En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Reims-Brest

Jean-Marc Furlan : « Je me suis chié dessus en début de saison »

Arrivé dans un club en totale reconstruction l'été dernier, Jean-Marc Furlan ne s'attendait pas à jouer les premiers rôles cette saison avec le Stade brestois. Avant un match au sommet contre Reims, le spécialiste des montées en Ligue 1 a pris le temps de décrocher son téléphone. Entretien franchise, rêve éveillé et langage fleuri.

Modififié
Malgré votre victoire face au Havre à la maison (2-0) samedi dernier, l'équipe n'a pas montré son plus beau visage de la saison. C'est important de savoir gagner ce genre de rencontre.
Ouais, à la mi-temps, j'étais en colère vu à quel point on était passif et en dessous de notre niveau habituel, et je leur ai dit : « Si vous choisissez de rester dans vos 21 derniers mètres et que vous gagnez le match, alors peut-être qu'on aura franchi une marche. » Je disais ça pour déconner, un peu ironiquement, et c'est ce qu'ils ont fait. Après, c'est sûr que je préfère quand on attaque et qu'on joue. Le match qu'on a vu mardi soir (City-Monaco, ndlr), putain, moi je veux en voir tous les soirs des trucs comme ça ! Et sans me dire : « Est-ce que Sidibé ou Mendy ont fait une couille défensive ? » Putain, mais je m'en fous qu'il y ait des erreurs défensives du moment que les mecs s'éclatent, que les spectateurs s'éclatent, tu vois des actions, de l'engagement, du rythme, des prises de risques. Après, c'est normal d'analyser les erreurs, mais sur le coup tu apprécies juste ce que tu vois et tu savoures.

On revient à Brest. Quand vous êtes arrivé au club, il y avait un effectif de quinze joueurs dont trois gardiens et c'était le chantier à tous les étages dans le club (changement de direction et de locaux). Vous avez craint pour le début de saison de votre équipe ?
Oh, mais moi, attends... Je ne veux pas être grossier, mais je ne vois pas comment le dire autrement, je me suis chié dessus en début de saison, ce n'est pas compliqué (rires) ! Le staff et moi, on était aux abois. On avait douze joueurs, dont six néo pros. Six néo pros ! Lors des trois premières semaines d'entraînement, j'ai eu la trouille de ma vie. Quand le directeur sportif a dit : « Jean-Marc, les agents sont là, faut signer les contrats pour qu'on les envoient à la Ligue » , j'ai répondu : « Je ne signe rien, moi, je veux voir le président d'abord.  » C'est là que je me suis entretenu avec Denis (Le Saint, ndlr) et que je lui ai dit : « Si vous voulez finir dans les dix premiers du classement, il faut prendre quelqu'un d'autre comme entraîneur. »


Donc si vous êtes là aujourd'hui...
(Il coupe) On s'est mis d'accord tous les deux, il a compris. Gregory Lorenzi a appuyé mon raisonnement, il lui a dit qu'avec cet effectif-là, on jouait le maintien. Il fallait qu'on prenne au moins dix joueurs, on en a pris onze, mais je n'étais pas certain que la mayonnaise prenne. Il peut arriver, avec autant de recrues, qu'elle ne prenne jamais. Ça arrive. Il faut du savoir-faire, il faut s'appuyer sur autre chose que le football. Je leur ai dit : « On ne se connaît pas, durant les amicaux et les premiers matchs du championnat, qu'est-ce qu'on fait ? Oh les gars, on fait preuve de solidarité et puis c'est tout. » On était partis dans l'idée de grappiller un point par-ci, un point par-là.

À l'arrivée sur les quatre premiers matchs, c'est un nul et trois victoires et aujourd'hui vous êtes solides leaders. Comment on peut expliquer ça ?
Pffff, est-ce que c'est explicable ? Non, ça ne l'est pas. C'est ça le football et c'est pour ça qu'il est aussi populaire, rien ne s'explique. Même moi, là, après huit mois, je me dis encore : « Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ? » Jamais je n'aurais imaginé qu'on soit premiers aujourd'hui, je me pince tous les jours.


Pourtant, malgré l'urgence, votre recrutement est loin d'être dégueu.
Oui, mais la précarité d'un projet sportif, je l'ai connu à Troyes, tu la vois au nombre de prêts. C'est pas bon, ça veut dire qu'il y a eu une reconstruction, une page blanche, appelle ça comme tu veux. Tu sens une forte précarité. Ça veut dire que nous, la saison prochaine, qu'on soit en Ligue 1 ou en Ligue 2, il faut reconstruire complètement le groupe. Certains me disent que c'est mieux ça que d'avoir quarante-cinq joueurs sous contrat comme au Stade rennais ou ailleurs. Je ne sais pas (rires) !

Est-ce que dans ces cas-là il y a des trucs, des combines pour souder un groupe qui se connaît à peine ?
Comme je suis un malade mental de l'entraînement sur le terrain, on a tout misé sur la solidarité et les entraînements, sur le fait de passer des heures et des heures ensemble à travailler. Et quand je dis des heures, ce sont des heures, hein ! Matin, après-midi, matin, après-midi, matin, après-midi. Toujours avec le ballon, avec des fondamentaux très forts, afin que personne ne joue sa propre partition, mais bien celle du collectif.


Vous êtes arrivé dans un club en reconstruction. Est-ce que c'est l'idée de pouvoir bâtir quelque chose de zéro qui vous a motivé à rejoindre Brest ?
Non. Je vais te dire la vérité, moi si je m'étais maintenu avec Troyes en Ligue 1, j'aurais pu avoir... (Il réfléchit) En vieillissant, je me disais : « Bordel, ça serait bien un club avec un gros budget, en Ligue 1 ou en Ligue 2, un club très solide, avec un effectif de haut niveau déjà construit. » J'en rêvais de ça. Parce que depuis vingt ans que j'entraîne, j'ai toujours dû construire quelque chose avec peu de budget et je rêvais d'autre chose. Donc ce n'est pas ça qui m'a séduit à Brest, non. C'est le discours du président. Quand je suis venu discuter avec lui, je connaissais le contexte du club, je savais qu'il n'y avait pas d'installations et j'étais parti pour refuser. Mais voilà, par respect j'ai accepté de venir passer une journée avec lui. Bon, il y avait un truc qui me plaisait bien, c'est la pelouse. Je savais qu'elle était neuve et de bonne qualité et ça, pour moi, c'est primordial. Si tu veux pratiquer le football tel que je le conçois, il te faut les conditions pour le faire. Mais sinon, c'est vraiment le président qui m'a plu, son discours, sa personnalité, c'est une affaire humaine. En revanche, jamais je n'ai su que le chantier était aussi grand, j'en parle avec lui de temps en temps, je le chambre là-dessus (rires).

Grougi disait : «  On en bave au quotidien, mais comme c'est fait dans la bonne humeur et avec plaisir, on ne se rend pas compte qu'on a autant bossé. » C'est ça votre méthode ?
Oui, mais c'est un constat qui n'est pas propre qu'au football et qui se retrouve aussi dans le monde de l'entreprise ou autre. Au XXIe siècle, tu n'as pas le droit de ne pas proposer à tes garçons de prendre du plaisir au quotidien dans leur boulot. Je bâtis des séances d'entraînement que j'aimerais pouvoir faire moi aussi avec eux si j'avais l'âge et la santé. Quelque chose d'à la fois constructif dans ta thématique et ton projet de jeu, mais quelque chose dans lequel les joueurs se régalent. Je veux qu'il y ait des sourires, que l'ambiance soit légère. Contrairement au management du XXe, je ne crois pas que tu sois bon parce que tu fais la gueule et ce n'est pas parce que tes joueurs vont se faire plaisir qu'ils ne vont pas être rigoureux. Je pense même que c'est l'inverse.


L'un de vos objectifs en débarquant à Brest, c'était de réconcilier le public avec son équipe. Est-ce que vous diriez que c'est d'ores et déjà acquis ?
Oui, oui. Je n'étais pas au courant de ça en arrivant, du fait que le public brestois était en froid avec le club. Ce sont les gens qui m'ont dit ça quand je les croisais en ville. Et aujourd'hui, j'entends des supporters qui me disent : « Quoi qu'il arrive, on est heureux, on est réconcilié avec notre équipe et son football.  » Il y a un autre truc ici qui m'a fait halluciner, c'est que les gens me remerciaient d'être venu à Brest. « Merci de nous avoir choisis » , ils disaient. C'est drôle comme phrase. Je me demandais ce qu'ils voulaient dire par là. De toute évidence, ils ont du mal à convaincre des gens de venir à Brest et pas qu'au foot, hein, de manière générale. Je discutais avec des chefs d'entreprise et en effet, ils rament pour faire venir les gens à Brest, au bout de la terre, pour travailler. Moi, je m'y sens bien.

Il y a quelques mois, vous disiez : « L'objectif cette saison c'est de ne pas trop souffrir en Ligue 2. Le plus grand danger pour une équipe, c'est de monter en Ligue 1 quand le club n'est pas prêt. » On a l'impression que les joueurs sont en train de vous prendre de court, vous et les dirigeants brestois.
Ah ben là pour le coup, oui (rires) ! Je ne sais pas si on va aller en Ligue 1 parce que ce n'est pas du tout fait pour l'instant, mais là, évidemment, quand on voit les résultats... Je ne sais même pas comment exprimer ce qu'on ressent. Ils nous ont mis devant un fait accompli qu'on n'avait jamais imaginé avec le président et le staff. Et si jamais ça tient jusqu'au bout, ça va faire tout drôle, c'est clair.


Vous iriez jusqu'à dire que ça serait un cadeau empoisonné ?
Non, bien sûr que non. C'est ça le sport, il faut accepter l'idée de donner cette émotion aux gens, de la joie aux joueurs. Et puis on est des compétiteurs, on s'est pris au jeu. On n'en parle pas entre nous, mais quand on se regarde, on comprend. Pas besoin de parler de montée, ça se sent dans l'enthousiasme qu'on met au travail, on voit que tout le monde se bat pour ça.

Dernière chose : ce match de Coupe de France face à Fleury et cette décision de ne pas porter réclamation et donc de laisser la qualif' aux adversaires... Comment s'est prise la décision ?
Ça a été très simple et très rapide. D'abord, nous, on a été nuls sur le terrain. Et avec Greg (Lorenzi, ndlr), on n'a même pas eu besoin de réfléchir plus de dix secondes. On s'est regardés et on s'est tout de suite dit : « On arrête là. » C'était spontané, naturel et sans aucun calcul. On n'a pas pris cette décision pour faire les beaux, mais parce que c'est ce qu'il y avait de plus logique, c'est tout. Pourtant, autour de moi, j'ai vu que cette décision n'avait pas plu à tout le monde, des yeux se sont baissés dans mon vestiaire et dans mon staff. Mais moi, je n'en ai rien à foutre de gagner sur tapis vert. On n'imaginait pas les conséquences positives que ça aurait. D'habitude, quand tu te fais sortir par plus petit que toi, tu passes pour un con, alors que là, on nous a félicités pour notre défaite (rires) !

Propos recueillis par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 11 Hier à 15:23 Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:58 Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 3 Hier à 10:42 La roulette insolente de JK Augustin 33 Hier à 09:01 À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport) jeudi 28 septembre 258€ à gagner avec Arsenal, Lazio & Torino 2 jeudi 28 septembre 177 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! 1 jeudi 28 septembre Le club de Calais n'est plus 14 jeudi 28 septembre Leonardo atterrit à l'Antalyaspor 19 jeudi 28 septembre L'UEFA, le grand gagnant de l'Euro 2016 selon la Cour des comptes 4 jeudi 28 septembre River : Gallardo allume les suspicieux 12 jeudi 28 septembre Tu sais que t'es nul à FIFA quand... (via Brut Sport) mercredi 27 septembre 369€ à gagner avec Milan AC & Zénith mercredi 27 septembre Cassano prêt à sortir de sa retraite ? 7 mercredi 27 septembre Salut nazi pour un coach de D5 allemande 57
À lire ensuite
Serge Aurier, le déclassé