En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Allemagne-Italie

Jorginho le Yéti

Il avait le choix entre le Brésil et l’Italie, il a finalement choisi la Nazionale. Et ce soir, c’est donc le deuxième appel en sélection pour l'un des joueurs les plus discrets, mais pas le moins méritant de Serie A.

Modififié
Jorginho est doux. Jorginho est frais. Et en plus, il est vraiment pratique. Ce n’est pas toujours flagrant - il n’a mis aucun but et n'a seulement délivré que quatre passes décisives cette saison - mais il est un des rouages essentiels du Napoli de Maurizio Sarri. Pour se rendre vraiment compte de ce qu'il appporte, il faudrait isoler une caméra sur lui durant tous ses matchs. Mais heureusement pour João Santos, l’agent du petit Georges, les recruteurs du Real Madrid n'ont pas besoin de ça. Après le match contre Palerme, le Portugais n’a pas hésité à en parler et à faire monter la cote de son poulain sur ESPN : « Les recruteurs sont venus me complimenter à propos de Jorginho. Rien de plus, mais c’est prestigieux de recevoir quelque chose de l’un des clubs les plus connus du monde. » Les performances du néo Italien n'ont pas non plus échappé à Antonio Conte, puisqu’il vient de lui donner sa première chance en Nazionale.

La passe à 91%


En même temps, il n'a jamais été vraiment question de Jorginho au Brésil. Il n’a jamais fait partie des plans de Dunga, le rigoureux et l’amoureux des physiques de boucher. Et puis surtout, Jorginho a presque toujours vécu en Italie. Le natif d’Imbituba, dans le sud du Brésil, a débarqué à Vérone alors qu'il n'avait que quinze ans. Un choix familial, puisque son arrière grand-père était italien - de Lusiana en Vénétie précisément. D’abord prêté une saison à la Sambonifacese, il revient au Hellas et rate de peu le retour en Serie A, dès sa première saison en pro, à seulement vingt piges. Ce n’est que partie remise, puisque lors de la saison suivante, il participe à plus de quarante rencontres et contribue largement au retour dans l'élite du Hellas. Confortablement installé dans le 4-3-3 de Mandorlini, il se parfait en quaterback moderne, à la fois volumineux et précis.

Vidéo

Et c’est cette saison exactement que Jorginho s’est décidé à exploser. L’effet Sarri, certainement, puisque Benítez ne l’a, soit jamais bien utilisé, soit jamais utilisé tout court. Depuis la victoire 5-0 contre Bruges en septembre dernier en phase de poules de Ligue Europa, Jorginho n’a jamais vraiment quitté le trident du Napoli. Situé derrière Hamšík et Allan, il peut librement couper les trajectoires en situation défensive et distribuer des ballons tout propres en situation offensive. Jorginho, c’est tout simplement le meilleur passeur de Serie A. Plus de 2700 passes au total, pour seulement 9% de déchet. C’est 500 de plus qu’Hamšík, son premier poursuivant, et 1000 de plus que Borja Valero, son deuxième poursuivant. Une fournée gigantesque de ballons distribués dont les deux tiers sont dirigées vers l’avant. C'est énorme. Prise de risque maximale, déchet minimal, Jorginho ne pouvait plus rester blotti dans sa grotte.


Sarri et son sacrifice


Et même au-delà des chiffres, le petit Georges - surtout depuis qu’il a enlevé ses bagues - affine son style. Un mélange entre l'allure d'un Pastore, la classe d'un Steven Gerrard, la lecture de jeu d’un Pirlo, saupoudré d'un peu de grinta... Jorginho, c'est un peu de tout ça à la fois. Certes, ça fait beaucoup pour un seul homme. Surtout qu’il n'a que 24 ans et qu'il devrait chauffer le banc contre l'Allemagne ce mardi soir, tout comme à l’Euro, car il n'aura que les entraînements pour prouver qu'il vaut mieux que Thiago Motta ou Riccardo Montolivo, ses semblables sur le terrain. Bref, c'est mission presque impossible. Mais quand on sait que Maurizio Sarri a sacrifié Mirko Valdifiori, son gars très sûr, pour l'installer dans l'entrejeu napolitain et que De Laurentiis a longtemps hésité cet été, avant de racheter ses parts au Hellas, on se dit qu'Antonio Conte aurait tout intérêt à l'essayer. Comme le Yéti, Jorginho, il faut le voir pour le croire.


Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17