Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Kamel Chafni : « Je sens qu’on a confiance en moi »

La Ligue 2, Kamel Chafni y a déjà goûté. Alors, après une cinquième saison à Auxerre synonyme de descente à l’échelon inférieur, l’international marocain s’est cherché une porte de sortie et a trouvé refuge dans le Finistère, à Brest. Il nous explique son choix.

Modififié
Comment as-tu atterri à Brest ?
J’étais en fin de contrat avec Auxerre, et ma priorité était de rester en L1. J’ai eu quelques contacts à l’étranger, mais je préférais rester en France. Il y a trois semaines, j’ai eu Corentin Martins au téléphone. Il était intéressé par ma venue. Puis j’ai eu l’entraîneur, Landry Chauvin. Il a su trouver les mots pour me convaincre.

Lesquels ?
L’entraîneur m’a parlé de sa conception du football, il a l’intention de pratiquer du jeu. J’avais déjà eu de bons échos sur lui. Mais surtout, on a discuté de mon rôle sur le terrain. Je souhaitais me stabiliser. Avant, j’ai souvent été baladé : un coup à gauche, un coup à droite, parfois même latéral. Ce n’est pas le meilleur moyen pour continuer de progresser. Avec Brest, je devrais avoir un poste fixe : le plus souvent dans l’axe, même s’il peut toujours y avoir des ajustements tactiques. Je sens qu’on a confiance en moi. À moi maintenant de faire de bonnes perfs pour renvoyer l’ascenseur. Il y a tout pour réussir ici. Je sais où je mets les pieds. C’est un peu le même type de club qu’Auxerre : c’est familial, on ne risque pas de se disperser, on peut travailler sereinement, dans la bonne humeur. On ne peut penser qu’au football, et c’est très bien.

Tu vas porter quel numéro ?
Le 25, car c’était celui d’Omar Daf avant qu’il parte. Je l’ai connu à Sochaux, on s’entend bien, c’est une sorte d’hommage pour lui.

Est-ce que tu sens que tu es dans une ville de football ?
J’ai pas eu trop le temps de m’imprégner de la ville, car on est partis en stage dès mon arrivée, le 2 juillet. Ahmed Kantari, que je connais, m’en a dit du bien. J’ai déjà affronté Brest en National et en Ligue 2, et même à ce niveau, on sentait qu’on était dans une ville de foot. Le stade est petit, mais il y a de l’ambiance et on a toujours l’impression qu’il y a plus de monde qu’en réalité.


Quels sont tes objectifs ?
Je ne me suis pas fixé d’objectifs chiffrés. Je veux simplement rendre la confiance qu’on m’a donnée. Je sais que de bonnes performances m’aideront aussi à retrouver la sélection marocaine. Même si je n’ai pas été sélectionné pour la CAN, j’ai toujours envie de jouer pour mon pays. Sur le plan collectif, évidemment qu’on ne va pas annoncer qu’on joue la Ligue des champions. Le but reste de se maintenir rapidement. Il y a un bon groupe, mais le début de saison va être primordial. L’avantage, c’est qu’on est déjà pratiquement au complet. Donc c’est plus simple pour se rôder.

Qu’est-ce qui s’est passé avec Auxerre, l’an dernier ?
Bonne question. Il y a eu beaucoup de bouleversements extra sportifs autour du club. Le club a changé d’entraîneur et de président la même année. Et il y avait de l’agitation autour, on avait du mal à travailler tranquille. Nous, nous n’avons pas été bons. Sur certains matchs clés, on n’a pas non plus été aidés par les arbitres. Et vers la fin, le public n’était plus trop derrière nous. Bref, c’est un tout. Ce qui est sûr, c’est que le club n’était pas prêt pour ça. J’ai passé de très bons moments à Auxerre, notamment la Ligue des champions, et c’est un peu dommage que ça se soit terminé de cette façon.

Propos recueillis par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall