Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Rétro
  2. // Jeux Olympiques

JO 1992 : L'Espagne resurgit à domicile

En 1982, l'Espagne avait raté sa Coupe du monde. Dix ans plus tard, à Barcelone, elle ne manquera pas ses JO. Emmenée par Guardiola et Kiko, la Roja renoue enfin avec la victoire.

Modififié
L'Espagne attendait depuis trop longtemps d'être sacrée pour minorer une victoire olympique. Ce 8 août 1992, c'est un Nou Camp copieusement garni (95 000 spectateurs) qui encourage la Roja. La finale oppose l'Espagne à la Pologne, révélation du tournoi. La souffrance sera au rendez-vous, celle à laquelle la sélection A a habitué ses supporters, mais aussi la libération, quand Kiko inscrit le but de la victoire à la 91e minute (3-2, score final). Les jeunes Pep Guardiola (21 ans) et Albert Ferrer (22 ans) bouclaient ainsi une saison idyllique, lors de laquelle ils avaient contribué à apporter à Barcelone sa première Coupe des champions, et devancé le Real Madrid au goal average en Liga.

Kiko se révèle

En 1992, le tournoi olympique est pour la première fois réservé à des joueurs de moins de 23 ans. Cette formule convient à une Espagne à la jeunesse conquérante. Outre Ferrer et Guardiola, le onze ibérique compte les Merengues Luis Enrique et Mikel Lasa, ainsi que Kiko, la petite merveille de Cadix, qui ira poursuivre sa carrière à l'Atlético. La Roja se montre si sûre de son sujet qu'elle se présente en finale sans avoir pris le moindre but. Au sein du groupe B, elle a écrasé la Colombie d'Asprilla (4-0) et a pris le dessus sur l'Égypte (2-0), puis le Qatar (2-0). Parmi les qualifiés pour les quarts, elle cohabite avec la Suède de Tomas Brolin, qui venait d'emmener son équipe en demi-finales de l'Euro, et l'Italie d'Albertini, Dino Baggio et Favalli.

C'est justement la jeune Squadra qui se trouve sur le chemin de l'Espagne. L'attentisme italien ne va pas payer, et un but de Kiko suffira au pays hôte pour s'insérer dans le dernier carré. En demi-finales, la Roja dominera le Ghana (2-0), première équipe africaine a obtenir une médaille olympique. Au terme de ce parcours immaculé, l'Espagne, bien qu'évoluant sur ses terres, n'est pourtant pas forcément donnée gagnante. Tout d'abord, elle a l'Histoire contre elle. Depuis 1920 et la Belgique, aucune sélection évoluant à domicile n'a remporté le tournoi olympique. Curieuse tendance, alors que l'histoire des compétitions internationales indique qu'être l'hôte d'un tournoi représente un avantage significatif. Cf. le palmarès de la Coupe du monde...

Un trou de 16 ans


Mais plus que de ramer à contre-courant d'une tendance lourde, l'Espagne doit surtout en découdre avec la Pologne. Depuis 1982, la nation qui vient d'accueillir l'Euro ne fait plus trembler grand monde, mais lors des JO, une génération talentueuse s'affirme. La revue Don Balón avait ainsi considéré la Pologne comme la meilleure équipe de la phase de poules, où les Blanc et Rouge avaient marqué les esprits en assommant l'Italie (3-0). En demi-finale, la Pologne n'avait pas non plus fait dans le détail face à l'Australie (6-1). L'épopée de cette génération, dont Andres Juskowiak, meilleur buteur du tournoi, était la tête de gondole, a toutefois été stoppée nette à la 91e minute de la finale des JO de Barcelone. Pour leurs homologues espagnols, le futur ne sera pas franchement plus brillant en sélection. Si le 8 août 1992, l'Espagne retrouvait le goût de la victoire, perdu depuis le sacre à domicile de l'Euro 64, elle devra attendre encore 16 ans pour emporter un trophée de poids.

Vidéo


Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3