En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // J1
  4. // Colmar/Chambly (1-1)
  5. // Interview

Jérôme Dehaut : « J'étais juste venu voir un match de foot... »

À la base simple spectateur de la rencontre de National entre Colmar et Chambly (1-1) vendredi dernier, Jérôme Dehaut, 33 ans, a été propulsé sur la pelouse du Colmar Stadium. Arbitre de district à ses heures perdues, l'Alsacien a officié en tant que juge de touche de ce match pendant plus d'une heure. Retour sur sa folle soirée.

Modififié
Qu'est-ce qui a fait que tu étais à cette rencontre de National ?
C'était l'ouverture de la saison, tout simplement. Je me suis dis que c'était une belle occasion d'emmener mon fils de 6 ans voir un match de football. C'est les vacances donc autant en profiter. C'était également ma première fois au stade de Colmar pour une rencontre de National. Je ne suis pas un supporter du club, mais j'apprécie les équipes de ma région. J'étais juste venu voir un match de foot.

Que s'est-il donc passé à la demi-heure de jeu ?
Et bien, j'étais en tribunes et le match a été interrompu. Un arrêt technique, si j'ai bien compris. En fait, l'arbitre principal s'était claqué. C'était la première fois que je voyais un match de National stoppé de cette manière. Cela a bien duré 10-15 minutes. Au bout d'un moment, le speaker du stade a demandé si un arbitre était présent parmi les spectateurs. C'était drôle parce que j'ai dit à une personne à côté de moi que j'étais arbitre et que j'avais ma licence avec moi. J'ai d'abord hésité à aller me montrer auprès des officiels. Vous comprenez, j'étais avec mon fils et je ne voulais pas le laisser tout seul. Finalement, les gens autour de moi m'ont assuré qu'ils veilleraient sur lui. Je suis donc allé voir un dirigeant du club afin de me présenter et il m'a emmené dans les travers du stade.

Depuis combien de temps tu es arbitre ?
Je le suis depuis deux ans maintenant. Arbitre de district pour être précis. J'ai commencé par arbitrer des matchs de U15, mais aussi de DH et quelques rencontres des promotions seniors.

Les officiels ont immédiatement accepté que tu intègres le corps arbitral ?
Serge Léon, ancien arbitre international, était le superviseur de la rencontre. Et tout comme moi, il habite à Osenbach. Il me connaissait. On a eu l'occasion de se rencontrer à quelques reprises dans le monde du football. Il a bien expliqué qui j'étais et que j'étais habilité à participer à cette rencontre. Ni une ni deux, on m'a envoyé dans les vestiaires afin de me changer. Juste avant, j'ai quand même demandé aux dirigeants du club de s'occuper de mon fils. Je voulais m'assurer qu'il soit bien en sécurité. Dans un stade avec 2000 personnes, on ne sait jamais. Ensuite, on m'a briefé, donné deux-trois consignes et j'ai accompagné le trio arbitral sur la pelouse en tant que juge de touche. Ce fut très bizarre de me retrouver comme ça en National.

Comment as-tu fait pour te changer ? T'as pu t'échauffer au moins ?
Les arbitres avaient ce qu'il fallait dans les vestiaires. Il faut savoir qu'ils viennent souvent avec beaucoup de matériel, notamment de rechange. De ce fait, ils m'ont prêté tout ce dont j'avais besoin : short, maillot, chaussettes, chaussures, etc. Et c'était parti. L'ovation du public au moment de ma rentrée été un beau moment. Les gens me disaient : « c'est bien Monsieur l'arbitre » . Je crois que si je ne m'étais pas proposé, un dirigeant du club aurait été tiré au sort et ainsi désigné arbitre. Comme je l'ai dit précédemment, je le suis depuis seulement deux ans. Pouvoir officier dès aujourd'hui lors d'une rencontre de National est inespéré. Je ne pense pas que cela m'arrivera souvent. Pour ce qui est de l'échauffement, non, je n'en n'ai pas eu. Courir jusqu'à la ligne de touche pour prendre place a fait office d'échauffement. Mais cela ne m'a pas posé de problèmes.

« J'ai vu que certains sites me disaient supporter de Colmar, mais ce n'est absolument pas le cas. J'ai arbitré ce match en toute impartialité. » Jérôme Dehaut

Comment ça s'est passé pour toi ? Y a eu pas mal de tensions à la fin de la rencontre.
Je ne pense pas avoir commis d'erreurs. J'ai fait tout mon possible pour que la rencontre se passe bien. J'ai fait ce que j'avais faire. La fin de match a effectivement été tendue. Il y a eu deux expulsions du côté de Chambly, dont une qui est dûe au fait que le joueur m'a insulté. J'en ai fait part à l'arbitre principal qui a pris la décision de l'expulser.

Est-ce que c'est parce qu'il pensait que vous étiez supporter de Colmar ?
Ses insultes n'y faisaient pas allusion. Il ne m'a pas attaqué là-dessus. De toute façon, je le redis, je ne suis pas supporter de Colmar. J'ai vu que certains sites le disaient, mais ce n'est absolument pas le cas. J'ai arbitré ce match en toute impartialité.

As-tu été félicité pour ta performance ?
J'ai eu droit aux félicitations du club. Mes amis m'ont également félicité pour ce que j'ai fait. J'ai reçu beaucoup de messages, d'appels téléphoniques. Ça a encore pris de l'ampleur avec les différents résumés du match dans la presse. J'ai été très sollicité ces derniers jours par les médias. Mais faut rester simple, humble, même si ça fait quand même plaisir de passer du statut de simple personne à un personnage buzz du week-end.

Tu fais quoi dans la vie sinon ?
Je travaille dans le bâtiment.

Tes collègues t'en ont reparlé déjà ?
Pas encore. On est en vacances pour le moment, mais je pense qu'à la reprise, ils viendront m'en reparler. Après, mes potes du football sont déjà au courant.

Tu ne penses pas devenir arbitre dans les échelons plus élevés ?
J'ai 33 ans. Disons qu'à 38 ans, la carrière d'un arbitre devient un peu plus difficile. Je vais donc essayer d'aller le plus haut possible. Mais ça risque d'être compliqué. Mais comme je suis encore un peu jeune, je prendrai ce qu'il y aura à prendre.

Un mot pour la fin ?
Je tenais à remercier Pascal Sleck qui est le coach/dirigeant des U18 féminines d'Osenbach. Il a été triple champion d'Alsace avec cette équipe et c'est lui m'a poussé vers l'arbitrage. Il m'avait demandé d'arbitrer une rencontre une fois. C'est ce que j'ai fait. Derrière, j'ai passé la licence amateur puis la licence professionnelle pour officier à Osenbach. Je le remercie, lui, ainsi que tous les membres du club, mes amis et ma famille. Il ne faut pas oublier que sans un arbitre sur le terrain, on ne peut rien faire.


Propos recueillis par Lhadi Messaouden
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40