Italie - Coupe - Demi-finale - Juventus/Lazio

Par Eric Maggiori

Juventus/Lazio, pour déjà en découdre

Ce soir, la Juventus reçoit la Lazio pour la demi-finale aller de la Coupe d’Italie. Les Romains, à la poursuite des Turinois en championnat, ont ainsi une belle opportunité de prouver à leurs adversaires qu’ils ont de véritables raisons d’être craints. Ou pas.

Note
6 votes
6 votes pour une note moyenne de 4.92/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Federico Marchetti, invincible lors de la dernière confrontation à Turin
Federico Marchetti, invincible lors de la dernière confrontation à Turin
Vladimir Petković a annoncé la couleur. « Nous voulons battre la Juve. » D’accord. Bon, soyons honnêtes, c’est également ce qu’avait déclaré le coach bosnien avant la rencontre de championnat disputée le 17 novembre dernier. Au final, son équipe était arrivée au Juventus Stadium avec les boucliers, les gilets pare-balles, les casques, et avait défendu son bunker pendant 90 minutes, pour un 0-0 final bien à l’ancienne. Petko avait ensuite joué les vieux sages. « La Roma est venue ici et a perdu 4-1. Le Napoli est venu ici et a perdu 2-0. Je ne pense donc pas que repartir d’ici avec un point soit une chose honteuse. » Certes. Mais bon, sa Lazio va assurément devoir montrer autre chose lors des deux confrontations qui se profilent. L’acte 1 se dispute ce soir. Le décor est toujours le même : un Juventus Stadium qui devrait faire le plein, même si les tifosi n’ont été prévenus que la semaine dernière que le match aller se disputerait à Turin. De fait, l’aller aurait dû se jouer à Rome, mais, pour des raisons d’organisation, la qualification de la Roma pour les demi-finales a changé la donne. Le premier round a donc lieu à Turin, pour le plus grand plaisir des joueurs piémontais qui, après le 4-0 passé à l’Udinese, comptent bien continuer sur leur lancée et régler l’affaire dès le match aller. Mais attention. En face, il n’y a pas seulement la Lazio. Il y a aussi un sacré tabou.

Une histoire de tradition

En effet, on ne le sait pas forcément, mais la Lazio est véritablement la bête noire de la Juventus en Coupe d’Italie. On pourrait même prendre la chose dans le sens inverse : la Juventus est une amulette pour la Lazio. La preuve par l’histoire. Saison 1997-98. La Lazio et la Juventus sont à la lutte pour le titre en Serie A. Au mois de février, les deux équipes s’affrontent en demi-finale de la Coupe d’Italie. La Juve est évidemment favorite. Mais au match aller, les Romains s’imposent 1-0, grâce à un but de Bokšić. Au retour, la Juve prend l’avantage par Fonseca, mais un doublé de Pavel Nedvěd envoie la Lazio en finale. Derrière, les Romains remporteront la compétition (après 40 ans d’attente) en battant le Milan AC en finale. Deux ans plus tard, rebelote. Les deux formations se retrouvent au même stade de la compétition. Le match aller à Turin est dingue : les Bianconeri mènent 3-0 à la pause grâce à des buts de Zidane, Conte (tiens donc) et Kovačevic. Mais en seconde période, la Lazio réagit et réduit l’écart par Ravanelli et Mancini, ce qui change tout en vue du match retour. Un retour où la Lazio prend l’avantage par Bokšić, mais subit l’égalisation de Del Piero. À 1-1, c’est la Juve qui passe. C’était sans compter sur le coup de tête rageur de Diego Simeone, qui envoie son club en finale, finalement remportée contre l’Inter.

On prend les mêmes et on recommence en 2004. Cette fois-ci, ce n’est plus la demi-finale, mais carrément la finale de la Coupe d’Italie. La Lazio de Mancini contre la Juve de Lippi. Une Lazio qui, lors du premier round au Stadio olimpico, s’impose 2-0 grâce à un doublé de Stefano Fiore. La Juve attaque la finale retour avec le couteau entre les dents, et réussit rapidement à rattraper son retard, grâce à des buts de Trezeguet et Del Piero. La Lazio, proche de craquer, trouve les ressources pour revenir dans le match par Corradi, puis pour égaliser par Fiore. 4-2 score cumulé, la Lazio remporte la quatrième Coupe d’Italie de son histoire. Et ce n’est pas terminé. Un nouveau rendez-vous est prévu pour la saison 2008-09. Une saison où la Lazio galère en championnat, et mise donc tout sur la Coupe. En demi-finale, comme par magie, c’est à nouveau la Juve qui se dresse en face d’elle. Comme toujours, une histoire de renversement de situation : à l’aller, la Juve débloque la situation par Marchionni, mais perd finalement 2-1, grâce aux réalisations de Pandev et Rocchi. Au retour, les Laziali ne mettent que 50 minutes pour composter leur billet pour la finale, grâce à Zárate et Kolarov. Les Biancocelesti remportent le trophée en battant la Sampdoria de Mazzarri en finale. La donnée est donc avérée : lorsque la Lazio rencontre la Juve en Coupe d’Italie, elle remporte la compétition. CQFD.

17 années de disette

Voilà une statistique qui n’est pas forcément du goût d’Antonio Conte. L’an passé, son équipe avait effectué un parcours parfait jusqu’à la finale, où elle s’était alors inclinée 2-0 face au Napoli. Rancunier, le coach turinois a bien l’intention de ne pas craquer cette saison. D’autant que le temps commence à être long. Sa Juventus n’a plus gagné la Coupe d’Italie depuis 1995. Antonio Conte s’en souvient, puisqu’il était sur la pelouse lors de cette finale remportée contre Parme. Or, 17 années sans remporter le trophée, cela n’était évidemment jamais arrivé dans l’histoire du club, dont la plus longue période de disette, auparavant, avait été de 14 ans, entre 1965 et 1979. Le compteur de la Vieille Dame est désormais bloqué à 9 victoires en Coupe, tout comme celui de la Roma, qui dispute l’autre demi-finale face à l’Inter. Les tifosi bianconeri s’imaginent déjà une finale face à la Louve de Zeman, pour octroyer à l’une ou à l’autre la fameuse « étoile d’argent », synonyme de 10 victoires dans cette compétition.

Mais avant cela, il faut donc passer par l’étape Lazio. Une Lazio qui, mine de rien, ne perd plus depuis le mois de novembre, pour une série en cours de 15 matchs sans la moindre défaite. Ce week-end, elle a bien failli chuter à Palerme, mais a trouvé les ressources pour égaliser en fin de rencontre. Actuelle deuxième de Serie A, à égalité avec le Napoli, la formation Romaine compte cinq points de retard sur le leader, la Juve. Or, si à Rome, on a bien compris qu’il allait être fort compliqué de concurrencer la Juve sur le long terme, on se dit aussi que la Coupe d’Italie est bien plus accessible. L’équipe de Petković n’est en effet qu’à 180 minutes de la finale, et même 180 minutes d’une potentielle finale derby contre la Roma, ce qui serait une première dans l’histoire. Et si ces demi-finales de Coupe d’Italie étaient aussi une façon, pour la Lazio, de dire à la Juve qu’elle ne lâchera rien jusqu’à la fin de la saison ? C’est une possibilité. À l’inverse, c’est également un moyen pour le champion d’Italie d’assommer son adversaire et de lui faire comprendre que cette saison, il n’y a pas de place pour les rivaux. Alors oui, ce Juve-Lazio a quelque chose de passionnant. Et pas seulement parce qu’il y a une finale au bout.

Parier sur les matchs de AS Roma

 





Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Trap le 22/01/2013 à 16:48
      Note : - 1 

    Pas de Pirlo, de Vidal, d'Asamoah, de Giovinco, de Vucinic, de Quagliarella, pas même un gros Bendtner, ça devrait rendre la vie plus facile à la Lazio...


1 réaction :
Poster un commentaire