1. //
  2. //
  3. // Interview
  4. // Amos Youga

« Je me voyais continuer en tant que postier »

Biberonné à l'OL avant d'en être écarté, Amos Youga cavale aujourd'hui sur les pelouses de Ligue 1 avec le maillot du Gazélec. Le tout après quelques mois avec un gilet La Poste sur le dos, un collège avec Bouna Sarr et une paire Ghezzal-Fekir sur du Magic System. Rien que ça.

Modififié
Tu es né à Villeurbanne au début des années 90, à quoi ressemblait ton enfance ?
Sincèrement, tout s'est bien passé. J'habitais avec mes parents dans un quartier, dans un HLM avec mes frères et mes sœurs, avec tout ce qu'il y a plus de normal dans une vie de quartier pour un enfant : le foot en bas de l'immeuble, l'école. C'est là que j'ai commencé à jouer, au quartier avec mes copains, avant de m'inscrire dans le club de mon quartier, aux Buers de Villeurbanne.

Qu'est-ce qui t'a amené au foot ?
Une fois, quand j'étais petit où je zappais à la télé, je suis tombé sur un match et ça m'a captivé. Je viens d'une famille de basketteurs, mon père, Richard Youga, a fait les JO, ma mère jouait aussi en équipe nationale en Afrique aussi, ma sœur a joué en pro à Strasbourg et à l'ASVEL et mon frère, c'était pareil, avant de faire une carrière dans le foot (Kelly Youga joue aujourd'hui à Crawley Town, en League Two, ndlr). Logiquement, j'aurai dû suivre la voie du basket, mais non. Le fait que mon frère soit à l'OL chez les jeunes m'a poussé à aller vers le foot.

Du coup, tu ne t'es jamais essayé au basket ?
J'aimais bien, si ! Quand mon père entraînait dans le club du quartier, moi, après les entraînements, j'aimais bien jouer un peu aussi.

Finalement, tu files à l'OL très jeune. Comment se sont passés les premiers contacts avec le club ?
En fait, leur équipe était dans le même championnat que le nôtre en benjamins. Ils avaient bien aimé notre équipe et, du coup, on était un groupe de sept ou huit à aller faire des essais pour eux. Au final, je suis le seul qui a été retenu. J'y suis allé trois ou quatre fois, j'ai fait des tournois avec eux, des entraînements et quelques matchs amicaux. Après un dernier essai, ils m'ont recruté, c'était parti. C'était le Lyon de la grande époque, celui de Michael Essien, de Juninho, le Lyon indomptable, ça représentait énormément de choses, une grosse fierté d'évoluer dans le plus gros club de la région et, à ce moment-là, du plus grand club de France.

Et à ce moment-là, tu rencontres surtout des mecs qui font l'OL d'aujourd'hui.
De ma génération, il y avait Rachid Ghezzal déjà et des joueurs qui sont partis depuis, comme Mehdi Zeffane, Florent Perradin, Enzo Reale ou Bouna Sarr qui est à l'OM. J'étais aussi dans sa classe. Anthony Lopes était aussi en sport étude, mais je le connaissais moins, il était plus souvent avec les grands.

Quel souvenir gardes-tu de cette époque ?
De la rigolade. Tous les matins, on prenait le métro ensemble avec certains joueurs, le soir, on rentrait ensemble. On aimait bien déconner, c'était l'époque du collège. On était un peu fous. Après, à cette époque-là, on faisait un peu les fiers parce qu'on jouait à Lyon. On se sent un peu fort, un peu au-dessus des autres. On était dans un collège sport étude avec le pôle espoir de basket et d'autres sportifs aussi. Personnellement, on n'avait pas l'impression d'être vu différemment, mais je pense que pour les autres, on représentait quand même quelque chose.

« À Lyon, on organisait des battles de danse dans le vestiaire »

Aujourd'hui, avec du recul, que représente l'OL pour toi ?
Lyon, c'est mon club de cœur. Je les ai supportés toute ma jeunesse, même si aujourd'hui, c'est forcément différent. Je joue contre eux. Le truc, c'est que cette saison, j'ai beaucoup d'amis qui jouent là-bas, donc je les suis forcément un peu plus depuis qu'ils sont en équipe première.

Quelques années après, tu les bats en Ligue 1 avec le Gazélec, comment tu as vécu ce match ?
Franchement, j'aurais joué contre eux seulement quelques mois après qu'ils ne m'aient pas gardé, il y aurait eu un sentiment de revanche. Maintenant, il y a trois ans qui sont passés. Franchement, les battre, ça nous a fait plaisir, mais ça ne m'aurait pas fait le même effet si ç'avait été l'année juste après mon départ.

Tu pars une première fois de l'OL pour partir à Saint-Priest, qu'est-ce qu'il s'est passé ?
J'ai fait deux ans de pré-formation à l'OL où le club ne m'a pas gardé. Du coup, je signe à l'AS Villeurbanne, en district, j'enchaîne avec deux ans à Bourgoin-Jallieu en 15 et 17 ans nationaux avant d'aller à Saint-Priest. J'ai commencé ma deuxième saison avec les 19 nationaux avant de jouer avec la CFA 2. En début de saison, j'avais laissé mon numéro à un agent qui me rappelle pour me dire qu'un « club est intéressé, un club pro, un bon club pro » . Dans ma tête, je ne pense pas à l'OL, je pense à Évian ou Saint-Étienne, mais pas Lyon. Quand il m'a dit ça, j'avoue avoir été étonné.

Pendant cette période, à côté du foot, tu bosses à La Poste comme facteur. Comment ça se passe cette période-là ?
J'étais en 19 nationaux et ce que je faisais à l'école ne m'intéressait pas. On arrive en janvier, il faut que je trouve un stage. Moi, je n'en ai pas trouvé. Du coup, ça m'a empêché de passer le bac et on m'a dit que je ne pourrais le passer que l'année suivante. J'ai décidé d'arrêter. J'en ai parlé avec mes parents, je leur ai dit que je voulais arrêter les cours et travailler. Je faisais de l'électroménager, du service après-vente, de la réparation, je n'aimais pas ça. Du coup, je suis parti pendant quatre mois à La Poste. Tout s'est terminé quand l'OL m'a appelé. J'ai dû expliquer à mes patrons que je devais arrêter parce que Lyon voulait me faire signer un contrat. Au début, personne ne me croyait. J'ai dû appeler le club pour leur expliquer, vu que le stage de préparation commençait deux semaines après. On ne peut pas partir comme ça d'un boulot, donc Lyon a fait accélérer les choses.

« Moi, je partais à 10h30, donc j'avais déjà une heure et demie de retard. Je crois que ma première journée, je l'ai terminé à 17h au lieu de 11h30-12h »

Comment ont réagi tes collègues ?
Ils étaient contents pour moi, c'est sûr. Mon chef à La Poste était un fan de Lyon, donc il m'envoie encore des messages aujourd'hui. En revanche, mon chef de secteur, c'était les Verts, donc il m'a pas mal chambré, mais il était content aussi.

C'était quoi ta mission concrétement ?
Tu prépares ton courrier le matin, tu le tries pour ta tournée, après tu fais la distribution. Moi, mon secteur, c'était du côté d'Ampère. La première semaine, ça s'est bien passé parce que j'étais avec mon chef de secteur, il m'expliquait, il m'aidait. Après, les deux-trois premiers jours, tu as envie de pleurer ! On va dire qu'une fois que tu fais le tri, en général, tu pars aux alentours de 8h30 pour commencer ta tournée, au plus tard neuf heures. Moi, je partais à 10h30, donc j'avais déjà une heure et demie de retard. Je crois que ma première journée, je l'ai terminé à 17h au lieu de 11h30-12h. Il y a même des courriers que je n'ai pas pu déposer parce que les portes étaient fermées. Une première semaine très difficile, entre la mémorisation des boîtes, des personnes.

Tu te serais vu continuer dedans ?
Oui, je me voyais là-dedans. Je sais pas si j'aurais fait ça toute ma vie, mais sur le coup, je me voyais continuer. J'ai gardé contact encore aujourd'hui avec mon chef de secteur, il m'envoie souvent des messages, par exemple l'autre jour pour le tirage au sort de la Coupe de France. Pareil pour le chef de La Poste.

Du coup, tu files en stage avec l'OL ensuite. Tu retrouves d'anciens potes de la pré-formation ?
Oui, des gars avec qui j'étais au collège. Pendant ce stage en Autriche, il y avait les pros et la réserve. Certains de mes amis étaient passés avec les pros depuis. Quand tu arrives, tu ne penses pas au groupe pro, et au fur et à mesure, tu commences à rêver. Quelques mois avant j'étais facteur, et là je m'entraînais parfois avec le groupe professionnel, alors forcèment, tu rêves un peu. Après, avec Rémi Garde, on n'a jamais parlé et avec Stéphane Roche, mon coach avec la réserve, c'était un peu pareil, sauf pour régler quelques problèmes entre nous.

Quels genres de problèmes ?
Le truc, c'est que lors de ma deuxième année, j'étais l'un des plus anciens de la réserve avec Maxime Blanc et Loïc Abenzoar. Je ne jouais pas beaucoup, j'étais plus souvent remplaçant. Cette année-là, j'avais pris trois cartons rouges, donc ça m'avait déjà freiné au niveau de mon nombre de matchs. Et à côté de moi, Naby Sarr commençait à exploser. C'était bloqué pour moi, du coup le coach m'a fait grimper d'un cran sur le terrain. Finalement, je n'ai pas été conservé. Le fait que j'ai été un peu plus âgé a joué en ma défaveur. Si, à un moment, tu n'es pas meilleur que les autres, on favorise les jeunes qui ont aussi une plus grosse valeur marchande.

Avec toi, il y avait aussi Fekir et Ferri, tu es surpris de les voir à un tel niveau aujourd'hui ?
Non, pas du tout. Nabil, je l'avais connu à Saint-Priest avant, c'était déjà un gros talent, et à cette époque, on attendait juste de voir où il allait signer. Je l'ai vu évoluer, il a bossé physiquement et aujourd'hui, je ne suis pas étonné. Cette année-là, il y avait surtout une grosse ambiance, à l'entraînement et dans le vestaire. Notre première saison en CFA, on termine premiers avec une grosse équipe. On faisait la fête aussi, c'est pour ça que le groupe vivait bien. De temps en temps, on faisait des soirées ensemble. J'ai encore des vidéos aujourd'hui de scènes dans le vestiaire où on organisait des battles de dance avec de la musique à fond.

C'était qui le meilleur à la danse du coup ?
Naby Sarr était très fort, Ali Touncara aussi, mon grand ami, était très bon. Il y avait un bon délire.

Tu sais ce que je vais te demander...
(Rires) Oh putain, je dois le dire ? Rachid Ghezzal, c'était non...

On a un peu de mal à l'imaginer, c'est clair...
Moi, je l'ai déjà vu danser. Nabil Fekir était encore moins fort et on avait un gardien qui s'appelait Jean, lui c'était une casserole, sincèrement pour un noir, il ne savait vraiment pas danser. C'étaient les meilleurs moments, j'ai encore des vidéos sur mon téléphone. Je me rappelle, une fois, à cinq minutes de jouer, on attendait juste le coach et nous, dans le vestaire, on dansait encore avec les pros qui redescendaient jouer en réserve, les jeunes qui montent avec nous. C'était sur du Magic System, Raï'NB Fever.


Ensuite, tu pars en Bretagne, à Vannes, ça te fait pas un gros choc ?
Sincèrement, je savais que je n'allais pas jouer en Ligue 1 tout de suite vu mes prestations en CFA. Aller en National, pour moi, c'était une bonne idée. Vannes, c'est pas l'OL, mais les infrastructures étaient parfaites. Après, la vie en Bretagne... L'été, il fait bon, mais sinon il pleut beaucoup. J'en garde un bon souvenir, même si, à la fin, on est descendus sportivement et qu'après mon départ, le club a été relégué administrativement. Je vivais en colocation avec Alister Bizolon, c'est vraiment des bons souvenirs.

Comment se passe du coup ton arrivée en Corse, comment le Gazélec a flashé sur toi ?
Flasher, c'est un grand mot. Au départ, je devais signer à Colmar, en National. Mon contrat était prêt, ils m'attendaient. J'avais même signé un pré-contrat. Après, moi, j'attends mon entraîneur de Vannes pour en discuter avec lui et il me dit que le coach du Gazélec lui a expliqué qu'il était intéressé par mon profil. Christophe Ettori, le directeur sportif du club, était à Lyon et on s'est vus à Villeurbanne. On a discuté et je lui ai rapidement donné mon accord. Moi, c'était de la Ligue 2, je ne pouvais pas cracher dessus. J'ai appelé Colmar en leur expliquant que même si financièrement c'était plus intéressant, j'allais signer au Gazélec, car sportivement, ça ne pouvait pas se refuser.

Tu savais à quoi t'attendre en arrivant là-bas ?
Non, pas du tout. J'ai foncé tête baissée. C'est vrai que quand je suis arrivé, au niveau des installations, ça m'a fait un petit peu bizarre au départ. Il y avait une bonne ambiance dans le groupe, donc je me suis rapidement adapté. C'était un nouvel environnement entre la salle de muscu commune et les trajets pour le centre d'entraînement. Les autres te chambrent du coup en te disant que tu n'es plus à Lyon, mais c'est plus de la rigolade.

Comment tu as vécu cette année de la montée ?
Au départ, c'était compliqué parce qu'on était irréguliers. Le dernier match avant la trêve, on perd contre Tours et on retombe à la cinquième place. Après, on n'a plus perdu que deux matchs jusqu'à la fin de saison. Voir des collègues qui jouent en Ligue 1, ça me donnait envie de les rejoindre. Au départ, en arrivant là-bas, on était censés descendre et au final on monte. Là, tu te dis que toutes ces années à aller à droite à gauche, c'était pas du vent.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

JeanPierre-Pasdepain Niveau : CFA
Donc en fait vous avez l'intention d'interviewer tous les jours du Gazélec d'ici à la fin de la saison ?
Message posté par JeanPierre-Pasdepain
Donc en fait vous avez l'intention d'interviewer tous les jours du Gazélec d'ici à la fin de la saison ?


Et attends, si l'année prochaine le Red Star monte, je pense qu'ils iront interviewer tout Saint Ouen.
MaximeBrigand Niveau : District
Je ne vous raconte pas si c'est Bourg-en-Bresse...
Si tu ne veux que des articles sur le PSG ou l'OM, footmercato est ton ami. Moi ca me fait plaisir de voir un autre coté d'un sport ou on ne parle plus qu'en dizaine de millions. Et puis pour le coup, ces 4 joueurs ont une histoire et un parcours atypique à raconter.

Et quand ils viendront interviewer tout Saint-Ouen, bah je sortirai mon plus beau maillot de l'étoile rouge et je ferai la fête comme pas deux.
Funky_samurai Niveau : CFA2
Il a l'air d'etre un type cool. Après l'interview est peut etre tournée de cette manière.
JeanPierre-Pasdepain Niveau : CFA
Note : -1
Je m'en tape du PSG ou de l'OM. Toujours est-il est que ça doit être la deuxième interview d'un joueur du Gazélec en 3 jours. Un peu plus de diversité ne fait pas de mal.
Note : 1
Sympa comme interview.
Son blase me rappelle les Castolo, Espima, Iouga & co à PES !
Mouette à béton Niveau : District
Super entretien. Les articles de Sofoot le montrent souvent mais une carrière se joue à rien. Bon par contre j'imaginais pas qu'on pouvait galérer en tant que facteur. A tord.
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM il y a 1 heure Les ultras allemands répondent à la DFB 7 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 3 heures Trezeguet bouscule Beşiktaş 17
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25 Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 7
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)