1. //
  2. // Lorient-Rennes
  3. // Lafesse

Jean-Yves Lafesse : « Lafesse, ça vient d’un but que j'ai marqué »

Ce mardi, Christian Gourcuff et son fils reviennent au Moustoir pour y affronter des Merlus orphelins depuis leur départ. Pour parler foot breton, on a décidé d'interroger le régional de l'étape, Jean-Yves Lafesse.

Modififié
469 17
Salut Jean-Yves. Bon, d’abord, il paraît que vous êtes un vrai fan de foot.
En Bretagne, on naît sur un vélo et un ballon au pied. Je suis un fana de foot depuis que je suis tout petit, évidemment. Je mate cinq ou six matchs par semaine quand même. Les matchs du dimanche soir, les matchs de l’Atlético, les Clásicos, le Bayern avec mes fils. Il y en a un qui veut d’ailleurs être le futur Neuer du Bayern et l’autre le futur Griezmann de l’Atlético. Ils ont huit et dix ans et ils jouent déjà au foot à Paris. (Il se tourne vers ses gosses, ndlr.) Tu veux toujours être goal du Bayern, toi ? À huit ans, il veut jouer soit au Bayern ou à Rennes. Celui de dix ans, c’est soit attaquant à l’Atlético soit à la Juve, soit à Rennes...

Pourquoi Rennes, du coup ? Vous les avez emmenés au stade ?
Non, mais ils aiment Gourcuff. Je les ai nourris en regardant les matchs où Yoann jouait. Sans déconner, quand tu le voyais en forme, que ce soit à Bordeaux, à Lyon au début, en équipe de France, c’était un joueur qui avait de la classe. Et puis, il avait dédicacé son maillot à mon fils après le match contre le Dinamo Zagreb quand ils avaient gagné 7-1. On voit vite que c’est un mec timide, introverti, mais il a l’œil qui brille, il aime bien se marrer, il a une double casquette.

Youtube

Vous étiez quel genre de joueur ?
J’ai joué au Stade Pontivyen jusqu’à seize ans, puis j’ai arrêté quand je suis parti en Afrique. J’étais arrière droit. À l’époque, on nous déconseillait de monter. Il n’y avait pas la conception du latéral qui était si offensif. On devait être prêts à aller à l’impact pour bloquer l’ailier gauche, cantonné à défendre. C’était très primaire.

C’est vrai que votre pseudo vient du fait que vous aviez marqué le seul but de votre carrière de la fesse ?
Oui, Lafesse, ça vient d'un but que j'avais marqué. Sur un corner, je suis monté et j’ai marqué le but de la victoire (1-0) contre Plouay ou Plouray, je ne sais plus... Je me troue sur la reprise de volée, complètement. Geste magnifique, le grand écart en extension et tout. Mais le ballon touche ma fesse gauche. Et but...

« J’étais là quand le PSG a gagné ce fameux match contre le Real avec la tête de Kombouaré. On parle toujours des publics de Nantes, de Lens, de Saint-Étienne, mais attention, le public parisien à l'époque, c’était quelque chose. »

C’étaient des beaux moments, ces années à taper le ballon dans les stades morbihannais ?
Ce que j’adorais, c’étaient les déplacements. Partir en car avec toute l’équipe avec nos sacs Adidas, nos chaussures à trois bandes avec du cuir épais. On ne sentait pas quand on nous marchait dessus. J’adorais jouer dans le froid. Quand on est défenseur droit, ce qui est drôle, c’est qu’on voit le milieu, les attaquants et l’équipe d’en face avec cette vapeur, cette fumée qui sort de nos naseaux. Et puis le matin en hiver, à part les cris des parents, on n’entend que le bruit du ballon. J’ai retrouvé ce bruit une seule fois, je crois que c’était durant un Matra Racing-PSG avec Francescoli. Dès qu’il posait le pied sur le ballon, il y avait ce silence incroyable dans le stade. On attendait ce qu’il allait faire et on entendait le bruit du cuir. Francescoli balle au pied, c’était magique, on attendait l’aigle. Ce même son, on l’avait en hiver le matin. C’était ça que j’aimais dans le foot, et puis le collectif aussi.



Vous êtes supporter de quelle(s) équipe(s) ?
Moi, j’aime les cinq équipes bretonnes (Rennes, Lorient, Guingamp, Brest, Nantes) et le PSG, mais honnêtement, j’aime tous les joueurs. J’aime le jeu. J’ai d’ailleurs adoré les grands moments du PSG quand ça jouait très collectif et je pense qu’on va retrouver ça dans les semaines qui viennent. Emery, il ne faut pas s’impatienter. Il faut être calme avec lui, ça va venir. Dès qu’une équipe joue collectif, de toute façon, ça gagne. On le voit avec Nice, avec Montpellier quand ils ont été champions. C’est pas compliqué.

En parlant de collectif, on va parler de Lorient, vu que vous avez grandi à une cinquantaine de bornes de là. Pendant longtemps, c’était quand même sympa à voir jouer. Le club breton se casse un peu la gueule en ce moment. Ça sent un peu la Ligue 2...
C’est triste de voir Lorient comme ça. Qu’est-ce qui a fait que Lorient a su tenir entre la septième et la dixième place pendant plusieurs années ? Ce ne sont pas les moyens, pas les joueurs, même si on a eu des bons éléments comme Gameiro, Lemina, Amalfitano, c’était le fait qu’on avait un putain de collectif, une philosophie de jeu qui était scrupuleusement appliquée. Ça jouait, les schémas de jeu changeaient pendant le match, et c’est ça qui a fait que Lorient a pu tenir la dragée haute aux cadors de la Ligue 1.

« J’ai eu la chance quand même de fumer une clope à côté de Johan Cruyff au Stade de France et de me faire dédicacer L’Équipe. »

Les supporters reprochent au président Loïc Féry de dilapider un peu le club en vendant les meilleurs joueurs (N’Dong, 20 millions à Sunderland. Guerreiro, 12 millions au Borussia Dortmund) et en recrutant les nouveaux en Ligue 2. En gros, de faire des coups financiers au détriment de la qualité de l’effectif.
Un club de foot, on sait très bien que c’est une entreprise. Il faut acheter des joueurs, entretenir la structure, c’est très lourd. Il y a des rentrées, mais pour avoir des rentrées, faut du spectacle. Si on se contente de vendre des joueurs, il ne faut pas s’étonner que l’équipe descende inexorablement. Si on utilise un club de foot pour faire un coup financier, mais qu’on ne cherche pas à remplacer un joueur important par quelqu’un qui a le même profil, ça n’a pas de sens, c’est surréaliste, faut pas s’attendre à autre chose qu’à perdre.


Vous pensez que Lorient va se maintenir ou c'est déjà mort ?
À Lorient, c’était chaud l’an dernier. Quand on sort d’une année où on s’en est sorti de justesse, il faut analyser en profondeur d’où vient le mal. Là, ils ont huit points, il y a un problème majeur. S'ils engrangent un max de points avant la trêve, s’ils arrivent à acheter quatre-cinq joueurs au mercato d’hiver, car il y en a un paquet qui partent à la CAN, pourquoi pas, sinon ça va être cauchemardesque. En fait, de toute façon, ça va être cauchemardesque.

Vous connaissez personnellement Christian Gourcuff ?
Je l’ai rencontré quatre ou cinq fois. On a dîné ensemble une fois. À chaque fois, je lui ai dit que j’adorais sa philosophie de jeu. Le Lorient de l’époque me plaisait énormément. Je ne suis pas entré dans les détails au niveau du foot, car j’ai tout de suite senti que ça allait le gaver. Il donne tellement au foot qu’il attend autre chose, je pense, des gens qu’il croise. Ce qu’il aimait, c’était que je lui raconte des conneries.



Vous avez rencontré beaucoup de footeux ?
Non, mais j’ai eu la chance quand même de fumer une clope à côté de Johan Cruyff au Stade de France et de me faire dédicacer L’Équipe. Je crois que c’était la finale de Ligue des champions entre le Real Madrid et Valence. Je lui ai demandé du feu et il m’en a donné, j’ai eu à peine le temps de lui dire « You are my god » , puis il a tiré une taffe, il a souri, il s’est retourné et il m’a tourné le dos. Tout le monde lui dit ça, t’imagines...

Vous êtes souvent allé dans les stades mater des matchs ?
Je suis allé plusieurs fois au Moustoir et beaucoup au Parc. J’ai arrêté quand il y avait les nazillons. J’étais là quand ils ont gagné ce fameux match contre le Real avec la tête de Kombouaré. On parle toujours des publics de Nantes, de Lens, de Saint-Étienne, mais attention, le public parisien à l'époque, c’était quelque chose. En Coupe d'Europe, c’était costaud. Énorme. Quand les tribunes se soulevaient tellement parce que ça jouait, c’est ça qui était beau.



On vous sent un peu nostalgique du foot d’antan...
J’ai eu la chance de voir des matchs en direct à la télé comme Angleterre-Allemagne en 66, à treize ans le boulet de canon de Carlos Alberto sur la passe de Pelé contre l’Italie. On a quand même vu des superbes équipes, la Hollande, l’Ajax, Saint-Étienne... Mon plus grand traumatisme, c’est Schumacher. J’ai fait deux mètres de recul, je suis sorti de la pièce pour ne pas voir l’état de Battiston et je suis rentré sur la pointe des pieds pour voir s’il s’en était sorti. On a tous cru qu’il était mort. Quelle horreur, ça m’a bouleversé, putain. J’aime vraiment les joueurs de foot. Je sais que c’est très très difficile comme métier. On les fait passer pour des buses, des surpayés, c’est insupportable. Quand on sait les sacrifices qu’il faut faire pour y arriver, on n’a pas le droit de se foutre de leur gueule, c’est trop facile et c’est dégueulasse. Je ne peux pas m’empêcher, quand je vois des gens casser des footballeurs, de citer Camus qui avait dit : « Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois. »

Propos recueillis par Jacques Besnard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  08:17  //  Passionné de la Jamaïque
Note : 2
J'imagine les carences alimentaires des ses fils qu'il a nourri avec les matchs de Yoann Gourcuff, il n'ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent pendant un moment. Pas sûr que cela soit la plus durable des nourritures, mais je reconnais qu'elle peut être exquise.
C'est comme pour tout, l'ideal c'est de trouver un equilibre, ne manger que des choses exquises ce n'est pas bon pour la croissance.
Je recommande une part de Cyril Rool de temps en temps, un peu de Gerrard, et puis de grandes platrees de Ligue 1 classique, pour tenir au corps et etre bien en place.
Je deconseille de finir le repas sur une touche d'Anelka, trop d'energisants risquent de nuire a la digestion.
U'Marranzanu Niveau : CFA2
Sans oublier le plat de Kevin Lasagna chez la Nonna le dimanche midi.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
ouais mais un peu de Bulli pour faire glisser est in-di-spen-sable à l'équilibre psychique et évite les aigreurs d'estomac.

Je lis qu'il leur fait mater des matchs du Bayern, c'est très bien.
3 réponses à ce commentaire.
Totti Chianti Niveau : CFA
Énorme le canular!
Celui qui m'avait plié en 2, c était sur la plage : il arrive avec une pompe à pied, met l'embout sur le nombril d'un mec avec un bide hyper volumineux et simule un pompage tout en décontraction. Tous les plagistes étaient morts de rire.
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Celui à 1'05" m'a fait exploser de rire...

https://www.youtube.com/watch?gl=BE&v=DYCt5mnC_xU
2 réponses à ce commentaire.
"mais j’ai eu la chance quand même de fumer une clope à côté de Johan Cruyff au Stade de France et de me faire dédicacer L’Équipe".
Y aura eu un jour une bonne plume dans l'équipe.
2 réponses à ce commentaire.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Note : 1
C'est marrant parce que "tout breton naît avec un ballon au pied", comme au Brésil. C'est après que ça part en cacahuète alors ?

Plus sérieusement, super interview d'un mec qui me fait rigoler depuis que je suis tout petit.
Merci SoFoot et merci Jean-Yves.
Max_Payne Niveau : CFA
Je pense qu'on passe trop de temps à la buvette d'après-match.
Ca joue bien au ballon en Bretagne.
Au sol.
A l'échelle d'une région,il n'y pas de complexe à avoir.
Le vivier du Brésil me semble légèrement plus volumineux.
Désolé de ce retour au sérieux mais je tenais à louer ce très chouette coin de la planète.
2 réponses à ce commentaire.
Trop bien l' entrevue.
J'utilise le même aphorisme histoire de défendre le beautiful game contre ses détracteurs de tout poil.
Et j'ai fait bien pire avec Dugarry que lui avec l' et regretté Cruyff.
Merci Jean-Yves!
Lafesse, y'en a pas deux.
Kate Moss Niveau : DHR
Tu es bizarrement foutu, Hristo !
1 réponse à ce commentaire.

Le beau potin de Lafesse...
Merci pour l'article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rome et le derby capital
469 17