Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid/Malaga

Kaka, l'incroyable imposture ?

En un an et demi, Kaka n'a rien prouvé au Real. Rubin Kazan et Chelsea ont flairé l'odeur du sang et se sont déjà placés sur l'affaire du prochain mercato. Kaka est-il cramé, oui ou non ?

Modififié
« Si je suis venu au Real Madrid c'est pour ajouter mon nom à un club qui a remporté autant de titres et de victoires » . C'était le 30 juin 2009. Kaka promettait la Lune aux 40 000 personnes venues assister à la présentation du néo-galactique. Perez venait de claquer 67 millions d'euros et était plutôt content de son nouveau jouet : « son football est la plus grande expression de l'élégance et de la solidarité » . Plus de 18 mois sont passées et Kaka n'a été titulaire que 33 fois en 88 matchs avec le Real. En 2010-2011, c'est Ozil qui fait rêver la madrilène, et non pas l'ombre de Kaka qui se traine sur les bancs de touche et aux alentours de la surface de réparation adverse. Le week-end dernier, contre le Deportivo La Corogne, le Real n'en sort pas. Mourinho termine le match avec 5 attaquants mais sort Kaka. A la 61ème, quand le coach portugais le remplace par Di Maria, Mou ne lui accorde même pas un regard. Kaka a sombré.

L'allemand, ça occupe

La déchéance du brésilien est avant tout un scalp du petit génie allemand Mesut Özil. Ce dernier a coûté 4 fois moins cher au Real que Kaka et a un rendement au moins 4 fois supérieur à lui cette saison. Quand Ozil joue, il est titulaire et la face du madridisme est changé. Mesut est la chose de Mourinho et la réalisation en acte de son tryptique sacré: polyvalence, efficacité et sacrifice. Kaka c'est le contraire d'Özil : grandes courses, pertes de balle, individualisme. Du coup quand il joue, il dérange. Özil doit passer à droite, Di Maria part sur le banc, Cristiano Ronaldo se fait voler la vedette et Alonso est condamné à compenser la quasi-absence de travail de récupération de Ricardo Izecson dos Santos Leite - de son vrai nom. Franco Baresi a d'ailleurs son avis sur la question : « Sans ballon, Kaka n'est pas un joueur très efficace et c'est une erreur de lui demander de reculer. Son meilleur poste est celui de deuxième attaquant » . Or, au Real, ce n'est pas la politique de la maison. Mou ne joue qu'avec une seul pointe et le deuxième attaquant en appui, c'est CR7. Et pis c'est tout.

En décembre, Mourinho espérait lui aussi... « J'espère qu'à la mi-janvier, Kaka pourra commencer à s'adapter : soit comme titulaire soit comme remplaçant. En définitive : redevenir enfin Kaka. Au Real il n'a jamais été Kaka à cause de tous les problèmes physiques qu'il a eu » . La récupération acquise depuis janvier, le brésilien n'a pas montré grand chose à part des regrets et des ballons perdus : «  Mon grand défi est maintenant d'obtenir de bons résultats avec le Real Madrid. Ma blessure n'est pas que physique. Elle est aussi psychologique » . Le brésilien souffre depuis 6 mois. Ou peut-être même depuis plus longtemps. Là, c'est le Mou qui donne un indice. «  Tout le monde parle d'une blessure de 6 mois. Mais peut-être qu'on se trompe parce qu'en fait il s'agit plutôt d'un an et demi sans jouer ou en jouant avec des difficulté. Je ne me suis jamais attendu à ce qu'il revienne d'un seul coup le joueur qu'il était à Milan » assure le Special One.

Kaka a mal au pubis

Au Real de Perez, les transferts sont une question politique avant d'être sportive. Pendant deux ans, la direction Calderon a fait rêver le socio en promettant l'arrivée prochaine du crack brésilien. Kaka est bien arrivé au Real mais c'est Perez qui le fait venir et en fait la tête de gondole de son nouveau projet. Mais Kaka souffre déjà d'une pubalgie: «  Jouer avec une pubalgie est possible, dit un médecin, tout dépend de votre capacité de résistance à la souffrance » . En 1999, Raul devint pichichi de la Liga malgré ses douleurs au pubis. Kaka, lui, tente aussi le diable mais n'y parvient pas. Après deux mois de traitement en gymnase et une défaite en huitièmes de finale de C1 contre Lyon en 2010, Kaka prend sa décision : «  Je ne veux plus jouer à 70 % pour ensuite me faire siffler » . Son objectif, c'est jouer le Mondial et rien d'autre. Il passera alors deux autres mois à se soigner et faire 4 bouts de match. Au retour d'Afrique du Sud, la voie est libre : le Real a recruté Özil et la coupe du Monde est passée. Direction le billard et 6 mois d'indisponibilité.


«  Kaka est notre grand transfert de l'hiver » a dit le Mou. Après un an et demi de blessure et de rééducation, Kaka ne doit pas s'adapter, il doit d'abord redevenir un joueur de foot. Sa trajectoire au Real a donc démarré le 3 janvier 2011 et non pas le 30 juin 2009. Et en 15 matchs, Kaka c'est 10 matchs joués (5 titularisations), 14 frappes, 2 buts, 1 passe décisive et 222 passes réussies (sur 256). Pas mal pour un convalescent. Le 6 février, il joue son meilleur match sous le maillot merengue. Contre la Real Sociedad, il ne joue qu'une heure mais son entente avec Ronaldo et Özil à base de jeu court à une touche de balle est un délice. Il marque au bout de 8 minutes d'un plat du pied classieux et survole la rencontre de ses grandes jambes. Deux mois après son retour sur le gazon, Kaka sera titulaire ce soir contre Malaga. A ses côtés, Özil, Ronaldo et Adebayor seront chargés de ressusciter le brésilien. Zidane avait mis trois mois à s'adapter. Kaka, c'est donc pour avril.


Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
L'autre Europe