Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // 8es de finale
  3. // Brésil/Chili (1-1; 3-2 tab)

Júlio César Palace

Auteur d'une séance de tirs au but divine, le portier de Toronto a sauvé son équipe et tout un pays d'un drame national. Le Brésil passe par la petite porte, mais passe quand même.

Modififié

Brésil


Júlio César (8) : Un grand gardien est un gardien qui a de la chance. Une barre de Pinilla à la 119e, un poteau de Jara lors de la séance de tirs au but et, surtout, deux tentatives chiliennes stoppées durant l'exercice. Un énorme match. Le gardien a (re)mis les pendules à l'heure. Lui, il est au niveau.

Daniel Alves (5) : Subtil mix entre Abel Xavier et Sisqo, le latéral droit s'est refait une santé par rapport au premier tour. On l'a même vu envoyer du jeu avec des bonnes frappes de loin. Par contre, ce n'est pas l'assurance tous risques en défense...

Thiago Silva (5,5) : C'est dans la tête. Le capitaine s'est mis trop de pression avec cette Coupe du monde. Moralité, il en oublie les fondamentaux comme serrer son attaquant sur le but chilien. On attend encore son premier bon match dans ce Mondial.

David Luiz (6) : Il marque un demi-but, mais sa responsabilité est engagée sur l'égalisation. On ne comprend jamais où il joue vraiment ni même ce qu'il se passe dans sa tête. On dirait un clébard qui remue la queue. Toujours content. Toujours aimanté par la baballe. Fou mais drôle. Mais fou. Mais drôle.

Marcelo (4,5) : Le latéral gauche du Real a joué la moitié de son match dans l'axe, au milieu de terrain. Il était perdu, quoi.

Luiz Gustavo (4) : Sammy Davis Junior. L'ancien du Bayern a perdu énormément de ballons chauds sous le pressing chilien. Complètement à la rue, il a passé son match à envoyer des tampons n'importe comment.

Fernandinho (4) : Un bon tampon sur Aránguiz pour commencer son match. Autant dire qu'il a donné le « la » pour la suite. Très bon lors de son entrée contre le Cameroun, très moyen contre le Chili. On a même regretté Paulinho. Remplacé par Ramires, à côté de ses godasses aussi.

Oscar (4,5) : Un bon centre, une belle ouverture, mais peu présent dans le cœur du jeu. Le milieu de Chelsea semble perdu. À l'agonie physiquement, il n'arrive pas à se situer et du coup, il s'emmerde. Et nous avec. Remplacé par Willian qui s'est illustré en mettant son tir au but à côté.

Hulk (6,5) : Big mama. Des jambes de feu en début de match, mais sa prestation est gâchée par cette horrible remise sur la touche qui amène l'égalisation. Par la suite, il se rattrape quand même bien en brisant les lignes chiliennes sur chaque prise de balle. Un bulldozer. Ses pectoraux sont tellement énormes que Webb pense qu'il fait main sur son but refusé. Un caviar pour Jô dans la foulée pour montrer qu'il est solide dans la tronche. Sur le terrain, il a été le seul à surnager... même s'il rate son tir au but.

Neymar (5) : Le Poney va à 100 à l'heure. Une belle occasion de la tête, mais énormément de déchets dans le dernier geste. Après 45 premières minutes intéressantes, il a été remplacé à la pause… Ah, non. On nous informe qu'il a terminé le match. On prend note.

Fred (4) : Le moustachu n'y arrive toujours pas. Cette Coupe du monde est un cauchemar. Par chance, son remplaçant est encore plus nul que lui : le taxi.

Chili


Bravo (7,5) : Le futur gardien remplaçant du Barça est déjà dans le ton puisqu'il joue tout au pied. Très impressionnant durant 120 minutes, il a mis en déroute toutes les attaques brésiliennes. Pas payé.

Jara (5) : Il aurait pu faire le match de sa vie, on ne retiendra qu'une seule chose : son tir au but sur le poteau qui élimine son pays.

Medel (7) : Il y a donc un cœur dans ce bonhomme. Impérial en défense, l'ancien de Séville a tenu la maison rouge pendant plus de 100 minutes. Ensuite, son corps a explosé. Sorti en pleurs et bandé de partout. Son médecin va lui prescrire une ITT de 10 jours.

Silva (6) : Le Silva low cost de l'avant-match, mais le vrai patron de cette guerre des noms de famille. Un combattant. Un vrai.


Isla (4,5) : Toutes les attaques venaient de son côté en début de match, c'est dire si l'ancien de l'Udinese n'est pas un défenseur de qualité. Mieux en fin de match, quand les Brésiliens suaient à grosses gouttes...

Aránguiz (7) : Une statue pour lui. Révélation chilienne de cette Coupe du monde, le milieu de terrain sait tout faire. Il ratisse, presse, tamponne, court, aboie et plante des lucarnes durant la séance de tirs au but. Monsieur.

Diaz (6,5) : Comme Aránguiz sauf qu'il n'a aucune dégaine ni aucun charisme. Un drôle de bon joueur.

Mena (6,5) : Autre superbe découverte du Chili. Un type capable de caviarder ses attaquants, puis de sortir le geste défensif de cette Coupe du monde devant Jô en fin de match. Une caresse.

Vidal (4,5) : Il a eu du mal à casser des reins. Il était plus proche de Fernand Vidal aujourd'hui. Remplacé par Pinilla qui trouve la barre à la 119e et se manque dans la série de tirs au but. Chat noir.

Vargas (5) : Même dans son rôle ingrat d'avant-centre isolé, il a réussi un match intéressant. Sur une touche, il met Alexis Sánchez sur le chemin du paradis sur l'égalisation. Remplacé par Gutiérrez, dégaine de mineur. Un survivant.

Sánchez (6,5) : Pendant que le Barça tente de faire venir Luis Suárez le croque-monsieur, le club catalan devrait plutôt penser à faire cohabiter Messi, Neymar et Alexis Sánchez. Le Faudel sud-américain est un joueur énorme. Encore buteur sur une prise d'espace dont il a le secret, il aura retourné la défense du Brésil pendant 120 minutes. Un monstre. Dommage pour lui, il rate son tir au but...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 12
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 69