Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // France/Suède
  4. // Interview

Just Fontaine : « Treize buts… Je pense tenir encore un peu »

En 1958, la Suède accueille la sixième Coupe du monde. Lors de ce Mondial, les rares possesseurs d'une télévision peuvent admirer les 13 buts inscrits par Just Fontaine, record lors d'une seule édition. Ce soir, la légende Fontaine, aujourd'hui âgé de 81 ans, assistera au match. Pour So Foot, il livre quelques souvenirs de cette mythique escapade suédoise, initiée un 8 juin 1958.

Modififié
Ce soir, c'est France-Suède. Forcément, lorsque l'on évoque ces deux pays, on ne peut pas s'empêcher de penser au Mondial 1958, disputé justement en Suède.
Oui, c'était il y a 56 ans déjà, mais les souvenirs me paraissent tellement proches. Ce qui m'avait marqué, dès notre arrivée là-bas, c'est que le pays était magnifique. Les conditions de préparation étaient vraiment idéales. À côté de là où nous logions, il y avait beaucoup de lacs où nous pouvions pêcher. D'ailleurs, pendant huit jours de suite, nous étions allés pêcher dans un même lac avant qu'un garde champêtre local ne vienne nous expliquer que c'était interdit. Forcément, on n'en savait rien.

Et les stades en Suède en 1958, cela ressemblait à quoi ?
Ils étaient assez petits, mais toujours remplis. Avant la compétition, nous avions rencontré beaucoup d'équipes d'amateurs pour nous préparer et il y avait toujours du monde. D'ailleurs, je me souviens que j'avais raté beaucoup de buts, mais bon…

Pendant ce Mondial, vous n'avez jamais croisé la route de la Suède. Vous souvenez-vous tout de même de cette équipe ?
Oui. Nous étions en demi-finale contre le Brésil et eux disputaient l'autre demi-finale contre l'Allemagne. Ils étaient très bons, très solides. Mais pas seulement. Ils comptaient aussi dans l'effectif des joueurs magnifiques.

Comme ?
Il y avait ces deux fantastiques ailiers, Lennart Skoglund, qui évoluait à l'époque à l'Inter Milan, et bien sûr Kurt Hamrin de la Juventus, puis qui ira à la Fiorentina après cette Coupe du monde. Et croyez-moi, à l'époque, il fallait être vraiment très bon pour se retrouver en Italie. Il y avait également ce milieu de terrain, Nils Liedholm… C'est lui qui a marqué le premier but en finale contre le Brésil à la quatrième minute, leur permettant de mener au score. Ils se sont finalement inclinés 5-2, comme nous en demie.

D'ailleurs, cette demie contre le Brésil de Garrincha et du tout jeune Pelé, vous en gardez quel souvenir ?
Des regrets, bien sûr. Ils ont vite mené 1-0, puis j'ai égalisé. Nous avons bien tenu pratiquement jusqu'à la mi-temps. Mais en deuxième mi-temps, nous avons dû nous défendre à dix après la blessure de Robert Jonquet, après son choc avec Vava. C'était une époque où tu pouvais changer l'issue d'un match avec ce genre de « blessure » , faute de remplaçants. Tiens, par exemple, moi, j'ai eu la jambe cassée en mars 1960 par un autre avant-centre (Sekou Touré, ailier de Sochaux, ndlr) que je n'aurais jamais dû croiser, a priori.

Depuis ce Mondial 1958, vous êtes le recordman du nombre de buts inscrits lors d'une Coupe du monde (13). Vous continuez d'en tirer une petite fierté ?

Ah oui, évidemment. Il faut être fier de ce genre de choses. Tiens, récemment, j'ai par exemple été reçu au PSG avec tous les égards. Le président m'a même dit que j'y étais chez moi. Salvatore Sirigu a donné des gants à mon petit-fils, qui est gardien de buts comme lui. Moi, en retour, j'ai envoyé 32 DVD à tous les joueurs parisiens avec le parcours des Bleus en 1998 et surtout tous nos buts inscrits en 1958. Dans l'exemplaire destiné à Zlatan Ibrahimović, j'ai écrit : « D'un buteur à un autre » . Dommage qu'il ne soit pas présent ce soir pour le match face aux Bleus.

Vous pensez que quelqu'un battra un jour ce record ?
Oh… Treize buts… Je pense tenir encore un peu (Rires). Allez, au moins jusqu'en 2018.



Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 41 Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 25 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 24
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 203