1. //
  2. //
  3. // AS Monaco-FC Nantes

Jean-Luc Ettori : « Je me disais, surtout ne baisse pas les yeux »

Solide comme le Rocher. Jean-Luc Ettori a disputé 602 matchs de match de championnat avec l’AS Monaco, le seul et unique club de sa carrière. Il a remporté trois championnats et autant de Coupes de France. Copropriétaire de plusieurs établissements avec ses neveux à Tours, l’ancien gardien revient sur ses challenges et difficultés passés et évoque quelques spécificités de Monaco, un club, une ville, un pays, si particuliers.

Modififié
Jean-Luc, qu’est-ce qui vous rend heureux en ce moment ?
La vie tout simplement, les affaires marchent et Monaco est leader en Ligue 1, donc tout va bien.

À l’époque où vous jouiez à Monaco, vous veniez à La Turbie en 2 CV.
Elle existe toujours, elle est chez mes parents en Corse. J’aime bien cette voiture, en plus je prenais le contre-pied de tout ce qu’on pouvait dire sur les footballeurs. C’est une voiture qui montait partout, décapotable. Quand vous êtes au soleil, c’est l’idéal.

Quel était le regard des autres joueurs ?
Ça les faisait toujours sourire, mais ils se sont habitués, il n’y avait pas de chambrage particulier et puis j’ai eu d’autres voitures aussi.

Vous aviez la volonté de ne pas vous conformer.
C’est un peu le propre des gardiens de but, on a une place un peu à part. Rouler en 2CV, c’était un peu pour l’accentuer.

Le gardien de but se sent-il un peu exclu ?
Non, mais il a énormément de responsabilités. C’est l’alibi parfait pour tout le monde. C’est toujours plus facile de dire que c’est le gardien de but qui n’a pas été bon plutôt que l’équipe, mais c’est ce que j’ai toujours dit aux jeunes gardiens qui arrivaient à Monaco : vous serez le meilleur alibi de votre entraîneur et vous allez être jugé par les gens qui ne savent pas ce que c’est. Il n’y a qu’un gardien de but pour comprendre l’émotion, le stress du moment, quels sont les ballons compliqués. Combien de fois je suis sorti du terrain et j’ai entendu : « Tu n’avais rien à faire aujourd’hui  » , alors que tu as été décisif sur un ballon merdeux que personne n’a vu. On s’extasie sur un plongeon, et même les gens du milieu du foot le font... C’est pour ça qu’il y a un gros respect entre tous les gardiens de but. On dit qu’il faut être fou pour être gardien de but, mais il faut surtout l’être pour accepter autant de responsabilités.


Vous étiez un gardien bondissant, rapide, nerveux, élu étoile d’or (récompense le joueur le plus performant et régulier de la saison) en 1990.
Le style est un peu en fonction de ton physique. Si, à l’époque, il n’y avait pas que des gardiens de grande taille, c’est vrai qu’avec la mienne (1m73), si je n’avais pas eu cette détente, ça aurait quand même été compliqué. Je l’ai développée à l’INF Vichy. J’étais un peu kamikaze, mais je possédais une bonne lecture du jeu. Le foot a pas mal évolué. Mes qualités physiques ont fait que j’ai pu m’adapter. À l’époque, il y avait plus d’espace. C’était plus facile de se déplacer. Les gardiens de but d’un petit gabarit pouvaient exister. Aujourd’hui, on ne les voit plus se promener dans la surface comme on pouvait le faire.


Vous êtes l’homme d’un seul club et on vous a appelé Tonton avant Patrice Évra.
Comment vous savez ça ? (Rires) J’ai été capitaine pendant onze ans. C’est quand même une grosse fierté d’être l’homme d’un seul club même si c’est quand même plus facile de jouer à Monaco plutôt qu’à Dunkerque. J’ai eu la chance de jouer dans une équipe qui jouait toujours les premiers rôles. Je n’avais pas de raison d’aller voir ailleurs. J’étais le garant d’un certain état d’esprit. J’ai joué avec trois générations de joueurs, donc j’étais le pont entre elles. Je leur faisais comprendre que porter le maillot de Monaco, c’était différent que de porter celui de Saint-Étienne ou autre. Vous portez les couleurs d’un club, d’une ville et d’un pays aussi. C’est le drapeau de la principauté. Ce sont des responsabilités supplémentaires. J’espère que les générations actuelles et futures garderont ça en tête.

Vidéo

Qu’est-ce qu’un Monégasque ?
C’est quelqu’un qui a un attachement profond à la famille princière, à son petit pays. Ça transpire au niveau du club et des joueurs, mais après il faut aussi que le joueur ait la volonté de s’imprégner de ça. Tout le monde n’y arrive pas. J’ai joué avec des générations de joueurs qui l’étaient vraiment. Je ne dirais pas qu’on était en mission, mais presque.

Parlez-moi du prince.
Le prince Albert est accro au foot. Il aime son équipe, même si ce n’est plus vraiment la sienne aujourd’hui. Je vais vous raconter une anecdote. C’était en 1991-1992, on rencontrait Marseille en finale de la Coupe de France, on était installés pour prendre le repas de midi avant le match dans notre hôtel parisien. On m’annonce : « Vous avez un appel téléphonique. » Au bout du fil, c’était le prince Rainier. Il m’a demandé comment j’allais, comment l’équipe était. On a parlé trois minutes, pas plus, et juste à la fin de l’appel, il me dit : « Je vivrais mal une défaite contre Marseille. » On a gagné 1-0, but à la 90e minute de Gérald Passi. Je l’avais dit à certains joueurs, ils étaient touchés. Le prince Rainier était beaucoup moins avare de ce genre d’intervention que peut l’être son fils, mais ça résume un peu l’état d’esprit de la Principauté.


En passant votre carrière à Monaco, n’avez-vous pas eu l’impression de passer à côté de certaines grosses ambiances de D1 ?
Si, bien sûr. On va dire que c’est le seul manque, mais il y a eu quand même des matchs où c’était plein, mais je dirais que ça fait aussi partie des qualités qu’il faut avoir pour jouer à Monaco. Il ne faut pas chercher dans les tribunes le soutien, mais au fond de son ventre, au fond de son estomac. C’est toujours plus difficile de s’imposer dans une équipe comme Monaco que partout ailleurs. Il n’y a pas cette pression des supporters, mais quand vous allez chez le boulanger, le poissonnier ou chercher des légumes, vous entendez toujours : « Les gars, il faut s’accrocher. » Ça existe quand même. Quand vous jouez et que vous avez 40 000, 50 000 personnes qui vous poussent, c’est toujours plus facile d’aller plus haut, plus vite, plus loin. En Principauté, ce n’est pas ça, il faut aller chercher ça ailleurs : dans le travail toute la semaine, dans nos tripes, dans le collectif, titulaires comme remplaçants.


Quelles différences entre votre Monaco et celui d’aujourd’hui ?
On a connu les baraquements à La Turbie. Arsène Wenger fait partie des pionniers à ce niveau-là. Aujourd’hui, le club a beaucoup évolué et c’est normal, s’est beaucoup professionnalisé, même si je crois savoir qu’ils y sont un peu à l’étroit. Au niveau style de jeu, l’équipe d’aujourd’hui me rappelle un peu celle de 88 championne de France avec Arsène Wenger. Un système de jeu similaire, un joueur un peu au-dessus des autres : Silva me rappelle un peu Glen Hoddle. Bon, on ne va pas comparer les foots, mais les deux équipes se ressemblent un peu : deux gros milieux récupérateurs, deux joueurs de côté qui font la différence avec leur style et puis deux attaquants.

Danijel Subašić vous ressemble ?
Non, pas du tout, mais c’est un bon gardien. Le style importe peu. Ce sont les résultats qui comptent. Je ne le connais pas, mais on le sent imprégné de l’identité monégasque. Il est content de jouer dans cette équipe, dans ce club, ça me plaît.

Vous avez fumé toute votre carrière, ça ne vous a jamais gêné ?
Non. Enfin peut-être que j’aurais été meilleur sans, non je plaisante.

Vidéo

Lors de la Coupe du monde 82, vous êtes propulsé gardien numéro 1 sans avoir disputé le moindre match de qualification. Comment l’avez-vous vécu à l’époque ?
C’était une immense joie, une immense fierté, une grosse pression. C’était quand même la Coupe du monde. J’avais tout fait pendant un mois pour que ça se réalise. J’ai bien vu pendant le mois de préparation que j’étais au-dessus des deux autres. J’ai un peu forcé l’entraîneur à s’en rendre compte, mais j’étais loin de penser que Michel Hidalgo allait prendre ce risque. Risque entre guillemets de mettre quelqu’un qui n’avait que très peu joué avec cette équipe. C’est ce qui explique je pense cette Coupe du monde en demi-teinte, mais je n’ai aucun regret.


Vous avez subi de vives critiques de Bernard Pivot, Jean-Michel Larqué et Thierry Roland notamment.
Oui, il y a eu des moments assez compliqués, notamment après la Coupe du monde, mais d’une part je n’ai rien volé et puis, j’avais fait le maximum pour être bien. Ma plus grande victoire, c’est que les gens qui m’avaient critiqué pendant la Coupe du monde aient retourné leur veste. Et puis, on ne fait pas 750 matchs pour un club sans avoir un peu de qualité. Une contre-performance peut toujours arriver, mais l’important, c’est la constance. Ce n’est pas en se lamentant lorsqu'on est en bas qu’on peut remonter, ce n’est pas possible. Si vous n’y arrivez pas, c’est qu’il y a peut-être un manque de qualité, mais de passion, d’envie de travailler. C’est toujours le travail qui vous remet sur les bons rails. Tu n’as pas le choix ou alors tu fais un trou et tu t’enterres et tu n’en sors plus, ou alors tu te dis : « Je vais montrer que... » , mais l’environnement joue aussi. J’étais dans un club où on savait de quoi j’étais capable. Ma position en club n’a jamais été ébranlée par tout ce qui pouvait se dire. Ça a été une force aussi. J’ai pu compter sur le soutien des gens de l’AS Monaco. Ça m’a aidé à surmonter tout.


Parfois, ça a quand même été dur.
C’est vrai que toutes ces critiques à la télévision ou dans les journaux font que dès que j’allais à l’extérieur, les gens sifflaient, ça m’a fait une carapace aussi. Ça m’a rendu plus fort. Je ne dis pas que ça n’a pas été compliqué, mais ça m’a donné de la force : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi à l’entraînement. Je me disais : surtout ne baisse pas les yeux. Je me suis accroché pour faire mentir tous ces gens. Lorsqu’il y avait ma famille dans les tribunes, c’était compliqué. Ils étaient au milieu des gens, certaines paroles peuvent blesser. Quand on est frère, parents, c’est toujours compliqué. Ma seule angoisse était de savoir comment eux allaient réagir. Moi, je me disais, tout ce qui compte, c’est la performance sur le terrain. Il y a trente millions de personnes qui rêveraient d’être à ma place.

Votre famille a donc déjà été affectée.
Oui, dans certains stades, c’était chaud. À Nantes, la sortie du stade avait été compliquée. Il y a quelques stades où c’était marrant, enfin marrant... à un moment donné, tu te dis, trop c’est trop. Je suis rentré dans la foule, en voyant ma tête, je pense qu’ils ont dû avoir peur. Mes coéquipiers sont arrivés, ils m’ont pris, la police aussi, donc ça s’est calmé. Ce n’était pas tous les jours faciles, mais les choses ont évolué. J’ai toujours eu un bon contact avec le public à la maison et à l’extérieur.

De quoi êtes-vous le plus fier ?
De mes dix-sept ans au plus haut niveau, plus de 750 matchs officiels avec l’AS Monaco. Malgré tout ce que les gens ont pu dire, j’ai duré à un bon niveau. Et puis je suis fier de mes enfants et de mes petits-enfants.



Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Bolek03
bien écrit <iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5dqzb5_bardzo-zaradne-sily-specjalne_tech?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Kent Brockman Niveau : Loisir
Merveilleux entretien, Jean-Luc, la classe monégasque incarnée, une de mes 1ères idoles lorsque j'ai commencé à supporter Monaco à la fin des années 80 : les 1ères épopées européennes, la rivalité avec l'OM de Tapie et ses pratiques douteuses, et cette finale de CDF 91 effectivement, un des meilleurs souvenirs de fans monégasques, le grand OM qui n'avait pas touché un caramel qui peut s'estimer heureux de n'en avoir pris qu'un ce soir-là.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
L'ASM avait sorti un très gros match ce soir là, mais à la décharge des phocéens, ils étaient encore traumatisés par le cauchemar de Bari survenu une semaine plus tôt. Ce qui n'est aucunement une excuse bien entendu.
1 réponse à ce commentaire.
Jean-Luc Otarie Niveau : District
Ah mon Jean-Luc, mon Jean-Luc...mon idole de jeunesse, et quelle classe! J ai toujours adoré le poste de gardien depuis
Jean-Luc Otarie Niveau : District
...ton époque (pas facile de commenter sur l appli). Monaco a souvent eu des bons gardiens. Mention spéciale pour les photos de l article!!! Bon dimanche
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Note : 1
Jean-Luc Ettori était un gardien limité. A des années lumière d'un Joel Bats.
Ca n'enlève en rien ses qualités humaines issues de la la vieille école (fidélité, humilité, etc..) mais il a fait partie de cette génération de gardien (Castaneda, Martini) au mental défaillant.
Et sur la fin c'est vraiment la bérézina. Il se foire complément en finale contre le Werder (on peut toujours rappeler que Furiani c'était quelques jours avant).

Je ne sais pas, peut-être que c'était la moustache...

Bref, un bon gars mais un gardien assez médiocre au bout du compte.
Oui, exactement ça, un bon gars qui roule en 2cv, va chez le poissonnier et achète ses légumes, un gars profondément attaché à... la famille princière (au point de citer comme anecdote le coup de fil franchement anodin de Rainier avant une finale de cdf !), un gars qui dit lui-même que sa plus grande fierté est d'avoir suffisamment duré pour que les gens finissent par retourner leur veste et cesser de le détester. Un petit côté eau tiède quoi. Sympathique, correct, pépère, sans plus.
Et je crois que Martini au moins écrivait de la poésie, non? En tout cas c'est le sportif à la meilleure élocution qu'il m'ait été donné de voir. Jamais de faute d'accord, jamais d'expressions cliché ni de phrases toutes faites, ça le distinguait vraiment du lot.
Habib Beye, Emmanuel Petit...ils sont aussi pas mal quand ils parlent!
Cette finale de 92... Je sais pas. Cette excuse du drame de Bastia pour expliquer cette défaite, j'ai vraiment du mal.
Et puis les buts encaissés...Mon Dieu, des erreurs d'équipes de bas de tableau.

https://youtu.be/byf-d08Nj6w
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
D'accord avec vous, Ettori était un gardien correct, mais il n'appartenait pas à cette caste de portiers capable de renouveler des prouesses de façon régulière. Je garde en tête des performances moyennes, voire limites, mais à sa décharge je ne l'ai vraiment connu que sur sa fin de carrière.

On peut amèrement regretter ce creux générationnel, cette mise en jachère des talents entre Baratelli et l'avènement de Bats, parce qu'entre un Castaneda, un Rust ou un Ettori, le pauvre Hidalgo a du se torturer les méninges. Le choix de Sophie au cube.
Je suis pas franchement d'accord avec vous il était pas si mauvais que ça Ettori, il n'avait peut-être pas le niveau d'un Bats ou d'un Barthez mais il valait un Lloris par exemple. C'est beaucoup plus facile de se rappeler des erreurs des gardiens que celles des attaquants comme les immanquables de Cavani par exemple, forcément quand un gardien se troue ça fait souvent but derrière.

De mémoire pour la fameuse finale contre le Werder que Monaco n'aurait jamais dû perdre, Furiani c'était la veille et certains joueurs n'avaient pas pu avoir des nouvelles de leur famille ou de leurs amis, jaurais bien aimé voir ce qu'une finale avec un club français aurait donné le lendemain des attentas de Nice...Je comprends mieux que les Monégasques aient été perturbés par cet évènement que les Marseillais par leur défaite à Bari une semaine avent la finale de la Coupe de France.
6 réponses à ce commentaire.
Oui, ce dernier match de poule en '82 contre la Tchécoslovaquie, quel flip ! Merci Amoros.
Très classe le maillot rouge et blanc "Le Coq Sportif" avec le sponsor RMC. *_*
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:54  //  Aficionado de l'Argentine
Jean-Luc Ettori, sa fameuse 2CV, l'AS Monaco des 80's/début 90's, la bonne vieille D1 de notre jeunesse...
Un homme sympathique donc et un gardien honnête mais comme dit plus haut, un peu trop limité pour le très haut niveau et qui a dû enfiler un costume trop grand pour lui.
Je reste encore persuadé qu'Ettori était le vrai maillon faible de la France 82 et qu'avec un grand gardien, l'EDF aurait peut-être passé l'obstacle ouest-allemand. Enfin, avec des si...
L'EDF a quand même eu la machance de ne pas pouvoir compter sur un cador à la CDM 82, surtout quand tu vois la liste des successeurs de ce bon vieux Jean-Luc : Bats, Martini (à un degré moindre), Lama, Barthez, Lloris... Des gardiens d'un autre calibre, dans l'ensemble !
Paradigm Shift Niveau : National
Physiquement, on dirait un mix entre Fabricio Coloccini et Pedro Pascal (Oberyn Martell pour les intimes).
Hier à 19:38 Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 22
Hier à 16:06 Le fils de Pelé retourne en prison 5 Hier à 15:15 La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 18 Hier à 14:32 Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:17 Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 13 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14