1. //
  2. // 8e tour
  3. // Iris Club de Croix

Jérémy Bekhechi, le patron de la Coupe de France

Le JT du foot amateur sur le site de la FFF aurait quand même pu lui consacrer un reportage. Jérémy Bekhechi, attaquant de l’Iris Croix, en CFA, dans le Nord, a marqué 14 buts lors de la dernière édition de la prestigieuse Coupe de France. Loin, très loin, devant Ibra ou Cavani. Une perf’ plutôt sympa que le natif de l’Essonne évoque avec plaisir.

Modififié
2 0
C’est un titre qui est passé inaperçu ou presque. Pas de trophée ni même une invitation pour la finale au Stade de France. Tout juste une ligne dans la presse régionale. Et pourtant, comme le dit humblement l’intéressé, « ça fait plaisir de voir son nom devant Ibra, Cavani ou Beauvue dans un classement des buteurs. » Lors de l’édition 2014-2015 de la Coupe de France, l’attaquant de l’Iris Croix (CFA) Jérémy Bekhechi a enfilé les buts : 14 au total. Meilleur buteur de l’épreuve, toutes divisions confondues. C’est loin devant les 4 réalisations des deux Parisiens et de l’ex-Guingampais, cités par le goleador amateur, qui, eux, se partagent le titre de meilleur buteur de la phase finale, à compter des 32es. Le genre de perf’ qui aurait mérité d’être mise en avant par la FFF.

Certes, les contradicteurs diront qu’il est plus facile de marquer dans cette compétition lorsqu’on la démarre au 4e tour, comme ce fut le cas de l’Iris Croix. Mais on peut y opposer le fait qu’il y a presque autant de tours à passer entre un 4e tour et les 8es de finale (8), soit le parcours du club nordiste de Croix la saison passée, qu’entre un 32e et une finale (6) pour les gros calibres de la L1 qui se retrouvent, le plus souvent, au SDF. Et puis, comme le souligne judicieusement le buteur croisien, « sans ces 14 buts, mon équipe ne serait jamais allée aussi loin dans la compétition » .

Tony et les bons souvenirs du PSG

« En coupe, je savais que si j’entrais sur le terrain, j’allais marquer »


Un 8e de finale donc, perdu à domicile aux tirs au but contre Concarneau (CFA) après avoir successivement éliminé Lille-Wazemmes (3 buts de Bekhechi), Le Portel (2 buts), Neufchâtel-Hardelot (2 buts), Cambrai (un but), Ailly-sur-Somme (3 buts), Saint-Omer (2 buts), puis Andrézieux (un but). « C’est bizarre, avoue le buteur de 23 ans natif de la région parisienne, je marquais moins en championnat. Mais à chaque tour de Coupe, je savais que j’allais être décisif avant d’entrer sur le terrain. Je n’ai pas vraiment d’explication. C’est le parfum de la coupe certainement. Partout où l’on joue, il y a du monde, de la ferveur, ça doit me transcender. »

Révélé lors d’un match de Coupe de France avec un club de district dans l’Essonne


C’est d’ailleurs cette même épreuve qui a révélé Jérémy Bekhechi quelques saisons auparavant. Un match du 6e tour contre Évry (DH) alors que lui évolue avec ses potes d’enfance à Verrières-le-Buisson dans l’Essonne, petit club de Première division de district où il a chaussé ses premiers crampons. « On perd, mais je fais un gros match, se souvient-il, et du coup, ils me suivent. La saison suivante, on les rejoue en Coupe de l’Essonne et juste après, ils me proposent de jouer des matchs amicaux avec eux en fin de saison. Ils me prennent. Je fais un bond de huit divisions en quelques semaines, car Évry montait en CFA2. »

En DH au Paris FC à 16 ans


Jérémy Bekhechi ne rencontre alors pas trop de difficultés pour se hisser au niveau malgré trois saisons passées sur les terrains cabossés du dimanche après-midi. Car quelques années plus tôt, à l’adolescence, il était un jeune espoir du football parisien. À 16 ans, il évoluait déjà en DH au Paris FC après être sorti du centre de formation de football de Paris (CFFP) à Orly. « C’est au PFC que j’ai déconné, confie le Croisien, j’avais fait une grosse bêtise lors d’une Golden Cup en Suède. Après ça, j’ai tout arrêté et je suis rentré à la maison, à Verrières-le-Buisson, pour jouer avec mes potes. » Mais quand Évry lui offre une nouvelle chance, il la saisit. Et se fait repérer par les cadors du groupe de CFA2 : Sedan et Croix. Les deux clubs le convoitent. « Sedan voulait que j’aille faire un essai chez eux, explique-t-il. Mais, Croix, c’était tout de suite du concret. À un moment donné, on en a marre des mauvais plans, des essais, etc. Je suis parti dans le Nord et je ne le regrette pas. »

« Il manque encore d’agressivité défensive pour passer en National ou L2 »


Malgré une première saison, selon lui « en demi-teinte » , avec l’Iris Croix promu en CFA, malgré ces 14 buts en Coupe de France et sept en championnat, « je faisais trop d’allers-retours Lille-Paris pour voir ma famille » , reconnaît-il, Jérémy Bekhechi a déjà inscrit cinq réalisations cette saison et son club est dauphin du leader, Wasquehal, en CFA. Un éloignement familial qui a fait mûrir aussi l’homme : « Jérémy est un garçon exemplaire dans son comportement à tous les niveaux, dit de lui le président croisien, Patrice Weynants. Il est très apprécié dans le groupe. » Le boss de l’IC Croix Football est tout aussi élogieux envers le footballeur : « Il a des qualités d’attaquant et de vitesse indéniables. Il est capable de marquer dans toutes les positions. Mais il manque encore d’agressivité défensive. Et c’est cela qui lui interdit pour l’instant le passage à l’étage supérieur, en National, voire en L2. » Jérémy partage cette ambition présidentielle : « Oui, je pense que je peux viser encore plus haut, lâche-t-il. À moi de marquer le plus de buts possible et d’aider mon équipe à monter en National. Quand on est tout en haut du classement en CFA, on est plus sous les feux des projecteurs. Le plus important, c’est l’efficacité et la régularité. »

À Sedan samedi, en espérant le club de son cœur ensuite : le PSG


Le destin faisant parfois bien les choses, les Croisiens iront défier Sedan (National) ce samedi pour le 8e tour de la Coupe de France. Tiens, tiens, comme on se retrouve… « On les a battus la saison passée chez nous, puis eux nous ont battus à domicile. » Un partout, balle au centre. Jérémy Bekhechi aura à cœur de marquer. Pour espérer rencontrer au tour suivant le club qu’il supporte ardemment depuis tout petit : le PSG d’Ibra. Vous savez, ce joueur qu’il a devancé l’an passé au classement des buteurs de la Coupe de France...



Par Youri Hermano
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 0