En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 27 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Interview
  4. // Amos Youga

« Je me voyais continuer en tant que postier »

Biberonné à l'OL avant d'en être écarté, Amos Youga cavale aujourd'hui sur les pelouses de Ligue 1 avec le maillot du Gazélec. Le tout après quelques mois avec un gilet La Poste sur le dos, un collège avec Bouna Sarr et une paire Ghezzal-Fekir sur du Magic System. Rien que ça.

Modififié
Tu es né à Villeurbanne au début des années 90, à quoi ressemblait ton enfance ?
Sincèrement, tout s'est bien passé. J'habitais avec mes parents dans un quartier, dans un HLM avec mes frères et mes sœurs, avec tout ce qu'il y a plus de normal dans une vie de quartier pour un enfant : le foot en bas de l'immeuble, l'école. C'est là que j'ai commencé à jouer, au quartier avec mes copains, avant de m'inscrire dans le club de mon quartier, aux Buers de Villeurbanne.

Qu'est-ce qui t'a amené au foot ?
Une fois, quand j'étais petit où je zappais à la télé, je suis tombé sur un match et ça m'a captivé. Je viens d'une famille de basketteurs, mon père, Richard Youga, a fait les JO, ma mère jouait aussi en équipe nationale en Afrique aussi, ma sœur a joué en pro à Strasbourg et à l'ASVEL et mon frère, c'était pareil, avant de faire une carrière dans le foot (Kelly Youga joue aujourd'hui à Crawley Town, en League Two, ndlr). Logiquement, j'aurai dû suivre la voie du basket, mais non. Le fait que mon frère soit à l'OL chez les jeunes m'a poussé à aller vers le foot.

Du coup, tu ne t'es jamais essayé au basket ?
J'aimais bien, si ! Quand mon père entraînait dans le club du quartier, moi, après les entraînements, j'aimais bien jouer un peu aussi.

Finalement, tu files à l'OL très jeune. Comment se sont passés les premiers contacts avec le club ?
En fait, leur équipe était dans le même championnat que le nôtre en benjamins. Ils avaient bien aimé notre équipe et, du coup, on était un groupe de sept ou huit à aller faire des essais pour eux. Au final, je suis le seul qui a été retenu. J'y suis allé trois ou quatre fois, j'ai fait des tournois avec eux, des entraînements et quelques matchs amicaux. Après un dernier essai, ils m'ont recruté, c'était parti. C'était le Lyon de la grande époque, celui de Michael Essien, de Juninho, le Lyon indomptable, ça représentait énormément de choses, une grosse fierté d'évoluer dans le plus gros club de la région et, à ce moment-là, du plus grand club de France.

Et à ce moment-là, tu rencontres surtout des mecs qui font l'OL d'aujourd'hui.
De ma génération, il y avait Rachid Ghezzal déjà et des joueurs qui sont partis depuis, comme Mehdi Zeffane, Florent Perradin, Enzo Reale ou Bouna Sarr qui est à l'OM. J'étais aussi dans sa classe. Anthony Lopes était aussi en sport étude, mais je le connaissais moins, il était plus souvent avec les grands.

Quel souvenir gardes-tu de cette époque ?
De la rigolade. Tous les matins, on prenait le métro ensemble avec certains joueurs, le soir, on rentrait ensemble. On aimait bien déconner, c'était l'époque du collège. On était un peu fous. Après, à cette époque-là, on faisait un peu les fiers parce qu'on jouait à Lyon. On se sent un peu fort, un peu au-dessus des autres. On était dans un collège sport étude avec le pôle espoir de basket et d'autres sportifs aussi. Personnellement, on n'avait pas l'impression d'être vu différemment, mais je pense que pour les autres, on représentait quand même quelque chose.

« À Lyon, on organisait des battles de danse dans le vestiaire »

Aujourd'hui, avec du recul, que représente l'OL pour toi ?
Lyon, c'est mon club de cœur. Je les ai supportés toute ma jeunesse, même si aujourd'hui, c'est forcément différent. Je joue contre eux. Le truc, c'est que cette saison, j'ai beaucoup d'amis qui jouent là-bas, donc je les suis forcément un peu plus depuis qu'ils sont en équipe première.

Quelques années après, tu les bats en Ligue 1 avec le Gazélec, comment tu as vécu ce match ?
Franchement, j'aurais joué contre eux seulement quelques mois après qu'ils ne m'aient pas gardé, il y aurait eu un sentiment de revanche. Maintenant, il y a trois ans qui sont passés. Franchement, les battre, ça nous a fait plaisir, mais ça ne m'aurait pas fait le même effet si ç'avait été l'année juste après mon départ.

Tu pars une première fois de l'OL pour partir à Saint-Priest, qu'est-ce qu'il s'est passé ?
J'ai fait deux ans de pré-formation à l'OL où le club ne m'a pas gardé. Du coup, je signe à l'AS Villeurbanne, en district, j'enchaîne avec deux ans à Bourgoin-Jallieu en 15 et 17 ans nationaux avant d'aller à Saint-Priest. J'ai commencé ma deuxième saison avec les 19 nationaux avant de jouer avec la CFA 2. En début de saison, j'avais laissé mon numéro à un agent qui me rappelle pour me dire qu'un « club est intéressé, un club pro, un bon club pro » . Dans ma tête, je ne pense pas à l'OL, je pense à Évian ou Saint-Étienne, mais pas Lyon. Quand il m'a dit ça, j'avoue avoir été étonné.

Pendant cette période, à côté du foot, tu bosses à La Poste comme facteur. Comment ça se passe cette période-là ?
J'étais en 19 nationaux et ce que je faisais à l'école ne m'intéressait pas. On arrive en janvier, il faut que je trouve un stage. Moi, je n'en ai pas trouvé. Du coup, ça m'a empêché de passer le bac et on m'a dit que je ne pourrais le passer que l'année suivante. J'ai décidé d'arrêter. J'en ai parlé avec mes parents, je leur ai dit que je voulais arrêter les cours et travailler. Je faisais de l'électroménager, du service après-vente, de la réparation, je n'aimais pas ça. Du coup, je suis parti pendant quatre mois à La Poste. Tout s'est terminé quand l'OL m'a appelé. J'ai dû expliquer à mes patrons que je devais arrêter parce que Lyon voulait me faire signer un contrat. Au début, personne ne me croyait. J'ai dû appeler le club pour leur expliquer, vu que le stage de préparation commençait deux semaines après. On ne peut pas partir comme ça d'un boulot, donc Lyon a fait accélérer les choses.

« Moi, je partais à 10h30, donc j'avais déjà une heure et demie de retard. Je crois que ma première journée, je l'ai terminé à 17h au lieu de 11h30-12h »

Comment ont réagi tes collègues ?
Ils étaient contents pour moi, c'est sûr. Mon chef à La Poste était un fan de Lyon, donc il m'envoie encore des messages aujourd'hui. En revanche, mon chef de secteur, c'était les Verts, donc il m'a pas mal chambré, mais il était content aussi.

C'était quoi ta mission concrétement ?
Tu prépares ton courrier le matin, tu le tries pour ta tournée, après tu fais la distribution. Moi, mon secteur, c'était du côté d'Ampère. La première semaine, ça s'est bien passé parce que j'étais avec mon chef de secteur, il m'expliquait, il m'aidait. Après, les deux-trois premiers jours, tu as envie de pleurer ! On va dire qu'une fois que tu fais le tri, en général, tu pars aux alentours de 8h30 pour commencer ta tournée, au plus tard neuf heures. Moi, je partais à 10h30, donc j'avais déjà une heure et demie de retard. Je crois que ma première journée, je l'ai terminé à 17h au lieu de 11h30-12h. Il y a même des courriers que je n'ai pas pu déposer parce que les portes étaient fermées. Une première semaine très difficile, entre la mémorisation des boîtes, des personnes.

Tu te serais vu continuer dedans ?
Oui, je me voyais là-dedans. Je sais pas si j'aurais fait ça toute ma vie, mais sur le coup, je me voyais continuer. J'ai gardé contact encore aujourd'hui avec mon chef de secteur, il m'envoie souvent des messages, par exemple l'autre jour pour le tirage au sort de la Coupe de France. Pareil pour le chef de La Poste.

Du coup, tu files en stage avec l'OL ensuite. Tu retrouves d'anciens potes de la pré-formation ?
Oui, des gars avec qui j'étais au collège. Pendant ce stage en Autriche, il y avait les pros et la réserve. Certains de mes amis étaient passés avec les pros depuis. Quand tu arrives, tu ne penses pas au groupe pro, et au fur et à mesure, tu commences à rêver. Quelques mois avant j'étais facteur, et là je m'entraînais parfois avec le groupe professionnel, alors forcèment, tu rêves un peu. Après, avec Rémi Garde, on n'a jamais parlé et avec Stéphane Roche, mon coach avec la réserve, c'était un peu pareil, sauf pour régler quelques problèmes entre nous.

Quels genres de problèmes ?
Le truc, c'est que lors de ma deuxième année, j'étais l'un des plus anciens de la réserve avec Maxime Blanc et Loïc Abenzoar. Je ne jouais pas beaucoup, j'étais plus souvent remplaçant. Cette année-là, j'avais pris trois cartons rouges, donc ça m'avait déjà freiné au niveau de mon nombre de matchs. Et à côté de moi, Naby Sarr commençait à exploser. C'était bloqué pour moi, du coup le coach m'a fait grimper d'un cran sur le terrain. Finalement, je n'ai pas été conservé. Le fait que j'ai été un peu plus âgé a joué en ma défaveur. Si, à un moment, tu n'es pas meilleur que les autres, on favorise les jeunes qui ont aussi une plus grosse valeur marchande.

Avec toi, il y avait aussi Fekir et Ferri, tu es surpris de les voir à un tel niveau aujourd'hui ?
Non, pas du tout. Nabil, je l'avais connu à Saint-Priest avant, c'était déjà un gros talent, et à cette époque, on attendait juste de voir où il allait signer. Je l'ai vu évoluer, il a bossé physiquement et aujourd'hui, je ne suis pas étonné. Cette année-là, il y avait surtout une grosse ambiance, à l'entraînement et dans le vestaire. Notre première saison en CFA, on termine premiers avec une grosse équipe. On faisait la fête aussi, c'est pour ça que le groupe vivait bien. De temps en temps, on faisait des soirées ensemble. J'ai encore des vidéos aujourd'hui de scènes dans le vestiaire où on organisait des battles de dance avec de la musique à fond.

C'était qui le meilleur à la danse du coup ?
Naby Sarr était très fort, Ali Touncara aussi, mon grand ami, était très bon. Il y avait un bon délire.

Tu sais ce que je vais te demander...
(Rires) Oh putain, je dois le dire ? Rachid Ghezzal, c'était non...

On a un peu de mal à l'imaginer, c'est clair...
Moi, je l'ai déjà vu danser. Nabil Fekir était encore moins fort et on avait un gardien qui s'appelait Jean, lui c'était une casserole, sincèrement pour un noir, il ne savait vraiment pas danser. C'étaient les meilleurs moments, j'ai encore des vidéos sur mon téléphone. Je me rappelle, une fois, à cinq minutes de jouer, on attendait juste le coach et nous, dans le vestaire, on dansait encore avec les pros qui redescendaient jouer en réserve, les jeunes qui montent avec nous. C'était sur du Magic System, Raï'NB Fever.


Ensuite, tu pars en Bretagne, à Vannes, ça te fait pas un gros choc ?
Sincèrement, je savais que je n'allais pas jouer en Ligue 1 tout de suite vu mes prestations en CFA. Aller en National, pour moi, c'était une bonne idée. Vannes, c'est pas l'OL, mais les infrastructures étaient parfaites. Après, la vie en Bretagne... L'été, il fait bon, mais sinon il pleut beaucoup. J'en garde un bon souvenir, même si, à la fin, on est descendus sportivement et qu'après mon départ, le club a été relégué administrativement. Je vivais en colocation avec Alister Bizolon, c'est vraiment des bons souvenirs.

Comment se passe du coup ton arrivée en Corse, comment le Gazélec a flashé sur toi ?
Flasher, c'est un grand mot. Au départ, je devais signer à Colmar, en National. Mon contrat était prêt, ils m'attendaient. J'avais même signé un pré-contrat. Après, moi, j'attends mon entraîneur de Vannes pour en discuter avec lui et il me dit que le coach du Gazélec lui a expliqué qu'il était intéressé par mon profil. Christophe Ettori, le directeur sportif du club, était à Lyon et on s'est vus à Villeurbanne. On a discuté et je lui ai rapidement donné mon accord. Moi, c'était de la Ligue 2, je ne pouvais pas cracher dessus. J'ai appelé Colmar en leur expliquant que même si financièrement c'était plus intéressant, j'allais signer au Gazélec, car sportivement, ça ne pouvait pas se refuser.

Tu savais à quoi t'attendre en arrivant là-bas ?
Non, pas du tout. J'ai foncé tête baissée. C'est vrai que quand je suis arrivé, au niveau des installations, ça m'a fait un petit peu bizarre au départ. Il y avait une bonne ambiance dans le groupe, donc je me suis rapidement adapté. C'était un nouvel environnement entre la salle de muscu commune et les trajets pour le centre d'entraînement. Les autres te chambrent du coup en te disant que tu n'es plus à Lyon, mais c'est plus de la rigolade.

Comment tu as vécu cette année de la montée ?
Au départ, c'était compliqué parce qu'on était irréguliers. Le dernier match avant la trêve, on perd contre Tours et on retombe à la cinquième place. Après, on n'a plus perdu que deux matchs jusqu'à la fin de saison. Voir des collègues qui jouent en Ligue 1, ça me donnait envie de les rejoindre. Au départ, en arrivant là-bas, on était censés descendre et au final on monte. Là, tu te dis que toutes ces années à aller à droite à gauche, c'était pas du vent.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
Hier à 14:56 Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 7 Hier à 11:01 Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 30 Hier à 10:57 Le but fou d'Enzo Pérez 13 Hier à 10:00 Le magnifique loupé en D1 roumaine 2
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 100
mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 22 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 16 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10 vendredi 1er septembre Les folies du mercato anglais 20 vendredi 1er septembre L'improbable c.s.c d'Arturo Vidal 27 jeudi 31 août La volée magique de Thomas Lemar 14 jeudi 31 août Le joli but de Naby « Maradona » Keita 2 jeudi 31 août Griezmann perce la défense des Pays-Bas ! 6 jeudi 31 août Kylian Mbappé rejoint le PSG ! 66 jeudi 31 août Débat : De quoi la Juventus est-elle le nom ?