1. //
  2. //
  3. // Dynamo Kiev–Maccabi Tel-Aviv

Jordi Cruijff, loin du père

Parce qu’il est le fils d’une légende, le parcours de Jordi Cruijff n’a jamais été une sinécure. Directeur sportif du Maccabi Tel-Aviv depuis 2012, le Néerlandais s’épanouit enfin dans ce rôle, loin de l’agitation que suscite son nom en Europe. Un nouvel élan bienvenu, après une carrière émaillée de critiques, de comparaisons incessantes et de blessures.

Modififié
Plus qu’un père, c’est un héritage au poids presque insondable. Une ombre omniprésente, souvent encombrante, avec laquelle il a dû apprendre à vivre très tôt. Jordi Cruijff n’a pas embrassé un destin commun, car il est le fils de l’iconique Johan. Une légende qui pèse trois Ballons d’or, quinze titres majeurs, élue deuxième meilleur deuxième joueur du XXe siécle et qui a, aussi, influencé le football mondial de ses idées novatrices. Tant de choses qui auraient découragé n’importe qui de marcher dans les pas d’un tel paternel. Sauf que par passion, Jordi a osé se lancer. Et, forcément, les comparaisons n’ont eu de cesse de jalonner son parcours. « Comme 99% de mes confrères, je me suis toujours considéré comme un footballeur, rien de plus. Mon père, lui, fait partie des 1% restants, des immortels, s’épanchait-il, à cœur ouvert, l’été dernier. Il est impossible de comparer les mortels comme moi, aux immortels comme mon père. » De ses propos transpirent une ostensible admiration. Mais aussi une nécessité impérieuse et perpétuelle de se justifier. Parce que dans sa carrière, Jordi Cruijff a toujours dû appréhender la suspicion. Et, surtout, prouver. Bien plus que les autres.

Moqueries, blessures et heure de gloire à Alavés


Quand il a vu le jour, déjà, Jordi n’était de toute façon pas destiné à vivre tel le commun des mortels. Son prénom fut le premier enregistré en Catalogne et aurait à l’époque été considéré comme une provocation manifeste à l’égard de la dictature franquiste. Comme son père, le gamin a arboré les tuniques de l’Ajax Amsterdam et du Barça. Le début des lourdes comparaisons et des remarques les plus acerbes. Dans les eighties, chez les jeunes de l’Ajax, certains n’hésitaient pas à se gausser en affirmant qu’ « il a le talent de sa mère » . À Barcelone, où il est passé pro en 1993, les diatribes n’ont fait que s’accentuer. Parce que son paternel était à la tête des Blaugrana, le Néerlandais était vu comme un pistonné. « La presse laissait entendre que j’étais là à cause de mon père, regrettait celui qui arborait autrefois le numéro 14, comme son géniteur. Là-bas, les gens ne voient pas le gamin qui essaie de jouer au foot, ils font des comparaisons. Et, évidemment, au petit jeu des comparaisons avec mon père, je ne pouvais pas gagner. J’en ai souffert. » En 1996, quand Johan Cruijff est démis de ses fonctions, il est personnellement pris en grippe par le président catalan, Josep Lluis Nuñez, qui le désigne comme l’un des responsables indirects des départs de Hristo Stoichkov et Michael Laudrup.

Pour s’épanouir, pour tenter de s’émanciper de l’ombre de son père, Jordi a dû s’exiler en Angleterre. Mais à Manchester United (1996-2000), l’aventure a été contrariée par de trop nombreuses blessures (seulement 34 matchs disputés). La faute, notamment, à un genou en vrac : « J’ai connu plusieurs graves blessures qui ont freiné la progression de ma carrière. J’étais rarement à 100% de mes capacités physiques. D’un point de vue général, je suis quand même satisfait. J’ai vécu le haut niveau.  » Son heure de gloire, l’attaquant l’a vécue avec le club espagnol d’Alavés, en 2001. Avec les Babazorros, il participe à la folle épopée européenne jusqu’en finale de Coupe d’UEFA où il inscrit un but contre Liverpool lors d’une rencontre ébouriffante (défaite 4-5 a.p., but en or). Le seul fait d’armes dans une carrière où le talent n’a pourtant pas manqué. « C’était un garçon doué, très intelligent, fin dans le jeu, bon dans la dernière passe et les coups de pied arrêtés, se remémore Grégory Vignal, son partenaire quelques mois à l’Espanyol Barcelone. On sentait clairement une patte technique chez lui. En même temps, il a dû avoir de bons conseils dans la famille hein… (rires) » Sans jamais apprivoiser la lumière, il boucle son itinéraire loin du tumulte médiatique, au Metalurg Donetsk (2006-2008) et au club maltais de Valletta (2009-2010).

« À cause de mon nom, je ne suis pas quelqu’un qui peut faire des erreurs »


« J’ai toujours suivi ma voie. Je n’ai jamais cherché le mimétisme avec mon père. Mes choix de carrière n’ont rien à voir avec ceux de mon père. J’ai toujours cherché le chemin le plus compliqué pour qu’on ne me catalogue pas comme le fils de Cruijff. » Il y a du vrai dans les paroles de Jordi. En fin de parcours, à Valletta, il a un temps endossé le costume d’entraîneur adjoint en même que celui de joueur. Une expérience qui ne l’a pas pleinement satisfait. Car celui qui compte respectivement 9 sélections pour les Oranje et la Catalogne trouve davantage son plaisir un peu plus éloigné des terrains, en tant que directeur sportif. D’abord à l’AEK Larnaca (2010-2012), puis au Maccabi Tel-Aviv depuis trois ans. « J’ai pris ma Pro Licence (diplôme d’entraîneur délivré par l’UEFA, ndlr) et j’aime la tactique, mais pour le moment, ma passion n’est pas sur le terrain tous les jours, exposait-il en novembre dernier. Je préfère l’autre partie de tout ça. Le Maccabi est un club qui a tendance à être un tremplin pour les entraîneurs qui viennent, gagnent et veulent rejoindre les meilleurs championnats. Vous avez donc besoin de quelqu’un qui reste et regarde sur le long terme, de quelqu’un qui prend des décisions importantes. C’est mon job d’essayer de mettre sur pied une bonne équipe, un staff technique et un réseau de scouting. Puis collaborer avec l’entraîneur afin d’améliorer l’ensemble. »

Outre le fait de s’épanouir dans ce nouveau rôle, le Néerlandais réussit jusqu’ici tout ce qu’il entreprend. Sous son impulsion, le club chypriote de l’AEK Larnaca a accédé pour la première fois à la phase de groupes de la Ligue Europa en 2011-2012. À Tel-Aviv – « une ville fascinante où il fait bon vivre  » selon ses propres dires –, Jordi Cruijff a fait encore mieux. Incapable de remporter le championnat israélien pendant dix ans, le Maccabi enchaîne les titres de champion depuis 2013 et a retrouvé cette année la C1 après une première participation il y a vingt-trois ans. Loin de l’Europe où la simple évocation de son patronyme suffit à mettre en émoi, Jordi Cruijff apporte son expérience et se plaît dans un championnat mineur encore en plein développement. « Mon rôle était d’apporter une touche un peu plus européenne dans la manière de travailler ici. Je veux dire par là plus de professionnalisme, de technologie, de conditionnement physique, faire venir des gens avec une mentalité méditerranéenne qui peuvent s’adapter rapidement à un nouveau mode de vie, expliquait-il encore avec passion. L'objectif est que les étrangers nous rendent meilleurs sur le terrain et qu’ils agissent comme des éducateurs en dehors. Je pense que nous avons réussi. Si vous me disiez que ce serait notre situation il y a trois ans, j’aurais signé pour ça immédiatement. » Pour son excellent travail fourni et ses résultats obtenus, celui dont la longue chevelure blonde a laissé place à un crâne dégarni a été approché à plusieurs reprises par des clubs allemands et anglais. Des avances toutes refusées poliment. Le fils de Johan, aujourd’hui quarante et un ans, entend encore faire preuve de patience avant de se lancer dans le grand bain. Parce qu’il le sait mieux que personne : « À cause de mon nom, je ne suis pas quelqu’un qui peut faire des erreurs. »

Par Romain Duchâteau Propos de Grégory Vignal recueillis par RD, ceux de Johan Cruijff extraits de So Foot (numéro spécial Johan Cruijff), du Guardian et de L'Équipe
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Registre "Au nom du père", je suis bien plus impressionné par le parcours personnel du fils Merckx..

Et ce tant à l'aune du handicap posé par la valeur du père, qu'à la valeur intrinsèque du fils.

Qui plus est, le fils Merckx ne bénéficia jamais d'aucun passe-droit ; n'en déplaise à la chute, celui de Cruyff ne peut en dire autant et sa place dans les 11 de départ de l'Euro 1996 reste un sacré mystère..
Pour Jordi en 96, pas de "mystère". C'était un bon joueur, successivement au Barça et à Manchester United. Voir l'autobiographie de Bergkamp, et le livre de Cherif Ghemmour.
Sur ce dernier, notre interview exclusive :
http://ajaxfr.com/livre_sur_cruijff.html
GenzoLloris Niveau : DHR
Avoir été titulaire (quasi) indiscutable, toujours dans des clubs de première division, ceci dans une carrière qui s'est étalée sur 3 décennies en glanant quelques sélections nationales, Jordi Cruijff a réalisé pourtant un parcours que 90% des footballeurs aspirant pro n'arriveront jamais à avoir...

D'ailleurs, Enzo Zidane va sans doute suivre cette même voie : celle d'un footballeur s'annonçant de très bon niveau qui pourra faire son trou en Ligue 1 mais dont il est évident qu'il ne dépassera jamais son père (le miracle Paolo Maldini restant l'exception).
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 2 heures Valdés lance sa société de production 1
il y a 3 heures Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 7
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30
mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4
À lire ensuite
Et maintenant, Nuno ?