1. //
  2. //
  3. // Stuttgart/Kaiserlautern

Kaiserslautern rouge

Avant un déplacement périlleux à Stuttgart, le 1.FC Kaiserslautern pointe à la dernière place de la Bundesliga. Bien qu’il n’ait plus son lustre d’antan, le FCK n’en demeure pas moins une place forte du football allemand. N’empêche que pour se maintenir dans l’élite, ça va être tendu. En même temps, quand on voit tout ce qu’il se passe en dehors du terrain...

Modififié
5 4
Les expatriés qui passent leur vie dans le train entre la France et l’Allemagne l’affirmeront sans problème: Kaiserslautern, c’est bien plus qu’une gare estampillée Deutsche Bahn. Planquée dans son Land de Rhénanie-Palatinat à quelques kilomètres de la frontière française, « Lautern » , c’est avant tout la ville de Fritz Walter. Le capitaine de la Mannschaft victorieuse du Mondial 1954 ne fut l’homme que d’un seul club, le 1.FCK. Pas un hasard si le Betzenberg, monument de 50 000 places, porte aujourd’hui son nom. En outre, le FCK pèse lourd dans l’histoire du football outre-Rhin. Non, ce n’est pas que le club qui a fait souffrir Youri Djorkaeff.

C’est aussi un club qui a connu l’élite depuis sa création en 1963 et qui a connu sa première descente qu’en 1996, cinq ans après avoir raflé son troisième titre (le premier après 1963, auquel il faut rajouter deux Coupes). C’est aussi le club qui a réussi une performance assez incroyable: en 1997, Lautern remonte en 1.Bundesliga et s’empare du Meisterschale de suite. Les héros de l’époque s’appellent alors Andreas Reinke, Miroslav Kadlec, Ciriaco Sforza, Ratinho, Marian Hristov, Olaf Marschall et un tout jeune qui répond au nom de Michael Ballack. Le maître à penser de l’époque est Otto Rehhagel. On comprend tout de suite un peu mieux comment la Grèce a réussi à remporter l’Euro 2004. Le mot « impossible » ne fait pas partie du vocable de l’ « Otto » -crate.

Un arbre et des putes

Par la suite, le club a enchaîné les hauts et les bas, surtout les bas: deuxième partie de tableau pendant des années, et forcément, au bout, relégation. Après quatre années de misère dans les affres de la 2.BuLi, voilà que le FCK se décide enfin à remonter. Cool, voilà le retour des « Rote Teufel » (Diables Rouges). Ah, Lautern en D1, c’est ça leur place, un club historique, un Traditionsverein, tout ça… Mouais. Autant la saison dernière, leur parcours était plus qu’honorable, avec cette jolie septième place (soit devant Schalke, le Werder et Stuttgart, entre autres), autant l’intersaison a été gérée de manière tellement catastrophique que cette année, Lautern, c’est une vaste blague. Un beau bordel, même.

A la différence de Düsseldorf ou encore Cologne, la ville de Kaiserslautern n’est pas vraiment réputée pour ses maisons closes. Il n’empêche, comme le raconte bild.de (qui n’est pas toujours fiable, mais l’est la plupart du temps), l’été dernier, Sippel, Ilicevic et Petsos, s’ennuyaient quelque peu. Alors Sippel et son gramme 6 d'alcool dans le sang décident de prendre le volant et d’amener tout ce beau monde au « Why not ? » pour goûter au plaisir de la chair contre menue monnaie. Les joueurs se font griller, ils sont mis à l’amende. Pas mal. Surtout que cette histoire arrive quelques jours seulement après qu’Adam Nemec, un des cadres de l’équipe, s'est cassé la gueule chez lui, tout seul, comme un grand. En quelques semaines, tout fout le camp à Kaiserslautern: les joueurs, du moins, sur blessure (comme Nemec) ou bien en raison de transferts. Le capitaine et meilleur buteur du club (16 buts) Srdjan Lakic part jouer pour le concessionnaire à Wolfsburg; quant à Ivo Ilicevic, il est allé voir du côté de Hambourg si le hareng était toujours aussi frais.

Des insultes antisémites et du non-respect

Du coup, Marco Kurz est pris de court. Et si son ami Michael Zorc (avec qui il a joué au Borussia Dortmund et remporté le titre en 1995) rit actuellement des résultats de son BVB, Kurz, lui, pleure. Son équipe n’arrive à rien. Florian Dick, à l’instar du reste, d’ailleurs, joue comme une b… . Résultat: alors qu’il reste dix journées à jouer, Lautern pointe à la dernière place. Qu’il semble loin, le temps où le FCK frappait le Bayern et corrigeait Schalke 5-0. C’était l’année dernière pourtant. Cette saison, les recrues ne sont absolument pas au top. Et elles en prennent pour leur grade, comme Itay Shechter, par exemple. Quoique lui, il prend un peu trop cher: à cause de ses contre-performances à répétition, l’attaquant israélien a été pris à partie par des « supporters » interdits de stade après le derby face à Mayence. Un derby qui en aura marqué plus d’un, d’ailleurs.

Outre la défaite 4-0, le FCK s’est fait insulter par Mohammed Zidan, qui n’a pas hésité à lancer un « Kaiserslautern de merde » envers les supporters adverses, ce qui lui vaudra une amende de 6000 euros. Dans ce derby, les fans de Mayence auront eu aussi fait preuve d’une grande ingéniosité, puisqu’ils dérouleront une banderole spécialement dédicacée au coach de Lautern : « Kurz prend la femme d’Amedick » , ce qui expliquerait entre autres pourquoi le joueur, pourtant promu capitaine par Kurz, aurait été envoyé à l’Eintracht Francfort lors du mercato d’hiver. Une information qui a fini par donner des boutons au boss Stefan Kuntz ( « c’est le truc le plus débile que j’ai vécu dans le football allemand jusqu’à aujourd’hui » ) et qui, immédiatement, a été démentie par les parties concernées. Bref, Kaiserslautern prend très cher cette saison. Face à Stuttgart, Marco Kurz sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur: une défaite pourrait très bien sceller son sort. Ceci étant, pas sûr que cela aide Kaiserslautern à se relever.

VfB Stuttgart / 1.FC Kaiserslautern: vendredi, 20h30

Par Ali Farhat, à Bonn
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bon article A.F. qui résume très bien la situation... J'ai mal à mon club...
Au passage, je vous trouve bien sévère avec Dick. Il n'est pas mauvais du tout (par rapport à certains autres). Il faut s'en prendre à Jessen plutôt, lui c'est une vraie brêle !! Si par contre, c'était juste pour le jeu de mot avec Dick, alors OK, même s'il est facile :-)
"Florian Kurz est pris de court"

J'ai presque ri.

Ali <3 l'âme de ce magazine !
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Clairement que cet intersaison fût catastrophique pour lautern. Moravek, lakic et ilicevic étaient les moteurs de cette équipe avec Andreas tiffert, on les laisse partir et résultat, ils sont tout juste réserviste, lakic est un vrai gâchis, brillant à Kaiserslautern et détruit par cet imbécile de Magath. Et les remplaçants, n'en parlons pas, remplacer lakic par Kouhemaha, c'est une faute professionnelle, Shechter intermittent.

Vraiment dommage pour ce club et ces superbes, fanatiques et tarés, les match contre l'Eintracht frankfurt sont borderlines. Le club me fait penser au fc Köln, au delà d'avoir le même blase, les supporters sont forts semblables, ce sont deux clubs à fort potentiel au niveau du public, et rien ne va jamais (ou presque )dans ces deux clubs.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 4