En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview
  3. // Régis Brouard

« Je suis une bombe de passion »

Régis Brouard est un homme cérébral. L'entraîneur est impulsif, souvent transcendé, et c'est l'impression qu'il laisse de Quevilly à Niort où il entraîne aujourd'hui. Séance de psychanalyse avec un incompris.

Modififié
En avril 2012, à quelques jours de la finale de la Coupe de France contre l'Olympique lyonnais, vous aviez expliqué sur le plateau d'On n'est pas couché vouloir connaître votre limite, voir jusqu'où vous pouvez aller. Plus de trois ans après, où en êtes-vous ?
Je ne les connais pas encore. Tout simplement parce que je n'estime pas encore avoir été voir ce qu'il se passait plus haut. On m'en a donné l'occasion avec Clermont et Niort aujourd'hui, en Ligue 2, mais je reste convaincu que personne ne connaît ses propres limites. On ne peut pas changer une personne, c'est comme ça. Mais l'humain évolue, il peut en tout cas. Je sais que j'ai des efforts à faire. La remise en question est perpétuelle.

En début de saison, vous souligniez votre frustration face à « l'impression de pouvoir » pendant une rencontre. Ce sentiment est-il encore présent ?
Je pense qu'à la base, tout le monde est identique. Il y a simplement des jours où l'expression diffère, où on est plus expressif qu'un autre. On peut toujours mieux faire, c'est ce qui nous habite. Je suis frustré aujourd'hui, car j'ai l'impression qu'on ne donne pas le maximum dans l'approche des matchs, sur et en dehors du terrain. C'est une sensation désagréable.

En conférence de presse, on vous sent souvent dans la déception, dans le questionnement. Êtes-vous quelqu'un de malheureux ou de perfectionniste ?
Des questions, je m'en pose tous les matins. Sur plusieurs choses : le rapport à l'humain, aux mentalités, dans l'approche de mon travail. Après chaque séance, je me demande pourquoi tel exercice, qu'est-ce qu'il peut apporter concrètement à mon groupe. Il faut s'adapter, chaque jour, et ça, quel que soit l'âge. Je pense aussi que notre comportement, nos réactions varient en fonction de la région où l'on travaille, des mentalités que l'on rencontre au quotidien.


Justement aujourd'hui, à Niort, quelle est la mentalité ?
Attention, c'est une réaction qui a un gros côté personnel. La région est très calme, sans passion. Ce manque de passion peut jouer sur le travail au quotidien. Avec ce côté paisible, il y a plus tendance à se laisser aller. Ce sont des détails qui peuvent jouer sur la gestion et l'approche d'un collectif. Je pense que nous faire plus bouger de temps en temps nous ferait du bien.

Comment peut-on expliquer la différence entre le calme de votre région de travail et votre impulsivité ?
Il faut savoir que toutes mes réactions ne sont pas gratuites. J'agis toujours en fonction de mes raisons. Lorsque je sors de mes gonds, ce n'est pas gratuitement. Il faut savoir qu'avec Olivier (à la fin de la rencontre Niort-Sochaux en août dernier, une échauffourée avait éclaté entre Olivier Echouafni, le coach sochalien de l'époque, et Régis Brouard, ndlr), il ne s'est rien passé. Les images ont laissé penser que, mais non. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, tout est scruté, décrypté. Je suis une bombe de passion, je ne peux pas garder les choses pour moi. C'est ce qu'il s'est passé avec le journaliste après le match contre Dijon. J'aime tellement ce que je fais que parfois, ça joue sur moi. Le métier évolue aussi, il est compliqué, mais tout ça est tellement jouissif.

« À la Coupe du monde de rugby, à la fin, c'est l'équipe la plus technique qui gagne. Au foot, c'est la même chose. » Régis Brouard

À quel moment de votre carrière vous avez décidé d'entraîner ?
Pendant ma carrière de joueur. J'ai souvent été capitaine dans les équipes où j'évoluais, donc j'avais un rapport privilégié avec l'entraîneur, mais aussi la curiosité, la passion, l'envie de comprendre. Je me suis souvent disputé dans ma carrière, car j'avais l'impression d'avoir en moi cette fibre de la responsabilité.

Un entraîneur vous a-t-il particulièrement marqué ?
J'ai connu durant ma carrière une vingtaine de coachs. Jean-Louis Gasset est un de ceux qui avait autre chose, un truc particulier. Je me reconnaissais dans sa philosophie, ses discours, son approche du foot, c'est un vrai passionné. D'autres avaient aussi des qualités techniques, d'autres tactiques.

C'est quoi l'idéal de jeu selon Régis Brouard ?
Sincèrement, c'est de gagner les matchs. Je suis habité par cette envie. Je travaille beaucoup autour de l'utilisation du ballon, les phases de transition, le temps de réaction. D'un côté, tu as le pan duel, agressivité, mais le plus important, ça reste le jeu. On l'a bien vu lors de la Coupe du monde de rugby. À la fin, c'est l'équipe la plus technique qui gagne. Au foot, c'est la même chose.

Vous consultez des entraîneurs d'autres sports ou des personnes d'autres milieux dans votre approche du métier ?
Je m'intéresse à tout, je lis beaucoup. Que ce soit sur les chefs d'entreprise, les entraîneurs, les politiques. J'essaie de puiser au maximum dans tout ce que je peux trouver pour l'adapter ensuite au milieu du foot. C'est quelque chose qui me sert tous les jours.

Vos joueurs à Quevilly parlaient souvent de vous comme d'un homme de vestiaire. Avez-vous le sentiment qu'une phrase, une parole, peut faire basculer une rencontre ?
Tout ça, c'est la sensation du moment. Dans un vestiaire, un entraîneur peut avoir un impact positif comme négatif sur le groupe. Il faut être précis sur la teneur des mots utilisés, car l'impression d'un coach peut être différente de celle des joueurs. On peut se planter, mais quand on se comprend, là on peut changer les choses.

« Le quotidien d'un entraîneur, c'est avant tout être dans le dur, l'apothéose est rare. » Régis Brouard

Est-ce seulement une histoire de mots ou le facteur chance a une importance plus grande encore ?
Dans tous les cas, la notion de chance reste en grande partie présente. On peut mettre en place un tas de choses sur le plan tactique, technique, physique, mais la chance est bien réelle. Le foot est avant tout un milieu humain, l'osmose est indispensable. À Quevilly, oui, c'était notre force, car je connaissais tout de la vie des joueurs, il y avait une réelle relation de confiance. Et quand ça marche, c'est tellement fort.

La différence majeure entre le foot amateur et le foot professionnel ne se situe-t-elle pas là finalement ?
Il y a une différence. Dans le monde pro, les joueurs pensent avant tout à leur carrière individuelle, au trophée et à gagner de l'argent. C'est un fait. En amateur, il faut accepter d'autres choses, c'est différent. Il faut travailler les choses d'une autre façon.

De vous, il y a aussi cette image du match contre Rennes en quart de finale de Coupe de France où, suspendu dans les tribunes, vous semblez transcendé par ce qu'il se passe sous vos yeux. Comment expliquer un tel état ?
C'est difficilement explicable, c'est simplement à vivre. Le quotidien d'un entraîneur, c'est avant tout être dans le dur, l'apothéose est rare. C'est assez indescriptible au final. L'homme n'est même pas conscient de l'état dans lequel il est à ce moment là, c'est une sorte d'état second que l'on ne peut pas expliquer. Les personnes extérieures peinent souvent à le comprendre. C'est l'histoire de notre quotidien : on recherche l'adrénaline, mais elle nous fait faire autant de mal que de bien.

Vous êtes comment hors foot ?
Quelqu'un de plus calme, mais des choses m'exaspèrent tout autant. Je suis quelqu'un de beaucoup plus apaisé avec l'âge même si, au fond de moi, il y a cet écorché vif.


Êtes-vous un homme heureux ?
Non. Je pense que personne ne peut expliquer qu'il est vraiment heureux. La question qui se pose est seulement de savoir si cela peut exister.

« Ma carrière aurait pu être meilleure. Mais ce n'est pas la faute des autres, c'est seulement la mienne. Je n'écoutais que mon conseil. » Régis Brouard

À plusieurs reprises vous avez expliqué ne jamais prendre compte du passé. Arsène Wenger expliquait la même chose il y a quelques jours. Comment peut-on expliquer cette approche radicale ?
On fait un métier de l'immédiat et de l'avenir. On avance sans réelle certitude, on n'a pas de stabilité professionnelle, pas de stabilité affective, pas de stabilité sociale. On ne peut pas avancer avec le passé, seulement avec le présent. Mes journées sont de l'actualité. Je n'ai aucune photo du passé, aucun article du passé et aucun maillot du passé.

Ce caractère vient-il de votre passé de joueur où vous avez joué au centre de formation d'Auxerre avec des caractériels comme Cantona ou Boli ?
Vous savez, quand, à 14-15 ans, on doit quitter ses parents et qu'on arrive dans cette jungle... Auxerre était à l'époque le meilleur centre de formation en France. La part de déchets à la sortie est énorme et, lorsque l'on n'est pas conservé, l'impact psychologique est terrible sur l'enfant. Pourtant, quand on arrive, on a tous le même objectif.

À ce moment-là, vous auriez pu partir ailleurs que dans le foot ?
Non, à aucun moment. On a des regrets oui, j'ai fait souvent des choix sous l'impulsion humaine. On m'a souvent conseillé d'être patient, mais je ne supporte pas d'attendre. Ma carrière aurait pu être meilleure. Mais ce n'est pas la faute des autres, c'est seulement la mienne. Je n'écoutais que mon conseil.


Même à Montpellier ?
J'ai toujours une déception quand j'évoque mon passage à Montpellier. On m'a donné la possibilité de m'exprimer au niveau professionnel, j'ai joué avec des grands joueurs, mais je n'en ai pas pris la pleine mesure. Je suis frustré par rapport à ce club, ces gens qui y travaillent et qui sont passionnés comme nulle part ailleurs. Je n'ai pas fait ce qu'il fallait.

Ce sentiment explique-t-il votre déception permanente après les matchs ?
On se pose toujours la question, savoir si l'on n'a pas manqué quelque chose. Je ne suis pas quelqu'un de négatif, mais quelqu'un d'objectif. C'est très compliqué de fédérer un groupe. Il y a les discours et les actes. Le rapport humain est très complexe. Les gens ne comprennent pas toujours, mais les joueurs nous jugent aussi, sur notre parole, nos compétences. On est dans l'adaptation, en permanence. On doit souvent faire l'état des lieux. On ne change pas, mais l'épreuve humaine est continuelle.

Avez-vous le sentiment de déranger aujourd'hui ?
Je ne sais pas et à vrai dire, je ne me pose pas la question. Il y a ce qu'on est vraiment et l'image que l'on dégage. Je ne juge pas. Il se dit des choses, beaucoup, mais j'ai envie de rester moi-même. Je suis comme je suis, c'est comme ça.


Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:10 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham Hier à 15:16 C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 6 heures Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 5 il y a 6 heures Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 1 il y a 8 heures Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 il y a 9 heures Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 7
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 10 heures Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 31 il y a 10 heures Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 4 Hier à 16:00 Taarabt met fin à trois ans de disette 15 Hier à 14:18 Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 Hier à 12:46 Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 Hier à 11:44 Un match retardé à cause des confettis 3 Hier à 10:44 Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 Hier à 08:04 Le missile de Guedes avec Valence 20 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 9 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19 vendredi 29 septembre Griezmann va publier des romans 50 vendredi 29 septembre Le mode "foot en salle" à FIFA... (via Brut Sport) jeudi 28 septembre 258€ à gagner avec Arsenal, Lazio & Torino 2 jeudi 28 septembre 177 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! 1 jeudi 28 septembre Le club de Calais n'est plus 14 jeudi 28 septembre Leonardo atterrit à l'Antalyaspor 19 jeudi 28 septembre L'UEFA, le grand gagnant de l'Euro 2016 selon la Cour des comptes 4 jeudi 28 septembre River : Gallardo allume les suspicieux 12 jeudi 28 septembre Tu sais que t'es nul à FIFA quand... (via Brut Sport) mercredi 27 septembre 369€ à gagner avec Milan AC & Zénith mercredi 27 septembre Cassano prêt à sortir de sa retraite ? 7 mercredi 27 septembre Salut nazi pour un coach de D5 allemande 57 mercredi 27 septembre PSG Bayern : 10€ sans dépôt et 260€ à gagner !!! mercredi 27 septembre DERNIER JOUR DE L'OFFRE SPECIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! mardi 26 septembre Gignac encore à la rescousse des Mexicains 12 mardi 26 septembre Remplaçant, il est contrôlé positif 12 mardi 26 septembre Des rituels taoïstes pour relancer l'équipe 2