1. // Euro 2012
  2. // Préparation
  3. // Portugal/Macédoine

João Pereira la droite forte

Après Miguel et Bosingwa, João Pereira perpétue la grande lignée d'arrières droits talentueux au sein de l'équipe portugaise. Annoncé partout, même au PSG, il a finalement atterri à Valence. Mais qui est vraiment le nouveau coéquipier d'Adil Rami?

4 14
Pour un premier match test avant l'Euro, le Portugal a décidé de commencer doucement, par une petite Macédoine en entrée, histoire de voir qui en a assez dans le ventre pour passer au plat principal. Car, dans un groupe qui comporte l'Allemagne, le Danemark et les Pays-Bas, la collation risque d'être lourde. Ce casting pour entrer dans le onze de départ, les joueurs-clé de l'effectif, dont fait partie João Pereira, en seront dispensés. Tout juste transféré du Sporting vers Valence pour 3,6 millions d'euros - même l'OM ne se serait pas fait arnaquer à ce point - le latéral droit de la Selecção n'a aucun rival depuis l'arrivée de Paulo Bento.

Bosingw-out

En fait, c'est surtout depuis le pétage de plombs de José Bosingwa que Pereira se la coule douce sous les couleurs du Portugal. Le latéral de Chelsea était le seul à pouvoir lui disputer la place d'arrière-droit, voire même à le réduire au rang de simple remplaçant, jusqu'à ce qu'il annonce ne plus vouloir jouer en équipe nationale sous l'ère Bento. Ce n'est pas le tout nouveau Valencian qui s'en plaindra, lui qui a été choisi par son sélectionneur pour une question d'équilibre. Derrière lui, pour jouer les suppléants, Miguel Lopes est réduit au simple rang de faire-valoir. Avec une dernière demi-saison de bonne facture à Braga, et aucune sélection à son compteur, le joueur qui a éclos au FC Porto ne tient pas la comparaison avec un mec que la moitié de l'Europe voulait l'hiver dernier. Car l'absence de concurrence au sein de la Selecção ne fait pas pour autant de João Pereira une solution de secours, tel qu'Helder Postiga ou Hugo Almeida en pointe. Capable d'attaquer, de défendre, de dribbler, de centrer et même de planter des banderilles, il s'inscrit dans la continuité de ses récents prédécesseurs, le gabarit en moins. Un jeu polyvalent qui s'explique par le simple fait que le Lisboète - formé à Benfica - ait débuté sa carrière professionnelle au poste de milieu de terrain avant de reculer d'un cran, à l'instar de Fabio Coentrao, son homologue de gauche.

Sentiers accidentés avant la gloire

Pereira n'a pas grand-chose en commun avec le latéral gauche des Galactiques. Pas de coupe de cheveux improbable, pas de stage chez un artisan boulanger, ni dans le bâtiment. Mais tout comme "Boucle d'or", le nouveau coéquipier d'Adil Rami a connu un début de carrière poussif qui l'a empêché d'éclore plus tôt au top niveau. Si Giovanni Trapattoni ne s'était pas cassé de Benfica après un titre obtenu lors de sa première et unique saison chez les Aigles, Pereira serait rapidement devenu un cadre de l'équipe "encarnada". Sauf que Ronald Koeman est passé par là. Le successeur de Trapattoni l'a gentiment expédié sur le banc dans un premier temps, puis sur le canapé de son appartement, histoire de lui faire gagner du temps de jeu sur sa console. S'ensuit pour Pereira un tragique départ à Gil Vicente, d'abord en prêt, puis en CDD, malgré la relégation du club en D2 et les magouilles qui s'y trament en interne. Si les recruteurs de Braga n'avaient pas remarqué son talent pendant sa saison en enfer, il n'aurait jamais pu intégrer la Selecção, même en rêve. Arrivé en 2007 dans le Minho, la poisse le lâche enfin, et il n'a besoin de briller que pendant une saison et demie pour qu'un autre club de Lisbonne veuille le prendre sous sa houlette. Bonjour le Sporting, prends-ça Benfica.

La malédiction de l'arrière-droit

Revenir de loin, c'est bien, c'est beau et ça met en confiance. Tant mieux pour Paulo Bento, car ses hommes auront au moins besoin de ça pour passer l'épreuve du groupe élitiste dont le tirage au sort a accouché. Le seul hic avec João Pereira, c'est son inexpérience des très grands matchs et des compétitions internationales, aussi bien en club qu'en équipe nationale. Cela fait des lustres qu'il n'a pas entendu la musique de la C1 retentir dans ses oreilles, et rien que pour ça, il est heureux de débarquer à Valence. Depuis quatre ans, il ne connaît que la C3. Est-ce vraiment un problème? Pas forcément. Contre Manchester City ou Bilbao, il a démontré être à la hauteur des meilleurs à ce poste-là en humiliant offensivement ou défensivement ses vis-à-vis. Pour Paulo Bento, Pereira est une assurance régularité. De plus, son volume de jeu colle parfaitement avec la conception du métier d'arrière latéral que possède le coach lusitanien. Courir 12 kilomètres par match et épauler les attaquants au front n'est pas un problème pour le néo-Valencian, comme c'était le cas pour Miguel ou Bosingwa. Mais attention, à trop tirer sur les jambes de Pereira, Bento s'expose à perpétuer la malédiction qui touche les arrières droits portugais. Celle à cause de qui les genoux de Miguel ont lâché à plusieurs reprises - lors de la finale de l'Euro 2004 notamment. Bosingwa avait aussi été touché au genou lors de la saison 2009-2010, l'empêchant de disputer la Coupe du monde 2010. Si ça continue, Miguel Lopes aura finalement plus de temps de jeu que prévu en Pologne et en Ukraine...

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Katapulta Niveau : CFA
Hugo Viana vient d’integrer la Séléction,bonne nouvelle!
Oui, depuis avant-hier me semble-t-il! Il va tout de même manquer Martins... Surtout du point de vue de l'habitude en fait. Je demande qu'à voir pour la suite.

Et merci pour l'article : sympa d'en savoir un peu plus sur ce joueur que j'ai aimé voir cavaler en EL cette année.
Katapulta Niveau : CFA
Curieusement,Viana est plus habitué a jouer avec ce line-up que Carlos Martins.
Ça vient de derrière déjà(-21).
Hugo Viana,c’est un bon central avec une frappe de la mort…faut voir...
Katapulta Niveau : CFA
Et le Sporting aussi,bien sur…
Ronaldo,Quaresma,Nani,Moutinho,Rui Patricio,João Pereira…Que des anciens…
Même l’entraineur...
Viana avec ce line up? Je me rappelle de ses convocations sous Scolari (il me semble), mais depuis, il n'est plus si présent, si? J'embrouille tout!
Katapulta Niveau : CFA
Je voulais dire quand ils étaient plus jeunes,en espoirs et tout ça,avant qu’ils dispersent.Et au Sporting aussi,avant les séléctions...
Ok, ça correspond plus à mes souvenirs ; c'est vrai qu'il s'en parlait comme d'un futur très bon de ce Viana. Malheureusement, j'ai l'impression que tous les portugais qui sont partis à Valence sont tombés dans une voie sans issue. Espérons que João Pereira démontre le contraire. Sinon, 3,6M, c'est que dalle, c'est même plutôt incompréhensible : ça mettra un peu de pression sur Coentrão dans une semaine (spéciale dédicace à Léo Ruiz mon pote).
Katapulta Niveau : CFA
C’est vrai pour Valence…
En même temps,ça leur fait une expérience internationale(qu’ils pourront amener à la sélection),donne un peu de visibilité aux qualités de formation du Sporting,et, du championnat portugais.Ils peuvent se faire remarquer sur le marché international…pour ‘pas cher’…C’est vraiment une bonne pioche,dommage pour le Sporting...
C’est vrai que Valence subit l’ombre des deux mastodontes de la Liga,mais ils se battent souvent pour les premières places.J’aime assez le foot de Valence,quand ils carburent...
Katapulta Niveau : CFA
Et Hugo Viana était important pour l’ascension du Sporting de Braga.
Avec un peu de temps,cette équipe risque bien de créer deux trois surprises et chambouler l’éternel ‘triumvirat’ national (encore que moins prédominant ces dernières années)...
Ben, pour le Sporting, c'est sûr que c'est bien ; maintenant, qui mettrait en doute leur formation quand tu vois sur ces 20 dernières années les joueurs de classe internationale qu'ils ont sortis. Faudrait être aveugle pour le nier, bien que là y'ait comme un petit vide : j'espère que la nouvelle orientation de la nouvelle direction -y'a qu'à voir l'équipe de cette année- mettra pas la formation du Sporting à l'ombre définitivement. D'ailleurs, j'ai cru comprendre ailleurs -je ne suis pas énormément la presse portugaise actuellement- que le SCP risquait de faire une descente en 2e division???

Ceci dit, c'est marrant sur le coup parce que des joueurs passés par Valence, ceux qui me reviennent en tête, y'a que Viana qu'a été formé au SCP. Les autres, c'est Benfica : Fernandes, Miguel (je me trompe peut-être sur son compte) et Pereira, sujet de cet article.

Enfin, je mettais pas en doute les qualités de Valence : ils ont vécu une période assez faste au début des années 2000 et restent depuis dans le wagon de tête de la Liga -je ne me souviens pas d'avant, quoique si Angloma a pété là-bas, c'est pas pour rien, mais c'est flou dans ma tête-. Là dessus, y'a rien à redire, en comptant ou pas sur les deux mastodontes qui sont ce qu'ils sont aujourd'hui. Je faisais plutôt référence au fait que les portugais qui ont été là-bas n'y ont jamais réussi à s'imposer : Miguel, ça n'a pas duré longtemps, à croire que Scolari l'a grillé en matches internationaux -mais il avait pas ma de probs persos fut une époque, fumant et se baladant même avec un flingue, ce taré!- ; Viana a plus ciré le banc que joué dans le peu de souvenir que j'en ai et l'attention que j'y portais, et il y est resté un bon moment avec ça! Enfin, Manuel Fernandes a fait un beau flop aussi, abonné du banc et blessé au mauvais moment quand Mourinho l'aurait bien pris à l'Inter. C'est con parce que peut-être que sous ses ordres il aurait eu plus de rendement, mais c'est ainsi.

Alors, certes, on peut regretter que Valence soit à l'ombre des deux géants que sont FCB et RM, mais les portugais qui y sont passés sont à 20 000 lieues d'être ce qu'ont été Futre et dans une moindre mesure Simão à l'Atletico, Figo au FCB et lors de sa première année madrilène ou encore CR aujourd'hui dans la capitale. Bon, c'est sûr que ce serait bien beau d'avoir de l'excellence à tous les postes en même temps pour la Selecção!
Katapulta Niveau : CFA
C’est sur que cela fait une belle sélection …Il faut bosser le collectif maintenant.
Sinon,le ‘marché’ espagnol est une des possibilités.
Tu trouves de bons joueurs portugais dans tous les championnats importants…(je ne considère pas la Ligue 1 un championnat majeur,personne veut y aller,lol).
Pour ce qui est de la formation au Sporting,ça ne va pas s’arrêter de sitôt,ils ont un super centre de formation.
Et de la descente,ça plus á voir avec de sombres magouilles á côté,qu’avec les résultats sportifs…Je ne sais pas s’il n’y a pas une sanction qui traine quelque part...
Katapulta Niveau : CFA
Sinon,c’est de ce genre de défenseur dont je parlais dans un autre post,le type de défenseur qui monte en attaque…Quand on parlait du ‘'manque d’un attaquant en pointe’’,si tu t'en rappelles…(?)
Le Joao il s'est quand même fait violer à plusieurs reprises lors de la demi contre Bilbao et il fini la saison sur les nerfs (pourquoi?).
J'le trouve moyen.

Si Bosingwa n'avait pas fait le con, il aurait pu être de la fête, mais quand on est con c'est pour la vie.
Là le Portugal part avec Miguel Lopes, une buse dont j'espère que Porto s'en débarrassera le plus vite possible.

Et Silvio, bordel do caralho? L'autre jour il a fait la tournée en Colombie avec l'Atletico!
Oui, Katapulta, je me souviens bien du genre de latéral dont tu parlais, mais je réitère ma réponse : toutes les bonnes sélections et tous les bons clubs recherchent ce genre de latéral. Je ne l'ai jamais vu comme une spécificité portugaise.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 14