En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 20e journée
  3. // Valence/Real Madrid

Jesé, l'année d'après

Gravement blessé en mars dernier, Jesé Rodríguez entraperçoit le bout du tunnel. Déjà buteur en Coupe du Roi en décembre, il espère rapidement retrouver les prés de Liga. Cela tombe bien, le marathon de matchs du Real en janvier est sa chance.

C'était déjà la 17e journée de Liga. C'était il y a un an. Ce 22 décembre 2013, le Real Madrid se déplace sur la pelouse du FC Valence. À Mestalla, le cadran affiche la 82e minute, et les deux clubs se neutralisent deux buts partout. Excentré dans l'axe de la surface de Guaita, Jesé Rodríguez est servi par Luka Modrić. Sans prendre le temps de cogiter, le canterano de la Fabrica décoche une soudaine frappe à ras de terre qui file entre les doigts du portier ché et décroche par là même une victoire presque inespérée. Sa joie est outrancière, tout comme ses larmes, quelques mois plus tard. Le 18 décembre, lors du huitième de finale retour de Ligue des champions face à Schalke 04, l'attaquant de poche merengue ne résiste pas à la charge du Bosnien Kolašinac. Son genou cède, son début de carrière si prometteur est mis entre parenthèses. Depuis, il a dû traverser une galère de plus de huit mois, entrecoupée de complications suite à son opération et par le lancement de sa carrière de rappeur en solo. Enfin, ce dimanche, il pourrait faire son retour en Liga, lui « la recrue hivernale » du Real Madrid dixit Ancelotti.

Ancelotti, confident plus qu'entraîneur


Carlo Ancelotti est d'ailleurs l'un des nombreux amoureux de Jesé Rodríguez. Et sûrement l'un des plus importants. Avant sa rupture des ligaments croisés de mars 2014, il l'avait décrit dans les colonnes du Corriere dello Sport comme « un talent fou » : « J'ai entraîné peu de joueurs si bons que lui à son âge, peut-être Pato à Milan » . Après sa rupture, il est devenu son confident plus que son admirateur. Et pour cause, à 22 ans, Carlito, alors joueur de l'AS Roma, avait souffert du même mal. « Il a eu la même blessure et il m'a énormément aidé avec son expérience et ses mots. Son meilleur conseil ? Il y a trois mois, avant de revenir, il m'a dit : "Tu as 21 ans et tu ne dois pas être pressé. Tu dois écouter ton corps et ta tête, et avoir de la tranquillité parce qu'il te reste beaucoup d'années dans le football" » , racontait-il mi-décembre sur le site de la FIFA. Des conseils semblent-ils précieux qui lui ont permis de prendre son mal en patience. Avec ses 258 jours de convalescence avant de retrouver le chemin de l'entraînement, Jesé a rongé son frein et enchaîné les stages en solitaire.

Pépite du centre de formation merengue – que beaucoup considèrent comme le meilleur depuis un certain Iker Casillas – Jesé Rodríguez a été dorloté par les services médicaux du Real Madrid. Pourtant, suite à son opération par le professeur Ulrich Boenisch le 20 mars à Augsburg, il a connu de nombreuses galères. Tout d'abord, sa maison de la Finca (quartier ultra-sécurisé des joueurs de la Maison Blanche) a pris feu alors qu'il s'y trouvait béquilles en main. Comme un malheur n'arrive jamais seul, il a dû retourner sur le billard début avril pour une infection dans son genou blessé... Des péripéties qui ont repoussé une récupération orchestrée sur mesure par les toubibs de Valdebebas. Entre des stages dans la forêt madrilène et les plages de Las Palmas, il a commencé à trottiner en juillet sur une machine expérimentale de la NASA qui lui a permis de renforcer son articulation tout en réduisant son poids. Pas vraiment sur orbite, Jey M – son nom de scène de rappeur – n'a retrouvé le chemin de la Ciudad Real Madrid qu'en septembre. Une période dont il est sorti grandi, selon ses dires : « Si j'ai eu cette blessure, c'est parce que j'avais besoin d'apprendre, de prendre de la maturité en tant que footballeur » .

Sa chance, un mois de janvier marathon


C'est donc dans un corps tout neuf qu'il a renoué avec la compétition. Le 2 décembre dernier, pour la réception de Cornellà-El Prat en Coupe du Roi, il entre en jeu sous les ovations et signe son retour par un pion. Un bonheur s'empare alors du Santiago-Bernabéu qui l'espère pour les prochaines sorties de la bande à Iker. Que nenni, Carlo Ancelotti a un plan et n'en démord pas : « Nous devons penser qu'il a passé neuf mois sans jouer et qu'il faut l'intégrer petit à petit. Il a besoin de temps pour revenir d'une telle blessure » . Du temps de jeu, il devrait en avoir en ce mois de janvier démoniaque pour le Real Madrid. Avec déjà sept matchs de programmés, voire neuf en cas de qualification en quarts de finale de la Coupe du Roi, les Blancs de Chamartin vont tourner. Chicharito étant jusque-là le seul remplaçant de la pointe Benzema, Jesé ne devrait en faire qu'une bouchée. Pour rappel, la saison dernière, il avait inscrit 8 buts et distillé 4 passes décisives avant sa blessure. Un an plus tard, Jey M a les crocs et aimerait bien que son flow soit le tube de cette nouvelle année.


Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 3 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 4 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12
À lire ensuite
Tous les cris les SAS