1. //
  2. //
  3. // Reims-Brest

Jean-Marc Furlan : « Je me suis chié dessus en début de saison »

Arrivé dans un club en totale reconstruction l'été dernier, Jean-Marc Furlan ne s'attendait pas à jouer les premiers rôles cette saison avec le Stade brestois. Avant un match au sommet contre Reims, le spécialiste des montées en Ligue 1 a pris le temps de décrocher son téléphone. Entretien franchise, rêve éveillé et langage fleuri.

Modififié
Malgré votre victoire face au Havre à la maison (2-0) samedi dernier, l'équipe n'a pas montré son plus beau visage de la saison. C'est important de savoir gagner ce genre de rencontre.
Ouais, à la mi-temps, j'étais en colère vu à quel point on était passif et en dessous de notre niveau habituel, et je leur ai dit : « Si vous choisissez de rester dans vos 21 derniers mètres et que vous gagnez le match, alors peut-être qu'on aura franchi une marche. » Je disais ça pour déconner, un peu ironiquement, et c'est ce qu'ils ont fait. Après, c'est sûr que je préfère quand on attaque et qu'on joue. Le match qu'on a vu mardi soir (City-Monaco, ndlr), putain, moi je veux en voir tous les soirs des trucs comme ça ! Et sans me dire : « Est-ce que Sidibé ou Mendy ont fait une couille défensive ? » Putain, mais je m'en fous qu'il y ait des erreurs défensives du moment que les mecs s'éclatent, que les spectateurs s'éclatent, tu vois des actions, de l'engagement, du rythme, des prises de risques. Après, c'est normal d'analyser les erreurs, mais sur le coup tu apprécies juste ce que tu vois et tu savoures.

On revient à Brest. Quand vous êtes arrivé au club, il y avait un effectif de quinze joueurs dont trois gardiens et c'était le chantier à tous les étages dans le club (changement de direction et de locaux). Vous avez craint pour le début de saison de votre équipe ?
Oh, mais moi, attends... Je ne veux pas être grossier, mais je ne vois pas comment le dire autrement, je me suis chié dessus en début de saison, ce n'est pas compliqué (rires) ! Le staff et moi, on était aux abois. On avait douze joueurs, dont six néo pros. Six néo pros ! Lors des trois premières semaines d'entraînement, j'ai eu la trouille de ma vie. Quand le directeur sportif a dit : « Jean-Marc, les agents sont là, faut signer les contrats pour qu'on les envoient à la Ligue » , j'ai répondu : « Je ne signe rien, moi, je veux voir le président d'abord.  » C'est là que je me suis entretenu avec Denis (Le Saint, ndlr) et que je lui ai dit : « Si vous voulez finir dans les dix premiers du classement, il faut prendre quelqu'un d'autre comme entraîneur. »


Donc si vous êtes là aujourd'hui...
(Il coupe) On s'est mis d'accord tous les deux, il a compris. Gregory Lorenzi a appuyé mon raisonnement, il lui a dit qu'avec cet effectif-là, on jouait le maintien. Il fallait qu'on prenne au moins dix joueurs, on en a pris onze, mais je n'étais pas certain que la mayonnaise prenne. Il peut arriver, avec autant de recrues, qu'elle ne prenne jamais. Ça arrive. Il faut du savoir-faire, il faut s'appuyer sur autre chose que le football. Je leur ai dit : « On ne se connaît pas, durant les amicaux et les premiers matchs du championnat, qu'est-ce qu'on fait ? Oh les gars, on fait preuve de solidarité et puis c'est tout. » On était partis dans l'idée de grappiller un point par-ci, un point par-là.

À l'arrivée sur les quatre premiers matchs, c'est un nul et trois victoires et aujourd'hui vous êtes solides leaders. Comment on peut expliquer ça ?
Pffff, est-ce que c'est explicable ? Non, ça ne l'est pas. C'est ça le football et c'est pour ça qu'il est aussi populaire, rien ne s'explique. Même moi, là, après huit mois, je me dis encore : « Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ? » Jamais je n'aurais imaginé qu'on soit premiers aujourd'hui, je me pince tous les jours.


Pourtant, malgré l'urgence, votre recrutement est loin d'être dégueu.
Oui, mais la précarité d'un projet sportif, je l'ai connu à Troyes, tu la vois au nombre de prêts. C'est pas bon, ça veut dire qu'il y a eu une reconstruction, une page blanche, appelle ça comme tu veux. Tu sens une forte précarité. Ça veut dire que nous, la saison prochaine, qu'on soit en Ligue 1 ou en Ligue 2, il faut reconstruire complètement le groupe. Certains me disent que c'est mieux ça que d'avoir quarante-cinq joueurs sous contrat comme au Stade rennais ou ailleurs. Je ne sais pas (rires) !

Est-ce que dans ces cas-là il y a des trucs, des combines pour souder un groupe qui se connaît à peine ?
Comme je suis un malade mental de l'entraînement sur le terrain, on a tout misé sur la solidarité et les entraînements, sur le fait de passer des heures et des heures ensemble à travailler. Et quand je dis des heures, ce sont des heures, hein ! Matin, après-midi, matin, après-midi, matin, après-midi. Toujours avec le ballon, avec des fondamentaux très forts, afin que personne ne joue sa propre partition, mais bien celle du collectif.


Vous êtes arrivé dans un club en reconstruction. Est-ce que c'est l'idée de pouvoir bâtir quelque chose de zéro qui vous a motivé à rejoindre Brest ?
Non. Je vais te dire la vérité, moi si je m'étais maintenu avec Troyes en Ligue 1, j'aurais pu avoir... (Il réfléchit) En vieillissant, je me disais : « Bordel, ça serait bien un club avec un gros budget, en Ligue 1 ou en Ligue 2, un club très solide, avec un effectif de haut niveau déjà construit. » J'en rêvais de ça. Parce que depuis vingt ans que j'entraîne, j'ai toujours dû construire quelque chose avec peu de budget et je rêvais d'autre chose. Donc ce n'est pas ça qui m'a séduit à Brest, non. C'est le discours du président. Quand je suis venu discuter avec lui, je connaissais le contexte du club, je savais qu'il n'y avait pas d'installations et j'étais parti pour refuser. Mais voilà, par respect j'ai accepté de venir passer une journée avec lui. Bon, il y avait un truc qui me plaisait bien, c'est la pelouse. Je savais qu'elle était neuve et de bonne qualité et ça, pour moi, c'est primordial. Si tu veux pratiquer le football tel que je le conçois, il te faut les conditions pour le faire. Mais sinon, c'est vraiment le président qui m'a plu, son discours, sa personnalité, c'est une affaire humaine. En revanche, jamais je n'ai su que le chantier était aussi grand, j'en parle avec lui de temps en temps, je le chambre là-dessus (rires).

Grougi disait : «  On en bave au quotidien, mais comme c'est fait dans la bonne humeur et avec plaisir, on ne se rend pas compte qu'on a autant bossé. » C'est ça votre méthode ?
Oui, mais c'est un constat qui n'est pas propre qu'au football et qui se retrouve aussi dans le monde de l'entreprise ou autre. Au XXIe siècle, tu n'as pas le droit de ne pas proposer à tes garçons de prendre du plaisir au quotidien dans leur boulot. Je bâtis des séances d'entraînement que j'aimerais pouvoir faire moi aussi avec eux si j'avais l'âge et la santé. Quelque chose d'à la fois constructif dans ta thématique et ton projet de jeu, mais quelque chose dans lequel les joueurs se régalent. Je veux qu'il y ait des sourires, que l'ambiance soit légère. Contrairement au management du XXe, je ne crois pas que tu sois bon parce que tu fais la gueule et ce n'est pas parce que tes joueurs vont se faire plaisir qu'ils ne vont pas être rigoureux. Je pense même que c'est l'inverse.


L'un de vos objectifs en débarquant à Brest, c'était de réconcilier le public avec son équipe. Est-ce que vous diriez que c'est d'ores et déjà acquis ?
Oui, oui. Je n'étais pas au courant de ça en arrivant, du fait que le public brestois était en froid avec le club. Ce sont les gens qui m'ont dit ça quand je les croisais en ville. Et aujourd'hui, j'entends des supporters qui me disent : « Quoi qu'il arrive, on est heureux, on est réconcilié avec notre équipe et son football.  » Il y a un autre truc ici qui m'a fait halluciner, c'est que les gens me remerciaient d'être venu à Brest. « Merci de nous avoir choisis » , ils disaient. C'est drôle comme phrase. Je me demandais ce qu'ils voulaient dire par là. De toute évidence, ils ont du mal à convaincre des gens de venir à Brest et pas qu'au foot, hein, de manière générale. Je discutais avec des chefs d'entreprise et en effet, ils rament pour faire venir les gens à Brest, au bout de la terre, pour travailler. Moi, je m'y sens bien.

Il y a quelques mois, vous disiez : « L'objectif cette saison c'est de ne pas trop souffrir en Ligue 2. Le plus grand danger pour une équipe, c'est de monter en Ligue 1 quand le club n'est pas prêt. » On a l'impression que les joueurs sont en train de vous prendre de court, vous et les dirigeants brestois.
Ah ben là pour le coup, oui (rires) ! Je ne sais pas si on va aller en Ligue 1 parce que ce n'est pas du tout fait pour l'instant, mais là, évidemment, quand on voit les résultats... Je ne sais même pas comment exprimer ce qu'on ressent. Ils nous ont mis devant un fait accompli qu'on n'avait jamais imaginé avec le président et le staff. Et si jamais ça tient jusqu'au bout, ça va faire tout drôle, c'est clair.


Vous iriez jusqu'à dire que ça serait un cadeau empoisonné ?
Non, bien sûr que non. C'est ça le sport, il faut accepter l'idée de donner cette émotion aux gens, de la joie aux joueurs. Et puis on est des compétiteurs, on s'est pris au jeu. On n'en parle pas entre nous, mais quand on se regarde, on comprend. Pas besoin de parler de montée, ça se sent dans l'enthousiasme qu'on met au travail, on voit que tout le monde se bat pour ça.

Dernière chose : ce match de Coupe de France face à Fleury et cette décision de ne pas porter réclamation et donc de laisser la qualif' aux adversaires... Comment s'est prise la décision ?
Ça a été très simple et très rapide. D'abord, nous, on a été nuls sur le terrain. Et avec Greg (Lorenzi, ndlr), on n'a même pas eu besoin de réfléchir plus de dix secondes. On s'est regardés et on s'est tout de suite dit : « On arrête là. » C'était spontané, naturel et sans aucun calcul. On n'a pas pris cette décision pour faire les beaux, mais parce que c'est ce qu'il y avait de plus logique, c'est tout. Pourtant, autour de moi, j'ai vu que cette décision n'avait pas plu à tout le monde, des yeux se sont baissés dans mon vestiaire et dans mon staff. Mais moi, je n'en ai rien à foutre de gagner sur tapis vert. On n'imaginait pas les conséquences positives que ça aurait. D'habitude, quand tu te fais sortir par plus petit que toi, tu passes pour un con, alors que là, on nous a félicités pour notre défaite (rires) !

Propos recueillis par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Un bon coach avec une bonne mentalité.
ça serait cool de le voir à la tête d'un club avec un peu de moyens, vu ce qu'il a réussi à faire sans en avoir jusqu'à présent.
Tu n'es pas le seul à te dire ça !

Après, un club de quel standing ? Paris/Monaco/Nice/Lyon c'est trop haut je pense, Marseille, il ne colle pas au nouveau projet, Lille non plus.
J'imagine bien le voir un jour à Bordeaux ou Sainté.
Pas une pression immense, et des moyens plus important qu'a son habitude.
C'est avec Frederic Hantz, un des entraineurs que j'aimerai voir a la tete d'un + gros club...

Pas le PSG certes, mais Monaco pourquoi pas
2 réponses à ce commentaire.
il a une tete de dentiste du rotary club
got_feu_dami Niveau : National
Bof, il a été coach du RCS durant 2 ans, une année en ligue 1 et une année en ligue 2.. et ensuite chomdu dans la foulée… bref c’est un habitué de l’ascenseur mais pas que dans la montée hein…
Le SB29 et FURLAN de retour en L1 l'année prochaine, je vote pour !
Note : 2
Brest, c'est vraiment le club sympa par excellence :
Les supporters sont aussi bon enfants que stimulants, ils ont historiquement sortis quelques pépites (Ginola, Martins, Guérin, Grougi..) et ont sensiblement le même palmarès que l'ogre rennais.
Bien sûr qu'ils feraient plaise en L1 !
Et puis c'est le territoire natal de Pipita !!! ;)
C'est vrai que c'est un club qui a une bonne côte de popularité pour plein de raisons différentes.
Tu prends aussi le stade en centre ville qui surplombe la rade, ce truc qui fait "petit club" de cambrousse, ce qui en soit est paradoxal parce que Brest c'est quand même pas loin de 200.000 âmes !
suaudeau fcn Niveau : DHR
ginola et grougi non pas formés au club (sinon rajoutes lama ribéry etc...)
par contre guivarc'h, le guen, makelele, colleter et certainement d'autres.
Testeur de toboggan Niveau : DHR
Makélélé il fait 1 an à 17 piges la bas. C"est clairement le club et le coach de ton pseudo qui la formé.

Pareil Ribéry et Lama n"ont pas été former à Brest.

Très bon club pour dénicher de jeunes talents et les post former par contre.
suaudeau fcn Niveau : DHR
effectivement pour makelele il me semblait qu'il y avait été plus longtemps sinon pour ribéry et lama c'est ce que je voulais dire dans mon post initial comme grougi et ginola cités dans le post au dessus du miens ils n'ont pas étés formés à brest
c'est bien connu, tout ce que t'as connu avant 18 ans ne compte pas...
5 réponses à ce commentaire.
Alors grand coach? Pas grand coach?
J'ai détesté le titre...
Pour un Mec de son âge... Il aurait pu trouver beaucoup mieux...
Le Club sympa par excellence c'est Guingamp
ArthurFingal Niveau : District
Le club qui appartient au président de la FFF?
Si Guingamp en est là, c'est, comme le dit ArthurFingal, grâce à petit papa Noël. Il a été avantagé autant sportivement qu'économiquement par le futur président de la FFF quand ils étaient pas encore pro, et ont pu bâtir le club là dessus.
Après, qu'ils gagnent les titres qu'ils ont gagnés, c'est autre chose.
2 réponses à ce commentaire.
Un vrai bon coach
L un des dernier romantique du foot , meme si la L1 semble un peu trop haut pour lui , on ne peux que s incliner devant son envie de jouer et ses valeurs
Perso j'aimerais bien le voir remplacer Galtier à l'asse!
Furlan aussi fair-play qu'Arsène ferait mieux que lui à Arsenal
il y a 3 heures Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 2 il y a 4 heures Neymar claque un doublé contre la Juve 20 Hier à 19:38 Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 24
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 16:06 Le fils de Pelé retourne en prison 7 Hier à 15:15 La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 23 Hier à 14:32 Le beau geste de Boateng pour Nouri 9 Hier à 10:17 Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 13
vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15
À lire ensuite
Serge Aurier, le déclassé