Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Présentation
  3. // Juventus

Juventus : tout pour l'Europe

Nouvelle saison et nouveaux défis pour la Juventus. Champion d'Italie 2012 et 2013, le club turinois a recruté Llorente, Tévez et Ogbonna pour faire le saut de qualité qui devrait lui permettre de lutter aussi en Ligue des champions. Mais attention à ne pas snober la Serie A, car la concurrence va être rude.

Modififié
Note globale du mercato

7/10. La Juve est double championne d’Italie. Au pays, donc, les Bianconeri sont souverains et n’avaient concrètement pas besoin de gros renforts pour continuer à régner. En revanche, en Europe, c’est une autre affaire. L’équipe d’Antonio Conte a bien vu, face au Bayern Munich, qu’il y avait encore un gap qui la séparait des très grands d’Europe. Du coup, les dirigeants ont recruté du lourd en attaque. D’abord, Fernando Llorente, dont le transfert avait déjà été bouclé depuis quelques mois, et surtout, Carlos Tévez. L’Argentin a récupéré le numéro 10 de Del Piero et a débarqué avec plein de promesses dans les valoches. Les deux attaquants vont évidemment changer le visage de l’attaque turinoise, et Conte se demande même s’il ne va pas adapter son système de jeu à ses deux nouveaux éléments. La troisième grosse recrue du mercato turinois, c’est Angelo Ogbonna. Le latéral du Torino n’a pas hésité à réaliser la trahison suprême, en passant d’un club turinois à un autre. Conte a dit de lui qu’il pouvait devenir l’un des plus grands joueurs italiens. Encore faudrait-il qu’il soit titulaire dans une équipe où la défense n’était certainement pas le problème numéro 1. Pour le reste, pas d’autres recrues notables. La Juve a récupéré le contrat du jeune et prometteur Simone Zaza, mais l’a immédiatement prêté à Sassuolo. Il manque peut-être dans ce mercato une recrue au milieu de terrain. Un Diamanti ou un Zúñiga aurait certainement été plus utile qu’un Ogbonna. Mais bon, on chipote…

Le (ou les) joueur(s) à suivre

Évidemment, on a envie de suivre Carlos Tévez. L’Apache débarque en Italie après de longues années en Angleterre. La Juve le considère comme le « top player » dont elle avait besoin pour faire le saut de qualité en Europe. Tévez a de l’expérience, un style de jeu bien à lui, mais va devoir s’adapter à une équipe qui a fait du collectif sa grande force. C’est cela qui va être intéressant à suivre : Tévez est le genre de joueur qui peut soit s’adapter immédiatement, et claquer 25 buts en Serie A, soit ne pas s’acclimater, douter, et partir jouer au golf en Argentine. Il va également falloir suivre Llorente, qui vient d’une saison où il n’a pratiquement pas joué avec l’Athletic. Dans les jeunes pousses, quelques noms à suivre : le Brésilien Gabriel, 19 ans, prêté la saison dernière à la Pro Vercelli, le Néerlandais Ouasim Bouy, produit du centre de formation de l’Ajax, et le milieu de 22 ans Fausto Rosti, qui évoluait depuis deux saisons à Brescia. Indirectement, il faudra également suivre les prestations du jeune gardien Nicola Leali, que l’on annonce comme le futur Buffon. Le joueur a été prêté à Spezia, en Serie B.


Fausto Rossi, de retour au club après un prêt à Brescia

Le vrai objectif

Un objectif affiché : la Ligue des champions. Lors des deux dernières saisons, la Vieille Dame est redevenue patronne en Italie. Deux Scudetti, une Supercoupe d’Italie (la deuxième à jouer le 18 août contre la Lazio) et une finale de Coupe. S’il faut continuer à briller sur le territoire italien, la Juve veut retrouver de sa superbe en Europe. L’an dernier, le club turinois a déjà fait forte impression en terminant premier de sa poule, devant le Shakhtar et le Chelsea. Mais en quarts, les joueurs d’Antonio Conte sont tombés sur un Bayern Munich beaucoup trop fort. Une double défaite que le coach a qualifié de « bénéfique pour la suite » . Les champions d’Italie vont donc devoir miser beaucoup sur la Ligue des champions, un trophée qu’ils n’ont plus remporté depuis 1996, malgré trois finales perdues en 1997, 1998 et 2003. Et puis, il y a toujours cette 10e Coupe d’Italie, que la Juve tente de gagner depuis 1995 (trois finales perdues depuis). Ça commence à faire long, tout ça.

Coefficient de résistance au Calcioscommesse

45%. Depuis Calciopoli, et la relégation administrative du club en Serie B, la Juve essaie de se la jouer « safe » . Bien malgré elle, la Vieille Dame porte désormais sur elle l’étiquette de l’équipe qui corrompt les arbitres et, à chaque fois qu’un épisode arbitral se déroule en sa faveur, la presse et les adversaires se font un malin plaisir de refaire surgir le nom de Moggi. Depuis qu’elle est revenue en Serie A, la Juve n’a plus jamais été touchée par une affaire de matchs truqués, mais certains de ses éléments, oui. En l’occurrence, son coach, Antonio Conte, qui a été suspendu pour non-dénonciation la saison dernière, pour des faits antérieurs à son arrivée à la Juve. Des doutes ont également plané sur le comportement de Leonardo Bonucci, qui est finalement passé entre les mailles du filet de la justice. Pas de scandale ni de pénalité en vue pour la Vecchia Signora, donc. Mais ne sait-on jamais. Un petit coup de fil d’Agnelli à un arbitre est si vite arrivé. Surtout avec une jolie Fiat 500 flambant neuve en guise de pot-de-vin.

Ah, lui, on va le regretter. Ou pas

Il n’aura pas marqué l’histoire. Nicolas Anelka est arrivé à la Juventus lors du mercato hivernal 2013. L’ancien d’Arsenal et de Chelsea venait renforcer le secteur offensif turinois, notamment en vue des phases à élimination directe de la Ligue des champions. Six mois plus tard, Nico s’en est allé à West Bromwich Albion avec un bilan ridicule : 53 minutes disputées en Serie A (30 contre la Roma, 23 contre l’Atalanta) et 5 en Ligue des champions, face au Celtic Glasgow. Il quitte donc Turin en ayant braqué un titre de champion à rajouter sur son CV, et un beau CDD fictif de six mois. Bon, en vrai, celui que l’on pourra regretter, c’est Giaccherini. Pendant deux saisons, le petit milieu de terrain offensif a beaucoup ciré le banc, mais a toutefois été l’auteur d’un but décisif dans la course au Scudetto, face à Catane. Excellent lors de la Coupe des confédérations avec l’Italie, il aurait pu, cette saison, aspirer à beaucoup plus de temps de jeu. Il a finalement décidé d’aller rejoindre Paolo Di Canio à Sunderland. Est-on vraiment sûr que les dirigeants piémontais ont fait une bonne affaire sur ce coup-là ?


Giaccherini, direction Sunderland pour lui

La banderole qui est déjà en préparation depuis cet été

«  Eh, les autres, on ralentit un peu ou vous pouvez suivre la cadence ? »

Ce qu’il va se passer cette saison

Le 18 août, la Juve dispute la Supercoupe d’Italie face à la Lazio et s’impose 2-1. Un premier trophée. Le début de la Serie A est en revanche beaucoup plus compliqué, avec directement des choses face à la Sampdoria, la Lazio et l’Inter. Les Turinois y laissent des plumes et sont immédiatement distancés par un Napoli qui réalise un départ canon. Rapidement, Conte se dit que le championnat, on s’en fout. Il aligne donc la Primavera en Serie A et garde son équipe type pour la Ligue des champions. Du coup, la Juve fait carton plein en C1, en battant notamment deux fois le PSG en phase de poules. Des matchs que Zlatan ne dispute pas, car trop occupé à designer une nouvelle ligne de bikinis intitulée Z for You. La Juve sort Leverkusen en huitièmes, Dortmund en quarts, et se qualifie pour la finale en éliminant le Real en demi-finale, avec notamment un but de Del Piero à Bernabéu (une pige de trois mois pour lui pendant la pause du championnat australien). Mais la fin de saison est cruelle : cinquième de Serie A, la Juve s’incline en finale de Ligue des champions face à Manchester United, et perd aussi en finale de Coupe d’Italie contre la Fiorentina. Conte décide de dire basta, et file les clefs de la baraque à Del Piero, qui n’avait pas du tout envie d’aller retrouver les kangourous. Objectif pour la saison suivante : tout miser sur la Serie A. Comme quoi, d’une saison à l’autre...

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17