En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 37e journée

Kalou, encore deux matchs et au revoir ?

Longtemps dans les choux, Salomon Kalou est aujourd'hui en pleine bourre. Mais si son repositionnement dans l'axe semble avoir rassuré tout le monde, lui y compris, l'Ivoirien a-t-il un avenir au LOSC ? Entre difficultés financières et ambitions européennes, tentatives d'explications.

Modififié
Depuis quelque temps, Lille va mieux. Le LOSC est quatrième, à trois points de Lyon. Un homme incarne à lui seul ce retour en forme : Salomon Kalou. Débarqué pour quatre ans l'été dernier, mais longtemps indésirable en raison de six premiers mois navrants, l'Ivoirien n'aura finalement pas à rougir de sa saison (13 buts en 26 matchs, pour le moment). Mais qu'attendre de lui la saison prochaine ? Mieux : sera-t-il toujours au LOSC ?

Kalunho show
Dix buts inscrits sur les dix derniers matchs du LOSC. Les faits parlent pour lui : Salomon Kalou est aujourd'hui l'atout offensif numéro un de Rudi Garcia. Ce dernier l'a d'ailleurs clairement reconnu le week-end dernier, suite à la victoire des siens contre de biens tristes Rémois : « C'est vrai qu'il est en confiance, il tente. Il nous amène beaucoup, y compris son expérience du haut niveau. » Pourtant, son parcours mérite quelques contestations : aussi bien devant le but que dans le jeu, le natif d'Oumé a longtemps été inexistant (2 buts seulement après 20 journées de championnat). Mais depuis son retour de la CAN, au cours de laquelle il n'a pas forcément brillé non plus, « Kalunho » montre un nouveau visage, audacieux et plein d'entrain. Un retour en forme qu'il reconnaissait volontiers il y a quelques semaines sur le site officiel du LOSC : « Avec le recul, je pense qu'être parti à la CAN m'a fait du bien. J'ai pu changer d'air, côtoyer mes équipiers de sélection et mes amis. Je suis revenu avec plus de peps et une envie encore plus grande de réussir au LOSC. Même quand c'était difficile, j'ai toujours été soutenu, que ce soit par l'encadrement, les gens du club ou mes partenaires. Ils m'ont donné l'opportunité de passer un cap. Ensuite, le fait d'être plus responsable et de redoubler d'efforts m'a permis d'atteindre mon meilleur niveau.  »

Entretemps, Kalou a également été repositionné dans l'axe, son poste de prédilection. On le connaissait imparfait, nonchalant et inefficace, on le découvre plein d'allant, de générosité et d'altruisme devant le but. Il faut dire que le n°8 du LOSC fait partie de ces joueurs qui ont besoin d'avoir un champ d'action élargi pour donner toute leur mesure sur le terrain. Le simple rôle de serviteur ? Très peu pour lui. Toujours sur le site officiel du club : « Cela a contribué à mon retour car, à Lille, tu reçois beaucoup de ballons. Je peux faire des courses derrière la défense et, avec des passeurs du calibre de Pedretti, Martin, Payet, etc, c'est plus facile. Ça m'a redonné confiance car, à chaque match, je peux me créer des occasions nettes, je prends du plaisir. En fait, j'ai retrouvé la joie de vivre. » Eh oui, rien que ça.

English calling

Malgré tout, l'avenir du buteur dans le Nord s'écrit toujours en pointillé. S'il lui reste bien entendu trois ans de contrat à respecter, le LOSC a-t-il les moyens de conserver un tel joueur ? On sait que les Nordistes souhaitent réduire leur masse salariale, notamment en cas de non qualification pour la prochaine Ligue des champions, ce qui leur permettrait à peine de remettre les comptes à flot. Et le salaire de ce joueur de 27 ans risque de s'avérer trop conséquent par rapport au reste de l'effectif. Kalou, lui, confiait dernièrement ne pas s'inquiéter avec ça : « Le plus important est de mener l'équipe le plus haut possible. L'objectif, c'est l'Europe. On discutera des projets perso à la fin de la saison. »

Oui, mais voilà : la fin de saison, c'est bientôt. Et quelques clubs anglais, de seconde zone principalement, commencent à pointer le bout de leur nez : Cardiff City, en première ligne. Mais y a-t-il vraiment un intérêt pour lui d'aller là-bas ? D'autant que son salaire au LOSC (2,4 millions d'euros par an) est plus qu'avantageux pour un joueur de sa trempe – sans compter les primes évolutives en cas de qualification pour la prochaine Ligue des champions. De fait, une autre question se pose : hormis quelques clubs anglais richissimes, mais sans intérêt sportif, qui peut vouloir de Salomon Kalou ? Pas grand monde, à vrai dire. Autant dire que l'Ivoirien a toutes les chances d'évoluer à nouveau du côté du domaine de Luchin la saison prochaine. Payet, Chedjou, Basa, Rozehnal et De Melo étant annoncés sur le départ, on voit mal le LOSC se priver d'un autre élément clé de son effectif.

par Maxime Delcourt à Lille
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88