Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FIFA
  3. // Remise du Ballon d'or 2013 à Ronaldo

Juanito : « Au contact, Ronaldo nous faisait rebondir »

Juanito, ex-international espagnol actuellement entraîneur des jeunes du Bétis, était là le jour où Ronaldo a marqué son premier but en pro. C'était le 3 août 2002, lors d'un match amical à Maia au Portugal, entre le Sporting et le Bétis. Le premier d'une très longue série… qui lui permettra, presque à elle seule, de lui offrir deux Ballons d'Or.

Modififié
Quels souvenirs gardez-vous du match où Ronaldo marque le premier but de sa carrière ?
C'était un match amical au nord du Portugal, à coté de Porto (NDLR : Maia, en fait). Je me souviens que Cristiano est entré à 15 min de la fin. Il a complètement redessiné le scénario du match. Il y avait 2-2 à ce moment-là et il a fait basculer le match en marquant très vite un but. Le premier de sa carrière chez les pros, je crois bien.

Vous en aviez entendu parler, de ce jeune Portugais, avant le match ?
Pour vous dire la vérité, je ne savais pas qui était ce gamin, mais dès ses premières prises de balles, on a compris qu'il était différent de ce qu'on voyait habituellement. Je ne pensais pas qu'il allait devenir le crack qu'il est aujourd'hui, mais disons qu'il était très, très prometteur.

Qu'est-ce que vous vous êtes dit en rentrant aux vestiaires. Vous avez commenté la prestation de Ronaldo entre vous ?
Je me rappelle qu'on avait surtout été surpris par sa précocité : quand on a appris à la fin du match qu'il avait 17 ans, on a tous halluciné. Avec la technique, la puissance et ce coté décomplexé qu'il avait, on pensait qu'il avait au moins quatre ans de plus. Il n'avait pas encore la musculature qu'il a aujourd'hui, mais c'était déjà un avion de chasse. Et puis, quand il allait au contact, il nous faisait rebondir. Sa vitesse, ses appuis et sa vivacité… Pfiou, c'était impressionnant…

Neville et les joueurs de Manchester United avait insisté auprès de Ferguson pour acheter Ronaldo après un match amical contre le Sporting Portugal. Est-ce qu'il y a certains de vos collègues qui ont essayé de faire la même chose auprès de Victor Fernandez (coach du Bétis à l'époque, ndlr) ?

Après le match, je crois effectivement me souvenir que certains de mes coéquipiers avaient conseillé aux dirigeants du club de faire une offre pour Ronaldo. C'est dommage que l'on ai pas pris au sérieux cette hypothèse à l'époque, parce que Ferguson n'a pas hésité à le faire lui. Aujourd'hui, on parle juste du meilleur joueur du monde.

Vous l'avez recroisé après ce match-là ?
Oui, à l'Euro 2004, lors du match Portugal-Espagne qu'ils avaient gagné. En deux ans, il avait pris du muscle, il était encore plus puissant, plus rapide. Ce jour-là, je n'ai plus eu de doutes : j'avais en face de moi un futur crack.


Propos recueillis par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 22

Le Kiosque SO PRESS