1. //
  2. //
  3. // AS Monaco-FC Nantes

Jean-Luc Ettori : « Je me disais, surtout ne baisse pas les yeux »

Solide comme le Rocher. Jean-Luc Ettori a disputé 602 matchs de match de championnat avec l’AS Monaco, le seul et unique club de sa carrière. Il a remporté trois championnats et autant de Coupes de France. Copropriétaire de plusieurs établissements avec ses neveux à Tours, l’ancien gardien revient sur ses challenges et difficultés passés et évoque quelques spécificités de Monaco, un club, une ville, un pays, si particuliers.

Modififié
Jean-Luc, qu’est-ce qui vous rend heureux en ce moment ?
La vie tout simplement, les affaires marchent et Monaco est leader en Ligue 1, donc tout va bien.

À l’époque où vous jouiez à Monaco, vous veniez à La Turbie en 2 CV.
Elle existe toujours, elle est chez mes parents en Corse. J’aime bien cette voiture, en plus je prenais le contre-pied de tout ce qu’on pouvait dire sur les footballeurs. C’est une voiture qui montait partout, décapotable. Quand vous êtes au soleil, c’est l’idéal.

Quel était le regard des autres joueurs ?
Ça les faisait toujours sourire, mais ils se sont habitués, il n’y avait pas de chambrage particulier et puis j’ai eu d’autres voitures aussi.

Vous aviez la volonté de ne pas vous conformer.
C’est un peu le propre des gardiens de but, on a une place un peu à part. Rouler en 2CV, c’était un peu pour l’accentuer.

Le gardien de but se sent-il un peu exclu ?
Non, mais il a énormément de responsabilités. C’est l’alibi parfait pour tout le monde. C’est toujours plus facile de dire que c’est le gardien de but qui n’a pas été bon plutôt que l’équipe, mais c’est ce que j’ai toujours dit aux jeunes gardiens qui arrivaient à Monaco : vous serez le meilleur alibi de votre entraîneur et vous allez être jugé par les gens qui ne savent pas ce que c’est. Il n’y a qu’un gardien de but pour comprendre l’émotion, le stress du moment, quels sont les ballons compliqués. Combien de fois je suis sorti du terrain et j’ai entendu : « Tu n’avais rien à faire aujourd’hui  » , alors que tu as été décisif sur un ballon merdeux que personne n’a vu. On s’extasie sur un plongeon, et même les gens du milieu du foot le font... C’est pour ça qu’il y a un gros respect entre tous les gardiens de but. On dit qu’il faut être fou pour être gardien de but, mais il faut surtout l’être pour accepter autant de responsabilités.


Vous étiez un gardien bondissant, rapide, nerveux, élu étoile d’or (récompense le joueur le plus performant et régulier de la saison) en 1990.
Le style est un peu en fonction de ton physique. Si, à l’époque, il n’y avait pas que des gardiens de grande taille, c’est vrai qu’avec la mienne (1m73), si je n’avais pas eu cette détente, ça aurait quand même été compliqué. Je l’ai développée à l’INF Vichy. J’étais un peu kamikaze, mais je possédais une bonne lecture du jeu. Le foot a pas mal évolué. Mes qualités physiques ont fait que j’ai pu m’adapter. À l’époque, il y avait plus d’espace. C’était plus facile de se déplacer. Les gardiens de but d’un petit gabarit pouvaient exister. Aujourd’hui, on ne les voit plus se promener dans la surface comme on pouvait le faire.


Vous êtes l’homme d’un seul club et on vous a appelé Tonton avant Patrice Évra.
Comment vous savez ça ? (Rires) J’ai été capitaine pendant onze ans. C’est quand même une grosse fierté d’être l’homme d’un seul club même si c’est quand même plus facile de jouer à Monaco plutôt qu’à Dunkerque. J’ai eu la chance de jouer dans une équipe qui jouait toujours les premiers rôles. Je n’avais pas de raison d’aller voir ailleurs. J’étais le garant d’un certain état d’esprit. J’ai joué avec trois générations de joueurs, donc j’étais le pont entre elles. Je leur faisais comprendre que porter le maillot de Monaco, c’était différent que de porter celui de Saint-Étienne ou autre. Vous portez les couleurs d’un club, d’une ville et d’un pays aussi. C’est le drapeau de la principauté. Ce sont des responsabilités supplémentaires. J’espère que les générations actuelles et futures garderont ça en tête.

Vidéo

Qu’est-ce qu’un Monégasque ?
C’est quelqu’un qui a un attachement profond à la famille princière, à son petit pays. Ça transpire au niveau du club et des joueurs, mais après il faut aussi que le joueur ait la volonté de s’imprégner de ça. Tout le monde n’y arrive pas. J’ai joué avec des générations de joueurs qui l’étaient vraiment. Je ne dirais pas qu’on était en mission, mais presque.

Parlez-moi du prince.
Le prince Albert est accro au foot. Il aime son équipe, même si ce n’est plus vraiment la sienne aujourd’hui. Je vais vous raconter une anecdote. C’était en 1991-1992, on rencontrait Marseille en finale de la Coupe de France, on était installés pour prendre le repas de midi avant le match dans notre hôtel parisien. On m’annonce : « Vous avez un appel téléphonique. » Au bout du fil, c’était le prince Rainier. Il m’a demandé comment j’allais, comment l’équipe était. On a parlé trois minutes, pas plus, et juste à la fin de l’appel, il me dit : « Je vivrais mal une défaite contre Marseille. » On a gagné 1-0, but à la 90e minute de Gérald Passi. Je l’avais dit à certains joueurs, ils étaient touchés. Le prince Rainier était beaucoup moins avare de ce genre d’intervention que peut l’être son fils, mais ça résume un peu l’état d’esprit de la Principauté.


En passant votre carrière à Monaco, n’avez-vous pas eu l’impression de passer à côté de certaines grosses ambiances de D1 ?
Si, bien sûr. On va dire que c’est le seul manque, mais il y a eu quand même des matchs où c’était plein, mais je dirais que ça fait aussi partie des qualités qu’il faut avoir pour jouer à Monaco. Il ne faut pas chercher dans les tribunes le soutien, mais au fond de son ventre, au fond de son estomac. C’est toujours plus difficile de s’imposer dans une équipe comme Monaco que partout ailleurs. Il n’y a pas cette pression des supporters, mais quand vous allez chez le boulanger, le poissonnier ou chercher des légumes, vous entendez toujours : « Les gars, il faut s’accrocher. » Ça existe quand même. Quand vous jouez et que vous avez 40 000, 50 000 personnes qui vous poussent, c’est toujours plus facile d’aller plus haut, plus vite, plus loin. En Principauté, ce n’est pas ça, il faut aller chercher ça ailleurs : dans le travail toute la semaine, dans nos tripes, dans le collectif, titulaires comme remplaçants.


Quelles différences entre votre Monaco et celui d’aujourd’hui ?
On a connu les baraquements à La Turbie. Arsène Wenger fait partie des pionniers à ce niveau-là. Aujourd’hui, le club a beaucoup évolué et c’est normal, s’est beaucoup professionnalisé, même si je crois savoir qu’ils y sont un peu à l’étroit. Au niveau style de jeu, l’équipe d’aujourd’hui me rappelle un peu celle de 88 championne de France avec Arsène Wenger. Un système de jeu similaire, un joueur un peu au-dessus des autres : Silva me rappelle un peu Glen Hoddle. Bon, on ne va pas comparer les foots, mais les deux équipes se ressemblent un peu : deux gros milieux récupérateurs, deux joueurs de côté qui font la différence avec leur style et puis deux attaquants.

Danijel Subašić vous ressemble ?
Non, pas du tout, mais c’est un bon gardien. Le style importe peu. Ce sont les résultats qui comptent. Je ne le connais pas, mais on le sent imprégné de l’identité monégasque. Il est content de jouer dans cette équipe, dans ce club, ça me plaît.

Vous avez fumé toute votre carrière, ça ne vous a jamais gêné ?
Non. Enfin peut-être que j’aurais été meilleur sans, non je plaisante.

Vidéo

Lors de la Coupe du monde 82, vous êtes propulsé gardien numéro 1 sans avoir disputé le moindre match de qualification. Comment l’avez-vous vécu à l’époque ?
C’était une immense joie, une immense fierté, une grosse pression. C’était quand même la Coupe du monde. J’avais tout fait pendant un mois pour que ça se réalise. J’ai bien vu pendant le mois de préparation que j’étais au-dessus des deux autres. J’ai un peu forcé l’entraîneur à s’en rendre compte, mais j’étais loin de penser que Michel Hidalgo allait prendre ce risque. Risque entre guillemets de mettre quelqu’un qui n’avait que très peu joué avec cette équipe. C’est ce qui explique je pense cette Coupe du monde en demi-teinte, mais je n’ai aucun regret.


Vous avez subi de vives critiques de Bernard Pivot, Jean-Michel Larqué et Thierry Roland notamment.
Oui, il y a eu des moments assez compliqués, notamment après la Coupe du monde, mais d’une part je n’ai rien volé et puis, j’avais fait le maximum pour être bien. Ma plus grande victoire, c’est que les gens qui m’avaient critiqué pendant la Coupe du monde aient retourné leur veste. Et puis, on ne fait pas 750 matchs pour un club sans avoir un peu de qualité. Une contre-performance peut toujours arriver, mais l’important, c’est la constance. Ce n’est pas en se lamentant lorsqu'on est en bas qu’on peut remonter, ce n’est pas possible. Si vous n’y arrivez pas, c’est qu’il y a peut-être un manque de qualité, mais de passion, d’envie de travailler. C’est toujours le travail qui vous remet sur les bons rails. Tu n’as pas le choix ou alors tu fais un trou et tu t’enterres et tu n’en sors plus, ou alors tu te dis : « Je vais montrer que... » , mais l’environnement joue aussi. J’étais dans un club où on savait de quoi j’étais capable. Ma position en club n’a jamais été ébranlée par tout ce qui pouvait se dire. Ça a été une force aussi. J’ai pu compter sur le soutien des gens de l’AS Monaco. Ça m’a aidé à surmonter tout.


Parfois, ça a quand même été dur.
C’est vrai que toutes ces critiques à la télévision ou dans les journaux font que dès que j’allais à l’extérieur, les gens sifflaient, ça m’a fait une carapace aussi. Ça m’a rendu plus fort. Je ne dis pas que ça n’a pas été compliqué, mais ça m’a donné de la force : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi à l’entraînement. Je me disais : surtout ne baisse pas les yeux. Je me suis accroché pour faire mentir tous ces gens. Lorsqu’il y avait ma famille dans les tribunes, c’était compliqué. Ils étaient au milieu des gens, certaines paroles peuvent blesser. Quand on est frère, parents, c’est toujours compliqué. Ma seule angoisse était de savoir comment eux allaient réagir. Moi, je me disais, tout ce qui compte, c’est la performance sur le terrain. Il y a trente millions de personnes qui rêveraient d’être à ma place.

Votre famille a donc déjà été affectée.
Oui, dans certains stades, c’était chaud. À Nantes, la sortie du stade avait été compliquée. Il y a quelques stades où c’était marrant, enfin marrant... à un moment donné, tu te dis, trop c’est trop. Je suis rentré dans la foule, en voyant ma tête, je pense qu’ils ont dû avoir peur. Mes coéquipiers sont arrivés, ils m’ont pris, la police aussi, donc ça s’est calmé. Ce n’était pas tous les jours faciles, mais les choses ont évolué. J’ai toujours eu un bon contact avec le public à la maison et à l’extérieur.

De quoi êtes-vous le plus fier ?
De mes dix-sept ans au plus haut niveau, plus de 750 matchs officiels avec l’AS Monaco. Malgré tout ce que les gens ont pu dire, j’ai duré à un bon niveau. Et puis je suis fier de mes enfants et de mes petits-enfants.



Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Bolek03
bien écrit <iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5dqzb5_bardzo-zaradne-sily-specjalne_tech?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Kent Brockman Niveau : Loisir
Merveilleux entretien, Jean-Luc, la classe monégasque incarnée, une de mes 1ères idoles lorsque j'ai commencé à supporter Monaco à la fin des années 80 : les 1ères épopées européennes, la rivalité avec l'OM de Tapie et ses pratiques douteuses, et cette finale de CDF 91 effectivement, un des meilleurs souvenirs de fans monégasques, le grand OM qui n'avait pas touché un caramel qui peut s'estimer heureux de n'en avoir pris qu'un ce soir-là.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
L'ASM avait sorti un très gros match ce soir là, mais à la décharge des phocéens, ils étaient encore traumatisés par le cauchemar de Bari survenu une semaine plus tôt. Ce qui n'est aucunement une excuse bien entendu.
1 réponse à ce commentaire.
Jean-Luc Otarie Niveau : District
Ah mon Jean-Luc, mon Jean-Luc...mon idole de jeunesse, et quelle classe! J ai toujours adoré le poste de gardien depuis
Jean-Luc Otarie Niveau : District
...ton époque (pas facile de commenter sur l appli). Monaco a souvent eu des bons gardiens. Mention spéciale pour les photos de l article!!! Bon dimanche
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Note : 1
Jean-Luc Ettori était un gardien limité. A des années lumière d'un Joel Bats.
Ca n'enlève en rien ses qualités humaines issues de la la vieille école (fidélité, humilité, etc..) mais il a fait partie de cette génération de gardien (Castaneda, Martini) au mental défaillant.
Et sur la fin c'est vraiment la bérézina. Il se foire complément en finale contre le Werder (on peut toujours rappeler que Furiani c'était quelques jours avant).

Je ne sais pas, peut-être que c'était la moustache...

Bref, un bon gars mais un gardien assez médiocre au bout du compte.
Oui, exactement ça, un bon gars qui roule en 2cv, va chez le poissonnier et achète ses légumes, un gars profondément attaché à... la famille princière (au point de citer comme anecdote le coup de fil franchement anodin de Rainier avant une finale de cdf !), un gars qui dit lui-même que sa plus grande fierté est d'avoir suffisamment duré pour que les gens finissent par retourner leur veste et cesser de le détester. Un petit côté eau tiède quoi. Sympathique, correct, pépère, sans plus.
Et je crois que Martini au moins écrivait de la poésie, non? En tout cas c'est le sportif à la meilleure élocution qu'il m'ait été donné de voir. Jamais de faute d'accord, jamais d'expressions cliché ni de phrases toutes faites, ça le distinguait vraiment du lot.
Habib Beye, Emmanuel Petit...ils sont aussi pas mal quand ils parlent!
Cette finale de 92... Je sais pas. Cette excuse du drame de Bastia pour expliquer cette défaite, j'ai vraiment du mal.
Et puis les buts encaissés...Mon Dieu, des erreurs d'équipes de bas de tableau.

https://youtu.be/byf-d08Nj6w
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
D'accord avec vous, Ettori était un gardien correct, mais il n'appartenait pas à cette caste de portiers capable de renouveler des prouesses de façon régulière. Je garde en tête des performances moyennes, voire limites, mais à sa décharge je ne l'ai vraiment connu que sur sa fin de carrière.

On peut amèrement regretter ce creux générationnel, cette mise en jachère des talents entre Baratelli et l'avènement de Bats, parce qu'entre un Castaneda, un Rust ou un Ettori, le pauvre Hidalgo a du se torturer les méninges. Le choix de Sophie au cube.
Je suis pas franchement d'accord avec vous il était pas si mauvais que ça Ettori, il n'avait peut-être pas le niveau d'un Bats ou d'un Barthez mais il valait un Lloris par exemple. C'est beaucoup plus facile de se rappeler des erreurs des gardiens que celles des attaquants comme les immanquables de Cavani par exemple, forcément quand un gardien se troue ça fait souvent but derrière.

De mémoire pour la fameuse finale contre le Werder que Monaco n'aurait jamais dû perdre, Furiani c'était la veille et certains joueurs n'avaient pas pu avoir des nouvelles de leur famille ou de leurs amis, jaurais bien aimé voir ce qu'une finale avec un club français aurait donné le lendemain des attentas de Nice...Je comprends mieux que les Monégasques aient été perturbés par cet évènement que les Marseillais par leur défaite à Bari une semaine avent la finale de la Coupe de France.
6 réponses à ce commentaire.
Oui, ce dernier match de poule en '82 contre la Tchécoslovaquie, quel flip ! Merci Amoros.
Très classe le maillot rouge et blanc "Le Coq Sportif" avec le sponsor RMC. *_*
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:54  //  Aficionado de l'Argentine
Jean-Luc Ettori, sa fameuse 2CV, l'AS Monaco des 80's/début 90's, la bonne vieille D1 de notre jeunesse...
Un homme sympathique donc et un gardien honnête mais comme dit plus haut, un peu trop limité pour le très haut niveau et qui a dû enfiler un costume trop grand pour lui.
Je reste encore persuadé qu'Ettori était le vrai maillon faible de la France 82 et qu'avec un grand gardien, l'EDF aurait peut-être passé l'obstacle ouest-allemand. Enfin, avec des si...
L'EDF a quand même eu la machance de ne pas pouvoir compter sur un cador à la CDM 82, surtout quand tu vois la liste des successeurs de ce bon vieux Jean-Luc : Bats, Martini (à un degré moindre), Lama, Barthez, Lloris... Des gardiens d'un autre calibre, dans l'ensemble !
Paradigm Shift Niveau : National
Physiquement, on dirait un mix entre Fabricio Coloccini et Pedro Pascal (Oberyn Martell pour les intimes).
Hier à 15:21 Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! Hier à 22:00 Callejón calme les Niçois 2
Hier à 14:21 Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 101 Hier à 13:55 Le rap des ultras de Genk 7 Hier à 13:51 Il entre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 12:08 Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 17 Hier à 11:25 Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) lundi 21 août Le 200e but en Premier League de Rooney 16
lundi 21 août Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 lundi 21 août Le CSC gênant de Wycombe 12 lundi 21 août Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 39 lundi 21 août Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 13 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16