Tactique - Schéma de jeu

Jouer sans attaquant, pourquoi et comment?

Mardi soir, Di Matteo décide de laisser Torres sur le banc et d’affronter la Juve sans numéro 9. Comme la sélection espagnole, le Barça ou encore le PSG avant lui. Une tendance forte, mais pas à la portée de tout le monde. Comment joue-t-on sans attaquant ? Pourquoi, et pourquoi pas ?

Note
36 votes
36 votes pour une note moyenne de 4.54/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Fabregas lors du match de poule de l'Euro contre l'Italie
Fabregas lors du match de poule de l'Euro contre l'Italie
Dans les années 1990 et au début des années 2000, le football s’est enrichi auprès du 4-4-2 d’Arrigo Sacchi, de Sven-Göran Eriksson ou encore de Fabio Capello. Ce sont les années des grandes paires d’attaquants : Ronaldo-Zamorano, Yorke-Cole, Shevchenko-Inzaghi ou encore Trezeguet-Del Piero. Puis certains adeptes de la pointe unique se sont imposés vers le milieu des années 2000 : Wenger, Benítez, Mourinho... C’est le retour du rôle d’ailier et la fin du trequartista derrière les deux pointes. Assiste-t-on maintenant à une nouvelle ère, sans pointe ?

L’échec de Chelsea, la démonstration espagnole et les autres

Jusqu’à mardi dernier, les équipes qui faisaient le choix de se priver d’une pointe partageaient la volonté de contrôler la possession. Pour vulgariser le schéma, il s’agit de rajouter un milieu offensif habile et d'enlever un buteur plus maladroit à la construction et moins mobile autour de la surface. Plus de vitesse, plus de technique, plus de possibilités de déséquilibrer le bloc adverse, quitte à perdre en finition. À l’Euro, Del Bosque a (souvent) préféré Fàbregas à Torres. Les dangers sont alors venus de Pedro et Iniesta sur les côtés, ainsi que des percées axiales de Xavi et Cesc, ou latérales de Jordi Alba. Mardi, face à la Juve, Di Matteo a fait le choix de n’aligner aucune pointe, mais sans vouloir contrôler la possession. En clair, l’Italo-Suisse a installé un plan de jeu basé sur la contre-attaque et la vitesse de ses trois milieux offensifs. Sans profondeur. Sans point de référence pour faire remonter le bloc.

D’où une contradiction fondamentale. Di Matteo aurait oublié un principe simple : avec moins de finition, il faut plus d’occasions. Ou alors espérait-il provoquer la chance et marquer sur cette première occasion de Hazard… En face, le schéma de la Juve est aussi innovateur, tant le danger provient plus souvent de Marchisio et Vidal dans l’axe, ou Lichstcheiner et Asamoah sur les côtés, que des attaquants bianconeri. Finalement, ces nouveautés sont la suite logique de la révolution entamée par Guardiola à la sortie de l’hiver 2010, quand Messi fut progressivement placé en « faux 10 ». Il y eut le 2-6 au Bernabéu, suivi de diverses tentatives de copie du système.

La modernité et Messi, Zlatan, Benzema, Van Persie…

En fait, la question du rôle de la pointe est devenue fondamentale aujourd’hui en Europe. Les dézonages de Benzema avec les Bleus, la fausse position d’attaquant de Cristiano Ronaldo, la concurrence Van Persie/Huntelaar aux Pays-Bas, le rôle de David Villa au Barça… Les interrogations s’accumulent. Selon Diego Simeone, cette disparition progressive du pur 9 est en lien direct avec la recherche de la possession : « Avec tout ce que l’on fait autour de la possession, on s’éloigne toujours plus des "tueurs" qui, eux, apportent moins de possession. » Mais lorsque l’on évoque les multiples décrochages de Zlatan, Benzema, Rooney ou Van Persie, on ne peut s’empêcher de les ramener à leur capacité à tout faire. Pourquoi se limiter à attendre le ballon quand je sais moi-même l’amener au but ?

L’an passé, le PSG s’est souvent basé sur le trident Nene-Pastore-Ménez, sans vrai attaquant. En attendant Zlatan ? Pas vraiment. La position que le Suédois occupe au PSG est intéressante : loin d’être un 9 classique qui vit sur la ligne du hors-jeu, Zlatan a l’habitude de décrocher « en 10 » pour jouer face au but et laisser les deux « ailiers » (Ménez, Lavezzi, Nene) prendre la profondeur comme deux vraies pointes et lui libérer des espaces. Si cette configuration multiplie les menaces, elle n’empêche pas une certaine perte d’équilibre : à la perte de balle, les trois attaquants sont déjà effacés. Dans l’autre schéma (à une pointe), les deux attaquants de côté peuvent participer à la récupération, comme l’ont montré les exemples du Chelsea du Mou ou du Liverpool de Rafa. Malgré notre époque « tiki-takiste », on préfère parfois perdre le contrôle de la possession pour donner plus d’influence à un certain type de joueurs.

Des nouveaux attaquants, pour des nouveaux schémas

D’une part, il y a le développement de certains schémas de jeu très ambitieux en matière de contrôle du jeu, qui se servent de moins en moins des dons de buteur et de placement des 9 à l’ancienne. D’autre part, il y a l’émergence d’une nouvelle sorte de buteurs ultra-complets et mobiles, capables de construire, finir et distribuer. Quand Huntelaar sait marquer, Van Persie sait marquer et construire. À City, la situation est similaire avec la domination des deux polyvalents Tévez et Aguëro. D’ailleurs, Fàbregas prenait la presse espagnole à contre-pied cet automne, en dévoilant qu’« en fait, quand on dit que je joue faux 9, moi, sur le terrain, j’essaye de jouer comme un vrai 9 ». Les milieux offensifs s’adaptent pour couvrir du mieux possible le rôle de buteur, tout en conservant leurs qualités de constructeurs.

Enfin, il faut ajouter que cette tendance est surtout dominante en Espagne. L’Italie reste le royaume des matadores, avec la longue liste des Milito, Cavani, Klose, Osvaldo, Pazzini, Denis ou même encore Luca Toni… Le Bayern ne compte pas moins de trois purs 9, tandis que l’Angleterre des deux Manchester n’a pas encore abandonné le 4-4-2. Comme l’a montré l’échec de Chelsea, très peu d’équipes peuvent se permettre un tel schéma de jeu. Et à l’Euro, le manque de finition de la Roja a failli coûter cher à celle qui reste pourtant l’équipe la plus organisée au monde. La possession a un prix…

Par Markus Kaufmann

À visiter :
Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

 


 





Votre compte sur SOFOOT.com

47 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Jean-Claude Robignaud le 23/11/2012 à 13:51
      

    moi je dis, Markus Kaufmann, à Football Manager, il doit envoyer du lourd.

  • Message posté par *somagic* le 23/11/2012 à 13:59
      

    Super Article

    Rien à ajouter

  • Message posté par ze7espo le 23/11/2012 à 14:01
      

    bonne analyse!

  • Message posté par declaubianco le 23/11/2012 à 14:02
      

    Je préfère un bon vieux 9 à l'ancienne (Inzaghi) qui ne touche pas la balle pendant plusieurs minutes mais (souvent on ne s'en rend pas compte) pèse sur les défenses et peut marquer à tout moment.
    Voir jouer un Cavani ou un Falcao c'est juste "bandant"!, les appels dans le dos, le jeu de tête,les buts de renard...
    C'est pourquoi je ne pense pas que ce type de joueurs soit compatible avec un jeu basé sur la possession, le tiki taka comme on dit. Ils ont besoin d'espaces, d'un jeu plus direct.
    Jouer un corner à la rémoise avec un Falcao au second poteaux c'est un peu comme rouler en plein Paris avec une féfé!

  • Message posté par MaxMaga le 23/11/2012 à 14:02
      Note : - 1 

    Moi je dis Markus Kaufmann doit envoyer sa candidature à BeIn et remplacer tout le plateau

    "Bonsoir Markus Kaufmann, avec mes invités : moi-même, moi-même et moi-même.
    Moi-même, bonsoir, racontez-nous l'invention du 4-3-3 et ses évolutions contemporaines."

  • Message posté par Sly le 23/11/2012 à 14:04
      Note : - 1 

    Markus, le seul journaliste du site de SF à apporter une valeur ajoutée dans ses analyses. Avec Eric Maggiori. Je viens de faire un tour sur le blog de Ménès, on dirait vraiment des compte rendu d' enregistrements d'un pilier de bar à qui on aurait tendu un micro.

  • Message posté par bud_light le 23/11/2012 à 14:06
      Note : - 1 

    Article très intéressant de Markus K comme d'hab mais je voulais juste réagir sur le "cette tendance est surtout dominante en Espagne"

    c'est quand même en Espagne que se trouve le meilleur 9 du monde : Falcao
    et puis Madrid joue souvent avec un vrai 9 aussi (Higuain)
    S'il n'était pas tricard Llorente jouerait 9 à Bilbao
    Soldado joue comme un vrai 9 à Valence
    ...

    En fait en Espagne c'est surtout le barça qui joue sans 9 (et la sélection mais c'est presque pareil...)

  • Message posté par Vaneau le 23/11/2012 à 14:14
      

    Dans l'article, c'est surtout la construction de la réflexion qui est à souligner.

    On ne peut pas demander à "Pierrot Ménès" le même niveau académique.

  • Message posté par Lamine Turgut le 23/11/2012 à 14:49
      

    Comme d'hab : ce serait une Faute Tactique pour tout internaute que de manquer ce genre d'article

  • Message posté par IronFist le 23/11/2012 à 14:50
      

    Bon article!
    "il y a l’émergence d’une nouvelle sorte de buteurs ultra-complets et mobiles, capables de construire, finir et distribuer"
    Le plus important pour moi!
    La polyvalence des joueurs ne cesse de s'accroitre, donc les schémas sont moins "respectés" qu'avant, pour déstabiliser l'adversaire en le surprenant... donc voilà système sans attaquant "c'est l'animation offensive qui compte" comme dirait l'autre.

  • Message posté par Chattard le 23/11/2012 à 14:54
      

    Grandissimo Markus

  • Message posté par Inzagoal le 23/11/2012 à 14:59
      

    C'est surtout la disparition des bons vieux renards : Inzaghi, Raul, Trezeguet, Van Nistelrooy, Crespo, Makaay, Pauleta...

    Il reste toujours l'excellent Klose, Gomez et la relève avec Chicharito mais ça remplacera jamais les premiers cités.

    L'attaquant moderne doit être plus complet, doit se fatiguer à plus défendre... C'est une question de mode, on est pas à l'abri de voir la relève de Pippo ou Raul dans quelques années.

  • Message posté par prophetGMS le 23/11/2012 à 15:00
      

    super article néanmoins il y a un oubli selon moi:
    jouer sans pointe entraîne de peser moins sur la défense adverse qui quand elle est regroupée devient très dure a jouer sans véritable 9.
    On le voit avec Paris qui en plus joue avec 3 milieu défenseur. L’équipe joue beaucoup plus bas avec une possession dans notre terrain, ce qui entraine les buts erreurs sur perte de balle que Paris prend beaucoup depuis quelques matchs mais permet aussi les remontées folles de ballon de lavezzi et menez.

    Ce système n'est pas parfait non plus a Barcelone ou en Equipe d'Espagne (on l'a vu contre Chelsea l'an dernier) et ça peut assurer une possession énorme mais peu efficace.

  • Message posté par prophetGMS le 23/11/2012 à 15:02
      

    oula pardon:
    On le voit avec Paris qui en plus joue avec 3 milieuX défensIFS.

  • Message posté par Trap le 23/11/2012 à 15:02
      

    Merci pour l'article.

  • Message posté par Brice_I le 23/11/2012 à 15:03
      

    Moi aussi je voulais réagir.

    Bon article, mais peut-être quelques approximations. Cette histoire de jouer sans vrai numéro 9, il l'impute au Barça de Guardiola.

    Quid de la Roma de Spalletti qui jouait avec Totti en pointe?

    Et l'auteur nous parle de la perte en efficacité. Quand Messi joue en pointe du Barça, je considère qu'on peut le considérer comme un attaquant. Parce que Messi, je ne le vois pas louper beaucoup d'occasions de but.

    EN fait, il faut voir aussi que les joueurs sont plus complets que jamais, et qu'aujourd'hui, pour beaucoup d'entre eux, les positions sur le terrain sont plus une question d'habitude. Selon l'influence qu'on veut donner au joueur en question, et selon les possibilités de l'effectif, on peut très bien recentrer un jouer le mettre sur un côté sur son meilleur pied pour centrer, ou en pied inversé pour rentrer et frapper. AUjourd'hui les attaquants savent défendre, les milieux frapper et éliminer, les latéraux sont de vrais ailiers etc...


  • Message posté par one_of_the_amoks le 23/11/2012 à 15:09
      Note : - 1 

    pas faux le coup de la roma.
    cela dit, l'article est bien sympa tout de meme et l'auteur a cette pu.tain de qualité de rendre claire et simple des tactiques qui peuvent parfois paraitre un peu fumeuses ma foi.

  • Message posté par Joshua_is_a_tree le 23/11/2012 à 15:21
      Note : - 1 

    Merci pour cet article Markus !
    Il est excellent !

    Je rajoute même que Sofoot, est l'un des seul, voir le seul site ou l'on peut en apprendre plus dans les commentaires que dans l'article en lui-même !

    Donc merci aussi aux contributeurs !

  • Message posté par JaphetNdoram le 23/11/2012 à 15:22
      

    Un article sur ce thème où Falcao n'est pas mentionné, ça fait bizarre puisque c'est le meilleur avant-centre du monde.

    Sinon il existe des différences entre les équipes qui jouent sans attaquant, autre que la volonté ou non de s'assurer la possession ou non.

    Le Barça y a recours par choix de philosophie de jeu quand Chelsea ou l'Espagne y accèdent en quelque sorte par défaut. Torres est l'avant-centre désigné dans les deux cas mais ses perfs l'ont relégué et tant les Espagnols que Chelski ont dû se résoudre à tenter autre chose. L'Espagne ça a marché puisque il y a l'ossature Barça. Alors que Chelsea doit juste faire le deuil de Drogba et s'acheter Falcao.

    C'est vrai que Paris s'y met aussi et ça marche bien car Zlatan, après ses 4 passes dé' a encore fait une ouverture lumineuse pour Lavezzi lancé à Kiev. On en parle peu ou pas mais cette passe est juste parfaite tant l'Argentin n'a pas eu à décélrer pour se l'amener alors qu'il y avait du défenseur autour.

    Ce schéma c'est en somme la matérialisation de la sempiternelle formule : "L'important, ce n'est pas le schéma mais l'animation".

  • Message posté par hst le 23/11/2012 à 15:23
      

    et sans oublier "Filippppppppppppppppppppppppppppp"






    qui va planter contre Auxerre ce soir. ça c'est du 9

  • Message posté par RomanR10 le 23/11/2012 à 15:41
      

    Article intéressant mais avec Ô combien d'erreurs. Un minimum d'observation du jeu de Chelsea quand Torres jouait, on voyait qu'il laissait très souvent la pointe. D'ailleurs, cette saison, mis à part face à Norwich où il s'est comporté en tant que vrai 9 et qu'il sait crée 2 occasions ( qu'il a raté par la suite ) . Torres, sa façon de jouer, il s'est énormément décalé sur le côté droit, a pris la profondeur et les espaces sur le côté libérant ainsi l'axe de l'attaque à Mata, Hazard ou Oscar . Torres, si vous regardez son style de jeu en ce début de saison, c'est beaucoup d'appels sur les côtés ou alors des décrochages ( beaucoup moins certes ) , et c'est surtout qu'il a du s'adapter petit à petit son jeu à son inefficacité à Chelsea en ces débuts.

    Et pour parler d'équipe qui joue sans 9, on a aussi Suarez avant que Rodgers ne joue en 3-5-2 depuis 2 semaine. Suarez était en pointe et il était en charge d'être le meneur de jeu, le passeur, le finisseur, le leader de l'attaque de cette équipe. Il décrochait énormément pour venir chercher les ballons très bas. Un peu comme Messi.

    Et juste pour finir, j'suis un fan inconditionnel de Bielsa. Et c'était un gros gros adepte du 3-4-3. Pourquoi il aimait cette formation ? Parce que le jeu à l'époque se jouait énormément avec 2 attaquants. Et vu qu'il aime le marquage individuel, 2 défenseurs étaient en charge de poursuivre les déplacements adverses et un dernier doit être le " balayeur ", libre . Depuis, il a évolué sa tactique et la saison dernière par exemple, il a joué en 4-3-3, n'utilisant son 3-4-3 que dans un match face à Seville ( Seville jouait avec 2 attaquants : Negredo, Kanouté ) . Et cette formation de ne pas jouer en pointe, perso, j'en suis vraiment pas fan. Mis à part le Barça, beaucoup d'équipes peuvent mieux jouer que ça .

  • Message posté par RomanR10 le 23/11/2012 à 15:49
      

    Ah et j'allais oublié pour le PSG, ça arrange plus ou moins Ancelotti cette liberté des attaquants. Avant même qu'il vienne au PSG, il était connu pour donner une certaine liberté à ses joueurs. Mais avec ce système de jeu, c'est encore pire que ça . Et s'il aime ce système dans les grands clubs, c'est parce qu'il veut que les joueurs s'épanouissent tout en étant responsable. Malheureusement, au PSG, on s'épanouit mais les joueurs manquent quelque degré de maturité sur certaines phases de jeu.

    Falcao, j'suis assez d'accord avec toi Japet. Dans cette article, on ne mentionne pas l'anti-thèse de cette article. L'attaquant qui rend fou tous les défenseurs centraux tant il est agressif et influent entre les 2 DC. Maintenant, est-ce qu'à Chelsea il explosera tout ?? A voir. En tout cas, le style de jeu est totalement différent à Chelsea qu'à l'Atletico.

  • Message posté par Verratti le 23/11/2012 à 15:50
      Note : - 1 

    Ok c'est quoi ce bordel je me suis mangé 4 pubs en l'espace de 5 min c'est quoi le delire So foot ?
    Je suis le seul?

  • Message posté par Calmos le 23/11/2012 à 15:53
      

    Je dirais que cet avantage aux joueurs polyvalents dans le foot moderne n'est pas qu'au poste d'attaquant.

    Par exemple les milieux anglais box-to-box ou les défenseurs brésiliens qui savent attaquer sont eux aussi une vraie bénédiction pour leurs entraîneurs.

    Après, ça a moins de charme que les joueurs ultra-spécialistes, c'est sûr...

  • Message posté par ToreAndreFlo le 23/11/2012 à 15:58
      

    Excellent article! À la vue du premier paragraphe, la problématique aurait pu être doit on jouer avec Fernado Torres?

  • Message posté par macdermot le 23/11/2012 à 16:00
      

    Mouais je n'imagine pas cette tactique de jouer sans attaquant devenir une référence au niveau mondial.

    Plutôt ponctuellement sur certains matchs ou partie de rencontres. Voir selon les effectifs comme le Barcelone de Pep, qui poussa jusqu'au bout son envie de possession de balle et maîtrise du tempo du match.

    Après, là je rejoins l'auteur, la nouvelle race d'attaquants autant doués dans la finition et la construction bouleverse les schémas classique.

    Mais j'espère que les Falcao et Cavani ont encore un avenir sur nos vertes prairies.


  • Message posté par Guardinho le 23/11/2012 à 16:00
      

    Je me demande jusqu'à quel point c'est pas Ronaldo qui, indirectement, a "tué" le poste d'avant centre, tant son jeu marque une rupture quasi définitive avec tout ce qu'on connaissait alors.

    A titre d'exemple, avant Florian Maurice remplissait à peu près tous les critères pour être considéré comme "l'avenir de l'attaque en EDF". Par la suite, c'était Henry-Anelka, Trezeguet n'ayant jamais vraiment eu un autre rôle que celui du joker de luxe.

  • Message posté par riko le 23/11/2012 à 16:01
      

    brillant!

  • Message posté par fredliga le 23/11/2012 à 16:35
      

    Très bon article, et plus 1 à budlight et macdermot pour leurs commentaires.
    Je ne pense pas non plus que le fait de jouer sans 9 soit une tendance dominante en espagne, tout du contraire. Seul le Barca le fait, parce qu'ils ont Messi, et parfois le Real avec Benzema (et même celui ci joue le plus souvent de vrai 9). Quasi toutes les autres équipes jouent en 4-2-3-1, avec un beau gros 9 (Atletico - Falcao, Valence - Soldado, Seville - Negredo), voir en 4-3-3 mais avec une référence en pointe (L'athlétic, avec Aduriz / Llorente quand il n'est plus puni).
    Et comme dit Macdermot, le Barca joue sans 9, mais parce qu'ils ont Messi. Pas sur que Guardiola aurait adopté ce schéma si il n'avait pas eu Messi dans son équipe.
    Quant à la sélection espagnole, jouer sans 9, avec Fabregas de faux 9, c'était une belle idiotie, qui aurait pu leur couter l'euro.

  • Message posté par Messi Enano le 23/11/2012 à 17:26
      

    Fausses questions, donc fausses reponses dans cete article... et tout le monde tombe dans le piege!
    Ronaldo, Messi, Ibra... c'est juste ça les enfants! Quand vous avez de tels joueurs avec un tel volume de jeu qui apportent un tel impact, et ben... comme coach vous faites jouer l'equipe pour lui, point barre! Et tout le verbiage sur le systeme tactique, c'est du gros pipeau!
    Ferguson par exemple mettait tout MU au service de Ronaldo: Rooney et Tevez faisant les 'beliers' ouvreurs d'espace et 'fatigueurs' de defense. Quand t'as un genie dans ton equipe, le joueur jackpot, tu capitalises. Mourinho, par exemple, capitalisait tout sur Drogba-le-monstre et tous les ballons devaient lui arriver dans les meilleures conditions.
    C'est aussi simple que ça.
    Quand t'as un megacrack dans ton equipe, tu dois le supporter au maximum et le valoriser sans cesse, quitte a faire marcher l'equipe au diapason de Ronaldo, Messi ou Ibra. Sans ces joueurs presents ou en forme, leur equipe respective devient moyenne.
    Falcao est un 9 a l'ancienne, placé tres haut et occupant toujours le meme perimetre de jeu, mettez lui dessus un stoppeur a l'ancienne et le mec disparait aussi bon soit il. On l'a vu d'ailleurs contre Seville.
    Aujourd'hui seuls les mecs partant et lancés 'de derriere' peuvent faire la difference: Ronaldo-Messi-Ibra.

    Sinon je me trompe peut-etre, mais comme ecrit dans l'article, la paire Ronaldo-Zamorano n'a jamais existé!

  • Message posté par eljigolo le 23/11/2012 à 17:45
      

    @ Enano
    Le but premier d'un entraîneur est de valoriser au maximum les qualité de ses joueurs pour que l'équipe soit al meilleur possible. Donc tu as raison.
    L'entraineur, en cours de match, doit adapter sont équipe si elle recontre des difficultés (destabiliser la défense... ainsi de suite). C'est ce que explique sofoot

    La paire Ronaldo-Zamorano? 3 saisons Inter de 1997 à 2000.


    @ Verratti:
    Utilise chrome et telecharge adblock

  • Message posté par LeJusticier le 23/11/2012 à 17:48
      

    Très bon article! Qui insiste bien sur la mode du moment! Parce que le foot permet beaucoup de possibilités et qu'il y a beaucoup de façon d'animer un schéma sans buteur! J'ai pas lu tous les commentaires donc peut-être je radote mais n'oublions pas que Spelleti faisait jouer la Roma sans 9 (en sapin) mais avec une volonté de contrôler le jeu sans ballon et de marquer par des contre-attaque éclair grâce notamment à la capacité de Totti à conserver le ballon et à le donner dans le sens du but à ses coéquipiers qui se projetaient vers l'avant! Et ça marchait pas mal du tout!

  • Message posté par Mathieu le 23/11/2012 à 17:51
      

    +1 Brice_l (ahh ce système de vote...)
    Parmis les meilleurs neufs du monde beaucoup on les qualité techniques et tactiques pour jouer neuf, neuf et demi voire dix. Un peut à l'image de Forlan avec l'Uruguay qui décrochait beaucoup pour organiser le jeu (plus encore qu'Ibrahimovic à Paris).
    Cet polyvalence supplémentaire apporte d'autres possibilités tactiques dans un match.
    Quand Villa joue à gauche, Messi en pointe et Pedro à droite on a un faux neuf qui décroche pour jouer 10 9 1/2 et 9 selon la possession, un pur ailier qui écarte la défense pour ouvrir des espaces dans l'axe et un pur attaquant (gros finisseur) qui repique sur son pied fort et laisse le couloir au latéral.
    Quand je vois Manchester et Rooney qui joue en 10, parfois en 8 voire en 6 dans certaines situations. Et que la liberté tactique don il bénéficie lui permet quand même de se créer des occasions je me dis que ça doit être un régal pour un entraineur de disposer de joueurs aussi polyvalents.
    C'est aussi cette évolution des joueurs qui fait évoluer les entraineurs et leurs tactiques

  • Message posté par Coach Kévinovitch le 23/11/2012 à 18:31
      

    @Guardinho: Oui, Ronaldo Luiz Nazario de Lima est l'assassin du poste d'attaquant. En tant que grand amateur des renards de surfaces, ce crime lui fait perdre beaucoup de mon crédit.

    @Messi Enano: Exactement, ce schéma est plus né de a volonté de mise en valeur du crack que d'une réflexion préalable des entraineurs, je pense.

    Deux points ont été oubliés selon moi.

    Premièrement, sur l'origine du jeu sans attaquant, on donne communément la paternité de cette idée à Guardiola ce qui est faux car la Roma de Spalletti faisait de même avec Totti. Seulement, j'émets l'hypothèse qu'on l'a vu beaucoup plutôt avec Cruijjf à l'Ajax et surtout en sélection néérlandaise.

    Deuxièmement, je pense que surtout la véritable raison du jeu sans attaquant et même de l'établissement des "attaquants modernes" est l'égoïsme croissant des joueurs de football. Je m'explique, dans un jeu avec un renard de surfaces, le "but" de ce schéma de jeu est de remonter la balle, créer du jeu pour in fine faire marquer ce joueur. Dans un tel jeu, les ailiers doiventt se consacrer à centrer pour le buteur, les milieux défensifs remontaient le ballon pour un milieu offensif dont le rôle était non seulement de diriger la création d'actions mais aussi d'être le pourvoyeur de passes potentiellement décisives attitré du buteur qui lui devait rester dans la surface sans trop toucher le ballon plus bas. Un tel système impose une absence d'égoïsme et de joueurs trop personnels.

    Dans un football dans lequel les attaquants veulent prendre la balle plus bas et potentiellement dribblés tout le monde pour marquer depuis qu'ils ont Ronaldo, les ailiers par pur égoïsme se mettent sur le côté de leur pied faible pour repiquer dans l'axe et frappé, les milieux "box to box" aiment tirer de loin et ou les milieux offensifs axiaux ou même de côtés (ceux des 4-4-2) ont disparu, il serait très compliqué de pratiquer un jeu qui réprime toutes ces volontés égoïsmes en pronant un dévouement de la plupart.

    Dans le jeu avec un renard de surfaces, le "but du jeu" est que le renard marque, dans un football sans attaquant, les joueurs offensifs qui ne sont pas attaquants (j'ai vu le pléonasme, ne vous faites pas de soucis) ont plus de liberté pour leurs aspirations égoïstes et individuelles.

  • Message posté par Jay-Jay le 23/11/2012 à 18:33
      

    Un des avantages de jouer sans vrai 9, c'est de dérouter les défenses habituées à contrôler de vrais 9. D'ailleurs, l'année dernière, quand le PSG jouait ainsi, on entendait les défenseurs adverses répéter tout le temps après le match "c'est difficile de défendre contre le PSG, car le danger peut venir de partout". Effet de surprise, de déroutement.

    Après, il faut évidemment que le danger puisse réellement venir de partout... et donc avoir des milieu offensifs à réelle tendance buteur, et c'est bien ça la nouvelle denrée rare (plus que les 9 qui savent aussi organiser) : dans ce registre nouveau dans le paysage du foot, on trouve évidemment l'archétype Messi, et à un degré plus modeste des joueurs comme Menez, qui doivent encore gagner en qualité de finition. C'est sur ce point en général que le système sans 9 achoppe (cf l'Espagne à l'Euro qui avait du mal à concrétiser sa possession et frisait le stérilité).

  • Message posté par YehoudaBen le 23/11/2012 à 18:51
      

    Et Djib' comme vrai n°9, vous l'oubliez? Un monstre à sa grande époque.

  • Message posté par Ruud le 23/11/2012 à 19:03
      

    Messi, Zlatan, Benzema, van Persie

    ya pas commeun intrus ici?
    Chauvinisme ridicule!
    Vous êtes journalistes, pas de place au chauvinisme, surtout quand ça concerne le pire attaquant de l'histoire de la Liga et de l'EDF.

  • Message posté par Messi Enano le 23/11/2012 à 19:33
      

    @eljigolo:

    "La paire Ronaldo-Zamorano? 3 saisons Inter de 1997 à 2000."

    Tu te trompes la mon ami.
    Rappele-moi les stats de Zamorano a l'Inter, mais je doute qu'il y ait vraiment brillé. Il a fait ses meilleures saisons au Real l'helicoptere!
    C'est comme si tu me disais que Papin a brillé au Milan alors qu'il y a ete transparent; a l'OM oui il y a brillé.

    Sinon l'Espagne, a l'Euro, avec un vrai 9, Negredo contre le Portugal, c'est nullissime, on aurait dit Hugo Almeida!
    Le seul vrai bon match de l'Espagne a l'Euro c'est en finale... avec une Italie qui a ecarté les cuisses... suicide tactique de Prandelli, qui a osé ne pas jouer le pressing sur le milieu espagnol, c'etait Journees Portes Ouvertes! Resultat: Xavi et Silva ont pu faire ce qu'ils voulaient tandis que Pirlo a ete transparent car pressing espagnol sur lui!
    En demie, c'est Xavi et Silva qui furent transparents (et remplacés avant la fin), car etouffant pressing du milieu portugais.
    Resultat, match fermé sans occaz, car pressing contre pressing au milieu.
    Le football c'est simple des fois. Et logique.

  • Message posté par Place-Rihour le 23/11/2012 à 20:23
      

    Tres bel article. Ca me fait prendre conscience que le foot atteint des niveaux d'expertise, d'analyse et de stratégie dignes des plus grandes entreprises (ce que sont les clubs d'ailleurs)
    Sofoot ou la capacité de passer de Voici au Monde selon les articles !!!

  • Message posté par vinceletah le 23/11/2012 à 20:23
      

    Tres bon article! Je pense que, en plus du desir de possession, il y a cette volonte de schema variable qui penalise les "vrais" neufs.
    On attends des joueurs qu'ils s'adaptent en fonction des phases de jeu et du deroulement du match, 4-2-3-1 puis 4-3-3 puis 4-3-2-1 ou 4-3-1-2, c'est surtout l'activite qui prends le pas sur le schema et les permutations incessantes exigent une polyvalence que n'ont pas les "vrais" neufs.
    Aussi, revenir a des schemas avec des ailiers plutot qu'un dix, ca peut aussi dependre de la rarete des vrais 10 (Zidane, Aimar).

  • Message posté par Dilaw le 23/11/2012 à 20:24
      

    Autant l'article décryptant le jeu mis en place par Correa (et son éloge) m'avait laissé perplexe, autant celui ci m'a donné beaucoup de plaisir.
    Bien vu Markus Kaufmann, bel article.

  • Message posté par zakdifficile le 23/11/2012 à 21:54
      

    Bel article, bravo.

    il ne faut pas oublier que même en Espagne on voyait de grandes équipes jouait avec de vrai 9, exemple de Séville avec Adreano et ATH.M de Forlan ou même Valence de Soldado ou Villa.

  • Message posté par forza-OM le 23/11/2012 à 21:56
      

    Très bon article, très intéressant comme les articles de Faute tactique aussi (pas sur du nom)

    Par contre on peut pas parler de nouvelle ère parce que ce système de possession implique que l'autre équipe la possède moins. En général la possession accentué d'une équipe déséquilibre les matchs et "force" l'autre équipe a opter pour un système avec une projection plus rapide par l'avant avec généralement 2 ailier un milieu de terrain à 3 et 1 pointe.
    La vrai ère selon moi c'est celle de l'attaquant complet car comme le dit l'article avant on avait le 9 tueur type inzaghi, trezeguet et le 9,5 technique type del piero... Aujourd'hui le 9 c'est un mec qui est capable d'occuper plusieurs role, pivot, travailleur, finisseur et aussi participer au jeu voir meme savoir décrocher (Drogba, Etoo, Van persie...).
    Après ca reste des tendances et les renard tant qu'ils marqueront des buts se feront toujours leur place dans un système de jeu.

  • Message posté par SylVNR le 23/11/2012 à 23:29
      

    Je pense qu'il faut quand même éviter de faire un amalgame entre jouer sans 9 et jouer avec un 9 qui redescend. On ne peut pas comparer l'espagne qui joue avec Fabregas comme faux 9 et le Réal qui joue avec Benzema comme 9 qui "décroche". Les deux systèmes ne sont pas vraiment comparables.

    J'ajouterai que lire coach Kévinovitch affirmer que Ronaldo a assassiné le poste d'attaquant, m'a fait un petit peu mal. Ronaldo était juste un pur tueur, mais capable de faire plus et avec un volume qui lui permettait de se balader sur le terrain et de ne pas avoir à attendre. Il avait une finition qui lui a justement permis de réussir à Madrid, malgré ses blessures, en adaptant simplement sa manière de jouer. Il demeurait un vrai attaquant et je ne pense pas qu'on puisse affirmer qu'il ai assassiné ce poste.

    Mais bon, je ne suis pas objectif, Ronaldo est #1 pour moi, et de loin donc bon ...

  • Message posté par godsavethegeek le 23/11/2012 à 23:58
      

    Effectivement, ça fait plaisir d'avoir un article qui s'intéresse vraiment à la tactique. C'est malheureusement trop rare de voir un journaliste développer ce genre de question. Les journaux papiers n'essaient jamais, les autres sites n'ont pas la qualité et les soit disants spécialistes radio et télé ne s'attardent jamais sur la question.

    Pour ce qui est du shéma sans attaquant pure, je n'ai jamais été très emballé. Comme d'autres,j'aime voir évoluer un attaquant racé en pointe quite à ce qu'il soit associé avec un coéquipier qui décroche, plus créateur. Néanmoins, c'est une solution supplémentaire quand l'entraineur a dans son effectif des joueurs qui peuvent l'assumer. Je doute néanmoins que beaucoup d'entraineurs suivront. D'ailleurs, je n'ai pas l'impression qu'on puisse parlé de phénomène.


    Tactiquement, la multiplication des discours sur la possession provoqué par les succès du modèle espagnol ne doit pas faire oublier que le foot offre beaucoup de possibilités en termes de disposition et surtout d'animation.


    J'espère que Markus renouvellera l'expérience très vite.
    Petite suggestion : un article sur le rôle des latéraux et les différents profils à ce poste.

  • Message posté par Yo'Do le 24/11/2012 à 11:34
      

    La disparition de l'attaquant serait une érésie pr le football. Ce sont eux qui donnent du rêve et de l'intérêt à ce sport. On repense souvent aux papinades de JPP, moins des tacles de Di Meco (quoique...).

    Bref, bonne analyse que j'ai pris du plaisir à lire. Perso, je n'ai pas aimé Fabregas en pointe à l'Euro, j'aurais préféré Torres ou Llorente. A la limite, pr Chelsea, je dirais presque "tant mieux" que ça n'ait pas marché, ça prouve justement que ce n'est pas un système viable.

    Enfin, pr le PSG qui avait joué ds ce système la saison dernière, je rappelle juste que c'était vraiment lié à l'effectif. Gameiro et Hoarau étaient les 2 seuls attaquants mais ils ont de gros problèmes d'efficacité. Ils marquent peu. Et qd ils étaient alignés, Néné, Ménez ou Pastore marquaient plus qu'eux. Pr le coup, le passage à ce système était justement pr améliorer l'efficacité offensive de l'équipe.

  • Message posté par nononoway le 24/11/2012 à 12:54
      

    Système de jeu hypnotique...


47 réactions :
Poster un commentaire