1. //
  2. // 16e de finale retour
  3. // Dynamo Kiev/Guingamp

Jean-Michel Godart : « Blokhine est venu me féliciter »

L'exploit appartient à un foot d'avant. Le 28 septembre 1983, Laval élimine en 32e de finale de la Coupe UEFA le grand Dynamo Kiev au stade Francis-Le Basser. Au match aller en URSS, Jean-Michel Godart réussit le match d'une carrière dans les cages. L'actuel entraîneur des gardiens de la Suze ouvre la boîte aux souvenirs.

Modififié
365 15
Quelle a été votre première réaction quand vous apprenez que vous allez affronter le Dynamo Kiev ?
C'était pas loin d'être l'équipe d'URSS, on se disait qu'on allait faire un petit tour et puis s'en va. On était vraiment les tout petits poucets. Je débarquais de Nœux-les-Mines où j'avais fait 2 ans en D2. J'enchaîne sur 6 matchs en D1. Il y avait déjà une énorme différence de niveau, parce que la D2 est incomparable à la D1. Je me suis retrouvé tout à coup à jouer contre l'une des meilleures équipes européennes. Vous imaginez le décalage.

Comment avez-vous préparé la rencontre ?
Notre entraîneur, Michel Le Milinaire avait envoyé le directeur du centre de formation superviser Kiev qui disputait un match de préparation en Espagne. À son retour, il nous avait un peu cassé le moral. Il nous a dit : « Je n'ai jamais vu une équipe aussi forte, vous vous attaquez à un monstre du football européen » . On y allait dans l'état d'esprit de pas prendre trop de buts, histoire de maintenir un peu de suspense pour le match retour à Laval

Vous y êtes plutôt bien arrivés…
On fait 0-0, mais je ne sais pas trop comment. On a été dominés, archi-dominés comme jamais. J'en parlais encore avec Jean-Marc Miton et Loic Pérard, deux de mes anciens coéquipiers, on ne se rappelle pas avoir été autant dominés lors d'un match. Je n'ai pas le souvenir qu'on ait franchi la ligne médiane.


Comment les joueurs de Kiev ont réagi ?
Ils ne comprenaient pas trop. Ils devaient penser qu'ils feraient la différence au match retour. Je me souviens que Blokhine était venu me féliciter à la fin du match et m'avait tapé sur l'épaule. J'avais trouvé ça sympa qu'un Ballon d'or vienne saluer un anonyme comme moi.

On peut dire que vous avez connu l'état de grâce ce soir-là ?
Il y a un peu de ça, un peu de chance aussi. Les copains ont bien défendu aussi. Je me souviens que Kiev a multiplié les centres. Avec mon gabarit (1,90m), j'ai été plutôt bien inspiré dans ce domaine.

On imagine qu'il devait y avoir un sacré décalage culturel entre la Mayenne et l'URSS ?
À l'époque, vous deviez passer par Moscou pour tout voyage en URSS. Là-bas, vous sentiez que vous étiez très surveillés dès que vous mettiez un pied dehors. Mais ça reste un super bon souvenir. On a pu se balader sur la place Rouge à Moscou avant le match. On a un peu visité, mais on n'a pas fait de shopping. Bon, le shopping là-bas, à l'époque... Je me souviens aussi que le stade était rempli de militaires, l'ambiance était assez bizarre avec un bruit de fond permanent.

Après le 0-0 de l'aller, vous pensiez que l'exploit était possible à Francis-le-Basser ?
Ça restait encore un fantasme, on n'osait pas trop y croire. On sentait bien qu'ils n'allaient pas rater un second match. On a réussi à les surprendre tactiquement en jouant plus haut. On a eu la chance de marquer assez tôt et puis on a refait comme à Kiev : tout le monde derrière ! On a défendu, et sauve qui peut. Je me souviens que le public avait été extraordinaire. J'étais invité la semaine dernière à Guingamp et j'ai eu la chair de poule. Je me revoyais 30 ans plus tôt.


Vous voyez des similitudes entre Laval et Guingamp ?
Même si Laval est quand même une plus grande ville que Guingamp, je retrouve un peu le même esprit. Je suis admiratif de ce que réalise Jocelyn Gouvernnec. Surtout quand on repense au début de saison catastrophique de Guingamp. Heureusement qu'il y a un petit club comme Guingamp pour défendre le football français. On parle des gros, mais ils sont où en Coupe d'Europe ? Après, on va pleurer parce qu'on nn'aura plus d'équipes qualifiées.

Impossible de ne pas vous demander pourquoi vous aviez déclaré « on les a bien schtroumpfés » après la qualification ?
En réalité, je n'ai jamais dit cette fameuse phrase sur les Schtroumpfs vis à vis des Russes (sic). Je ciblais Monaco. Leurs dirigeants avaient déclaré que Laval n'avait rien à faire en Coupe d'Europe, que c'était une honte pour le football français. Tout ça parce qu'ils avaient terminé juste derrière nous la saison précédente en championnat. J'ai sorti cette phrase comme ça, parce que ma fille lisait tous les albums. Je ne pensais que cette phrase allait rester. Je trouvais juste ça marrant.


Propos recueillis par Alexandre Pedro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mais où donc ai-je été cherché que le gardien de Laval à l'époque était l'immense Jean-Pierre Tempet ?

Je le vois encore avec sa moustache (bon c'est facile, la moustache était obligatoire pour la plupart des gardiens de l'époque).

Etait-il blessé ? Un lavallois pour éclairer ce mystère ?

ça va ma travailler toute la journée ce truc.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 3
Tout le paradoxe français: on adore détester nos grosses équipes autant qu'on adore voir nos petits poucets briller.

On a quand même de beaux exploits des clubs français malgré notre minuscule palmarès européen: celui de Laval/Kiev, Bastia 78, Metz/Barça, Toulouse/Naples, Auxerre 97, Monaco 2004... Alors, on en veut un de plus ce soir, ALLEZ GUINGAMP !!!!!!
Avec comme sponsor maillot : Patrick, comme Guingamp.
Ca me fait rire les interviews de footeux d'il y a 30 ans, c'est tellement différent.
coureurdecume Niveau : Loisir
Un des grands souvenirs de ma jeunesse ! Mais, moi aussi, je pensais que Jean-Pierre Tempet était dans les cages...Le foot, c'était mieux avant...
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
En une vidéo t'as un résumé de l'époque, très peu d'étrangers dans les équipes, pas de méga concentration de stars donc plus d'exploits possibles. Des sponsors "locaux" autours du stade, 2 caméras pour filmer l'événement, une pelouse limite, Patrick comme sponsor officiel.

Par contre railler le petit poucet comme quoi il ne fait pas honneur au foot français ou qu'il est foutu d'avance, ça ça n'a guère changé !
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 3
Un coup de chapeu aussi à Michel Le Milinaire, une sacré légende du foot français. Quand tu vois son parcours personnel, sa culture, son humanisme etc. tu te dis respect.
"On a eu la chance de marquer assez tôt et puis on a refait comme à Kiev : tout le monde derrière ! On a défendu, et sauve qui peut."


Je kiffe, c est frais
Le type suicidaire (dixit So Foot en légende) est Uwe Krause ou Klaus Jank ?
Si un Julien Lepers mayennais est de passage...
Message posté par Tricao
Le type suicidaire (dixit So Foot en légende) est Uwe Krause ou Klaus Jank ?
Si un Julien Lepers mayennais est de passage...


Le suicidaire c'est Jank, Uwe Krause a quitté le club pour Monaco cet été là.
Quant à Tempet, il est parti vers Lens, cet été là aussi.

Godart est resté dans la région je crois, pour entraîner des clubs du coin (Ligue du Maine, 53 et 72).
JustinBieber Niveau : Loisir
Message posté par j'y suis giresse
Tout le paradoxe français: on adore détester nos grosses équipes autant qu'on adore voir nos petits poucets briller.

On a quand même de beaux exploits des clubs français malgré notre minuscule palmarès européen: celui de Laval/Kiev, Bastia 78, Metz/Barça, Toulouse/Naples, Auxerre 97, Monaco 2004... Alors, on en veut un de plus ce soir, ALLEZ GUINGAMP !!!!!!


La seule équipe qui est vraiment détestée c'est le PSG à cause de ses supporters racistes, violents, meurtriers et de ses dirigeants snob. Hormis ça tout le pays est derrière les clubs français en Coupe d'Europe.
Message posté par tristan


Le suicidaire c'est Jank, Uwe Krause a quitté le club pour Monaco cet été là.
Quant à Tempet, il est parti vers Lens, cet été là aussi.

Godart est resté dans la région je crois, pour entraîner des clubs du coin (Ligue du Maine, 53 et 72).


Merci.

Septembre 83 pour le match. ça colle. j'aurai pu être plus perspicace.

Je valide pas avec Laval. J'ai jamais validé avec Laval d'ailleurs.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
La plus belle page de l'histoire du foot lavallois (rigolez pas) ! J'avais que 3 ans et demi mais mon père m'en parle encore, plus de 30 ans après...^^
Et pour répondre à la question de je sais plus qui, oui J-M Godart entraine aujourd'hui dans la Sarthe.
Lassiam Etoo Niveau : District
Merci à ceux qui ont répondu à ma question (est ce qu'il habite Laval?). Mais la bonne réponse était "oui, dans la rue du quai".
me souviens aussi du tour d'après où ils étaient virtuellement qualifiés à 3/0 grâce à un but superbe de Stéfanini alors qu'ils s'étaient inclinés à l'aller à Vienne 0/2
Malheureusement l'Austria marquera 3 fois en seconde mi temps pour finir sur un 3/3
Manque d'expérience à coup sûr mais beau souvenir!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
365 15