Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Rennes-Monaco

Jérémie Boga, le tigre de Bengale

Parti à 11 ans de Marseille pour Chelsea, Jérémie Boga est presque tombé aux oubliettes depuis son retour en Ligue 1 cette saison. Avec Rennes, il a longtemps été cantonné au rôle de remplaçant jusqu'à ce que ses entrées en jeu soient remarquées, et qu'il fasse plus ample connaissance avec le championnat de France.

Modififié
En 2008, la nouvelle fait l'effet d'une bombe. À 11 ans, Jérémie Boga est recruté par le Chelsea FC. À l'époque, les jeunes joueurs ne sont pas aussi prisés qu'aujourd'hui, seuls Arsenal et Wenger assument leur attirance pour les potentiels prometteurs. Le monde du football est presque indigné qu'un joueur aussi jeune devienne la propriété d'un grand d'Europe. Mais tant pis pour les principes, le Marseillais jouera pour les Blues. Ou presque. Cette année-là, Guy Hillion, chargé de dénicher de nouvelles pépites pour le Chelsea Football Club, est à Marseille. Un week-end, il tombe sur le minot lors d'un match de championnat : « Il dominait dans tous les domaines qualitatifs que l'on demande à un joueur de foot : vision de jeu, comportement, vitesse, technique... Il y avait plein de choses chez Jérémie malgré son jeune âge. » Le 18 mars dernier, huit ans après son départ, Jérémie Boga revient à Marseille, mais avec Rennes, pour affronter l'OM. Avec ses partenaires, il s'impose 2-5, et il est tout près d'inscrire le but du match, après une accélération qui laisse cinq Marseillais sur le carreau. Normal, au Vélodrome, il est un peu comme à la maison.

Les copains d'abord


Ses qualités, mais surtout son amour inconditionnel du ballon rond, il les a développés depuis son enfance, entre son quartier et le stade Alexis Caujolle, à quelques mètres tout juste du Stade Vélodrome. Un amour qui l'a toujours poussé à tout donner. « Sur le terrain il se transcendait. Il était capable de se mettre minable pour les autres, et je ne l'ai jamais vu râler parce qu'un collègue ratait une passe » , se souvient Anthony, qui a eu Boga sous son aile pendant quatre années à l'ASPTT Marseille. Parce qu'avant de filer à Chelsea, le gamin cavale pour un des nombreux clubs locaux et fait les beaux jours de ses éducateurs, mais aussi de ses coéquipiers qu'il n'hésitait pas à faire briller. « Jérémie avait des qualités hors normes par rapport à son âge. Il pouvait dribbler tout le monde, mais il ne le faisait pas parce que lui, il voulait juste s'amuser avec ses copains » , ajoute Romain qui, lui, a entraîné Jérémie de 6 à 9 ans, toujours à l'ASPTT. Côté comportement, le garçon est tranquille : « En dehors, il était calme, ce n'était pas celui qui allait faire rire tout le monde. Il était plutôt du genre travailleur, très demandeur, il voulait tout le temps travailler pour progresser » , poursuit Romain. Volontaire, peut-être même un peu trop, jusqu'à rester dans les souvenirs des habitants de son quartier.

Ballons volés et famille retrouvée


« Quand il sortait de chez lui, c'était pour jouer au foot. Il faisait chier tout l'immeuble du matin au soir à taper le ballon dans le quartier. Pour qu'il remonte, il fallait que son grand frère descende le chercher » , rigole Hakim Kaladjou, voisin et ami de la famille Boga. Un fou de foot que tout le monde connaît dans le quartier de Bengale, au sud de la ville. Parce qu'il était « le seul petit qui jouait avec les grands » , mais aussi parce qu'il était capable de ruser tout le monde pour taper dans un ballon : « Nous, on jouait sur un parking entre « grands » du quartier. Parfois, on coinçait le ballon sur un toit et on le laissait pour le récupérer le lendemain. Sauf qu'à chaque fois, on ne le retrouvait plus, et quand je me mettais par la fenêtre, je voyais Jérémie jouer avec » , poursuit Hakim. Aujourd'hui, le « petit » a bien grandi, mais ne brûle toujours pas les étapes. À Rennes, il s'est tranquillement installé dans le onze de départ de Rolland Courbis, après avoir joué les remplaçants de luxe. Un compte de fées tout en maîtrise qui a même dépassé la notion de football. Hakim : « Il a même réussi à renouer des liens entre ses parents qui étaient séparés. C'est grâce à lui, à sa réussite et à son attitude. » Mais à 19 ans, Jérémie Boga va devoir prouver qu'il est à la hauteur de son CV. « Le football professionnel est un milieu difficile, ajoute Guy Hillion, c'est un garçon tellement gentil... J'espère qu'il va montrer un peu plus de caractère. Chelsea a eu de la chance de pouvoir le recruter parce que beaucoup de clubs français étaient sur le coup, mais son père travaillait à Londres. Si ça n'avait pas été le cas, il n'aurait pas pu partir avant 16 ans. » Les dirigeants des Blues sont bien conscients de ce qu'ils tiennent entre les mains. Et s'ils ont mis une option d'achat à 40 millions d'euros sur son prêt à Rennes, ce n'est certainement pas pour rien.

Par Benjamin Asseraf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 1 heure Le but contre son camp lunaire d'un Russe en finale de futsal aux JOJ 7 il y a 9 heures OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
il y a 4 heures Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 13
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 8 heures Enzo Zidane rate un tir au but, son équipe éliminée 29