Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

Jean-François Larios reconnaît s'être dopé

Modififié
Jean-François dopé.

Dans son autobiographie publiée ce mercredi, Jean-François Larios admet qu'il a eu recours au dopage durant sa carrière. « Je peux vous l'avouer aujourd'hui : je me suis dopé, confesse-t-il dans un long passage publié par L'Équipe. La première fois que j'ai touché au dopage, c'était avant mon premier grand match de Coupe d'Europe. Face au PSV Eindhoven (le 20 octobre 1976). Les Néerlandais, comme les Allemands d'ailleurs, étaient alors physiquement en avance sur tout le monde. »

L'ancien milieu de terrain de Saint-Étienne explique qu'on lui a donné du Captagon quand il était chez les Verts : « Un des membres du corps médical de l’ASSE m’a tendu une pilule dans le vestiaire, avant l’échauffement : "Prends des vitamines. C’est pour te motiver." J’ai avalé le cachet, sans trop vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Une fois sur le terrain, j’ai senti une montée en puissance pendant un moment. »

L'ancien international français reconnaît en avoir repris, mais « seulement pour les grands matchs. Et y compris à Bastia où je devais jouer tous les trois jours jusqu’en finale de la Coupe UEFA (face au PSV Eindhoven en 1978). En toute connaissance de cause, cette fois-ci. J’ai définitivement arrêté de gober des pilules de Captagon quand j’ai quitté les Verts, au creux de l’hiver 1983. Ça t’aide physiquement, mais ce n’est pas ça qui te fait mieux jouer au foot. Surtout, ce machin t’attaque le cerveau. »



Aujourd'hui, les Verts ne se dopent plus, ou alors c'est très inquiétant. AG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE