En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Itw Faneva Andriatsima

« Je voulais être électricien »

Actuel meilleur buteur de Ligue 2, Faneva Andriatsima (trente-deux ans), attaquant malgache de Sochaux qui joue à Auxerre ce vendredi soir, raconte tout, de son arrivée tardive en France à sa volonté de se reconvertir en chauffeur VTC.

Modififié
Le football est-il populaire à Madagascar ?
Oui, le foot est un sport très populaire, mais mal encadré. Je veux dire qu’il n’y a pas de structures pour les jeunes. De douze à seize ans, tu n’auras pas d’encadrement. À cet âge, je jouais au foot au quartier. J’ai grandi dans un quartier d’Antananarivo où il y avait beaucoup de terrains vagues. Tu sais, il n’y a pas de but, mais tu prends deux ou trois briques et c’est bon. Enfin si, il y avait un terrain, en terre rouge, mais quand tu es petit, tu ne peux pas, c’est trop grand.

Tu jouais déjà attaquant à l’époque ?
J’aimais bien être défenseur. J’avais le numéro 5, j’aime bien ce numéro, je ne sais pas pourquoi. Ma mère avait mis un petit numéro 5 sur mon short. Comme j’étais le plus grand, c’était peut-­être plus facile en défense. Mais je ne pensais pas qu’un jour, j’allais être attaquant. J’aimais bien jouer de la tête déjà. Et j’aimais faire les retournés, les saltos, tout ça. Au pays, tous les gamins font des saltos.

Tu voulais être footballeur professionnel quand tu étais enfant ?
Quand j’étais petit, je voulais être électricien. J’ai d’ailleurs eu mon bac électrotechnique en 2001. Je ne pensais pas être footballeur professionnel. J’ai commencé à seize ans à faire du foot avec l’école.

Ça consiste en quoi le foot à l’école à Madagascar ?
On avait entraînement le mercredi après-midi, car on n’avait pas école, et puis match le samedi. Mais parfois, comme j’étais dans un lycée technique, on avait cours toute la journée du mercredi. J’étais dans un petit établissement privé. Mes parents ont fait des efforts, on était quatre enfants et ils ont dépensé de l’argent. Si je n’allais pas en cours pour jouer au foot, un courrier était directement envoyé à la maison, et ça, c’était pas bon !

Tu as dit que tes parents ont fait des efforts pour vous payer une éducation privée. Qu’est-ce qu’ils faisaient dans la vie ?
Ma mère, elle est restée au foyer. Elle faisait aussi un peu d’épicerie de quartier. Et mon père était transitaire à l’aéroport. On était quatre enfants. On n’était pas riches, mais pas très très pauvres non plus : on vivait à la limite de la pauvreté. Mais nos parents pouvaient quand même payer notre scolarité dans un établissement privé. J’étais dans un établissement catholique, bien structuré avec beaucoup de discipline : dès qu’on arrivait le matin, c’était la prière. Il y avait la messe tous les vendredis. Ma famille est protestante, mais c’était un peu pareil pour moi. Disons que même s’il y a des façons différentes de faire la messe, ça allait dans la même direction.

C’est donc en jouant au foot avec ton lycée que tu as été repéré ?
Oui, car à l’époque, à part ces compétitions scolaires, il n’y avait rien. On a fait une sélection des jeunes en filière technique contre ceux qui étaient en filière générale. Il y a eu un match de gala avant une rencontre de championnat. Et deux mois après, j’étais avec les U17 malgaches pour une compétition en Afrique du Sud ! Ils ont vu que j’étais un peu grand, ils ont voulu me prendre ! Quand j’ai dit à mon père que j’allais partir pour l’Afrique du Sud, il m’a dit « Comment ça ? » Dans ma tête, c’est à ce moment­-là que je me dis que je pourrais aller jouer en pro un jour à la Réunion. Il y a des joueurs malgaches qui avaient joué là­-bas, comme Arsène Malabar (Hervé Arsène, surnommé Malabar, ndlr).

« Sans structure, tu t’entraînes tout seul, tu vas courir le matin à 6 h. C’est une habitude pour tous les sportifs malgaches. »
Comment tu t’entraînes ensuite ?
Au début, sans structure, tu t’entraînes tout seul, tu vas courir le matin à 6 h. C’est une habitude pour tous les sportifs malgaches, vu qu’il fait très chaud la journée. Je rajoutais des montées d’escaliers dans les tribunes du stade. Après cette sélection, je suis parti dans un petit club, l’AS Saint-­Michel, lié à un établissement catholique. Là-­bas, la pelouse était nickel, car c’est le prêtre qui s’occupait du terrain.

Comment intègres-tu les premières divisions ?
Le coach des U17 nationaux voulait garder le noyau des mecs de Tana (Antananarivo, capitale de Madagascar, ndlr) pour quatre ou cinq ans. Au bout de six mois, il a créé un club, le Tana FC. On avait quand même une bonne équipe, et cette génération-­là pouvait être une base pour la sélection du futur. Dans ce club, nous, on était la première promotion. On a commencé l’entraînement quotidien avec un bon coach, un vrai encadrement de foot. Je suis resté deux ans. Puis, je suis allé jouer à l’île Maurice, à Flacq, mais au bout de deux mois, je suis rentré.

Pourquoi ?
Je ne gagnais même pas 100 euros par mois. Peut-­être 500­-600 euros l’année. Avec ça, je ne fais rien du tout, même si c’est beaucoup quand on a dix-huit ans. Je pouvais gagner plus en tant qu’électricien en intégrant un grand groupe. J’ai pris le salaire du mois de septembre et je suis parti. Je n’ai appelé mes parents qu’en arrivant à l’aéroport. Tout le monde était surpris. Ma mère m’a dit : « Pourquoi tu n’es pas resté ? Il faut souffrir pour réussir. » Mes parents m’ont dit de retourner à l’école et de finir mon BTS. Mais dans ma tête, je reviens pour aller dans un grand club, tout casser et partir ensuite à la Réunion. À l’époque, c’est là-bas que je voulais faire carrière.

Mais tu ne gagnes pas plus en revenant à Tana ?
Non, ce n’est pas pro. Au bout d’un an, je pars à l’USCAF, avec notre coach du Tana FC. À l’époque, ils font la Coupe des clubs champions. Je n’ai pas plus de 500 euros par an là aussi. Mais je suis à Madagascar, à côté de ma famille, dans un club qui joue une compétition continentale. Pour le premier match contre un club de Tanzanie, tout le monde est là et on joue devant au moins 35 000 personnes !

« Vu que je touche environ 40 euros par mois, j’achète un peu de bouffe, des petits trucs à droite à gauche. Des baskets, des vêtements... Mais parfois, je demandais des petits frais à mes parents, car 40 euros, ça ne te couvre rien. »
Tu retournes vivre chez tes parents ?
Oui, vu que je touche environ 40 euros par mois, j’achète un peu de bouffe, des petits trucs à droite à gauche. Des baskets, des vêtements... Mais parfois, je demandais des petits frais à mes parents, car 40 euros, ça ne te couvre rien. On s’entraînait loin de chez moi, et je devais payer l’autocar. Et quand parfois, tu as deux entraînements par jour et que tu dois payer l’aller­-retour... Ma mère me disait tout le temps : « Tu vois, tu ne gagnes rien du tout, tu n’as même pas acheté une table à la maison. Il vaut mieux que tu retournes à l’école. » Mon père me poussait à aller plus loin, mais il me rappelait aussi que j’avais déjà vingt-deux ans.

À quel moment es-tu repéré pour aller en France ?
La deuxième année, avec l’USCAF, pour la Coupe des clubs champions, on a joué au second tour contre Saint­-Joseph-de-la-Réunion. On gagne 2­-1 là­-bas, puis 3­-1 chez nous. L’entraîneur de Saint­-Joseph, Hosman Gangate, m’a parlé à la fin du match. C’est lui qui a ramené Payet. Il me dit qu'il veut me recruter et m'amener en France. Je me suis dit qu'il était fou. Il va me ramener à Nantes comment ? Mais je me disais que j’allais au moins jouer à Saint-­Joseph, à la Réunion. J’avais gagné mon pari.

Donc, fin 2006, tu as le choix entre aller faire un essai à Nantes ou signer un contrat pro à la Réunion ?
Oui, et j’ai hésité. J’ai des contacts avec quatre ou cinq clubs réunionnais en plus de Saint­-Joseph. Si je choisis la Réunion, je prends mon premier salaire en décembre 2006. C’est 1200-­1300 euros, c’est important pour moi. Et si je vais à Nantes, c’est un essai de deux semaines et au mieux un contrat en mars. À la maison, j’avais l’invitation du FC Nantes et mon contrat fédéral pour aller à la Réunion. Jusqu’au dernier moment où j’ai déposé le visa pour la métropole, j’ai réfléchi. Et puis j’ai décidé de ne pas avoir de regrets et de faire l’essai à Nantes. Je savais que je laissais quasiment 5000 euros sur quatre mois, mais au moins, je voyais le monde pro.

C’est quoi tes premières impressions en arrivant en France ?
Je me suis perdu en faisant escale à Roissy. J'ai raté le vol Paris-Nantes. Quand j'ai trouvé le terminal, l’avion était déjà parti. J’ai pris un vol trois heures plus tard. J’ai eu un peu peur que personne ne m’attende à Nantes. Heureusement, le mec du centre de formation était là.

Comment se passent les premiers jours à Nantes ?
Au pays, je me couchais à 20 h et je me levais à 6 h. Là, le gars du centre m’avait dit qu’il y avait un petit­-déjeuner. Donc, j’y vais à 6 h, mais il n’y a personne ! Je me dis que c’est bizarre. J’ai attendu. À 7 h 30, je commence à entendre du bruit dans le couloir. J’étais au centre de formation, donc les petits se préparaient pour aller à l’école. Puis, j’ai regardé autour de moi, il n’y avait que des gamins. J’avais vingt-trois ans, j’étais le plus vieux avec la CFA. Mais les jeunes, ils sont tous costauds, même s’ils ont seize, dix-sept ans. Après, en venant de l’extérieur, j’avais faim. J’ai tout donné. Et je crois qu’il n’y a que moi qui ai prolongé et signé pro dans ma génération. Durant l’essai, j’ai croisé Barthez, et Dimitri Payet m’a offert une paire de chaussures. J’étais tout content.

Tu signes pro et tu enchaînes plusieurs clubs (Cannes, Boulogne, Amiens, Beauvais) avant de passer un cap à Créteil (2012 à ­2016), avec au moins 10 buts chaque saison. Comment as­-tu eu ce déclic ?
Il y a plusieurs choses. Avec Beauvais, on sortait d’une saison bizarre, et on descend en CFA. Je me retrouve sans club et mon téléphone ne sonne pas. Je suis sans club, ma femme et mon fils m'ont rejoint, j'ai une famille à nourrir, je dois bosser pour eux, j’ai plus de responsabilités... Et puis Créteil arrive. J’ai aussitôt senti qu’il se passait quelque chose. Alors que je n’étais qu’à l’essai, j’étais déjà très bien avec les autres joueurs comme Jean­-Michel Lesage. Au bout de trois semaines, ils m’ont fait signer pour un an. Et pour le premier match, je mets deux buts. C’est parti comme ça.

« On localisait le marché de voitures en Allemagne, le plus près de la frontière. On choisissait deux­ ou trois camions et on les envoyait à Mada, via ma sœur. On partageait les bénéfices. »
Dans une interview au Monde Afrique, tu disais arrondir tes fins de mois en revendant des minibus à Madagascar...
Oui, parce qu’en National, tu ne gagnes pas beaucoup. Enfin moins qu’avant, et je suis devenu imposable. Ce n’était pas forcément facile. On a fait ça trois fois. Après un match le vendredi, on partait avec deux ou trois copains, on dormait quelque part. Et on localisait le marché de voitures en Allemagne, le plus près de la frontière. On choisissait deux­-trois camions et on les envoyait à Mada, via ma sœur. On partageait les bénéfices, moi ça me faisait un peu de liquide de côté.

Tu envoies de l’argent régulièrement à ta famille ?
Ils ne me demandent pas tout le temps de l’argent. Ils n’osent pas me demander. Mais bon, tu sais, c’est difficile là-­bas. J’envoie de l’argent quand il y en a besoin, quand par exemple, quelqu’un est malade.

Tu sais ce que tu veux faire après le foot ?
Je suis en train de réfléchir parce que je n’ai plus beaucoup de temps-là, j'ai trente-deux ans ! J’ai deux ou trois idées. Pourquoi pas une reconversion dans un club, mais pas en tant qu’entraîneur. Il me faut un truc simple, qui fasse vivre ma famille. J’aime bien par exemple les VTC.

Pour finir, Madagascar a terminé dernier de son groupe de qualifications pour la CAN 2017. Comment améliorer le foot malgache ?
On a besoin d’un coach étranger pour moderniser le foot. Par exemple, le coach d’Yzeure, Nicolas Dupuis, il est venu, il aime bien le pays. On s’appelle de temps en temps. J’espère qu’il va avoir une opportunité pour aider l’équipe. Il faut aussi amener plus de joueurs en Europe.

Propos recueillis par Guillaume Vénétitay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures 376€ à gagner avec Monaco & Tottenham vendredi 22 septembre EXCLU : 120€ offerts au lieu de 100€ pour miser chez France-Pari !
il y a 4 heures La fédé espagnole bloque un match à cause d'un maillot catalan 18 il y a 5 heures Un petit garçon de 5 ans meurt sur un terrain 24
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:40 Le fou sosie de Marek Hamšík 4
samedi 23 septembre Wayne Shaw suspendu deux mois pour avoir mangé une tarte 5 samedi 23 septembre Le jeune fils de Donald Trump rejoint DC United 11 samedi 23 septembre Ronaldinho sait toujours y faire 3 samedi 23 septembre Quand les Ultramarines enflamment Bordeaux 1 samedi 23 septembre Le récap de la #SOFOOTLIGUE 2 vendredi 22 septembre Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 8 vendredi 22 septembre Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 33 vendredi 22 septembre Le but fou d'Enzo Pérez 13 vendredi 22 septembre Le magnifique loupé en D1 roumaine 2 jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 102 jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon 2 jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 24 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 17 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21