1. //
  2. // Fiorentina/Inter Milan

Jusqu'où volera la Fiorentina de Montella ?

Qualifiée en finale de Coupe d'Italie et quatrième de Serie A à trois points du Napoli de Benítez, la Fiorentina de Montella vole vers une superbe deuxième saison. Surtout, elle a su continuer à grandir malgré les absences de Mario Gómez et Pepito Rossi. Alors qu'elle accueille l'Inter ce soir à Florence, il y a de quoi nourrir de grands espoirs pour un club qui attend un trophée depuis la Coupe d'Italie de Roberto Mancini en 2001.

Modififié
1 14
La vitrine de la Serie A

Quand Montella arrive en Toscane en août 2012, la Fiorentina compte près de 10 000 abonnés. Un Borja Valero et un Mario Gómez plus tard, douze mois après, le club a dépassé la barre des 20 000. En Italie, c'est un modèle, rien que ça. Une formation que tout le monde aime voir jouer, qu'elle finisse par perdre ou gagner. Certains diront que cela colle parfaitement avec la réputation de club romantique des Toscans. Mais certainement pas Montella. Après avoir perdu la troisième place à dix minutes près la saison passée, le natif de Pomigliano d'Arco, dix kilomètres au nord de Naples, est revanchard. Cette Viola, c'est la sienne et celle de Daniele Pradè, avec qui il a façonné le recrutement. Gómez, Rossi, Joaquín, Anderson, Matri, Ambrosini, Iličić cette saison. Borja Valero, Pizarro, Aquilani, Cuadrado il y a un an. Un melting pot international en plein cœur de l'Italie : des jeunes, des vieux et beaucoup de talent. Un renouvellement complet où Neto, Pasqual et Vargas font déjà figure d' « anciens » de la maison.

La victoire de Montella, c'est d'avoir commencé à chercher le jeu avant le résultat. Une obsession du contrôle et de la prise d'initiative, avec à la clé une moyenne ibérique de 59% de possession de balle. Tout part du milieu de terrain. À trois dans l'axe, (presque) toujours. Avec Pizarro, Borja Valero et Aquilani, le ballon court bien plus que les acteurs. L'équipe contrôle, gère les efforts : bref, la Fiorentina joue comme une grande, avec une certaine prise de risques. En 3-5-2, avec un vrai milieu à cinq (des ailiers et non des latéraux). Et des changements constants de formation, avant, pendant et après le match : au-delà du 3-5-2 classique, la Viola a aussi évolué en 4-3-3, 4-4-1-1, 4-3-2-1 et 4-3-1-2. Ce soir contre l'Inter, Montella devra encore s'adapter et faire sans Rossi, Savić et Borja Valero, compenser la fatigue du match de mercredi, et gérer une certaine euphorie.

Les exploits de Montella et la naissance d'une équipe qui gagne

On joue la 95e minute mercredi soir à l'Artemio-Franchi quand l'Udinese de Muriel bute par deux fois sur Neto, le portier brésilien de la Viola. Neto, le damné, le maillon faible que Montella a su protéger coûte que coûte, devient San Neto le temps d'une soirée. Et l'aeroplanino offre à Florence la première finale de l'ère Della Valle. Un symbole. On connaissait Montella le bâtisseur et Montella le magicien, capable de transformer Catane l'argentine en équipe attractive, on connaît à présent Montella le gagnant. Après avoir gagné le jeu l'an passé, Montella est parti à la conquête des points. Et il n'a pas été aidé par le destin. Jovetić et Ljajić vendus, Gómez arrive avec un statut de champion transcendant. Deux matchs et demi, deux victoires, un doublé, puis crac. Pepito Rossi le miraculé prend le relai, marque 14 buts en 18 matchs, puis crac. À nouveau. Comme si la Juve avait perdu coup sur coup Tévez et Llorente, comme si le Napoli avait dû faire sans Higuaín et Callejón.

En italien, l'expression «  fare di necessità virtù » signifie s'adapter habilement aux circonstances. La Fiorentina a été contrainte de se reposer sur son ossature et de transformer ses couteaux en épées. Cuadrado était bon dribbleur, il est devenu l'attraction de la Serie A. Neto s'est acquis une légitimité. Vargas a été ressuscité. La Fio est un tel collectif que l'on a l'impression qu'il fonctionnerait avec n'importe quelle addition. Joaquín et Ambrosini ont été intégrés aussi bien que le jeune Rafal Wolski ou encore Modibo Diakité, déjà titulaire en coupe. L'exemple de Matri en dit long : en panne sèche avec le Milan, Alessandro marque un doublé d'emblée pour Montella. D'après l'aeroplanino, ce cycle de confiance aurait d'ailleurs en partie commencé à Milan, après une défaite 2-1 contre l'Inter fin septembre. Rossi avait ouvert le score, la Fiorentina avait joué plus et mieux, mais s'était finalement inclinée. « On a construit beaucoup à partir de cette défaite » , disait-il en octobre. Pour préparer la revanche ce soir ?

Et si Montella était l'anti-Conte ?

Matri l'a dit hier dans la Gazzetta dello Sport, cette saison la Fiorentina rêve de « son triplé » : Coupe d'Italie, Europa League et troisième place. Mais à plus long terme, si la Viola parvient à finir dans les trois premiers, entame un cycle victorieux en remportant la Coupe d'Italie et revient en août prochain avec des renforts (et moins de blessés), on parlera ouvertement de candidate au titre. L'organisation, l'entraîneur, les joueurs, le jeu et la mentalité : tout est au vert. Tout comme la Juve de Conte. Et si la Fiorentina devenait le concurrent sérieux des Bianconeri à moyen terme ? «  Maintenant, la Coppa Italia. Demain, le Scudetto » , écrivait Luca Calamai dans la Gazzetta cette semaine. Cette saison, la Juventus de Conte en a d'ailleurs passé trois à toutes ses concurrentes. Toutes, sauf une.

La belle Florence, qui a battu la Juve 4-2 après avoir été menée 0-2. L'an passé, la Fiorentina avait été très proche de gagner l'aller (0-0), avant de s'agenouiller au retour dans l'enfer du Juventus Stadium (2-0). Avec Catane, Montella avait déjà titillé Conte : match nul en Sicile (1-1) avant de mener au score vingt minutes à Turin et s'écrouler (3-1). La naissance d'une rivalité ? Matri a connu les deux. « Dans le caractère, ils sont très différents. Conte est toujours agité, presque agressif. Montella, en revanche, est toujours calme, tranquille. Mais leurs idées de jeu sont très similaires, ils ont presque les mêmes démarches.  » Cela ferait un joli tableau. Et puis, les deux clubs se détestent. Florence est une puriste. L'art, la langue, la manière l'éloignent de l'obsession du résultat des rayés du Nord. Philosophiquement, on l'a souvent opposée à la Juve : le blanc et noir contre le violet, le contraste est saisissant. De quoi en faire un chef-d'œuvre la saison prochaine ?

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

RonHarrisJr Niveau : Loisir
Quid de Mario Gomez?
je sais qu'il est blessé, mais ça fait longtemps je trouve.
C'est dommage je le voyais trop Capocanoniere (meilleur buteur de Serie A de la saison).
Note : 1
Leurs projets est vraiment très intéressant , les investisseurs du club ont ouvert les vannes !
Si quelqu’un a des infos sur ce détail hors terrain , je suis preneur .
Je sais pas ou ça en est a propos du nouveau stade , mais la aussi il y a une volonté d'aller de l'avant !
Message posté par RonHarrisJr
Quid de Mario Gomez?
je sais qu'il est blessé, mais ça fait longtemps je trouve.
C'est dommage je le voyais trop Capocanoniere (meilleur buteur de Serie A de la saison).


Mario Gomez est revenu dans le groupe la semaine dernière, il a pas joué mais il était sur le banc. On devrait pas tarder à le revoir marquer !
Conte, Montella.. Putain pourquoi en France on est incapable d'avoir des entraîneurs aussi classe et aussi fin en France ?!
RonHarrisJr Niveau : Loisir
Message posté par Azathoth


Mario Gomez est revenu dans le groupe la semaine dernière, il a pas joué mais il était sur le banc. On devrait pas tarder à le revoir marquer !


Je l'espère, une fois à fond il sera "unstoppable".
S'il marque 10 buts, il aura fait aussi bien que Falcao.
Message posté par Baldooow
Conte, Montella.. Putain pourquoi en France on est incapable d'avoir des entraîneurs aussi classe et aussi fin en France ?!


C'est comme ça parce qu'on ne prend jamais de risque en France, toujours les mêmes qui reviennent : Fernandez, Baup, etc …
Je suis pas sûr qu'on soit dépourvu d’entraîneurs de qualité en France: Garde, Hubert Fournier, Jocelyn Gourvennec... Je dis pas qu'ils font partis des tous meilleurs entraîneurs européens mais je pense que leur styles tranchent avec les vieux de la vieille (Fernandez, Baup, etc)
Message posté par vicelow
Je suis pas sûr qu'on soit dépourvu d’entraîneurs de qualité en France: Garde, Hubert Fournier, Jocelyn Gourvennec... Je dis pas qu'ils font partis des tous meilleurs entraîneurs européens mais je pense que leur styles tranchent avec les vieux de la vieille (Fernandez, Baup, etc)


Ils vont peut être apporter un vent de fraîcheur mais je ne vois pas en eux une graine de grand entraîneur
Message posté par vicelow
Je suis pas sûr qu'on soit dépourvu d’entraîneurs de qualité en France: Garde


Si c'est une blague elle est de mauvais goût.
cardinaltisserant Niveau : DHR
Message posté par Baldooow
Conte, Montella.. Putain pourquoi en France on est incapable d'avoir des entraîneurs aussi classe et aussi fin en France ?!


T'as raison Arsène Wenger, Rudi Garcia, Laurent Blanc et dans une moindre mesure Rémi Garde sont des bourrins
cardinaltisserant Niveau : DHR
Ah..... en France, en Liguain quoi. Ah oui, c'est vrai on a des bourrins.
Scoop!! Gourcuff blessé.. Le pire il va au mondial
J'avais un peu lâché la serie A mais je suis heureux de voir qu'ils cartonnent ! La saison dernière j'étais tristesse pour la perte de Jovetic et Llajic, mais force est de constater qu'ils ont su s'y faire large. Cuadrado est hallucinant cette année, je n'ose même pas imaginer s'ils avaient eu Pepito et Mario à 100 % ! Même des mecs comme Joaquin qu'on pensait cramés arrivent à tirer leur épingle du jeu. Enfin bref j'espère qu'ils auront leur coupe et une belle place à la fin, parce qu'ils le méritent.

Ah et très bon article, tant pour le sujet que la forme !
La malediction Sofoot a encore frappé, l'Inter a gagné 2-1. Merci pour l'article :)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 14