En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Espagne
  2. // Real Madrid/ FCBarcelone

Kaká nerveux

Modrić au Real, Kaká imagine déjà troquer son chagrin madrilène pour son amour milanais. Mais non, Mourinho en a décidé autrement. Un imbroglio qui n’est pas sans agacer le gendre idéal de ces dames.

Modififié
Tic-tac, tic-tac… Il ne reste plus que quelques heures avant la fin des emplettes estivales. Le temps pour les retardataires de dénicher la bonne affaire, ou pour les pestiférés de voguer vers d’autres cieux. Ricardo Izecson Dos Santos Leite occupe cette seconde strate de la population footballistique. Plus vraiment en odeur de sainteté du côté de Valdebebas, le surnommé Kaká a des envies d’ailleurs. Son échouage madrilène, il ne le devait qu’à la vraie-fausse rumeur Modrić. Depuis ce lundi matin, c’est acté : le Croate est un nouveau numéro du Real Madrid et la porte de sortie est toute ouverte pour le natif de Brasilia. Numériquement remplacé, le Brésilien porte pourtant toujours la liquette merengue. Une aberration tant José Mourinho ne compte plus sur l’Auriverde au plus de 80 sélections dans son escouade. Et ce ne serait qu’un euphémisme d’avouer que l’ancien Ballon d’Or 2007 n’a jamais réussi à s’imposer sur le pré de Santiago Bernabéu. Ses 67,2 millions d’euros, il les a baladés comme un boulet bien trop lourd depuis son entrée en grandes pompes dans le royaume de Carlos.

Une star au placard

Le 8 juin 2009, sorti de la clinique de Recife, Kaká est pourtant tout heureux de s’afficher tout de blanc vêtu, lui, le petit Prince de Milan. Quatrième plus gros transfert de l’Histoire, il se pavane avec un contrat de six piges et des émoluments frôlant les neuf millions d’euros l’année. Avec ses nouveaux comparses Cristiano Ronaldo, Benzema et Xabi Alonso, il a pour mission de redorer le blason de la Casa Blanca. Ce statut de néo-galactique sera des plus éphémères. Tout au long de sa première saison, il s’abonne aux hôpitaux de la capitale ibérique pour un résultat mitigé et ses 45 coups d’envoi dans les pattes. Avec José Mourinho comme tube de l’été suivant, la crème médiatique madrilène annonce le retour de l’enfant prodigue. Boum badaboum, l’exercice 2010-2011 est un cauchemar : revenu cassé de la Coupe du monde, il subit une opération chirurgicale qui le met out quatre longs mois durant. Le Mou a déjà son onze type, Kaká n’a plus sa place dans le projet du Special One.

Tout en parcimonie, le chrétien évangéliste traverse le millésime dernier comme une ombre. Alors, certes, son talent inné lui permet des éclairs de génie. Comme en ce 4 mars face à Barcelone : en 90 tours de cadran, Kaká rendosse son costume de génial meneur qu’il était. Une manita dans la poche, un golazo et deux passes décisives au compteur plus tard, le Santiago Bernabéu croit rêver. Bon ok, en face, c’était l’Espanyol de Barcelone, et cet oasis n’aura duré qu’une rencontre. Lors de l’aller-retour face au Bayern Munich, il prend juste le temps de foirer dans les grandes largeurs son tir au but, histoire de terminer en beauté. C’en est trop pour un Mourinho qui souhaite le voir déguerpir au plus vite. Mais pas à n’importe quel prix, ni n’importe où. Le voilà, le hic.

«  Le tiers-monde du football »


En bon professionnel qu’il est, Kaká fait le job pendant l’US Tour madrilène. Mais le cœur n’y est pas vraiment. Lors du choc américain face à son ex du Milan AC, il envoie trois caviars à ses petits copains et un message à Adriano Galliani : «  J’ai encore des jambes, je veux revenir à la maison de Milanello. » L’envie est réciproque, mais le porte-monnaie n’en a pas la carrure. Complètement dans les choux financièrement, Silvio et Adriano se creusent les méninges pour trouver une solution. Rien n’y fait, Ricardo Izecson Dos Santos Leite est trop cher. Le garçon a beau faire des pieds, des mains, et diviser son imposant chèque de fin de mois par deux, la réponse ne variera pas d’un iota. Raflé à plus de 60 briques au Milan, le Real ne souhaite pas s’en séparer pour deux kopecks. Les pistes exotiques deviennent dès lors les plus crédibles. L’administrateur délégué des Rossoneri se veut donc des plus formels, «  l’opération Kaká est terminée, car trop risquée. Nous avons attendu l’avis d’un comptable espagnol qui est arrivé lundi. » Ce qui a le don d’énerver son paternel, et accessoirement agent, Bosco Leite.

Dans des propos relayés par le très sérieux El Pais, il semblerait même que le padre se soit lâché face au tout puissant José. Le tout dans un échange de punchlines bien senti. Mourinho, première : «  Tu ne comprends pas que je ne compte pas sur toi ? Tu ne veux rien faire pour relancer ta carrière ?  » Réplique du père : «  Si tu veux que mon fils s’en aille, paie-lui ce que tu lui dois.  » Mourinho, deuxième : « S’il reste, il bloque mon projet. » Du tac au tac, Bosco lui jette un joli « Votre projet… Et le projet de Jorge Mendes.  » Bien que présent, mais muet lors de ces tirades, Kaká ne lâche que quelques mots : «  Vous voulez seulement que j’aille dans le tiers-monde du football.  » Désabusé, Kaká devra donc sans doute patienter jusqu’au prochain mercato pour prendre ses valises. Le big boss de la Casa Blanca ne veut pas le laisser rejoindre son Milan, et lui ne se voit pas ailleurs. À moins que cette saga ne soit un énième coup de poker-menteur. Reste à savoir de quelle manche sortira la quinte flush royale.


Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88