1. //
  2. //
  3. // Reims-Brest

Jean-Marc Furlan : « Je me suis chié dessus en début de saison »

Arrivé dans un club en totale reconstruction l'été dernier, Jean-Marc Furlan ne s'attendait pas à jouer les premiers rôles cette saison avec le Stade brestois. Avant un match au sommet contre Reims, le spécialiste des montées en Ligue 1 a pris le temps de décrocher son téléphone. Entretien franchise, rêve éveillé et langage fleuri.

Modififié
Malgré votre victoire face au Havre à la maison (2-0) samedi dernier, l'équipe n'a pas montré son plus beau visage de la saison. C'est important de savoir gagner ce genre de rencontre.
Ouais, à la mi-temps, j'étais en colère vu à quel point on était passif et en dessous de notre niveau habituel, et je leur ai dit : « Si vous choisissez de rester dans vos 21 derniers mètres et que vous gagnez le match, alors peut-être qu'on aura franchi une marche. » Je disais ça pour déconner, un peu ironiquement, et c'est ce qu'ils ont fait. Après, c'est sûr que je préfère quand on attaque et qu'on joue. Le match qu'on a vu mardi soir (City-Monaco, ndlr), putain, moi je veux en voir tous les soirs des trucs comme ça ! Et sans me dire : « Est-ce que Sidibé ou Mendy ont fait une couille défensive ? » Putain, mais je m'en fous qu'il y ait des erreurs défensives du moment que les mecs s'éclatent, que les spectateurs s'éclatent, tu vois des actions, de l'engagement, du rythme, des prises de risques. Après, c'est normal d'analyser les erreurs, mais sur le coup tu apprécies juste ce que tu vois et tu savoures.

On revient à Brest. Quand vous êtes arrivé au club, il y avait un effectif de quinze joueurs dont trois gardiens et c'était le chantier à tous les étages dans le club (changement de direction et de locaux). Vous avez craint pour le début de saison de votre équipe ?
Oh, mais moi, attends... Je ne veux pas être grossier, mais je ne vois pas comment le dire autrement, je me suis chié dessus en début de saison, ce n'est pas compliqué (rires) ! Le staff et moi, on était aux abois. On avait douze joueurs, dont six néo pros. Six néo pros ! Lors des trois premières semaines d'entraînement, j'ai eu la trouille de ma vie. Quand le directeur sportif a dit : « Jean-Marc, les agents sont là, faut signer les contrats pour qu'on les envoient à la Ligue » , j'ai répondu : « Je ne signe rien, moi, je veux voir le président d'abord.  » C'est là que je me suis entretenu avec Denis (Le Saint, ndlr) et que je lui ai dit : « Si vous voulez finir dans les dix premiers du classement, il faut prendre quelqu'un d'autre comme entraîneur. »


Donc si vous êtes là aujourd'hui...
(Il coupe) On s'est mis d'accord tous les deux, il a compris. Gregory Lorenzi a appuyé mon raisonnement, il lui a dit qu'avec cet effectif-là, on jouait le maintien. Il fallait qu'on prenne au moins dix joueurs, on en a pris onze, mais je n'étais pas certain que la mayonnaise prenne. Il peut arriver, avec autant de recrues, qu'elle ne prenne jamais. Ça arrive. Il faut du savoir-faire, il faut s'appuyer sur autre chose que le football. Je leur ai dit : « On ne se connaît pas, durant les amicaux et les premiers matchs du championnat, qu'est-ce qu'on fait ? Oh les gars, on fait preuve de solidarité et puis c'est tout. » On était partis dans l'idée de grappiller un point par-ci, un point par-là.

À l'arrivée sur les quatre premiers matchs, c'est un nul et trois victoires et aujourd'hui vous êtes solides leaders. Comment on peut expliquer ça ?
Pffff, est-ce que c'est explicable ? Non, ça ne l'est pas. C'est ça le football et c'est pour ça qu'il est aussi populaire, rien ne s'explique. Même moi, là, après huit mois, je me dis encore : « Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ? » Jamais je n'aurais imaginé qu'on soit premiers aujourd'hui, je me pince tous les jours.


Pourtant, malgré l'urgence, votre recrutement est loin d'être dégueu.
Oui, mais la précarité d'un projet sportif, je l'ai connu à Troyes, tu la vois au nombre de prêts. C'est pas bon, ça veut dire qu'il y a eu une reconstruction, une page blanche, appelle ça comme tu veux. Tu sens une forte précarité. Ça veut dire que nous, la saison prochaine, qu'on soit en Ligue 1 ou en Ligue 2, il faut reconstruire complètement le groupe. Certains me disent que c'est mieux ça que d'avoir quarante-cinq joueurs sous contrat comme au Stade rennais ou ailleurs. Je ne sais pas (rires) !

Est-ce que dans ces cas-là il y a des trucs, des combines pour souder un groupe qui se connaît à peine ?
Comme je suis un malade mental de l'entraînement sur le terrain, on a tout misé sur la solidarité et les entraînements, sur le fait de passer des heures et des heures ensemble à travailler. Et quand je dis des heures, ce sont des heures, hein ! Matin, après-midi, matin, après-midi, matin, après-midi. Toujours avec le ballon, avec des fondamentaux très forts, afin que personne ne joue sa propre partition, mais bien celle du collectif.


Vous êtes arrivé dans un club en reconstruction. Est-ce que c'est l'idée de pouvoir bâtir quelque chose de zéro qui vous a motivé à rejoindre Brest ?
Non. Je vais te dire la vérité, moi si je m'étais maintenu avec Troyes en Ligue 1, j'aurais pu avoir... (Il réfléchit) En vieillissant, je me disais : « Bordel, ça serait bien un club avec un gros budget, en Ligue 1 ou en Ligue 2, un club très solide, avec un effectif de haut niveau déjà construit. » J'en rêvais de ça. Parce que depuis vingt ans que j'entraîne, j'ai toujours dû construire quelque chose avec peu de budget et je rêvais d'autre chose. Donc ce n'est pas ça qui m'a séduit à Brest, non. C'est le discours du président. Quand je suis venu discuter avec lui, je connaissais le contexte du club, je savais qu'il n'y avait pas d'installations et j'étais parti pour refuser. Mais voilà, par respect j'ai accepté de venir passer une journée avec lui. Bon, il y avait un truc qui me plaisait bien, c'est la pelouse. Je savais qu'elle était neuve et de bonne qualité et ça, pour moi, c'est primordial. Si tu veux pratiquer le football tel que je le conçois, il te faut les conditions pour le faire. Mais sinon, c'est vraiment le président qui m'a plu, son discours, sa personnalité, c'est une affaire humaine. En revanche, jamais je n'ai su que le chantier était aussi grand, j'en parle avec lui de temps en temps, je le chambre là-dessus (rires).

Grougi disait : «  On en bave au quotidien, mais comme c'est fait dans la bonne humeur et avec plaisir, on ne se rend pas compte qu'on a autant bossé. » C'est ça votre méthode ?
Oui, mais c'est un constat qui n'est pas propre qu'au football et qui se retrouve aussi dans le monde de l'entreprise ou autre. Au XXIe siècle, tu n'as pas le droit de ne pas proposer à tes garçons de prendre du plaisir au quotidien dans leur boulot. Je bâtis des séances d'entraînement que j'aimerais pouvoir faire moi aussi avec eux si j'avais l'âge et la santé. Quelque chose d'à la fois constructif dans ta thématique et ton projet de jeu, mais quelque chose dans lequel les joueurs se régalent. Je veux qu'il y ait des sourires, que l'ambiance soit légère. Contrairement au management du XXe, je ne crois pas que tu sois bon parce que tu fais la gueule et ce n'est pas parce que tes joueurs vont se faire plaisir qu'ils ne vont pas être rigoureux. Je pense même que c'est l'inverse.


L'un de vos objectifs en débarquant à Brest, c'était de réconcilier le public avec son équipe. Est-ce que vous diriez que c'est d'ores et déjà acquis ?
Oui, oui. Je n'étais pas au courant de ça en arrivant, du fait que le public brestois était en froid avec le club. Ce sont les gens qui m'ont dit ça quand je les croisais en ville. Et aujourd'hui, j'entends des supporters qui me disent : « Quoi qu'il arrive, on est heureux, on est réconcilié avec notre équipe et son football.  » Il y a un autre truc ici qui m'a fait halluciner, c'est que les gens me remerciaient d'être venu à Brest. « Merci de nous avoir choisis » , ils disaient. C'est drôle comme phrase. Je me demandais ce qu'ils voulaient dire par là. De toute évidence, ils ont du mal à convaincre des gens de venir à Brest et pas qu'au foot, hein, de manière générale. Je discutais avec des chefs d'entreprise et en effet, ils rament pour faire venir les gens à Brest, au bout de la terre, pour travailler. Moi, je m'y sens bien.

Il y a quelques mois, vous disiez : « L'objectif cette saison c'est de ne pas trop souffrir en Ligue 2. Le plus grand danger pour une équipe, c'est de monter en Ligue 1 quand le club n'est pas prêt. » On a l'impression que les joueurs sont en train de vous prendre de court, vous et les dirigeants brestois.
Ah ben là pour le coup, oui (rires) ! Je ne sais pas si on va aller en Ligue 1 parce que ce n'est pas du tout fait pour l'instant, mais là, évidemment, quand on voit les résultats... Je ne sais même pas comment exprimer ce qu'on ressent. Ils nous ont mis devant un fait accompli qu'on n'avait jamais imaginé avec le président et le staff. Et si jamais ça tient jusqu'au bout, ça va faire tout drôle, c'est clair.


Vous iriez jusqu'à dire que ça serait un cadeau empoisonné ?
Non, bien sûr que non. C'est ça le sport, il faut accepter l'idée de donner cette émotion aux gens, de la joie aux joueurs. Et puis on est des compétiteurs, on s'est pris au jeu. On n'en parle pas entre nous, mais quand on se regarde, on comprend. Pas besoin de parler de montée, ça se sent dans l'enthousiasme qu'on met au travail, on voit que tout le monde se bat pour ça.

Dernière chose : ce match de Coupe de France face à Fleury et cette décision de ne pas porter réclamation et donc de laisser la qualif' aux adversaires... Comment s'est prise la décision ?
Ça a été très simple et très rapide. D'abord, nous, on a été nuls sur le terrain. Et avec Greg (Lorenzi, ndlr), on n'a même pas eu besoin de réfléchir plus de dix secondes. On s'est regardés et on s'est tout de suite dit : « On arrête là. » C'était spontané, naturel et sans aucun calcul. On n'a pas pris cette décision pour faire les beaux, mais parce que c'est ce qu'il y avait de plus logique, c'est tout. Pourtant, autour de moi, j'ai vu que cette décision n'avait pas plu à tout le monde, des yeux se sont baissés dans mon vestiaire et dans mon staff. Mais moi, je n'en ai rien à foutre de gagner sur tapis vert. On n'imaginait pas les conséquences positives que ça aurait. D'habitude, quand tu te fais sortir par plus petit que toi, tu passes pour un con, alors que là, on nous a félicités pour notre défaite (rires) !

Propos recueillis par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Un bon coach avec une bonne mentalité.
ça serait cool de le voir à la tête d'un club avec un peu de moyens, vu ce qu'il a réussi à faire sans en avoir jusqu'à présent.
Tu n'es pas le seul à te dire ça !

Après, un club de quel standing ? Paris/Monaco/Nice/Lyon c'est trop haut je pense, Marseille, il ne colle pas au nouveau projet, Lille non plus.
J'imagine bien le voir un jour à Bordeaux ou Sainté.
Pas une pression immense, et des moyens plus important qu'a son habitude.
C'est avec Frederic Hantz, un des entraineurs que j'aimerai voir a la tete d'un + gros club...

Pas le PSG certes, mais Monaco pourquoi pas
2 réponses à ce commentaire.
il a une tete de dentiste du rotary club
got_feu_dami Niveau : National
Bof, il a été coach du RCS durant 2 ans, une année en ligue 1 et une année en ligue 2.. et ensuite chomdu dans la foulée… bref c’est un habitué de l’ascenseur mais pas que dans la montée hein…
Le SB29 et FURLAN de retour en L1 l'année prochaine, je vote pour !
Note : 2
Brest, c'est vraiment le club sympa par excellence :
Les supporters sont aussi bon enfants que stimulants, ils ont historiquement sortis quelques pépites (Ginola, Martins, Guérin, Grougi..) et ont sensiblement le même palmarès que l'ogre rennais.
Bien sûr qu'ils feraient plaise en L1 !
Et puis c'est le territoire natal de Pipita !!! ;)
C'est vrai que c'est un club qui a une bonne côte de popularité pour plein de raisons différentes.
Tu prends aussi le stade en centre ville qui surplombe la rade, ce truc qui fait "petit club" de cambrousse, ce qui en soit est paradoxal parce que Brest c'est quand même pas loin de 200.000 âmes !
suaudeau fcn Niveau : DHR
ginola et grougi non pas formés au club (sinon rajoutes lama ribéry etc...)
par contre guivarc'h, le guen, makelele, colleter et certainement d'autres.
Testeur de toboggan Niveau : DHR
Makélélé il fait 1 an à 17 piges la bas. C"est clairement le club et le coach de ton pseudo qui la formé.

Pareil Ribéry et Lama n"ont pas été former à Brest.

Très bon club pour dénicher de jeunes talents et les post former par contre.
suaudeau fcn Niveau : DHR
effectivement pour makelele il me semblait qu'il y avait été plus longtemps sinon pour ribéry et lama c'est ce que je voulais dire dans mon post initial comme grougi et ginola cités dans le post au dessus du miens ils n'ont pas étés formés à brest
c'est bien connu, tout ce que t'as connu avant 18 ans ne compte pas...
5 réponses à ce commentaire.
Alors grand coach? Pas grand coach?
J'ai détesté le titre...
Pour un Mec de son âge... Il aurait pu trouver beaucoup mieux...
Le Club sympa par excellence c'est Guingamp
ArthurFingal Niveau : District
Le club qui appartient au président de la FFF?
Si Guingamp en est là, c'est, comme le dit ArthurFingal, grâce à petit papa Noël. Il a été avantagé autant sportivement qu'économiquement par le futur président de la FFF quand ils étaient pas encore pro, et ont pu bâtir le club là dessus.
Après, qu'ils gagnent les titres qu'ils ont gagnés, c'est autre chose.
2 réponses à ce commentaire.
Un vrai bon coach
L un des dernier romantique du foot , meme si la L1 semble un peu trop haut pour lui , on ne peux que s incliner devant son envie de jouer et ses valeurs
Perso j'aimerais bien le voir remplacer Galtier à l'asse!
Furlan aussi fair-play qu'Arsène ferait mieux que lui à Arsenal
Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 13
Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12 Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 38
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 12 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3
dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 21 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23
À lire ensuite
Serge Aurier, le déclassé