Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. // Rétro – Jeux Olympiques

JO 1996 : Aigles impériaux

Une nouvelle ère du tournoi olympique s'ouvre à Atlanta. Celle de la domination africaine. Le Nigeria de Kanu, Okocha et consorts l'emporte en proposant un football jouissif. Le Cameroun lui succèdera quatre ans plus tard.

Modififié
Mario Zagallo a les mâchoires serrées. Le Brésil se voyait déjà en finale, mais la perspective de ramener un premier titre olympique au pays s'est évanouie au terme de vingt minutes cauchemardesques. Mené 3-1, jusqu'à l'aube du dernier quart d'heure, le Nigeria va refaire son retard, avant que Nwankwo Kanu inscrive le but de la mort subite (4-3) au début de prolongations qui ne dureront que quatre minutes. Le coach champion du monde 1994 n'en revient toujours pas :
« Cela fait longtemps que je dis qu'une équipe africaine peut gagner un tournoi majeur, mais sincèrement je ne pensais pas être en face ce jour-là » lâche t-il. Le Brésil qui avait amené l'artillerie lourde -un duo Ronaldo-Bebeto au sommet du temple auriverde, Aldair et Roberto Carlos à sa base, et Rivaldo sur le banc- a cédé face à la génération dorée du football nigérian.

Le frisson Kanu

La qualité du football proposé par les deux équipes pendant 94 minutes a été remarquable. Une orgie de jeu offensif, entre deux équipes rivalisant de virtuosité technique. Sur le deuxième but brésilien, Ronaldo fait ainsi valoir sa vitesse d'exécution sans égale, avant que Bebeto ne concrétise sa fulgurance. Et que dire de cette passe décisive de la poitrine effectuée par Juninho Paulista pour Flavio Conceiçao (3-1). Le Nigeria, qui a manqué un pénalty à la 55e, refuse toutefois de se résigner, et dévale le terrain à une vitesse insensée, pour réduire la marque via Ikpeba (78e). À la 90e minute, Nwankwo Kanu va confirmer qu'il est l'un des footballeurs les plus excitants du moment, en se levant pour lui-même la balle à deux pas de la ligne de but, avant de pivoter pour exécuter Dida. Ce même Kanu mettra fin aux débats en frappant à nouveau à la 94e. Pour la première fois de son histoire, l'Afrique plaçait un représentant en finale des JO, où l'Argentine l'attendait.

Nigeria – Brésil : 4-3 (a-p) :
Vidéo

Hébergé dans la patrie qui rechignait à se convertir au football, ce tournoi olympique fut l'un des meilleurs de l'histoire. Il n'y a qu'à se fier à la qualité des effectifs. À l'instar du Brésil, l'Argentine n'avait ainsi pas lésiné sur la qualité. Ayala, Zanetti, Almeyda, Lopez (Claudio), Crespo, et Ortega, entre autres, avaient été mobilisés. L'Espagne, entraînée par Clemente, pouvait, elle, compter sur Raul, avec Morientes en soutien. La France, encadrée par Domenech, alignait Makelele, Pirès, Dacourt, et un Dhorasoo étincelant. Elle sera défaite en quarts par le Portugal (2-1 a.p). Enfin, la Squadra, qui sortira dès les poules, comptait pourtant sur une charnière Nesta-Cannavaro qui prospérera en sélection A.

Puissance physique

En finale, le Nigeria fait face à une Albiceleste qui semblait foncer sur l'or après un départ laborieux en phase de poules. En quarts, les Argentins avaient expédié l'Espagne (4-0), avant de disposer proprement du Portugal en demies (2-0). Comme l'Albiceleste, les Super Eagles ne s'étaient pas non plus montré souverain lors de la phase d'écrémage, où le Brésil les avaient d'ailleurs dominé (1-0). Surtout, la préparation du tournoi olympique s'était révélée chaotique pour le représentant africain. Pas payé pendant de long mois, le coach hollandais, Jo Bonfrère, avait menacé de quitter la navire, mais s'était accroché au gouvernail devant l'insistance de ses joueurs. Vainqueur de la CAN 1994, et huitième de finaliste de la Coupe du monde la même année, le Nigeria ne se laissait pas perturber par ces aléas, et se présentait confiant à Atlanta. À l'exception du gardien, Joesph Dosu, tous les sélectionnées jouaient en Europe. En 95, Kanu avait ainsi remporté la Ligue des champions avec l'Ajax, où Babangida, autre titulaire des Super Eagles, venait de signer. Le Nigeria formait une sélection redoutable, mais l'Argentine, comme le Brésil avant lui, ne pouvait s'imaginer défait par un pays au poids insignifiant dans l'histoire d'un sport où eux jouaient les premiers rôles.

Comme le Brésil, l'Argentine allait mener les débats avant de céder. Après seulement deux minutes, El Piojo Lopez ouvre le score d'une tête imparable. Repris à la 28e minute, les Argentins ne se démontent pas, et Crespo, co-meilleur buteur du tournoi en compagnie de Bebeto (six buts), inscrit un pénalty (50e). La puissance physique nigériane va toutefois progressivement étouffer une Albiceleste qui doit faire avec un Ortega diminué par une blessure à la cuisse. Modèle de spontanéité et de maîtrise technique, l'égalisation d'Amokachi (78e) va être suivie d'un coup de poignard donné par Amunike à la 90e, laissé en position licite par un Sensini à la traîne. L'émergent football africain concrétise aux JO les promesses entrevues lors des Coupe du monde (Algérie 82, Maroc 86, Cameroun 90, Nigeria 94). En 2000, le Nigeria ne parviendra pas à conserver son titre, mais le Cameroun d'Eto'o et M'Boma lui succède, après avoir sorti le Brésil en quarts, avant de disposer, en finale, de Espagne menée par Xavi Hernandez. Zagallo avait raison, bien malgré lui.

Par Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 43 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises