1. // Interview
  2. // Politique
  3. //

Opportunistes pour les uns, mégalos pour les autres, Joan Laporta ne laisse pas indifférent. Alors qu’un vent d’indépendantisme souffle sur la Catalogne, l’ancien président du Barça fait part de ses aspirations politiques et de ses rêves sportifs. Interview assurée sans langue de bois.

Modififié
0 27
Par rapport aux élections régionales anticipées qui ont lieu en Catalogne ce dimanche, comment vous êtes-vous investi ?
J’ai décidé de recommander aux Catalans le vote pour les partis politiques catalanistes, autrement dit pour le parti d’Artur Mas CIU (Convergencia Democratica de Catalunya i Unio) et pour Jonqueras d’Izquierda Republicana. À mon avis, le président Mas doit devenir le leader de l’indépendance de la Catalogne. Et Jonqueras, avec son parti, doit donner son soutien et sa loyauté à Artur Mas.

Pourtant, Artur Mas est politiquement de droite, alors que Jonqueras se trouve à gauche de l’échiquier politique. N’est-ce pas un paradoxe que de les mettre sur la même ligne ?
(Il coupe). Je ne suis pas tout à fait d’accord. Il est très clair qu’Artur Mas est un centriste, de droite et de gauche, qui essaye de rassembler. Et à sa gauche, il y a en effet le parti catalaniste Izquierda Republicana.

En cas d’indépendance de la Catalogne, quelle serait la meilleure solution pour assurer la pérennité du club ?
Il faudrait que l’État espagnol et l’État catalan décide de jouer une Ligue commune. Mais comme je le répète, il faut pour cela que la Catalogne soit indépendante pour donner de la force au entreprises catalanes, aux citoyens catalans, et donc au Barça. Et donc que nous décidions ce que nous faisons de nos impôts, de nos ressources. Tout cela est plus important que ce que nous ferons avec la Ligue de football.

« Les Catalans comme Xavi se retrouveront sous les maillots de la sélection »

Vous aviez déclaré que votre rêve serait d’être président d’un Barça dans une Catalogne indépendante. Est-il proche de se réaliser ?
Ce n’est pas qu’un rêve. On m’avait demandé si je voulais être une autre fois président du Barça, ce à quoi j’ai répondu que j’aimerais être président du Barça dans une Catalogne libre. C’est comme si on me demandait si j’aimerais être président de cette Catalogne indépendante. Bien sûr que j’aimerais, donc ce n’est pas exactement un rêve. Si vous voulez, je vous explique mes rêves. Mais je ne crois pas que cela soit très intéressant.

Si la Catalogne devient indépendante, des joueurs comme Puyol ou Xavi ne pourront plus jouer pour la Roja ?
Oui, ils joueront pour la sélection catalane, et je crois qu’ils le souhaitent. À l’heure actuelle, la Catalogne n’est pas reconnue comme un état, ils doivent donc jouer avec la sélection espagnole. Si indépendance il y a, en toute normalité, les Catalans se retrouveront sous les maillots de la sélection.

Que pensez-vous du choix de Sandro Rosell de mettre Tito Vilanova à la tête du Barça ?
Je suis content parce que Tito connaît très bien le système, la manière de jouer du Barça. Ça veut d’abord dire que le modèle que nous avons créé a été bien développé. L’excellence a été touchée avec Pep Guardiola, Tixi Berbistan et surtout les joueurs formés à la Masia. Et je pense qu’avec Tito, cela continuera parce que l’actuel conseil directif essaye toujours de changer ce que nous avons mis en place. C’est stupide, car c’est un modèle qui a fait de ce Barça le plus grand de l’histoire. Mais par chance, il n’y arrive pas, car cela continuera à offrir beaucoup de succès.

« Le Ballon d’or doit revenir à un Barcelonais »

En résumé, selon vous, c’est tout de même une bonne chose qu’un Catalan perdure à la tête du FC Barcelone ?
Le modèle, c’est Johan Cruyff qui l’a créé, puis nous l’avons amélioré avec Tixi en directeur sportif, Frank Rikjaard en entraîneur, et les joueurs que nous avions à l’époque. Avec Pep, comme j’ai dit précédemment, nous avons atteint l’excellence. Tito est différent de Guardiola. Il connaît le système, il a les connaissances et le caractère, mais avec des variations.

Dans la course au Ballon d’or, Messi mérite-t-il un quatrième, ou Xavi et Iniesta doivent avoir la reconnaissance de leurs immenses carrières ?
Le Ballon d’or doit revenir à un Barcelonais. Ces trois joueurs peuvent le gagner et le méritent. Mais Messi reste le meilleur joueur du monde. Si tu parles avec Xavi, avec Iniesta, ils te diront que Léo est le meilleur actuellement, et peut-être de l’histoire.

Vous parliez de rêve tout à l’heure. Voir Messi sous le maillot de la Catalogne n’en serait pas un ?
Messi joue avec l’Argentine et je crois qu’il est très content avec sa sélection. À l’inverse, je suis sûr qu’il aimerait bien avoir Xavi et Iniesta avec lui en équipe d’Argentine, et avec des Ballons d’or.

Plus sérieusement, pensez-vous à vous présenter pour les élections à la tête du Barça en 2016 ?
Je suis en train d’y réfléchir. Cela fait longtemps que j’y pense et il reste encore du temps avant que les élections arrivent. Ce n’est pas encore le moment pour dire si oui, ou non, je me présenterai. Rien de plus.

Propos recueillis par Robin Delorme, à Madrid

Modifié

Si la Catalogne devient indépendante, que la FEF interdise au Barca de participer à la liga et à la copa.
Ce serait une mauvaise chose pour le spectacle, mais ça lui ferait peut-être regretter toutes les conneries qu'il dit depuis quelque temps.
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
0 27