1. // Coupe d'Allemagne
  2. // Duisbourg

« Je suis le taulier de Duisbourg »

Plus fort que Ribéry : Olivier Veigneau, latéral gauche de 25 ans, disputera en mai la finale de la DFB-Pokal.

0 0
Raconte-nous la qualification de ton club pour la finale de la Coupe d'Allemagne.


Je suis complètement euphorique ! La demi-finale contre Cottbus a été tendue jusqu'au bout, nous avons eu beaucoup d'émotions surtout que notre stade de 32.000 places était plein alors que la moyenne tourne autour de 14.000 personnes en championnat. C'est raisonnable mais là, on a obtenu la victoire dans une grosse ambiance. Je veillerai jalousement sur ce beau souvenir, le meilleur depuis trois ans que je joue en Allemagne.

Ça te change de Louis-II où tu as commencé ta carrière ?


A part quatre clubs qui ont des stades vétustes, comme à Oberhausen où se joue l'un des derbys pour Duisbourg, les autres sont neufs. Le Hertha étant descendu en D2, on a disputé un match au stade Olympique de Berlin que l'on a gagné. Et dans trois semaines, on reçoit Düsseldorf, encore un derby qui va attirer du monde. A l'aller, chez eux, il y avait près de 40.000 spectateurs. J'adore ça.

La septième place en championnat est-elle conforme aux attentes de tes dirigeants ?
A Noël, on était au pied du podium mais on a enchaîné avec trois nuls et une défaite. C'est vrai qu'on a perdu du terrain sur les premiers mais on joue bientôt contre deux relégables, il faut prendre un max de points pour réduire l'écart. En même temps, le club ne vise pas la montée en Bundesliga. Il a eu des soucis financiers l'an passé et les dirigeants ont renouvelé quasiment tout l'effectif. On vit une année de transition, du coup nous sommes tous un peu surpris d'avoir quarante points.

Si l'effectif a beaucoup changé, ça fait de toi l'un des anciens ?


En demi-finale de la Coupe, j'ai récupéré le brassard quand notre capitaine, 36 ans et six ou sept saisons au club, a été remplacé. Je suis le taulier (rires).

La finale (21 mai), ce sera contre Schalke qui a tapé le Bayern. Dommage pour toi ?


Pour le prestige, une finale contre le Bayern aurait été le rêve. Mais attention, Schalke a une très grosse équipe avec Raul, Huntelaar, Farfan aussi. C'est Neuer, le gardien de la sélection nationale, qui joue au but... Alors même si le nom est moins connu, il y a un sacré standing. A mon avis, ils vont passer en quarts de finale de la Ligue des Champions après leur nul à Valence à l'aller. J'espère que Raul ne va pas me ridiculiser avec trois petits ponts !

Qui a écrit : « Les élèves de Jeanne d'Albret Saint-Germain en Laye de l'année 1996 se le rappellent bien. Petit pont après petit pont, rien ne semblait l'arrêter » sur ton Wikipedia ?


Je ne sais pas mais il ne faut pas s'enflammer, j'avais 12 ans à l'époque ! J'étais dans les équipes de jeunes du PSG alors quand on jouait dans la cour, j'étais bon. Mais pas non plus un phénomène (rires). Non franchement, je ne sais pas qui a voulu me faire une blague en écrivant ça, surtout que je n'ai plus aucun contact avec les anciens élèves.

L'infaillible Wikipedia prétend aussi que tu n'as jamais marqué en plus de 150 matches pros !


J'ai mis trois buts ! Ah je m'en souviens très bien parce que ce n'est pas tous les matins non plus : il y en a contre Monaco en Coupe de la Ligue, un autre face à Rennes en championnat et le dernier face à Hambourg en Coupe d'Europe. Ici, je n'arrive pas à marquer mais j'ai déjà fait un poteau et une transversale. Je ne veux pas que mes partenaires me laissent tirer un péno pour débloquer le compteur parce que si je rate...

A 25 ans, la D2 allemande n'est qu'une étape ?


Le club jouait en D1 lorsque j'ai signé. La Deuxième division est intéressante mais j'espère monter d'un niveau, c'est un objectif. En France, peu de gens s'intéressent à notre championnat, il s'exporte mal. Ici, les chaînes de Sky diffusent pourtant tous nos matches et une chaîne publique passe l'affiche de la journée le lundi soir, comme le fait Eurosport pour la Ligue 2. En plus, nous sommes peu de Français, surtout que Marc Pfertzel (Bochum) est parti en Grèce.

Désormais, Frank Ribéry ne donne ses interviews qu'en allemand ! Et toi ?


J'ai été agréablement surpris quand j'ai entendu Ribéry, il a vraiment bien parlé allemand. Ça fait plaisir par rapport à ce qu'on dit sur lui dans la presse. Moi je fais pareil, interviews en allemand. En même temps, je suis obligé parce que je n'ai jamais vu un journaliste français venir jusqu'ici. Je suis allemand à 100 %, il ne manque que le passeport.

Propos recueillis par Mickaël Osganian

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0