Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Torino/Milan

Kaká II, deuxième du nom

Ce soir, le Milan AC affronte le Torino pour le compte de la 3e journée de Serie A. Une rencontre avec une saveur toute particulière, puisqu’elle devrait marquer le grand retour de Kaká dans le championnat d’Italie. Frissons garantis.

Modififié
C’était le 1er septembre 2003. Il y a tout juste dix ans. Un jeune joueur brésilien, alors âgé de 21 ans, s’apprête à faire ses grands débuts en Serie A. Il s’appelle Kaká, un nom qui, à l’époque, fait bien rigoler en Italie comme en France. Mais Kaká ne va pas faire rire bien longtemps. Pour son tout premier match en Italie, sur la pelouse d’Ancône, il montre déjà des gestes de très grande classe, et Milan s’impose 2-0. Un mois plus tard, il inscrit son premier but sous le maillot rossonero, et non des moindres. Un but de la tête lors du derby milanais, pour une victoire 2-0. L’histoire d’amour est lancée. Elle durera six ans. Six années au cours desquelles Kaká va tout rafler : le Scudetto, la Ligue des champions et, surtout, le Ballon d'or. Avec Milan, il devient le meilleur joueur du monde et attise les convoitises du monde entier. Milan le retient, jusqu’à un certain point. Lors de l’hiver 2009, Kaká est à deux doigts de signer à Manchester City pour près de 100 millions, mais il est retenu par ses propres sentiments. Mais les sentiments, eux aussi, finissent par céder. Six mois plus tard, il signe au Real Madrid pour 67,2 millions d’euros. On ne reverra plus jamais le « vrai » Kaká. Blessures à répétition, perte de confiance, le Brésilien se perd au Real, au milieu de la myriade de stars, malgré quelques éclairs de génie. Quatre années plus tard, il fait le choix du cœur. Celui que tous les tifosi espéraient. Kaká est de retour à Milan. Une vraie folie.

Démonstration d’amour

Il n’y a qu’à voir l’accueil réservé par les fans milanais pour comprendre ce que représente Kaká à leurs yeux. Déjà accueilli comme un roi pour son arrivée à l’aéroport, il a reçu un bain de foule complètement dingue hier, au magasin Adidas du corso Buenos Aires de Milan. Une démonstration d’amour qui, évidemment, lui est allée droit au cœur. « Je suis heureux de tout cet enthousiasme, et je vis la même tension qu’il y a dix ans, quand j’étais un gamin qui s’apprêtait à faire ses grands débuts. C’est exactement pareil. J’espère réussir à surprendre, et à me surprendre moi-même » , a-t-il affirmé. Évidemment, il ne faut pas penser que c’est un jeunot de 21 ans qui vient de débarquer à Milanello. Kaká a aujourd’hui 31 piges, et n’a disputé que 19 matchs la saison dernière en Liga. Il va falloir, avant tout, retrouver la condition physique, dans un championnat qui en demande peut-être encore plus qu’en Espagne. Mais à Milan, on en est plutôt convaincu : Kaká va retrouver sa meilleure forme, car il va embrasser à nouveau un environnement qu’il connaît, et des supporters qui lui apportent de la confiance et de l’amour, tout ce qui lui a manqué à Madrid.

Le premier rendez-vous, donc, c’est ce soir. Le Milan AC, trois points au compteur, se déplace sur l’hostile pelouse du Torino (enfin, pas si hostile que ça, puisque Milan n’y a plus perdu depuis 2001). Allegri n’a pas encore dévoilé à 100% si Kaká serait de la partie ou non. A priori, oui, d'après les dernières déclarations du coach. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que le joueur est prêt, du moins dans sa tête. Et qu’il trépigne. « Ce sera un match avec beaucoup d’émotions pour moi : je reviens dans le championnat d’Italie, et je vais à nouveau porter le maillot du Milan AC. Je vais essayer d’aborder tout ça avec sérénité, même si cela ne sera pas facile, afin de pouvoir jouer le mieux possible » , a-t-il expliqué. Curiosité : la dernière fois que Kaká a affronté le Torino, c’était en avril 2009. Une victoire 5-1 des Rossoneri, à laquelle le Brésilien avait participé en inscrivant un péno. Oui, sauf que ce coup-ci, s’il veut marquer, il va falloir le faire sur action de jeu : les pénaltys sont réservés par un homme à crête.

Jolie opération économique


D’un point de vue purement tactique, il semble évident que Kaká va remplacer quasiment poste pour poste Boateng, parti à Schalke. Allegri pourrait l’aligner derrière la doublette El Shaarawy-Balotelli. Évidemment, sa condition physique actuelle ( « Je dirais que je suis actuellement à 80% de ma pleine condition » ) ne va pas lui permettre de disputer tous les matchs. Mais un peu de turn-over ne fait jamais de mal, et il faut dire que, de toute façon, le joueur a été à bonne école au Real. Bref, le retour de Kaká à Milan, c’est surtout la belle histoire de l’été. À chaque session de mercato, les tifosi se prenaient à y rêver, comme ceux de l’Inter espèrent le retour d’Eto’o, ceux de la Lazio celui de Nesta et ceux de la Juve celui de Del Piero. Mais Galliani a su être patient et a attendu le bon moment pour placer son coup. Et quel coup…

Acheté 8,5 millions d’euros en 2003, Kaká a été revendu 64,5 millions en 2009 (+2,7 dans les caisses de San Paolo), et racheté… gratuitement en 2013. Jolie opération économique, à n’en point douter. Reste maintenant à savoir si l’opération serait tout aussi efficace sur le plan sportif. Le talent du joueur n’est pas à remettre en doute, mais un énorme point d’interrogation plane sur son véritable niveau de jeu, aujourd’hui, en 2013. Car à Milan, au-delà de l’enthousiasme, on a également conservé en tête l’histoire d’un autre retour. Celui de Schevchenko, qui, pendant toute sa deuxième période milanaise (2008-2009), n’est resté que le fantôme du sublime joueur admiré de 2000 à 2006. Attention à ce que l’histoire ne se répète pas.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall