1. //
  2. // Quart de finale retour
  3. // Juventus/Bayern Munich (0-2)

Juve : une leçon pour l’avenir

Pas d’exploit, pas de « rimonta » , pas de victoire, pas de match nul, pas le moindre but. La Juve a simplement perdu contre (beaucoup) plus fort qu’elle. Une bonne leçon pour l’avenir, pour une équipe qui, mine de rien, était en Serie B il y a six ans.

Modififié
0 23
Trop fort. Trop fort, ce Bayern. Trop fort, pour cette Juve. Le champion d’Italie sort de la Ligue des Champions en quarts de finale. Tête haute ? Oui, tête haute. Parce que l’équipe d’Antonio Conte n’a pas à rougir de son parcours. Elle a sorti le champion en titre, Chelsea, est allée battre le Shakhtar en Ukraine, a donné une leçon au Celtic, puis est tombé face à un mur. Jusqu’à cette double confrontation face aux Bavarois, elle était même la seule équipe invaincue de la compétition avec Dortmund (qui l’est toujours) et vantait la meilleure défense. Puis le rouleau-compresseur rouge du Bayern est passé. A l’aller, la rencontre a été clairement influencée par ce but immédiat inscrit par Alaba. La Juve a dû courir après le score, et a été dominée dans tous les compartiments. On attendait donc une inversion de tendance au match retour. Pas du tout. Après un premier gros quart d’heure, où elle a profité de l’incroyable soutien de son public, la Vieille Dame a compris que rien ne pourrait faire vaciller l’armada munichoise. Le Bayern a repris rapidement le contrôle du ballon, a donné le La, a dicté le tempo. La Juve s’est retrouvée spectatrice de sa propre élimination. Même si elle s’est créée quelques occasions, elle n’a jamais semblé en mesure de pouvoir changer le cours de l’histoire. « Je pense que l’équipe la plus forte s’est qualifiée. Parfois, dans le football, il faut savoir être honnête et juste dire ‘bravo à eux’ » affirme Antonio Conte. Cruel constat.

« Une longue route à parcourir »

Même si la Juve aurait forcément aimé aller plus loin, elle peut être fière de son parcours. La Vieille Dame retrouvait la Ligue des Champions après trois années d’absence, et a réussi à se hisser dans le Top 8, ce qui est déjà une belle performance. Une performance qu’elle n’avait plus accomplie depuis 2006, et un quart perdu contre Arsenal. 2006, c’était juste avant Calciopoli, et la relégation administrative du club en Serie B. La Juve a vu ses talents fuir, a dû reconstruire autour de ses hommes forts (Buffon, Del Piero, Nedved) et de ses jeunes (Marchisio). L’année en deuxième division a été une année de purgatoire. La Juve est immédiatement remontée, a retrouvé les sommets de la Serie A, la Ligue des Champions, mais le projet était flou, presqu’inexistant. Après deux bonnes saisons, l’équipe bianconera est tombée dans l’anonymat du football italien, laissant le rôle de vedettes à l’Inter, au Milan AC, ou à la Roma. Les entraîneurs se sont succédés (Ferrara, Zaccheroni, Del Neri), sans succès. Lorsqu’en mai 2011, la Juve termine septième de Serie A, passant à côté d’une qualification en Coupe d’Europe, les dirigeants comprennent qu’il faut faire table rase et reprendre à zéro. Pour ce, ils mettent les moyens. Financiers, et humains. En quelques mois, une belle équipe voit le jour, sous les ordres d’Antonio Conte, parfait meneur d’hommes.

La suite, on la connaît. La Juventus remporte le Scudetto au terme d’un sprint avec le Milan AC, et termine le championnat sans perdre le moindre match. Après avoir reconquis le titre national, la Juve veut s’attaquer à l’Europe. Là encore, les dirigeants turinois se mettent à disposition du coach pour lui construire une équipe capable de lutter sur trois tableaux. Le constat, à un mois de la fin de la saison, c’est que la Juve va vraisemblablement remporter son deuxième Scudetto d’affilée, confirmant sa suprématie nationale, mais va devoir encore cravacher pour remonter au niveau des 4-5 meilleures équipes d’Europe. La double confrontation face au Bayern n’a été que le reflet de cet écart. D’ailleurs, Conte n’est pas dupe, et l’admet sans vergogne. « Nous savons désormais qu’il y a une longue route à parcourir. Mais c’est aussi comme cela que l’on garde les pieds sur terre. Les joueurs du Bayern sont rodés, ils jouent depuis de nombreuses années au haut niveau, c’est une équipe construite pour gagner  » a-t-il assuré, en espérant pouvoir dire la même chose de son équipe à l’avenir.

Un vrai buteur

Et maintenant, quoi ? La Juve n’a plus que le championnat d’Italie à disputer, puisqu’elle a également été éliminée de la Coupe d’Italie. Lors des deux prochaines journées, elle doit affronter la Lazio et le Milan. Si elle sort indemne de ces deux rendez-vous, on pourra dire à 99,9% qu’elle sera championne d’Italie. La concentration reste donc maximale, mais, forcément, les dirigeants du club piémontais ont déjà l’esprit tourné vers la saison prochaine. L’objectif : reconfirmer les joueurs clefs de l’équipe, et y ajouter quelques éléments pour rendre la Juve encore plus compétitive. Le maillon faible de cette équipe, et cela s’est confirmé encore face au Bayern, c’est le manque d’un véritable attaquant de pointe. Hier soir, lorsque le score était encore de 0-0, Pogba a effectué un superbe centre, fort devant le but. Si la Juve avait eu en pointe un renard, un Cavani, un Falcao, nul doute que l’avant-centre se serait jeté, et aurait dévié le ballon au fond des filets. Là, personne devant le but. Le néant absolu. Vucinic était à peine au point de pénalty, et Quagliarella à l’entrée de la surface.

Dans cette optique, la Vieille Dame a déjà recruté pour la saison prochaine Fernando Llorente. Mais l’attaquant de l’Athletic Bilbao est-il réellement le top-player dont la Juve a besoin ? Ne faudrait-il pas viser un peu au-dessus, pour pouvoir faire le saut de qualité nécessaire ? A voir. Il est certain que les noms de Luis Suarez, Cavani ou même Higuain font plus rêver. Il faudra également miser sur les jeunes joueurs qui constitueront l’équipe de demain. Impossible de ne pas penser à Paul Pogba, qui représente l’avenir du club turinois, mais aussi à Luca Marrone, ou aux moins connus Beltrame et Cevallos Enriquez, 18 ans, et tout juste débarqué de la LDU Quito.

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que cette double confrontation face au Bayern va servir pour la suite. C’est sur les grandes défaites que l’on construit les plus grandes victoires. La Juve est partie de loin, mais, c’est une certitude, elle va poursuivre son processus pour retrouver toute sa splendeur d’antan. « Il y a également une différence de force économique nette. Le budget du Bayern est pratiquement le double de celui de la Juve, du Milan ou de l’Inter. Petit à petit, nous remontons la pente. En 2010, le club devait pratiquement être entièrement refondé. Nous y travaillons, rapidement, mais il faut du temps » a assuré Beppe Marotta après la défaite. Alors, rendez-vous l’année prochaine. Avec, d’ici là, un 29e Scudetto en poche.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

tristiano Niveau : CFA2
Au dela du manque d'attaquant de classe "mondial", moi je me pose surtout une question d'un point de vue tactique, est-ce que c'était vraiment une bonne idée de jouer en 3-5-2 quand tu as une équipe du Bayern en face, avec les ailiers qu'ils ont??
31ème Scudetto ;)

Très très costaud ce Bayern sinon.
Le projet Juve reste séduisant. Loin d'être un produit "fini", elle continue à se construire.
Patience.
Message posté par tristiano
Au dela du manque d'attaquant de classe "mondial", moi je me pose surtout une question d'un point de vue tactique, est-ce que c'était vraiment une bonne idée de jouer en 3-5-2 quand tu as une équipe du Bayern en face, avec les ailiers qu'ils ont??


Je pense que oui, avec le 3-5-2 et non le 5-3-2, tu peux presser très haut, réduisant les espaces de construction haut dans le terrain privant les latéraux de zone de prise de vitesse et les éloignant des zones de danger. Par contre dès que le formation passe en 5-3-2 et n'arrive pas à ressortir, alors là c'est clair que c'est une catastrophe dans le sens que les deux ailiers adverses n'ont pas de pression avant les 20 derniers mètres et en plus peuvent être appuyer par les latéraux...


meme pas le 31eme scudetto
les 31 scudetti...
fernandollorientais Niveau : CFA
Message posté par tristiano
Au dela du manque d'attaquant de classe "mondial", moi je me pose surtout une question d'un point de vue tactique, est-ce que c'était vraiment une bonne idée de jouer en 3-5-2 quand tu as une équipe du Bayern en face, avec les ailiers qu'ils ont??


ça aurait dû ! on en parle pas assez dans cet article à mon gout, mais la défense de la Juve est passée totalement à côté lors du match aller : brouillonne en relance et fébrile dans les duels, quand tu sais qu'ils se retrouvent à 5 en phase défensive, il y avait mieux à faire, et ça ce n'est pas de la faute de Quagliarella ! (big up heyneckes quand même quel top coach) l'absence de Vucinic à l'aller non-plus ! (si quelqu'un peut m expliquer ce choix de Conte (deux vrais neuf), je suis preneur)

Pour la question du grantatakan, t'es gentil Eric Maggiori, tu me sous-estimes pas ! :)
C'est sur que Fernando Llorente rejoint la vieille dame finalement ?

Lui, en forme, peut en planter des buts !
Note : 1
Message posté par zitka


meme pas le 31eme scudetto
les 31 scudetti...


Exact, mea-culpa !
tristiano Niveau : CFA2
Message posté par Farkas


dans le sens que les deux ailiers adverses n'ont pas de pression avant les 20 derniers mètres et en plus peuvent être appuyer par les latéraux...


mais c'est exactement ça, le Bayern a énormément dédoublé sur les ailes, et les Asamoah et Padoin se sont retrouvés souvent débordés, Robben et sa spéciale "je te corchète, tu vois rien, je repique dans l'axe et j'allume" s'y sont donnés à coeur joie ^^
A propos du parcours de la Juve depuis la Serie B, je pense qu'on oublie souvent un point essentiel qui est le changement de direction.
Comme le dit l'auteur de l'article, le projet depuis la remontée était très flou, avec des branquignoles comme dirigeants (des pantins mis là par les mêmes qui avaient enculé Moggi), qui achetaient des pipes comme Amauri à 25M, des Tiago, des Almiron, qui mettaient Ferrara comme entraineur... La misère.
Par contre le changement ne s'est pas vraiment fait en 2011 mais déjà lors l'été 2010. Cet été-là, Agnelli est devenu président, et la Juve a recruté Marotta & Paratici qui avaient fait du super boulot avec la Sampdoria. A partir de là, tout l'effectif a été remodelé, Marotta s'attelant à virer absolument tous les joueurs aux salaires démesurés recrutés par la direction précédente. La première saison du nouveau projet ne fut pas payante, mais on avait déjà posé quelques bases pour mieux repartir. Et c'est en effet à partir l'arrivée de Conte, et de Pirlo (+ Vidal, Lichtsteiner...), et accessoirement du nouveau stade, que le projet a vraiment commencé à fonctionner.
J ai l impression d etre au PMU du coin de ma rue qd je fais mon cote et match et que j entends les discussion tactique de comptoir....
Avant tout, la Juve s'est pris LA cylindrée de cette CL, si le Bayern cogne Barça ou real en demis, ça relativisera l'échec de cette Juve.
Après, il leur manque un plan B (oui eux aussi) quand Pirlo est désactivé dans le jeu (notamment au match aller), surtout que le grand Andrea n'est plus tout jeune.
L'arrivée de Llorente (confirmée) sera une bonne nouvelle mais ne suffira pas, ils ont besoin de pouvoir manier diverses options (je ne suis pas contre le schéma 3-5-2 mais il faut pouvoir jouer sur d'autres), donc un peu plus de diversités de profils...
Je reste optimiste pour la juve, ils ont pris une dure défaite dans la tronche mais ça arrive à tout le monde, ce sera une expérience positive pour l'avenir.
Ouf, g failli attendre. Sofoot s'est enfin rappelé qu'il y a eu une autre demie de jouée hier. Entre les leçons tactiques de ce Barça-PSG, les notes en veux-tu en voilà, les résumés, la revue de presse, etc... pfiou.

Heureusement encore que c'est E.M qui se sera chargé d'écrire cet article, sinon, j'aurais vomi.

Pour en revenir au match, le Bayern est tout simplement injouable. Son adversaire en demie est prévenu, le Bayern ne fera pas de quartier.

Je trouve toutefois un peu dur de dire de Llorente ne serait pas suffisant. Le vrai besoin de cette Juve aujourd'hui est en attaque. Avec Llorente, ils ont un mec qui assure dans le domaine aérien, bon au pied, et qui excelle également dans un rôle de pivot. Il devrait faire des merveilles chez eux. Manquerait plus qu'ils se prennent un Alexis Sanchez(totalement perdu au Barça)et ils seront TOP
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
"Heureusement encore que c'est E.M qui se sera chargé d'écrire cet article, sinon, j'aurais vomi."

Be, moi je remercie mode "plus tôt". Donc, merci les posts des membres de la brève "La Juventus s'avoue vaincue"
Mais sérieusement, 6 articles pleins sur ce match Barça-PSG, sans compter les brèves. Je parle même pas de l'avant-match hier.

Le match du Bayern a eu 2 articles et une brève, cherchez l'erreur. Heureusement encore que certains ont remarqué la brève et ont commenté.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Franchement personne ne l'a souligné, mais quand même le public du Juventus Stadium a été fabuleux hier soir! Il a chanté de la première à la dernière minute non-stop(et même après le coup de sifflet final), sifflant comme des dingues dès que le Bayern touchait la balle... C'était hallucinant cette ambiance! Quand on me dit que les meilleures ambiances sont en Angleterre, moi je veux bien, mais les gars qui disent ça, ont-ils déjà vu des matches de la Sampdoria, de Naples, de la Juve, du Milan ou de la Roma(pour les grandes occasions)...

Bref sinon je suis déçu, tout en étant conscient que le Bayern était plus fort, du moins plus réaliste, déçu parce que la Juve que j'ai vu hier soir n'avait rien à voir avec celle de l'aller, elle a vraiment joué le coup à fond et cette fois on a bien vu que la Juve était techniquement au moins aussi forte que le Bayern. Alors certes on a pas de Robben, mais le Bayern n'a pas de Pirlo(quand il est en forme c'est le meilleur), ni de Chiellini, ni de Barzagli...

On a des points forts que peu d'équipes ont en europe, cette défense malgré les 4 buts encaissés, on ne peut pas lui reprocher grand chose. Deux frappes de loin, un coup de pied arrêté et un contre alors que toute l'équipe était en attaque. Y a pas eu d'erreurs de commises de leur côté.

Contrairement au milieu de terrain qui a pris l'eau à l'aller, en grande partie à cause de Pirlo qui est complètement cuit physiquement et qui n'assure plus la protection devant la défense, ce qui permet aux attaquants adverses de frapper de loin. Quand je vois le match de fou qu'à fait Verratti hier, je me dis que Marrotta a sacrément merdé* en le laissant partir au PSG... Le milieu de terrain est sensé être notre point fort, mais si on veut vraiment que ce soit un plus l'année prochaine en Europe, il va falloir recruter un remplaçant pour Pirlo, de manière à le préserver pour les grands rendez-vous.

P.S: Pogba a un avenir tout tracé, ce sera un joueur fantastique, mais pour l'instant il n'est pas encore au niveau d'un Vidal, hier il a été totalement dépassé. Par conséquent on doit vraiment garder Vidal l'an prochain.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Zy_Avo
C'est sur que Fernando Llorente rejoint la vieille dame finalement ?

Lui, en forme, peut en planter des buts !




oui il rejoindra la Juve cet été
Le problème aussi avec le changement de système de jeu, c'est surtout l'indisponibilité de Pepe. Si j'ai bien tout suivi, Conte a expliqué hier en interview d'après-match qu'il avait besoin de lui pour tenter un 4-3-3, par exemple. Il estime avoir un effectif à qui le 3-5-2 correspond bien, d'où son insistance.
franchement, bravo a E.M, inlassable pigiste du foot italien. Avec toutes les réserves que cela m'inspire.
mais la Juve ferait bien de s'inspirer, économiquement, du BVB, plutot que du Bayern, qui lui, n'a jamais triché.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 23