Jean-Jacques Bourdin : « Je comprends très bien que Deschamps ne prenne pas Nasri »

Avant d'être un homme de débat qui confronte son opinion à celle de millions de Français chaque matin sur RMC, Jean-Jacques Bourdin a été journaliste sportif à RTL. Une des origines de cette vocation : le Nîmes Olympique. Ça tombe bien, le président Jean-Marc Conrad vient de le nommer parrain du club. Suffisant pour lui donner la parole.

Modififié
64 19
Vous venez d'être nommé parrain du Nîmes Olympique. Une info qui en a surpris plus d'un...
Je comprends très bien que ça puisse surprendre ceux qui ne savent pas que je suis gardois d'origine, que je suis cévenol, que j'ai une maison dans le Gard où je vais au moins tous les 15 jours, que j'ai joué au foot et que le premier match que j'ai vu dans ma vie est un Nîmes-Reims au stade Jean Bouin. Je ne me souviens plus si c'était en 59, en 60 ou en 61. Nîmes et Reims étaient en compétition pour le titre et Reims était venu gagner à Jean Bouin. C'est le premier match que j'ai vu de ma vie, je devais avoir 8 ou 9 ans. À partir de l'âge de 16 ans et jusqu'à 22, 23 ans, j'allais à tous les matchs du Nîmes Olympique à Jean Bouin. Je n'ai rien raté ! J'ai vécu notamment la fameuse saison 71/72 où on termine 2e de D1 derrière l'OM.

Avec le mythique entraîneur Kader Firoud.
J'ai adoré ce Nîmes avec Kader Firoud. Je l'ai connu après, on a sympathisé et j'ai adoré cet homme. C'était la grande époque, celle de Trésor/Adams en défense centrale. André Kabile, qui jouait arrière gauche, était un personnage incroyable. Et puis Jacky Vergnes en avant-centre, Jacques Bonnet qui jouait ailier gauche... Nîmes avait recruté deux Roumains : Voinéa et Pircalab. Je me souviens de soirées épiques car Pircalab était un dribbleur fou. Il dribblait son défenseur, il s'arrêtait et le public applaudissait et hurlait pour qu'il le dribble de nouveau. On a vécu des soirées monumentales à Nîmes. Je suis tombé fou amoureux de ce club, je l'ai toujours suivi, à distance évidemment avec ma vie professionnelle. Alors quand ils m'ont fait cette offre, je ne pouvais pas refuser.

Le club est actuellement 15e de Ligue 2 à 2 points du premier relégable et traverse une mauvaise passe.
Il faut qu'on s'en sorte. On a 1 point à prendre, on doit pouvoir y arriver et après on pourra repartir sur de bonnes bases en Ligue 2. C'est un club qui est fait pour le football, c'est une ville de football. À mon sens, pour lui redonner de la force, il faut rendre le stade plus convivial car il est un peu triste mais il y a un vrai esprit nîmois. Selon moi, c'est LE grand club de foot du Languedoc-Roussillon, devant Montpellier.

À propos de l'ambiance du stade, elle a beaucoup changé avec les années ?
Le stade en lui-même n'est pas exceptionnel. Il est très bétonné mais justement, il faut le rendre chaleureux et je crois savoir que c'est ce que veulent les dirigeants du club. Le foot, on le sait, c'est un spectacle. Et il faut que ce soit un spectacle à Nîmes. On aime ça, on aime la corrida, on aime le spectacle. Un match à Nîmes, c'est un spectacle ! À Jean Bouin, c'était un spectacle ! On avait un entraîneur, Kader Firoud, qui faisait lui-même le spectacle, le public était sur la pelouse. Il faut retrouver cet état d'esprit.

Vous n'avez donc pas hésité une seconde avant d'accepter cette offre ?
Non, non, pas du tout. Pour être parrain du club de foot de votre cœur, il n'y a pas d'hésitation.

Que représente cette nomination pour vous ?
C'est honorifique et en même temps, c'est l'occasion de donner un coup de main au club de temps à autre. Je ne vais pas m'impliquer dans la gestion financière ni dans la gestion sportive du club. Mais si la nouvelle équipe dirigeante me demande mon avis sur tel ou tel point, je le donnerai. Mais ça s'arrêtera là.

Quelle est la nature de votre relation avec le nouveau président Jean-Marc Conrad ?
Je connais Jean-Marc Conrad. On a des amis communs. C'est quelqu'un de dynamique, de moderne, qui a compris qu'il fallait regarder le monde du football avec son temps. Il faut absolument qu'il mette une équipe dirigeante compétente, c'est toute la difficulté du challenge. Il faut que la structure soit solide, après, ce sont les joueurs qui sont sur la pelouse.

Il s'est déjà bien entouré en recrutant trois actionnaires.
A priori, il a un actionnariat solide mais il n'y a pas que ça à prendre en compte. Il y a aussi ceux qui font vivre le club et qui apportent du professionnalisme. Je crois beaucoup au professionnalisme et à l'exigence.

Le club a annoncé que les nouveaux projets du Nîmes Olympique, notamment les plans économiques, seront évoqués lors d'une journée spéciale le 7 juin. En savez-vous davantage ?
Je ne peux pas vous dire. Sincèrement, je n'en sais rien car je dois déjeuner avec Conrad la semaine prochaine. Je vais le rencontrer afin de voir quel pourra être mon petit rôle dans tout ça.

Il a déclaré que, compte tenu de votre carnet d'adresses, vous pourrez être un « facilitateur de contacts  » . Vous pensez qu'il vous a choisi pour ça ?
Je ne suis pas dupe. Je sais que s'il m'a sollicité, c'est aussi parce que je connais beaucoup de monde et que ça peut l'aider médiatiquement. C'est une évidence. Personne n'est dupe, ni lui, ni moi.

Ça n'en fait pas pour autant un parrainage intéressé ?
Ah non, non, il n'y aucune question d'argent. Je vous le dis tout de suite, c'est du bénévolat total pour moi. [Il insiste] Non, non, non, il n'en est absolument pas question ! C'est uniquement pour aider le club que j'aime. D'abord, je n'aurais pas cette prétention et puis je ne vais pas me faire payer pour apporter un carnet d'adresses ou des relations. Et puis j'ai autre chose à faire.

Quel est votre rapport au football, aujourd'hui, en dehors du Nîmes Olympique ?
J'ai commencé comme journaliste sportif à RTL, donc je connais bien le monde du sport. Enfin, à l'époque. Maintenant, je le connais moins parce qu'il a beaucoup changé. Et encore, je suis passionné par le sport, j'adore ça. Les seules fois où je regarde la télévision, c'est du sport. Je le dis sincèrement, je suis plus attiré par le rugby aujourd'hui que par le foot. Je regarde plein de matchs de rugby. Par exemple, j'ai regardé les deux matchs de barrage du Top 14 et je vais regarder les deux demi-finales et la finale du Top 14. Je suis copain avec Mourad Boudjellal (président du Rugby club toulonnais Ndlr), j'aime son aventure à Toulon et je trouve ça formidable. Après, Nîmes, ça dépasse le foot. C'est mon club. Les Anglo-Saxons sont comme ça, ils ont un club. Moi, c'est pareil avec le Nîmes Olympique.

Donc j'imagine que vous allez suivre attentivement la Coupe du monde et l'annonce de Deschamps ce soir. Vous avez des préférences pour la liste des joueurs ?
Bien sûr, j'ai des préférences ! J'avais reçu Deschamps il n'y a pas très longtemps sur RMC et il m'avait dit : « Ce ne sera peut-être pas les meilleurs que je prendrai » . Il a raison, je trouve. L'état d'esprit, c'est essentiel, et je comprends très bien qu'il ne prenne pas Nasri. Quand on est joueur de football professionnel - et si un jour j'ai l'occasion d'en parler au Nîmes Olympique - ce sera mon discours : on se doit d'être exemplaire. Vis-à-vis du public qui paye sa place pour venir au stade, ça doit être la première des réflexions. Tout part de là. Après, on gagne, on perd, ça arrive à tout le monde. Mais quand on est professionnel de football, on doit se comporter comme un professionnel. Il faut être exigeant avec soi-même. Nous, on l'est dans le milieu journalistique donc je ne vois pas pourquoi un footballeur ne le serait pas. Il y a un comportement à avoir, un esprit, que Nasri n'avait pas lors du premier match contre l'Ukraine. Je ne parle pas du reste, du passé, mais ce jour-là, il ne l'avait pas. Quand on n'a pas l'état d'esprit pour un match aussi important, on ne va pas à la Coupe du monde. Après, je ne connais pas suffisamment les autres joueurs, mais j'aime bien les jeunes qu'il lance. Les Mangala, les Varane, c'est formidable !

Vous pensez que la France peut faire quelque chose ?
Je suis convaincu que la France peut faire quelque chose ! Je ne pense pas que la France devienne championne du monde mais dans tous les cas, elle va se qualifier pour les huitièmes et après, sur un match, je ne vois pas pourquoi elle n'irait pas en quarts ou en demies. Vu le contexte, les équipes sud-américaines seront là, bien évidemment.

Pour revenir sur le Nîmes Olympique et sur l'état d'esprit, pensez-vous pouvoir transmettre ce genre de message aux joueurs ?
Un jour ou l'autre, je parlerai aux joueurs du Nîmes Olympique. Je leur dirai ce que je sais, ce que je sens et comment ils doivent être. Mais après, je laisserai la place à l'entraîneur. Je ne parlerai qu'une fois.

Il s'agira d'une parole de supporter ou de membre du club ?
J’essaierai de leur transmettre des valeurs. C'est essentiel. Quant au début de la saison prochaine, on verra si on sera en Ligue 2 ou en National, mais il faudra leur transmettre des valeurs, c'est certain.

Que se passe-t-il si le club descend en National ?
Si le club tombe en National, il continuera et je serai toujours supporter du Nîmes Olympique. Et Jean-Marc Conrad ne va pas jeter l'éponge si le club tombe en National, mais on essaiera de remonter le plus vite possible.

Vous avez confiance en Jean-Marc Conrad pour redresser la barre ?
J'ai confiance en ces hommes-là. Dans la vie, je pense que ce n'est pas quelqu'un qui s'engage à la légère. On va en parler mais s'il s'engage, c'est pour bien faire les choses et réussir. Ou alors, on n'est pas là pour être président du Nîmes Olympique. Le problème, c'est que les joueurs, comme les dirigeants, sont au service d'un club et au service du public. Parce qu'un club de football, ce n'est jamais qu'un club de football qui est là pour apporter un peu de joie et de plaisir à des gens qui n'en ont pas constamment. C'est un plaisir de partir au stade le soir avec son fils, son copain, son voisin ou son frère.

Justement, cette notion de plaisir ne s'est-elle pas perdue ?
Vous avez raison ! Ce plaisir où on a le cœur qui bat, ou on est excité, c'est tout à coup une rupture avec le quotidien, c'est une joie. Après le match, on va le commenter. On va être déçu ou heureux selon qu'on ait gagné ou perdu. On va refaire le match autour d'une bière et ça, ce sont des plaisirs qu'on garde toute sa vie. Mais vous avez raison qu'on le perd un petit peu car les clubs ont tellement d'enjeux financiers. Nîmes Olympique ne sera jamais le Paris Saint-Germain ou Monaco mais à côté de ces très grands clubs, il en faut qui ont un esprit et une mentalité. Nîmes est une ville qui a aussi besoin de ça pour exister et il faut que tout le monde en soit conscient.

Que pensez-vous de ceux qui disent que des clubs comme le PSG ont perdu leur âme ?
Je suis assez d'accord. Aujourd'hui, c'est devenu une telle entreprise de spectacle que c'est aux dirigeants de maintenir l'esprit. Mais regardez le Real, il y a quand même l'amour du maillot, du club. Au Bayern, c'est pareil ! Regardez comment ce club est géré. Je dis bravo !

À l'étranger d'accord, mais en France, on n'a pas cette culture foot chevillée au corps. On dit souvent que la France n'aime pas ses joueurs par exemple.
C'est vrai, c'est français. On n'aime pas la réussite en France. Ou, du moins, on n'aime pas toutes les exigences nécessaires pour l'atteindre. Il y a une forme de laxisme et moi, je suis très rigoureux avec ça, surtout quand on est professionnel. Le bénévole qui va jouer au foot tous les dimanches avec laxisme, je comprends très bien, mais je ne le tolère pas quand il s'agit de personnes qui sont payées pour ça et qui vivent pour ça.


Propos recueillis par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kaiser Franz Niveau : District
Et moi JJ, je comprend toujours pas pourquoi Nîmes t a choisi
Message posté par Kaiser Franz
Et moi JJ, je comprend toujours pas pourquoi Nîmes t a choisi


pour son carnet d'adresse et son aura médiatique, ça parait évident
(et c'est écrit juste au-dessus ^^)
Là où il a entièrement raison c'est quand il dit qu'en France on aime pas la réussite.

On crache sur ceux qui réussissent plutôt que de s'en inspirer ...
J'ai pas tout lu (j'avoue) mais j'ai l'impression qu'il parle beaucoup d'enthousiasme, en oubliant que le club avait une belle réputations de bouchers aussi.
Boissier par exemple a longtemps joué là bas il me semble avant d'aller poursuivre son "oeuvre" du côté de Toulon.
Message posté par DjangoRoro
Là où il a entièrement raison c'est quand il dit qu'en France on aime pas la réussite.

On crache sur ceux qui réussissent plutôt que de s'en inspirer ...


ça c'est vraiment les légendes urbaines totalement débiles ? invérifiable et de tradition des qu'on a du blé et qu'on en est mal à l'aise ...

qui n'aime pas la réussite pfff, ha bon la France n'a pas aimé son équipe championne du monde ???

les mecs ont TOUT ils ont le blé, le pouvoir (qu'ils accaparent autant l'un que l'autre) et en + ils voudraient être populaire ?

d'ailleurs en parlant de populaire ... le JJB, c'est un artiste en la matière et pas dans le bon sens du terme
les français ont le droit de savoir !
Petite rectification à faire sur la prez: "avant d'être un homme démago qui s'indigne de tout pour peu que ça aille dans le sens de la masse"
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
Merci pour cet interview décalé ! Il est très drôle quand il dit que le milieu journalistique est très exigeant avec soi-même !
Kaiser Franz Niveau : District
Message posté par bribri


pour son carnet d'adresse et son aura médiatique, ça parait évident
(et c'est écrit juste au-dessus ^^)


Mais c est très bien d avoir un carnet d adresse mais un mec comme Conrad ferait mieux de s occuper du niveau de son équipe. Son équipe n est même pas sauvée, je me demande qu'elle est l intérêt d annoncer cette nomination maintenant. Aujourd'hui hui, dans le foot, Faut faire le buzz en qq sorte
Clemuntinho Niveau : CFA
Qu'est-ce que t'y connais au football Jean-Jacques ?
kim jung kill Niveau : CFA
"Quand on est joueur de football professionnel - et si un jour j'ai l'occasion d'en parler au Nîmes Olympique - ce sera mon discours : on se doit d'être exemplaire"
donc si les joeur doive être des modeles de vertu selon sa logique on DD ne devrai pas prendre Ribery qui s'est tapper une pute mineur.
et Nasri il a fait quoi de si honteux dire ferme ta gueule a un journaliste ?? comme si personne d'autre n'avait insulter un journaliste avent lui. Et franchement defois ils merritent bien
Les français sont des feignasses. VGE l'a très justement récemment souligné, le Président parlant même de Décadence.

Tout ce qu'elle peut inspirer la réussite, c'est une rayure sur une voiture. C'est pas comme aux US desquelles le Duc un jour affirmât: "Paris c'est comme aux States mais enlève au moins 10 ans". (1)

Les anglais aussi ils ont ce gap. On le sent dès qu'on a traversé la Manche et là aussi Garcimore a son point de vue à l'endroit des gaulois.
"J'voyage en Jet j'prends l'EuroTunnel, j'me sens comme dans la chatte à ta mère." (2)

(1) 16 Rimes
(2) Kalash
roberto 2000 Niveau : District
"Selon moi, c'est LE grand club de foot du Languedoc-Roussillon, devant Montpellier."
ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha! l'éternelle rancoeur du cocu de service...Domenech qui ouvre son placard et qui trouve Pirés avec Estelle...ouarf!ouarf!ouarf!
"Il faut être exigeant avec soi-même. Nous, on l'est dans le milieu journalistique donc je ne vois pas pourquoi un footballeur ne le serait pas"
Voilà la phrase qui aurait dû être cité en entête de cet article. Un petit coup aux footballeurs, sans généraliser hein, et un petit auto-astiquage de sa profession chérie dans la foulée. Y a pas à dire, du grand art !
On pourra conseiller cette phrase à:
- Un cheminot SNCF en grève toute l'année qui te parle d'améliorer le quotidien des usagers
- Un mec du syndicat Alliance venu défendre des gars soupçonnés de viol au 36
- Un prof constamment absent qui te parle de l'intérêt de l'enfant
...
J'imagine bien Morgan Henry hocher la tête , buvant les paroles du maître.
"homme de débat qui confronte son opinion à celle de millions de Français"....oh que non, bien au contraire : "journaliste dont le seul souci est de dire ce que l'auditeur souhaite entendre" aurait été plus approprié, ou "qui caresse son auditeur dans le sens du poil". A grand coup de "Mais les français veulent des comptes" ou "Mais les français vous écoutent", et encore "Ce que veulent les français...". Merci de ne pas parler à ma place.
eh ben, les conneries qu'on peut lire... si je puis me permettre :

1. Bourdin ne confronte rien comme ça a été très justement dit plus haut par poulop, c'est un vague tribun qui reprend les MÊMES opinions que celles de la presse grand public, et les envoie à la gueule de ses invités politiques avec une démagogie affligeante, démagogie répercutée par les invités en général. c'est LE lieu de non débat radiophonique par excellence, il se passe rien à part un discours officiel policé qui se heurte à des questions tout aussi officielles et policées. les gens qui confrontent leurs opinions et qui surtout démontent celles qu'on nous sert sur TF1 et M6, on les trouve sur Mediapart, le monde diplo, arte et france 5 (et des publications internet qui sont, de mon point de vue, de qualité, telles que Slate ou rue 89). A peu près nulle part ailleurs.

2. le milieu journalistique exigeant avec lui même! quelle peine de lire ces conneries, la grande majorité des médias appartiennent à des grands groupes de presses qui appartiennent eux même à des multinationales qui, dès qu'il ne s'agit plus de faits divers mais de sujets nécessitant un minimum de prise de position et de gym intellectuelle, leur expliquent ce qu'ils doivent dire et eux le font bien gentiment. foutage de gueule. les indés se font très rares (so foot en est, et c'est très bien, mais bon les sujets abordés risquent pas non plus d'éveiller l'ire de la world company, sauf si vous publiez une charge contre les négos du TAFTA eh he :-p)

3. Djangororo, ton comm me rend assez triste, on dirait nicolas anelka sérieux. la "réussite" c'est quoi à part un concept des plus indéfinissables et subjectifs? tu parles de la réussite au sens moderne/médias du terme, celle qu'on nous sert dans capital et zone interdite ? être pété de thunes et autocentré? avoir le pouvoir de cracher à la gueule du monde entier et de s'affranchir des lois? être célèbre? avoir une lamborghini? ça, c'est la définition même de la "réussite" à l'anglo-saxonne, bien égoïste et bien ultra libérale. c'est là dessus que les gens crachent en général (personne crachait sur l'abbé pierre et pourtant il est absolument indéniable que c'est quelqu'un qui a "réussi", non?). tu me pardonneras d'avoir une autre définition de la réussite, de même que pas mal de gens dans ce pays j'ai l'impression. des gens qui ont "réussi" et sur lesquels je ne cracherais jamais, que je respecte à tout jamais, y en a des centaines, des milliers sans doute, des écrivains, des leaders politiques, des entrepreneurs qui ont "réussi" sans complètement oublier leur morale au vestiaire et leur humanité au fonds des chiottes. Luther King, voilà un modèle de réussite, tellement qu'on l'a tué. Gandhi. hannah aarendt. pompidou voire de gaulle, qui même si il avait des vieux travers autoritaristes et des idées politiques bien différentes des miennes, ne s'est jamais laissé corrompre comme 90% des politicards actuels. bill gates. stephen king, Jamel tiens, si tu veux! etc, etc. Pour moi, "réussir" c'est avant tout mener une vie à peu près décente, en pensant à son prochain tout en préservant les siens, et essayer de faire quelque chose, n'importe quoi (par ton taff, tes hobbies, ton discours, tes actes), pour améliorer la vie de tes concitoyens et l'avenir de cette planète. même si c'est très peu. c'est la chose la plus difficile au monde je trouve, et elle doit être proportionnelle à tes moyens, financiers (si t'es blindé) ou médiatiques (si t'es connu). des gens qui sont devenus riches et célèbres en restant des personnes profondément humaines, c'est très rare, tu t'en rends compte ou t'es trop obnubilé par la dernière Hublot de sarko pour te rendre compte qu'il se l'est payé avec tes impots et les miens? bref, le gars qui a réussi et qui se comporte de manière exemplaire est bien plus rare qu'un mec qui devient riche et célèbre et qui se comporte comme une ordure, parce que le pouvoir affranchit des règles et enivre, je crois que ça a déjà été prouvé suffisamment de fois par l'Histoire. pourquoi on bashe "ceux qui réussissent" ? parce qu'en général, "réussite" au sens où on l'entend généralement rime avec arrogance, oubli total de ce que l'on doit à son pays (éducation, infrastructures, santé, protection des consommateurs, tout simplement être mis dans les conditions qui permettent de réussir), égocentrisme, insatiabilité (un des pires à n'en pas douter) et tout ce que tu veux comme pires maux du caractère humain.

ps - il n'y a aucune haine ou jalousie envers ces gens qui réussissent dans mon propos, j'suis très heureux comme garçon, juste révolté de voir qu'on porte aux nues les êtres humains les moins respectables et qu'on moque ceux qui pourraient faire de vraies différences parce qu'ils ont du fonds et des principes (mais les principes ça pèse TRÈS, TRÈS lourd dans une vie). Exemple en politique d'ici : on porte aux nues un petit salopard affairiste, atlantiste et obsédé par le pouvoir et l'argent, et on ridiculise une eva joly, brillante magistrate qui a déjà prouvé son dévouement aux nobles causes (affaire elf par exemple) et dont les idées étaient juste novatrices et pragmatiques. Pourquoi ? parce qu'elle est moche avec ses lunettes en plastique et qu'elle a un accent bizarre. bravo les gens, capacité globale de réflexion d'un bar de ligne. ...le problème de ce pays c'est pas qu'on bashe ceux qui réussissent, c'est qu'on érige les mauvais, les égoïstes, les prêt-à-tout, en modèle de réussite. comme des gros cons d'américains.
Message posté par roberto 2000
"Selon moi, c'est LE grand club de foot du Languedoc-Roussillon, devant Montpellier."
ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha! l'éternelle rancoeur du cocu de service...Domenech qui ouvre son placard et qui trouve Pirés avec Estelle...ouarf!ouarf!ouarf!


D'autant que tout le monde sait que LE grand club de foot de la région n'est autre que le FC Sète.
luxe, calme et volupté Niveau : National
 //  18:38  //  Amoureux de la VPS
Message posté par DjangoRoro
Là où il a entièrement raison c'est quand il dit qu'en France on aime pas la réussite.

On crache sur ceux qui réussissent plutôt que de s'en inspirer ...


Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire... c'est quoi la réussite pour toi ?
je suis vraiment curieux de le savoir.
Tresor/Adams au Nimes Olympique?
Tresor n'a jamais joué à Nimes, Adams jouait au milieu à coté de Mezy ...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
64 19