En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Monaco-Tottenham

Kane, présent et futur

Décisif depuis son retour de blessure, Harry Kane confirme cette saison qu’il est bien l’un des piliers de Tottenham. En discussion pour une prolongation de contrat et courtisé par Manchester United, l’attaquant souhaite continuer à briller avec les Spurs. Si ces derniers lui rendent la pareille.

Modififié
Jusqu’à cette 88e minute, il n’avait jamais paru en mesure d’être décisif face à un West Ham enfin au niveau. Un seul tir, hors cadre et, au quart d’heure de jeu, une trentaine de ballons touchés, et puis c’est tout. Oui mais voilà : Harry Kane fait partie de cette race d’attaquants qui ne renoncent jamais. Le genre d’attaquants qui, même dans la plus grande des douleurs, s’accrochent à l’espoir du tremblement de filets. Alors, celui qui était associé à Vincent Janssen est sorti de sa boîte pour devenir le héros du match, avec l'aide du pote Heung-min Son.

En trois minutes top chrono, juste avant que la partie ne se clôture par trois coups de sifflet et une défaite qui semblait promise à Tottenham. En renard des surfaces d’abord, poussant le ballon au fond des cages de Darren Randolph. Se trouver au bon endroit au bon moment, c’est un art. Puis en transformant un penalty sans trembler, en patron, comme lors de la dernière journée face à Arsenal. Résultats : le doublé de Kane a sauvé son équipe. Mieux : il donne trois points aux Spurs dans une rencontre qu’ils n’ont jamais maîtrisée et qui leur permet de rester au contact avec les meilleurs (cinquième avec vingt-quatre points, quatre unités derrière le leader Chelsea).

Vidéo

Un but toutes les 116 minutes


Harry Kane est donc de retour. Encore et toujours. Malgré les pépins physiques. Malgré les critiques. Victime d’une blessure à la malléole qui l’a éloigné des terrains près de cinquante jours, lui faisant rater douze rencontres toutes compétitions confondues, l’avant-centre a frappé trois fois en deux rencontres depuis qu’il est remis sur pied. Un renfort de poids qu’attendait grandement Tottenham, puisque les Spurs commençaient à tirer la langue sans leur joueur vedette (trois matchs nuls d’affilée avant Arsenal contre West Bromwich Albion, Bournemouth et Leicester, une élimination en League Cup, un nul et une défaite en Ligue des champions). Une satisfaction pour Mauricio Pochettino, déçu du rendement de Janssen à la pointe de son attaque.


Et surtout une preuve de plus que l’Anglais est une arme quasi indispensable à l’équipe de l'Argentin. Fortement critiqué pour ses prestations en demi-teinte avec la sélection (cinq buts en dix-sept capes) et un Euro particulièrement foiré, pointé du doigt dès qu’il ne trompe pas le gardien adverse avec son club, le joueur de vingt-trois ans refuse en effet de céder à la pression et persiste à faire taire ses détracteurs. Cette saison, le bonhomme en est déjà à cinq caramels en sept journées. Soit un ratio d’un but toutes les 116 minutes. C’est mieux que l’an dernier (un but toutes les 135 minutes), saison qu’il a terminée dans la peau du meilleur buteur du Royaume, et qu’en 2014-2015 (un but toutes les 123 minutes), saison de sa révélation.

Le salaire, ce marqueur de récompense


Dans ce contexte, les clubs sont nombreux à avoir des vues sur lui. Comme depuis un an. Actuellement, c’est l'AC Milan et Manchester United qui se feraient les plus insistants. Sauf qu’en plus de répondre quasiment toujours présent sur le terrain, Kane est un garçon fidèle. En apparence, en tout cas. Dans les colonnes du Daily Mirror, le jeune homme a ainsi répété son amour pour l’entité qui l’a formé : « J’espère que nous n’aurons aucun problème avec le nouveau contrat. Je suis heureux au club et je veux être ici encore longtemps. Nous sommes en discussions et je suis sûr que nous allons trouver un accord. Je suis concentré avec Tottenham. (...) Beaucoup de personnes spéculent sur les contrats, mais je suis heureux. Il n’y a pas meilleur sentiment qu’être à White Hart Lane et marquer dans un derby londonien. »


Sans se cacher, Harry, dont le contrat court encore jusqu’à juin 2020 et qui lui fait gagner 60 000 livres hebdomadaires (selon le Sun), réclame désormais un salaire à la hauteur de son importance dans la team. À savoir l’un des meilleurs. Au moins davantage que celui de Moussa Sissoko, qui perçoit 90 000 livres par semaine. Reste que son sentiment est sincère : Kane veut rester et continuer à marquer pour les Spurs. Qui peuvent donc toujours compter sur lui. Même s’il est transparent pendant 80 minutes et qu’il commence à coûter cher.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


vendredi 23 février OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 18 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 23 février Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24
À lire ensuite
L'équipe type du week-end