1. // CAN 2012
  2. // Gr.C
  3. // Botswana/Guinée (1-6)

Jeu, set et match pour le Sily National

Toujours fringante, la Guinée de Michel Dussuyer a explosé un Botswana trop novice pour exister (6-1). La Guinée jouera sa qualification mercredi contre le Ghana.

Modififié
3 0
Jour 8 à la CAN pour les deux battus du premier match dans ce groupe B par la plus petite des marges. La Guinée, brillante contre le Mali (0-1), jouait une partie de son avenir avant de défier les super favoris ghanéens mercredi. Le Botswana, béotien à ce niveau, est venu pour apprendre et il va intégrer en même pas une mi-temps le long chemin qui sépare des éliminatoires réussis (premier d’un groupe devant la Tunisie, le Togo, le Tchad et le Malawi) d’une phase finale. Le Sily, crâne, brillant par moments s’est avéré trop consistant. On espère juste que l’équipe la plus pimpante de la CAN jusqu’alors sera au rendez-vous des quarts de finale. Pas une évidence, pourtant…

Le stade de Franceville sonne le creux même si les fans guinéens donnent le change avec leurs corps peinturlurés et leurs trompettes. Les hommes de Dussuyer qui avaient fait forte impression contre le Mali malgré la défaite (0-1) commencent le match comme des furieux. Bah met Maruma en évidence d’une frappe sèche des vingt mètres (14è). Débute ensuite le festival du couloir gauche du Sily National. Un beau mouvement collectif de ce côté-ci du terrain aboutit à Sadio Diallo qui glisse le ballon, finaud, dans le but des Zèbres (1-0) une minute plus tard. Après que Bangoura rate le break sur une des rares excursions sur le côté droit (17è), Baldé, trop relax, donne une frappe trop évidente à son gardien. Ramatlhkwame, le buteur zèbre, intercepte et Yattara le sèche. Pénalty. Le moment de grâce des Botswanais de l’après-midi est gâché par Yattara qui repousse la frappe de Dipsy Selolvane, de retour de suspension. Contre toute attente, et à la grande colère de Zayatte –le capitaine de la Guinée -jaune-, l’arbitre Bouchaib al Ahrach le fait retirer. Le buteur du Supersport United marque alors le but (23è) de l’histoire de son pays en phase finale de coupe d’Afrique, comme le Niger hier. La suite ne sera qu’une longue litanie pour les Zèbres. Comme s’ils voulaient faire honneur à la maxime de leur pays : « Que tombe la pluie » . Et les eaux célestes vont essentiellement tombées du côté gauche. Abdoulaye Diallo marque (presque) dans la foulée une copie quasi-conforme à son premier but : centre venu de la gauche et frappe du…gauche au premier poteau. Les Zèbres auront tenu quatre minutes. Moins d’un quart d’heure plus tard, Razzagui Camara déboule côté gauche (évidemment) et crucifie pour la troisième fois Maruma. Comme si ça ne suffisait pas, Motsope –rentré sept minutes plus tôt pour les Zèbres- est expulsé pour une caresse appuyée sur le tibia fragile de Pascal Feindouno, pourtant lent et emprunté. Rouge. Enfin, histoire de compléter le guide des erreurs à éviter, Ibrahima Traoré convertit le coup-franc (plaein centre mais du pied gauche) qui suit la faute du remplaçant botswanais. Sous d’autres cieux, on appelle ça la double peine.

Le Botswana continuera de souffrir en seconde période, les vagues guinéennes d’un Sily très joueur, comme contre le Mali, ne s’arrêteront jamais. Bangoura, malchanceux ou maladroit, voir les deux rasera le poteau et Feindouno, tout pareil, touche la barre. Les hommes de Stanley Tshosane tentent de limiter les dégâts et de ne pas baisser la garde mais il y aura donc cinq minutes de trop. Bah frappe en force (86è), puis Naby Soumah fait gonfler le score (88è). A onze contre onze, la situation était déjà infernale mais alors avec un joueur de moins…


Par Ali Farhat et Rico Rizitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 0