Jusqu'où ira Messi ?

La nouvelle saison vient à peine de commencer en Espagne, et déjà, Leo Messi a multiplié les exploits histoire de montrer qu'il était toujours au top du hip-hop. Le génial Argentin en profite pour tordre le coup à cette idée que le football moderne empêche les prodiges du ballon rond de briller dans la régularité. La courbe de progression et l'efficacité de Messi n'auraient-elles donc aucune limite ?

Modififié
0 62
Au mois de mai dernier, le FC Barcelone s'installe une nouvelle fois sur le toit de l'Europe, en dominant très nettement Manchester United au cours d'une démonstration technique de très haute voltige. Et Leo Messi, comme toujours, a affiché son nom sur la liste des buteurs. L'Argentin de 24 ans a fait taire les plus sceptiques (ceux qui restaient), tout au long d'une saison où la rivalité Barça/Real, plus aiguisée qu'elle ne l'avait été depuis longtemps, a inéluctablement tourné à l'avantage des Catalans, et donc de son numéro 10, qui en profitait pour mettre un point final aux éternelles polémiques l'opposant au seul joueur capable de lui tenir tête sur la scène mondiale, Cristiano Ronaldo. Barcelone remporte la Ligue des Champions, empoche la Liga et Leo Messi est le meilleur joueur du monde.

Depuis, le Barça est devenu une référence absolue, unanimement louée dans les médias, une source d'admiration inépuisable, prise en exemple à tout bout de champs. Les pisse-froid encore insoumis, insensibles au collectif impeccablement huilé des Catalans, si calculé et répété qu'il semble devenu mathématique et pauvre en prises de risques, et qui préfèrent le foot quand il met en scène du sang et de la sueur, ont perdu à peu près tout crédit. Parce que, face aux performances du Barça comme face aux exploits de Leo Messi, il arrive un temps où il ne s'agit plus que de s'incliner. Et alors que le FC Barcelone entame sereinement sa nouvelle saison à un train d'enfer, Messi est déjà en pleine bourre. Il n'a presque pas eu de vacances, après une Copa America disputée à domicile, en Argentine. Et pourtant, dès ses premières apparitions sous le nouveau maillot Qatar Foundation des Blaugranas, il enfile les buts comme des perles. Leo Messi est déjà là, fidèle à lui-même, et sa flamboyante réussite semble imperturbable aux contre-performances en équipe nationale, au manque de repos (pas moins de 55 matches par an), aux incertitudes qu'engendre inévitablement une nouvelle saison.

Géante, cette puce

Il paraît que le plus dur, c'est de confirmer. De faire fi de la pression, de l'attente que l'on a soi-même générée... Messi n'en finit plus de confirmer. Et le fait est que Messi n'a jamais été plus fort qu'aujourd'hui, alors que les yeux n'ont jamais été davantage braqués sur lui. Il sort à peine de deux saisons hallucinantes (il a empilé 100 buts tout rond et 36 passes décisives en deux ans) et, pas vraiment emmerdé, repart sur le même rythme. Mise en bouche au mois d'août, avec la Super Coupe d'Espagne, et un double affrontement contre le Real : la Pulga place trois caramels, dont un but délicieux dans les derniers instants du match retour, quelques secondes après l'égalisation de Benzema ; une-deux avec Adriano, reprise au premier poteau, et hop, le titre est au Barça. Dans la foulée, le FCB atomise Villarreal 5-0 et Messi part s'amuser avec la sélection argentine, où Alejandro Sabella semble plus que jamais lui avoir filé les clefs du camion. Pour une nouvelle passe décisive et un nouveau slalom entre tous les joueurs nigérians ou presque qui amène un autre but.

Mais plus encore que les stats, c'est l'efficacité de Leo Messi qui force le respect. On l'a bien ressenti l'an dernier face au Real Madrid, face à Manchester, face à Arsenal : plus rien ne semble pouvoir l'arrêter. Certains diront qu'il a progressé et qu'il parvient à briller lors des matches décisifs. En fait, il brille constamment, quel que soit le match, et l'opposition n'est jamais assez solide pour l'empêcher de filer au but. Existe-t-il une défense capable de prétendre à arrêter aujourd'hui la Pulga ? Messi cavale tête baissée jusqu'à son 3e Ballon d'Or consécutif (à moins que Rooney n'aligne cinquante buts et que Manchester gagne tous ses matches 8-2 jusqu'à la trêve hivernale), égalant ainsi les plus grands. Tout cela avec le sourire, à une époque où les visages sont fermés et la pression maximale sur le terrain ; Messi sourit tout le temps et écrase tout sur son passage. Et il a 24 ans. Seulement. Tout cela n'est pas un dithyrambe, ce ne sont que des faits. Mais jusqu'où peut-il courir ?

L'expérience des limites

Déjà, on ne le dira jamais assez, Leo Messi a sacrément de chance – comme tous les plus grands, au demeurant. Pas de blessure gravissime depuis qu'il fait partie du gratin du ballon rond (en septembre 2010, victime d'une soi-disant déchirure des ligaments internes et externes de la cheville, il est éloigné des terrains pour deux petites semaines à peine), ce qui est assez étonnant vu le style de jeu de la Pulga, tout en conduite de balle, en accélérations, en infiltration entre les défenseurs adverses, et le nombre de taquets qu'il reçoit dans les tibias à chaque match. Il n'est peut-être pas bien grand, mais physiquement, il est sacrément solide, et habitué à prendre des coups. Mais évitera t-il toujours les pépins physiques comme les défenseurs adverses aujourd'hui ?

De plus, tout semble lui réussir. Il est toujours là au bon moment et au bon endroit pour planter le but décisif qui fait basculer un match. Il est très rare qu'un poteau ou qu'un gardien en état de grâce lui résiste bien longtemps. Alors oui, c'est certainement parce qu'il est génial, et qu'il sait provoquer sa chance. C'est ce qui le rend si irrésistible, et si agaçant pour certains. Mais on ne peut s'empêcher de penser que cette réussite insolente ne sera pas éternelle. Comme tous les grands joueurs, il y aura des périodes de doute. Déjà, un mec qui est monté si haut, qui cale 50 buts par an, ne pourra que stagner ou régresser – du moins statistiquement, dans un premier temps. On peut légitimement se demander comment Leo gèrera cette situation... Comment réagira t-il sur le pré quand arrivera le jour où il sera – enfin – décevant ? Difficile de le dire. Mais cela arrivera. Comme arrivera le jour où le Barça ne sera plus si intouchable, et où les jambes de Messi ne lui permettront plus de larguer toute une défense en trois enjambées et autant de coups de rein.
Le gentil Barcelone ne triomphera pas éternellement face au méchant Real Madrid. Cela ne voudra pas forcément dire que Leo Messi a failli mais peut-être simplement qu'un cycle prendra fin. La chance de Messi a surtout été d'exploser à peu près en même temps qu'une équipe incroyable et qu'une génération d'Espagnols enfin conquérants. Oui, le Barça est devenu ce qu'il est aujourd'hui en partie grâce à Leo. Mais même sans lui, les Espagnols du Barça et leur collectif écrasant viennent de se goinfrer un Euro et une Coupe du Monde. Messi, dans sa carrière comme sur le pré, débarque toujours au bon moment...

Mais quand le Barça faiblira enfin (Puyol et Xavi ne sont plus si jeunes), où en sera Leo Messi ? A-t-on vraiment envie de le savoir aujourd'hui, finalement ? Qu'on soit admiratif ou réfractaire à ce que le FC Barcelone accomplit sur tous les terrains d'Europe depuis plus de trois ans, on a tout intérêt à se rappeler de ce jeu et de ces exploits : dans le foot, une telle période de grâce est tout à fait exceptionnelle. Et si Messi n'a pas le charisme des glorieux anciens, Maradona ou Cruyff, au hasard, il s'agit de ne pas se comporter en vieux cons aigris et nostalgiques, et de profiter. Parce qu'on sera triste, à coup sûr, le jour où Messi s'arrêtera de courir...

Julien Mahieu

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jusqu'ou ira Messi? Pour y répondre, il faudrait d'abord répondre à la question suivante: jusqu'au ou ira le Barca?
Lorsque le cycle Barca sera terminé (si il se termine), Messi restera un très bon joueur, mais il ne sera plus aussi performant.
Il a eu la chance d'émerger dans une équipe déjà championne d'Europe et tout le système est fait pour le mettre en bonne position. Tant que le Barca lui offrira cela, il sera parmi les tous meilleurs.
Si un jour le collectif du Barca faiblit, il en pâtira et prendra plus de coups, marquera moins de buts, etc.
ça ce ne sont que des prophéties répétées depuis longtemps mais qui ne vaudront rien tant qu'elles ne seront pas vérifiées. Le jeu de Messi c'est surtout se reposer sur ses propres qualités d'infiltration; même si il a besoin du mouvement de ses partenaires pour faire les passes décisives qu'il fait. Mais y a pas qu'à Barcelone que les joueurs savent faire des appels.
Il a émergé en 2006 avec le barça quand même, pas en 2008 (année ou il loupe la ligue des champions sur une grave blessure au passage).

Sinon, Fabregas, Pique, Messi et Pedro ont seulement 24ans, Sanchez 22, Busquets 23, Thiago 20, Iniesta 27..

Ca fais quand même pas mal de jeune joueur, même si Xavi et Puyol ne sont pas éternel, y'a quand même la relève qui est déjà là quant on voit le niveau de Thiago à son âge, et ce que Fabregas montre depuis son arrivée. Je pense pas que le problème pour l'avenir se situe au milieu ou en attaque, mais plutôt en défense, car Abidal, Puyol ne sont plus tout jeune..
2006, l'année ou il loupe la C1 bien sur :)
Messi s'arrêtera la ou les blessures l'arrêteront. Depuis 3 ans il est épargné, mais auparavant il avait déjà connu ça...

Ceci dit, il est devenu un joueur très intelligent, très économe paradoxalement malgré la caisse de match qu'il joue. Peut-être pour ça qu'il se blesse moins, il est moins "foufou"...

Suffit de voir les matches du Barca. Il passe les 3/4 de son temps à marcher, à attendre peinard au milieu des centraux adverse en regardant son équipe faire tourner avant d'un coup d'un seul sortir du bois et placer une attaque à 2000 à l'heure en éliminant plusieurs adversaires ou alors pour venir mettre son pied au bon moment au bon endroit et conclure une action. C'est le seul joueur du Barca qui ne fait quasiment aucun pressing. Donc à mon avis l'enchaînement des matches n'est pas forcément un souci.


Ceux qui disent qu'il est dépendant de son équipe, oui et non. Oui il a de la chance de jouer au Barca, dans cette équipe, mais il en est le diamant, il la sublime. Par exemple son slalom face au Real à Bernabeu en demi de LDC, il le doit à personne. Alors c'est certain, si il jouait ailleurs il marquerait moins de but, mais il en resterait quand même le meilleur joueur du monde.

Ceci dit, plus il sera vieux, plus il sera dépendant de son équipe. Il perdra ses qualités d'accélérations, de tonicité... mais ça changera rien au fait qu'il a un sens du placement et de la finition digne des plus grands 9 de l'histoire, accompagnée d'une vision du jeu et d'une qualité de passe excellente (on ne le souligne jamais assez, mais regardez ses passes sur les deux buts de Fabregas contre Porto et Villareal).
Messi ne s'exprime que sur le terrain, ce qui fait de lui quelqu'un d'irréprochable.

Mais rien de plus chiant qu'une itw de Messi. Moi, j'aime les joueurs qui ont de la gueule, les Cantona, Best, Maradona, Ibra, De Rossi, Tevez même Zidane qui est un personnage plus compliqué que ce qu'il veut montrer au premier abord.

Messi c'est Mickey, c'est fade, ça ne raconte pas d'histoire, c'est juste beau à voir. Sauf que le football, ce n'est pas juste un spectacle, aussi esthétiquement parfait soit-il.
Moi je me demande plutot quelle va etre sa marge de progression en rapport avec son profil de joueur. Il est encore jeune, donc il peut encore progresser, mais son style de jeu ne convient pas a un trentenaire. Il faudra peut-etre qu'il se "reconvertisse" un jour, exactement comme Giggs, qui est passé d'un joueur profil Messi a un joueur profil Xavi (sans etre aussi brillants qu'eux). En gros, il est passé d'un ailier vif, offensif, technique a un role plus central de distributeur et de médiateur du jeu a cause de son age et son manque de vitesse. Je me demande quel poste pourrait occuper Messi quand il devra se reconvertir, parce qu'il ne tiendra pas jusqu'a 35 ans a ce poste. Enfin je l'espere, parce que s'il garde son rythme pendant encore 10 ans, c'est 8 LDC en plus pour le Barca. Et ce serait un peu ch.iant a la longue !
"Moi, j'aime les joueurs qui ont de la gueule, les Cantona, Best, Maradona, Ibra, De Rossi, Tevez même Zidane qui est un personnage plus compliqué que ce qu'il veut montrer au premier abord."

T'inquiète le réservoir de joueurs qui ont de la gueule est loin d'être épuisé hein. On a toujours balotellol pour rigoler!
Article de pisse-copie tendance tire-au-flanc. En résumé : on est tous mortels, donc on va tous finir par décliner. Sans blague ? En attendant, laissez-nous savourer. On n'a qu'une vie, et en plus, elle est courte...
totalement d'accord avec Paic: Messi bonifie cette équipe du Barça, il en est l'arme principale sans aucun doute; après, il a de formidables coéquipiers en place inspirés de la même philosophie de jeu que la sienne.

Pour ce qui est de son poste futur, je le vois bien en n°10 classique où on lui demandera moins de marquer des buts mais plutôt faire la différence et faire marquer son attaquant de pointe. Ou bien alors, justement, il pourrait finir en pur neuf, renard des surfaces car son sens du but est digne des meilleurs attaquants du monde.
"Le Barça est devenu une référence absolue, unanimement louée dans les médias, une source d'admiration inépuisable, prise en exemple à tout bout de champs. Les pisse-froid encore insoumis, insensibles au collectif impeccablement huilé des Catalans, si calculé et répété qu'il semble devenu mathématique et pauvre en prises de risques, et qui préfèrent le foot quand il met en scène du sang et de la sueur, ont perdu à peu près tout crédit. Parce que, face aux performances du Barça comme face aux exploits de Leo Messi, il arrive un temps où il ne s'agit plus que de s'incliner."

C'est le centre des discussions avec mes potes :
- Moi qui trouve que le jeu du Barça est magnifique et rare et qui kiffe regarder non pas un match avec le Barça mais l'équipe du Barça, contre qui que ce soit.
- Et les autres à qui ça gave de voir des matches sans suspense, où une seule équipe touche le ballon.

Et les deux clans sont irréconciliables, car ils possèdent tous les deux des arguments crédibles.
Difficile effectivement de dire comment l'histoire évoluera, si le real réussira à détrôner le barça, si Messi ne succombe pas à une grosse blessure, mais il y'a déjà des choses qui sont claires:

- Le barça actuel est déjà une des plus grandes équipes de l'histoire, ça c'est acquis et acté

- Messi est déjà un des meilleurs joueurs de l'histoire, aux côtés des plus grands (Di Stefano, Pelé, Maradona, Cruyff, Van Basten, Ronaldo le vrai, Platini, Zidane)

- Oui il doit gagner quelque chose avec son équipe d'Argentine, je pense qu'il le fera, mais rappelons aussi que Cruyff n'a jamais gagné de titre majeur avec les pays bas, Di Stefano a fait une carrière essentiellement en club, Platini n'a pas gagné de Mondial, Van Basten aurait pu être LE joueur des années 90 mais a vite été blessé, et pourtant ces joueurs nous ont tous fait rêver

Messi marquera moins de buts à un moment, mais je dirais que ma principale crainte est celle d'une blessure, qu'un Pepe ou autre boucher se transforme en Goikoetxea... Pour le reste, je pense qu'il évoluera, fera plus de passes (c'est déjà le cas depuis le mondial, il a été le meilleur passeur du barça l'année dernière). Par ailleurs, comme l'ont souligné certains, il était abonné aux blessures graves et ça a changé depuis l'arrivée de Guardiola, d'abord parce qu'il s'économise plus, et aussi parce qu'il est mieux suivi, par exemple il a complétement revu son régime alimentaire, est suivi même pendant ses vacances...

En tout cas, je rejoins la conclusion de l'article, il faut profiter de ce qu'on voit en ce moment, un véritable diamant à l'état brut, au sein d'une équipe sublime!!
"il arrive un temps où il ne s'agit plus que de s'incliner."

Euh ouais nan. Je suis d'accord pour dire que c'est la meilleure équipe du monde du moment, techniquement et tactiquement au-dessus du reste. Qui peut conterdire ca de toute facon ? Apres, le fait que leur jeu est chiant a mourir -on dirait quand meme du handball-, que leurs fans sont risibles et fument des clopes en attendant un but, et que surtout la moitié des joueurs se roulent par terre et harcelent l'arbitre fait qu'on a le droit de pas les aimer.
Je préfere pas le foot quand "il met en scene du sang et de la sueur", mais pourtant je préfere voir des hommes guerriers et pas des hommes de théatre. Chacun ses gouts.
perso je fais partie de ces footix qui se régalent en regardant le jeu du Barça. Depuis que je suis activement le foot (une petite quinzaine d'années), je n'ai jamais vu une équipe évoluer à ce niveau et dominer autant ses adversaires. Le "handball" comme certains l'appellent signifie seulement l'incapacité de ses adversaires à contrecarrer son jeu fait en possession de balle, accélérations soudaines et plein de buts à l'arrivée. Ce qui est également génial avec cette équipe c'est qu'elle cherche toujours à marquer même quand elle mène au score et qu'elle la possibilité de "tenir" le résultat. Le Barça est dans la cour des plus grandes équipes de l'histoire du football avec à ses côtés le Real des années 50, le Bayern des 70 et le Milan AC des 90. La différence, c'est la qualité et la quantité des adversaires (le Real par exemple avait beaucoup moins de matches à jouer pour arriver en finale de la Coupe des Champions). Quant à Messi, il fait déjà partie des plus grands joueurs de l'histoire, et à mon avis, il deviendra LE plus grand à cup de plusieurs ballons d'or dans les années à venir, et je l'espère pour lui, une coupe du monde avec l'Argentine.
@luigi

Ce qui m'intéresse, c'est ce qu'exprime un joueur sur le terrain, pas en dehors, les grandes gueules c'est juste bon pour vendre de la paperasse.
Je rejoins TheCliff... Je m'emmerde à mourir quand je regarde un match du Barça. C'est le smeilleurs, certes, mais ça ne me fait aucun effet.

Tout comme le jeu de Messi ne me fait pas bander. C'est efficace à fond les ballons, par contre.

Je préfère les joueurs plus élégants, comme Laudrup, Bergkamp, Zidane...
Question de goût surement.
Le jour où il va tt arracher en équipe nationale, on dira qu'il est encore meilleur. Sauf blessures majeurs, sa progression sera constante jusqu'à ses 29 ans.

On peut souffler sur son cas. Cela dit, je n'espère pas une domination totale de messi parce-qu'il est inarétable, j'espère que d'autres joueurs le seront eux aussi avec leurs qualités propres, qu'on le titille un peu, notamment Rooney ou Ronaldo, mm si ce n'est que sur une saison.

Parce-qu'à ce rythme là, le mois de mai des 5 prochaines saisons est quasiment sans suspense.
Ma seule remarque: on peut quand même s'estimer chanceux de vivre à une époque où on voit évoluer en même temps et dans la fleur de l'âge 3 mecs qui finiront certainement dans les 10,15 meilleurs joueurs de tous les temps (Messi, CR et Rooney).
"et qui préfèrent le foot quand il met en scène du sang et de la sueur, ont perdu à peu près tout crédit"

Heureusement qu'ils sont encore nombreux les passionés de foot qui savent apprécier différents styles de football et donc son Histoire.

Ce qui n'enlève rien au talent et l'incroyable niveau atteint de cette équipe du Barça avec comme facteur plus le génial lutin argentin.
Quelle honte, ces journalistes qui se font graisser la patte par les sponsors des clubs espagnols!!
Aucune honnêteté, aucune dignité!
Sales lèche-culs!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 62