1. // Rétro
  2. // Jeux Olympiques

JO 1992 : L'Espagne resurgit à domicile

En 1982, l'Espagne avait raté sa Coupe du monde. Dix ans plus tard, à Barcelone, elle ne manquera pas ses JO. Emmenée par Guardiola et Kiko, la Roja renoue enfin avec la victoire.

Modififié
5 6
L'Espagne attendait depuis trop longtemps d'être sacrée pour minorer une victoire olympique. Ce 8 août 1992, c'est un Nou Camp copieusement garni (95 000 spectateurs) qui encourage la Roja. La finale oppose l'Espagne à la Pologne, révélation du tournoi. La souffrance sera au rendez-vous, celle à laquelle la sélection A a habitué ses supporters, mais aussi la libération, quand Kiko inscrit le but de la victoire à la 91e minute (3-2, score final). Les jeunes Pep Guardiola (21 ans) et Albert Ferrer (22 ans) bouclaient ainsi une saison idyllique, lors de laquelle ils avaient contribué à apporter à Barcelone sa première Coupe des champions, et devancé le Real Madrid au goal average en Liga.

Kiko se révèle

En 1992, le tournoi olympique est pour la première fois réservé à des joueurs de moins de 23 ans. Cette formule convient à une Espagne à la jeunesse conquérante. Outre Ferrer et Guardiola, le onze ibérique compte les Merengues Luis Enrique et Mikel Lasa, ainsi que Kiko, la petite merveille de Cadix, qui ira poursuivre sa carrière à l'Atlético. La Roja se montre si sûre de son sujet qu'elle se présente en finale sans avoir pris le moindre but. Au sein du groupe B, elle a écrasé la Colombie d'Asprilla (4-0) et a pris le dessus sur l'Égypte (2-0), puis le Qatar (2-0). Parmi les qualifiés pour les quarts, elle cohabite avec la Suède de Tomas Brolin, qui venait d'emmener son équipe en demi-finales de l'Euro, et l'Italie d'Albertini, Dino Baggio et Favalli.

C'est justement la jeune Squadra qui se trouve sur le chemin de l'Espagne. L'attentisme italien ne va pas payer, et un but de Kiko suffira au pays hôte pour s'insérer dans le dernier carré. En demi-finales, la Roja dominera le Ghana (2-0), première équipe africaine a obtenir une médaille olympique. Au terme de ce parcours immaculé, l'Espagne, bien qu'évoluant sur ses terres, n'est pourtant pas forcément donnée gagnante. Tout d'abord, elle a l'Histoire contre elle. Depuis 1920 et la Belgique, aucune sélection évoluant à domicile n'a remporté le tournoi olympique. Curieuse tendance, alors que l'histoire des compétitions internationales indique qu'être l'hôte d'un tournoi représente un avantage significatif. Cf. le palmarès de la Coupe du monde...

Un trou de 16 ans

Mais plus que de ramer à contre-courant d'une tendance lourde, l'Espagne doit surtout en découdre avec la Pologne. Depuis 1982, la nation qui vient d'accueillir l'Euro ne fait plus trembler grand monde, mais lors des JO, une génération talentueuse s'affirme. La revue Don Balón avait ainsi considéré la Pologne comme la meilleure équipe de la phase de poules, où les Blanc et Rouge avaient marqué les esprits en assommant l'Italie (3-0). En demi-finale, la Pologne n'avait pas non plus fait dans le détail face à l'Australie (6-1). L'épopée de cette génération, dont Andres Juskowiak, meilleur buteur du tournoi, était la tête de gondole, a toutefois été stoppée nette à la 91e minute de la finale des JO de Barcelone. Pour leurs homologues espagnols, le futur ne sera pas franchement plus brillant en sélection. Si le 8 août 1992, l'Espagne retrouvait le goût de la victoire, perdu depuis le sacre à domicile de l'Euro 64, elle devra attendre encore 16 ans pour emporter un trophée de poids.

Youtube


Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nononoway Niveau : CFA
Quel maillot dégueulasse
Myros el matador Niveau : CFA
@NONONOWAY tu sais à cette époque c'était le florilège des maillot les plus moches possible je me souvient encore de celui du PSG avec les sponsors TOUREL et Commodore on aurait dit un rideau de douche le bordel!! enfin bon marseille n'avait pas un grand maillot non plus!!
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
D'excellents joueurs pour cette sélection espagnole du 92. Hormis les plus connus, un joeur pétri de talent: Pinilla (un peu trop prémtature pour l'essence Barça non parfaite encore à l'époque à mon avis -ou à l'image d'autres grands magiciens du ballon encensés trop tôt comme Sandro ou Toril au Madrid-) et d'autres joeurus devenus de vrais symboles du foot espangol: le sobre Pitu, la classe d'Alfonsito, la fusée Manjarín ou le génie fou de Cañete. Et Boucherie (société limitée) Super López-Solozábal.
De par ailleurs, un bel tournoi celui de foot olympique en 92: le but de Kiko, vraiment l'extase. Une finale olympique digne de son nom.
Le maillot que porte Guardiola sur la photo de l'artcile n'est pas le maillot de l'Espagne pendant les JO 92 mais celui de l'Euro 2000 !!!

merci de vérifier vos sources...
Désolé djsimo, l'espagne et l'italie ne s'étant pas rencontrées au cours de l'euro 2000, ni en qualifications, ni durant le tournoi belgo-hollandais, ta théorie prend un coup dans l'aile!
Cher europa,
Si tu relis attentivement ce que j'ai écris tu te rendras compte assez facilement que c'est le maillot qui date de l'euro 2000 et non la photo.
retape toi le coup franc de Zidane contre Canizares et jette un coup d'oeil au maillot espagnol!

Sinon pour t'aider dans tes recherches sur la date de la photo, c'est le 29 Mars 2000 à Barcelone (victoire 2-0 de l'Espagne)!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 6