1. //
  2. // Gr.E
  3. // Juventus/Shakhtar Donetsk

Juventus-Shakhtar, duel d’invincibles

Ce soir, ce sont des équipes qui ne connaissent plus le goût de la défaite depuis bien longtemps qui s’affrontent. La Juve est invaincue en Serie A depuis 45 matches, et le Shakhtar a remporté ses dix matches de championnat depuis le début de saison.

Modififié
0 43
Pour trouver une défaite de la Juventus et du Shakhtar Donetsk, il faut sacrément fouiller. C’est simple. En 2012, ces deux clubs ont disputé, en tout, 60 matches officiels, toutes compétitions confondues. Nombre total de défaites cumulées ? Une seule. Le seul tombeur de ces deux équipes en 2012 se nomme Naples. Les Napolitains ont battu la Juve en finale de la Coupe d’Italie, en mai dernier. Pour le reste, les Bianconeri ont obtenu 33 résultats positifs sur 34, tandis que le Shakhtar a fait encore mieux, en ne concédant pas la moindre défaite lors de ses 26 matches officiels disputés. La dernière défaite en date des Ukrainiens remonte même au 23 novembre 2011, un revers 2-0, à domicile, contre le FC Porto. Alors, quand deux équipes invincibles se rencontrent, que se passe-t-il ? Il se passe que soit l’une des deux invincibilités vacille, soit les deux perdurent avec un match nul. Évidemment, l’objectif de l’une et de l’autre est de faire tomber le rival, et d’envoyer un signal fort. Dans ce groupe E qui compte également dans ses rangs Chelsea, il n’y a que deux places qualificatives pour trois prétendants. Le résultat du match de ce soir donnera déjà des indications sur la suite des évènements.

Asphyxier l’adversaire

Côté turinois, on aborde ce match avec une certaine sérénité. La Juve va disputer son tout premier match de Ligue des Champions au Juventus Stadium, un stade qui n’a toujours pas connu la défaite depuis son inauguration en septembre 2011. Les Turinois ont offert une magnifique prestation, samedi soir, face à l’AS Roma (4-1), balayant d’un revers le match nul concédé sur la pelouse de la Fiorentina (0-0), où la formation juventina était apparue un brin éprouvée. Le match face à la Roma a rassuré tout le monde : cette Juve-là est bien dans la lignée de celle de la saison dernière. Insubmersible. Et d’ailleurs, elle l’a prouvé lors du premier match de Ligue des Champions. Mené 2-0 à Stamford Bridge par Chelsea, le champion d’Italie a puisé dans ses ressources pour aller chercher un 2-2 qui aurait même pu se transformer en triomphe si Quagliarella n’avait pas trouvé la barre à quelques minutes du terme. Mais le nul a déjà des allures de victoire. De quoi aborder le match face au Shakhtar du meilleur pied.

Même si les joueurs de la Vieille Dame se méfient de ce redoutable adversaire, à l’instar de Giorgio Chiellini, qui va devoir faire gaffe face aux Brésiliens venus de l'Est. « C’est un adversaire très fort et sous-estimé. Pour moi, nous n’avons pas du tout été chanceux au tirage. Il faudra la meilleure Juve, notre arme devra être l’agressivité et nous devrons essayer de faire le jeu » a expliqué le défenseur. Des propos appuyés par celui du coach, Massimo Carrera, qui ne sera peut-être bientôt plus l’entraîneur puisque la suspension d’Antonio Conte pourrait être réduite à quatre mois. « Le Shakhtar est une équipe très technique, avec un entraîneur qui connaît parfaitement le football, explique Carrera. Notre force, c’est de pouvoir agresser l’adversaire, ne pas le laisser respirer, comme nous l’avons fait face à la Roma » . Les Ukrainiens sont donc prévenus : c’est une Juve offensive qu’ils vont rencontrer ce soir. Un seul doute : l’attaquant qui sera aligné aux côtés de Vucinic. Matri, Quagliarella ou Giovinco ? Les trois sont candidats. Et les trois ont leurs arguments.

La gâchette arménienne

S’il y en a bien un qui a également des arguments, c’est Mircea Lucescu. L’entraîneur du Shakhtar connaît parfaitement le football italien, lui qui a entraîné Pise, Brescia, la Reggina et l’Inter. Il y a deux ans, Lucescu avait déjà croisé la route d’un club italien, l’AS Roma, en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Le Shakhtar avait terrassé les Giallorossi, 3-2 à l’aller à Rome, 3-0 au retour en Ukraine. Alors, pour le coach roumain, le lien entre ce passé proche et le présent est tout fait. « J’ai montré à mes joueurs le match de la Juve contre la Roma, et je leur ai dit que, contre une équipe comme la Juve, tu ne peux pas te permettre de jouer comme ça, en laissant une liberté absolue aux adversaires. Il faut faire tout l’inverse » a-t-il affirmé. Zeman aura apprécié. Il faut dire que Lucescu et les siens sont en confiance. Le Shakhtar survole le championnat ukrainien, avec dix victoires en dix journées, des stats folles de 34 buts marqués, et seulement 5 encaissés, et déjà 6 points d’avance sur un Dynamo Kiev qui ne va pas pouvoir tenir le rythme bien longtemps.

Comme le championnat ukrainien est devenu trop étroit pour ce Shakhtar (déjà champion en 2010, 2011 et 2012), le club du président Rinat Akhmetov veut s’affirmer en Ligue des Champions. Éliminé au premier tour la saison dernière, le Shakhtar a à cœur de se racheter, comme il l’a prouvé lors du premier match, remporté 2-0 contre Nordsjælland. En plus de ses traditionnels Brésiliens, les Mineurs peuvent désormais compter sur leur nouvelle pépite, la gâchette arménienne Mhkitaryan, auteur de 15 buts en 14 matches officiels cette saison (alors que le mec est milieu de terrain, hein). La Juve va devoir se méfier. Enfin, ce match va signer de drôles de retrouvailles. Celles entre Mircea Lucescu et Andrea Pirlo. « Andrea, je le connais bien… C’est moi qui lui ai fait faire ses grands débuts à Brescia, alors qu’il n’avait que 15 ans et demi. Je voulais attirer l’attention sur lui et sur son talent. Je suis convaincu qu’il mérite le Ballon d’Or, au vu de son incroyable carrière. Mais attention, la Juve n’est pas seulement Pirlo » met en garde le coach. Ce n’est pas seulement Pirlo, certes, mais si les chiens de garde du Shakhtar (les Srna et autres Rat) ont la bonne idée de bloquer le phare turinois, tout se passera forcément mieux. Enfin, un peu mieux.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dire que la Juve est insubmersible cette saison, c'est aller un peu vite en besogne, un peu comme le running gag d'annoncer que la Fio' allait battre la Vieille Dame. Certains cadres de la Juve accusent un peu de fatigue et même si des Pirlo ou Marchisio semblent avoir récupérer, je reste quand même plus inquiet cette saison que la saison passée, vu qu'il y aura plus de matchs à jouer.

Bon après, le banc est mieux garni que la saison dernière mais ça ne les a pas empêché d'aligner cette blague de Giaccherini et il manque toujours un tueur devant, ce qui pourrait compliquer les choses en CL.

Sinon pour ce qui est de ce soir, vu que le match est à domicile, je reste confiant.
mortis cette blague de giaccherini comme tu dis
avec tout le respect ou pas que j'ai pour toi
si giaccherini est appelé en équipe nationale et si il joue à la juve.. je pense que conte , et prandelli connaissent un peu plus le football que toi enfin il me semble j'adore giaccherini c'est un mec combatif besoigneux comme je les aimes de plus la juve à pas besoin de grand numéro 9 le danger vient de partout demande à chelsea
Un duel d’invincibles ça donne quoi? Match nul?
et oser prétendre que la juve n'est pas insubmersible après une série de 45 matchs sans défaèsite en championnat , + une super coupe d'italie et revenir chez le champion d'europe à 2-2 en perdant 2-0 c'est de l'irrationalité la plus totale
je suis dans la matrice
que quelqu'un me réveil
doncarnol Niveau : CFA2
Ouuuuuuh, j'ai hâte !
Il est malin l'entraineur, avec son commentaire il met la pression sur Pirlo qui était déjà un peu moins à l'aise dernièrement !

@Mortis/ Pourquoi Giaccherini une blague ?
Un joueur efficace par ça dutilité à plusieurs poste.
Bon techniquement je trouve, pas fait un mauvais euro même si c'est loin d'être un "top player" terme qu'adorent les journaux italiens pour parler des joueurs au salaires mirobolants.
Je le trouve utile. Il fait pas des miracles, mais pas des grosses couillonnades non plus !

@Eric Maggiori/merci pour l'article, je l'attendais.
prono 2-2
Le danger a beau venir de partout, les milieux ne seront pas toujours capables de venir faire le boulot des attaquants et ça, ça risque de faire perdre des points en CL notamment. En Italie, vu le niveau actuel, je ne me fais pas trop de soucis.

Parce qu'un joueur est appelé en EN et qu'il joue dans un grand club, ça fait de lui un tout bon? J'ai des doutes, ça ne serait pas le 1er joueur limité à avoir un peu de chance dans sa carrière alors que d'autres plus talentueux mériteraient sa place. Pour moi, aussi bien avec la Squadra, qu'avec la Juve, quand il est aligné, c'est le maillon faible de l'équipe.
@Maro, je dis juste que la Juve commence à montrer des signes de faiblesse et je suis le 1er que ça emmerde. En ce début de saison, j'ai vu un Pirlo à la peine sur le terrain (après sa saison de feu en Série A et son Euro, c'est normal) et un Marchisio qui se cherchait, soit des éléments clés qui, malgré la richesse au milieu, sont très durs à remplacer.

Et le match contre Chelsea, ils ont beau avoir fait un début prometteur en championnat, c'est vite retombé et sans le génie (et la chance) d'Oscar, ils n'avaient pas grand chose à revendiquer sur le match avec une attaque fantomatique, un Hazard qui joue au même niveau qu'avec les Diables et un Torrès qui s'était remis au niveau de ses débuts en blue.
tu continues avec ton discours de tix j'aime
de 1 il me semble que giovinco matri quagliarella vucinic on tous scoré
donc je ne fais pas allusions au milieux
de 2 combien de mecs qui n'était pas doué techniquement on compensé avec leur volonté de plus tu parles d'un mec qui est sur le banc c'est totalement irrationnel de plus j'ai jamais dis qu'il était messi bref je te laisse j'ai mm plus envie de parler avec un mec qui me sort des arguments bidons de tix à deux euros
et je conclurai en disant que j'ai vue une énorme juve contre la roma un marchisio digne de tardelli sur ces belles paroles.. ciao
"discours de tix"

Ah ok, je croyais être sur SoFoot, pas sur jeuxvidéo.com, je comprends mieux à qui j'ai à faire donc. Bref, je crois que je vais te laisser aussi, aucun intérêt de discuter avec un gars qui ne sait pas débattre sans s'enflammer dès qu'on ose remettre en question son club, qui est aussi celui que je suis mais soit.
la Juve en pleine confiance

Chaque semaine qui passe est une confirmation : la Juve se transforme en véritable machine à gagner. Elle confirme son rôle d’équipe favorite de Serie A un peu plus chaque journée. Quand un joueur est absent, cela ne se voit pas car le collectif est bien huilé. Quand un joueur est moins performant, là encore, le collectif prend le relais. La Juventus enchaîne les victoires et semble indestructible.

C comme collectif

Écartons rapidement la question des stars. Oui, la Juve possède trois stars et n’est pas qu’une équipe de besogneux hargneux. Buffon, Chiellini et Pirlo sont les trois leaders de cette Juve, sur le terrain et en dehors. Ils motivent et recadrent, sont exemplaires sur le terrain, se donnent à 100%, sortent toujours de bonnes prestations et sont de véritables modèles pour leurs coéquipiers.

Le reste du groupe est composé d’excellents joueurs mais certainement pas de stars médiatiques dont les gamins tapissent leur chambre de posters. On retrouve petit à petit l’esprit de la grande Juve, pas de divas sur le terrain, tout le monde fait son job sérieusement, à la recherche de la perfection et toujours dans cette culture de la gagne qui coule dans les veines du club turinois. Cette obsession peut parfois être un frein avec des dérives peu glorieuses (les coups en douce de Chiellini, quelques simulations…) mais elle est surtout une grande force : les joueurs se remettent en question, ne se prennent pas pour meilleurs qu’ils ne sont, ne sous-estiment jamais l’adversaire et font rarement preuve de suffisance.

Championne en titre, la Juventus a réussi un mercato presque parfait. Si elle n’a pas réussi à faire venir un attaquant vedette, elle a doublé des postes très importants (comme les latéraux, véritables mobylettes pendant 90 minutes), a rajeuni un peu son effectif et a apporté du sang frais, indispensable après un titre pour que la motivation globale reste la même dans la conquête des objectifs. Avec Asamoah, Isla, Giovinco et Pogba, et en attendant les prêtés Gabbiadini, Boakye et Leali pour la saison prochaine, la Juve possède un effectif qualitativement et quantitativement très intéressant, auquel il ne manque, finalement, qu’un grand buteur.

C comme caméléon

La Juve est un monstre à deux têtes, capable de très bien défendre mais aussi de proposer un football attrayant et offensif. Cette position « caméléonienne » lui permet de surprendre son adversaire car elle impose le rythme qu’elle veut quand elle veut. Elle peut se recroqueviller dans sa moitié de terrain, aspirer l’adversaire et lancer les flèches (Lichtsteiner, Asamoah, Giovinco, Vucinic, Vidal) en contre-attaque. À l’inverse, elle peut imprimer un jeu très fluide où la balle circule très vite pour déstabiliser le double rideau défensif qu’elle croise souvent. Mieux, elle peut aussi imprimer un rythme très lent avant que le Quaterback Pirlo, d’une passe lumineuse, transperce la défense adverse. Cette Juve est redoutable et très souvent injouable.

La Fiorentina a réussi à bousculer la Juve mardi dernier mais les Turinois s’en sont sorti avec le match nul tout en conservant leur invincibilité. Face au Genoa, les Bianconeri ont aussi connu 45 minutes très compliquées mais ont fini par renverser la vapeur et s’imposer en ne jouant qu’une moitié de match. De quoi renforcer la confiance des Turinois (par le scénario et la série d’invincibilité) mais aussi dégoûter les adversaires.

Cette Juve paraît imbattable et son impression de sérénité est déconcertante. Depuis le début de la saison, elle fait ce qu’elle veut de ses adversaires. Parfois elle tue tout suspense au bout de vingt minutes (la Roma en sait quelque chose) et parfois elle laisse son adversaire jouer à la « ba-balle » et les punit en contre (Genoa). Donnez une petite souris à un chat surentraîné et mettez cette séquence à côté d’un match de la Juventus, et vous avez le même spectacle. Les deux s’amusent et font ce qu’ils veulent.

C comme Chili

Il est le « Monsieur plus » de cette Juve et a rapidement conquis les tifosi bianconeri. Lui, c’est Arturo Vidal, génial milieu de terrain chilien. À Leverkusen, il formait un duo avec Simon Rolfes « da applausi » devant la défense. L’un ratissait (l’Allemand), l’autre transperçait les défenses balle au pied et multipliait les courses entre les lignes pour offrir une solution au porteur de balle.

Vidal est increvable. Pendant 90 minutes, il arrive à maintenir une densité physique incroyable, à la récupération, à la construction et même à la finition. Joueur très complet, il a parfois du déchet devant le but tant son activité lui coûte en lucidité, pour conclure parfaitement des mouvements collectifs remarquables. Avec et sans ballon, Vidal est un joueur très intéressant à étudier pour les apprentis tacticiens et un véritable calvaire pour les joueurs adverses.

Autre Chilien de l’effectif, Mauricio Isla. S’il n’a que très peu joué pour le moment, et aussi pour des raisons physiques (il revient de plusieurs mois d’absence), je ne doute pas un instant qu’il sera très important pour la Juve prochainement. Pouvant jouer « latéral » droit dans le 3-5-2 ou milieu de terrain côté droit dans cette même tactique, désormais adoptée par la Juve, Isla offre la même puissance physique que Vidal et est toujours disponible sur son côté. Il est, en outre, un excellent contre-attaquant.

C comme Conte

Loin de moi l’envie de vouloir refaire le procès du Calcioscommesse, mais il était évident que la sanction infligée à Antonio Conte n’allait pas perturber plus que ça la Juve. D’abord, parce qu’il continue à entraîner l’équipe toute la semaine, c’est lui qui la prépare, choisit les joueurs, étudie l’adversaire, mène les séances vidéos… Ensuite, parce que vous vous doutez bien que, même si Conte est en loge pour suivre les matchs et a interdiction de banc et de vestiaire, il parvient quand même à transmettre des consignes à Massimo Carrera au bord du terrain, à travers plusieurs membres du staff de la Juve, via oreillettes, morceaux de papier, etc. Un petit jeu à l’italienne avec la loi et la justice qui relève de la mascarade.

Avec Conte, la Juve a disputé 44 matches de championnat pour un bilan de zéro défaite, 28 victoires, 16 nuls, 83 buts marqués, 23 encaissés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

C comme cavalier seul ?

Je ne suis pas assez spécialiste du domaine pour vous dire à combien est la cote de la Juventus pour l’obtention du Scudetto, mais elle doit être identique à celle d’une victoire du Barça à domicile contre Valladolid : pas bien élevée car évidente. Cette équipe de la Juve a tout pour gagner et jouer à fond aussi bien le championnat que la Ligue des Champions : le caractère, la volonté de tout gagner, le collectif rodé, le groupe étoffé, des joueurs d’exception, la capacité à s’adapter à l’adversaire ainsi que l’humilité des champions qui ne prennent jamais un match par-dessus la jambe.

Pour le moment, Naples parvient à s’accrocher au maillot de la Juve, mais c’est très laborieux et rien ne dit que cette « chance » restera ad vitam aeternam du côté de la Campanie. Derrière, la Lazio et l’Inter alternent le bon et le moins bon tandis que la Fiorentina et la Roma n’affichent au compteur que la moitié des points engrangés par la Juve après six journées.

C comme Champion’s League

C’est le doux rêve d’Andrea Agnelli. Le boss de la Juve espère briller à nouveau sur la scène européenne et cela passe évidemment par la Champion’s League. Le club turinois reste sur trois échecs en finale (1997, 1998, 2003), deux années sans participation et une dernière épopée lamentable, en 2009-2010, éliminé en phase de groupes par les Girondins de Bordeaux.

Face à Chelsea, deux exploits d’Oscar n’ont pas suffi à décourager les Turinois qui ont ramené un excellent match nul 2-2 face au tenant du titre. Mardi soir, la Juve reçoit le Shakhtar Donetsk, adversaire toujours redoutable, qui a éliminé la Roma en 1/8èmes de finale de la C1 en 2011. Mais nul doute que la Juve ne fera pas l’erreur des romains qui avaient sous-évalué le club ukrainien. Cette notion ne fait pas partie du vocabulaire d’Antonio Conte et n’est pas inscrite dans l’ADN du club. Car la Juve c’est « C comme culture de la gagne »…

Johann CROCHET
doncarnol Niveau : CFA2
@Mortis

Apparement tu es un tifoso de la vieille dame donc...
Pq n'as tu pas été rassuré par le match contre la Roma ?
J'accorde que insubmersible est un mot fort !
On a dit la même chose du Titanic
pour ma part j'espere ne pas voir l'iceberg Shaktar !
@doncarnol, je dis juste que la Juve aura un peu plus de mal cette saison, vu l'accumulation de matchs. Certains joueurs clés risquant d'être fatigués, ça pourra porter à préjudice, cf. le match contre la Fio où la Vieille Dame a quand même été à la peine et où j'ai poussé un gros OUF de soulagement quand le match s'est terminé.

Contre la Roma, pour être franc, j'étais quasiment sur que ça allait se passer comme ça, Zeman n'a pas les épaules pour être le coach d'une telle équipe et vu les qualités de la Juve, on ne pouvait que bouffer les Romains, alors certes, ça fait du bien avant un match de CL mais je préfère ne pas m'enflammer.

Je peux passer pour un pessimiste aux yeux de certains mais j'en ai tellement vu de toutes les couleurs avec la Juve depuis 2006 et cette descente aux enfers, puis la remontée en Série A et les années plus ou moins pénibles qui ont suivi que j'évite de m'enflammer maintenant, préférant analyser froidement et gueulant ma joie quand la Juve gagne.
Sur cette photo de Vidal, barbiche, bouche plissée, y'a un air de Trézéguet...
@Maro ? Tu viens de nous composer 3 pages d'encyclopédie Larousse. HEEEEEEEEE?
Cet article, c'est ton combat non? ta bataille, ta lutte, ton combat.

Sinon le Shaktar est effroyablement costaud mais tellement sous-estimé de par sa faible médiatisation de son championnat.
*somagic* Niveau : CFA
j'ai pas encore vu joué Mhkitaryan..
je ne connais pas son influence dans le jeu dans sa globalité mais ses stats sont incroyables,peu importe que ce soit dans un championnat dit mineur.
j'attends de voir ce qu'il est capable de produire face à un des meilleurs milieux d'europe.
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
@Maro

S'il te plait ce n'est pas parce que une personne ne partage pas ton avis que tu dois t'emporter !

Perso, la Juve, je la vois bien gagner ce match facilement.
nicolino57 Niveau : CFA2
Mon prono : la Juve gère bien la rencontre, marque un but à la 35e.
Deuxième mi-temps, le Shaktar met la pression, Mhkitaryan (22 points au Scrabble) démontre l'étendue de son talent et y va de son petit but.
Juillet 2013, la Juve met 20 millions et l'enrôle.

Okay, je vais peut-être un peu loin.
J'avoue que je suis plus de l'avis de Mortis. J'écrivais avant le match contre la Roma que la Fio me semblait un os plus dur à ronger, les matches de ce week-end l'ont confirmé. La Juve a été excellente samedi mais aussi parce que la Roma a été en dessous de tout. L'analyse de De Rossi à ce propos était très lucide.
Ne pas oublier que Lucescu est un vieux renard qui connait très très bien le foot italien.
Raisonnablement confiant pour ce soir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 43