux vous dire que je ne le regrette pas (rires).

Vous connaissiez le pays, auparavant ?
Non, pas vraiment. Comme je vous ai dit, ça s'est fait très vite. Bernard Tapie est arrivé à la tête de l'OM et cherchait des joueurs. Hidalgo lui avait dit que « Förster était le meilleur à son poste » , mais qu'il ne m'aurait jamais. Alors Tapie lui a répondu : « On va bien voir. » Et je me suis retrouvé là-bas. Mais je ne connaissais pas du tout, j'avais joué quelques matchs amicaux avec Stuttgart contre Strasbourg, mais c'est tout. Je ne savais pas vraiment où j'allais atterrir.

Quatre ans après, l'huile d'olive, le poisson, tout ça était devenu normal pour vous…
Oui (rires).

Vous revenez souvent en France ?
Oui, j'ai une maison du côté de Narbonne. J'y suis en ce moment, pour les vacances. C'est un peu loin de Marseille, c'est vrai. Je m'y rends trois-quatre fois par an. Il m'arrive souvent de me rappeler les quatre années que j'ai passées à l'OM, c'était formidable. Je me souviens, lors de certains matchs à l'extérieur, les gens m'applaudissaient quand je faisais une jolie intervention. Et ce n'étaient pas forcément nos fans! Je n'avais jamais vécu ça en Allemagne. J'étais étonnamment surpris.

En fait, en quatre ans, vous avez plus travaillé pour l'amitié franco-allemande qu'un couple Kohl-Mitterrand ou Merkel-Sarkozy…
Oui, c'est ça (rires). Bon, je ne veux pas me rendre plus important que ça, mais je pense que ce que j'ai fait en France a beaucoup contribué à rendre une image positive à l'Allemagne. J'en suis convaincu. On peut toucher beaucoup de gens par le biais du foot. Je pense que j'ai bien représenté l'Allemagne.

En fait, vous avez passé quatre ans à corriger l'erreur terrible commise par Schumacher. Vous avez réhabilité l'image du football allemand chez nous.
C'est exactement ça. Et je suis content de voir que les gens ne m'ont pas oublié. Quand je vais à Marseille aujourd'hui, les gens viennent me voir et me remercient d'avoir joué chez eux et de leur avoir fait plaisir.

En fait, vous êtes quelqu'un de bien, même si on vous surnommait « Der Treter mit dem Engelgesicht » (ce qui se traduirait approximativement par : « La gueule d'ange qui donne des coups de pied » , ndlr). Vous jouiez dur, mais vous étiez correct.
Oui (rires). Un journaliste avait écrit ça à l'époque, ça ne me plaisait pas trop, parce que je ne savais pas comment il fallait que je le prenne. Moi, je me suis toujours battu pour mon équipe. Et j'ai joué dur, certes, mais jamais pour faire mal. C'est, à mon avis, ce qu'il a manqué à notre équipe nationale cet été à l'Euro. Nous sommes devenus trop gentils, trop braves en défense ou au milieu de terrain. C'est pour cela que ça fait six ans que nous perdons soit en demies, soit en finale, parce que l'adversaire nous est aujourd'hui supérieur, là où nous autres, autrefois, nous étions supérieurs. Il nous manque aussi une certaine dureté qui est cruciale dans ce genre de rencontres, et ça s'est vu contre l'Espagne et contre l'Italie.

Vous faites quoi aujourd'hui ?
Je suis agent de joueurs, je travaille avec Jürgen Milewski (passé par Saint-Étienne en 85-86, ndlr) et Jens Jeremies. Je m'occupe des intérêts de joueurs comme Sebastian Rudy, Martin Harnik, Aaron Hunt ou encore Daniel Didavi qui s'est malheureusement blessé.

Vous n'avez jamais imaginé devenir entraîneur ?
Non, ce n'est pas pour moi. Après quinze ans de carrière en tant que joueur, je ne me voyais pas devoir m'occuper de tout et avoir une vie de famille en même temps. Imaginez, je vais dans un club, je bouge de chez moi, je me fais licencier, je repars, on me contacte, je m'en vais à nouveau… Non, ce n'est définitivement pas pour moi. Par contre, si vous me disiez de remettre les crampons et de jouer pendant quinze ans à nouveau, je dirais oui sans aucune hésitation.

Propos recueillis par Ali Farhat
Twitter: @derpariser

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 22 septembre EXCLU : 120€ offerts au lieu de 100€ pour miser chez France-Pari ! il y a 44 minutes La fédé espagnole bloque un match à cause d'un maillot catalan 1 il y a 1 heure Un petit garçon de 5 ans meurt sur un terrain 1
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:40 Le fou sosie de Marek Hamšík 3
samedi 23 septembre Wayne Shaw suspendu deux mois pour avoir mangé une tarte 5 samedi 23 septembre Le jeune fils de Donald Trump rejoint DC United 11 samedi 23 septembre Ronaldinho sait toujours y faire 3 samedi 23 septembre Quand les Ultramarines enflamment Bordeaux 1 samedi 23 septembre Le récap de la #SOFOOTLIGUE 2 vendredi 22 septembre Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 8 vendredi 22 septembre Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 33 vendredi 22 septembre Le but fou d'Enzo Pérez 13 vendredi 22 septembre Le magnifique loupé en D1 roumaine 2 jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 102 jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon 2 jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 24 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 17 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21
À lire ensuite
Salomon Kado