1. //
  2. // Ian Toothill

« Je me suis dit : "Si mon cancer est revenu, je monte l’Everest" »

Plus fort que le drapeau de Caen sur le Mont-Blanc, celui de Sheffield United sur le toit du monde. Oui, c’est bien le drapeau d’un club anglais de troisième division qui a été hissé en haut de l’Everest lundi 5 juin. L’œuvre de Ian Toothill, coach personnel de 47 ans, atteint d’un cancer en phase terminale et supporter du grand rival : Sheffield Wednesday. Entretien au sommet.

Modififié
En 2016, on t’annonce après une rechute de ton cancer aux intestins que tu ne guériras pas. Quelle est ta première réaction ?
Quand on a vaincu une première fois le cancer, chaque visite chez le spécialiste est une épreuve, ce n’est jamais une bonne journée. Mais ce jour-là en sortant, j’étais assez misérable, le moral vraiment très bas. Ton esprit est comme la barre de chargement sur l’ordinateur. Tu tournes en rond sans savoir où tu vas. Je n'ai pas dormi pendant plusieurs jours à force de chercher des réponses, j’arrêtais pas de me dire que je devais prendre de meilleures décisions.

En parlant de décision, tu te lances dans un projet fou : monter l’Everest. Comment naît l'idée ?
L’Everest me fascine depuis l’enfance. Et puis j’ai toujours fait de l’escalade, mais jamais aussi haut. Là avec le destin que m’a réservé la vie, je n'avais plus le temps d’attendre et donc je me suis lancé dans ce projet en grillant les étapes. Je devais le faire. En fait, l’idée est venue la veille de la visite fatidique chez mon spécialiste du cancer : je me suis dit « Si mon cancer est revenu, je monte l’Everest. »

« Sheffield United m’a donné beaucoup d’argent. Je leur ai bien précisé que j’étais fan de Wednesday, mais ils m'ont répondu "Sheffield is Sheffield". »

Comment s'est passée la collecte de fonds que tu as lancée pour financer ton projet ?
Incroyablement bien ! Mieux que je n’aurais jamais pu l’imaginer ! J’espérais quelques centaines de livres, mais les premiers jours ont été fous. On s’est retrouvé dans le top 6 mondial des levées de fonds, c’était inespéré ! D’ailleurs, on collecte toujours sur mon site.

Combien reste-t-il pour le Macmillan Cancer Support ?
Je devrais vérifier, mais environ 45 000 livres je pense.

Tu t’es retrouvé au sommet du monde, avec un drapeau de Sheffield United, alors que tu supportes le rival Sheffield Wednesday. Pourquoi ?
Il y a deux explications. La première, c’est que j’ai lancé la levée de fonds un week-end. Le soir, un ami fan de Sheffield United me demande où trouver le site. Je savais qu’il était dans un pub, donc qu’il était saoul, enfin un samedi soir normal quoi. Du coup, je lui ai dit en déconnant : « Si tu mets 1000 livres, je plante le drapeau de Sheffield United en haut de l'Everest. » Quelques minutes après, j’ai reçu un screen de son téléphone, il l’avait fait !
La deuxième vient d’un autre ami qui m’a mis en relation avec le propriétaire de Sheffield United, qui m’a appelé de Hong-Kong. Il m’a dit que le club voulait m’aider, et ils l’ont fait. Sheffield United m’a donné beaucoup d’argent. Je leur ai bien précisé que j’étais fan de Wednesday, mais ils m'ont répondu : « Sheffield is Sheffield. »



Ça fait quoi d’amener ton club rival au sommet du monde ?
C’était pas si étrange que ça. Je suis un fan de Wednesday, mais certains de mes amis sont pour United. De toute façon, Sheffield est ma ville de naissance. Quand tu y es, c’est United vs Wednesday, mais quand tu en es loin, tu es juste fier de ta ville. Ça ne m’a pas dérangé, je l’ai beaucoup mieux vécu que ce que je pensais, même si j’ai pris pas mal de vannes. Mes potes supporters de Wednesday m’ont supplié de jeter le drapeau.

D’ailleurs, elle vient d’où cette passion pour Sheffield Wednesday ?
Petit, ma classe était divisée en deux. Un jour, Sheffield Wednesday a été promu, les journaux en parlaient beaucoup. OK, ils ne gagnaient pas la Coupe d'Europe, mais ils étaient dans les journaux et c’est comme ça que ça a commencé.

« Les sherpas maîtrisaient le vocabulaire de l’escalade. On a juste parlé oxygène, escalade et mort. »

Tu es resté trois semaines au camp de base. Comment s’occupe-t-on à 5800 mètres d'altitude ?
La montée dure deux mois, plus ou moins dix semaines pendant lesquelles le corps humain doit se faire à l’altitude. Du coup, tu fais l’ascenseur pendant des excursions de plus en plus hautes. À part ça, tu te fais un peu chier. On se retrouvait dans des grosses tentes, de dix mètres sur cinq. On y mangeait et on y passait tout notre temps. D’ailleurs, il faisait trop chaud dans ces tentes, paradoxalement. On se croyait au Maroc ! On parlait, déconnait, beaucoup sur le foot même sans être au courant de l’actualité, parce que bizarrement, il n'y avait pas de wifi. Finalement, c’est les meilleurs moments de la montée.

T’as pu y taper un petit foot ?
Non, parce qu’on était sur un glacier avec des pierres partout. Même en marchant, on pouvait se casser la cheville. On y a pensé quand on s’ennuyait, mais ça aurait été con de se blesser et de manquer la montée pour un petit foot...

Dans ton ascension, étais-tu accompagné de sherpas ?
Non, je suis monté seul, mais toutes les équipes sur l’Everest sont accompagnées de sherpas. Je n'en avais pas de personnel, mais beaucoup de personnes en ont. Une fois, j’ai été aveuglé par la neige, littéralement, et un sherpa m’a aidé à redescendre, alors qu’il ne me connaissait pas. Ils sont géniaux.

Est-ce que t’as parlé foot avec eux ?
Le niveau d’anglais des sherpas n’est pas fou, seulement deux parlaient plus ou moins la langue. Enfin, ils maîtrisaient le vocabulaire de l’escalade. On a juste parlé oxygène, escalade et mort.

Dans quel état d’esprit étais-tu pendant l’ascension ?
(Il hésite) Chaque alpiniste réagit différemment. Là, mes motivations étaient probablement différentes de celles des autres alpinistes. Ça a été déterminant. J’avais établi des stratégies si les choses allaient mal, j’avais toujours un plan. Mon état d’esprit variait, parfois j’étais très apeuré, parfois trop pensif, mais le plus souvent très heureux et conscient de ma chance. Je vivais un rêve éveillé et je devais être conscient de la chance de le faire.

« On était à 7 900 mètres (...) et il y a eu une grosse tempête. (...) J'ai sauvé le drapeau de Sheffield United. »

Que s’est-il passé pour ton compagnon de route Leslie Binns ?
On était à 7 900 mètres, on était confiants, et il y a eu une grosse tempête. Notre tente a été perdue, on a perdu notre équipement, il nous restait juste de l’oxygène. J’ai eu plus de chance parce que j’ai sauvé mon sac à dos, ma tenue et le drapeau de Sheffield United. Mais la situation est devenue critique. On a dû redescendre mille mètres. Leslie n’a pas voulu remonter, il était en état de choc. Je le comprends, il n’y a aucune honte à renoncer.

Quel est le pire souvenir de l’ascension ?
Normalement, les gens mettent huit à dix heures du camp trois pour atteindre le sommet. Tu pars à minuit dans le noir, ça prend normalement cinq heures pour redescendre. Mais il y a eu une grosse tempête, ça nous a pris dix heures, sans manger, sans boire, dans le froid, au sommet de l’Everest, sans savoir par où passer. Tu sais que tu vas être là des heures. C’est ça le pire souvenir : l’incertitude.

À l’inverse, le plus beau ?
C’est aussi une question difficile. Finalement, ce n'est pas l'arrivée au sommet le plus drôle. Les meilleurs moments, ce sont ceux de bon temps avec les amis, même si le plus heureux, c’est pendant l’escalade finale. Je ne pouvais plus sentir mes pieds, j’ai demandé l’avis d’un des leaders, et il m’a dit de redescendre pour faire revenir le sang dans mes pieds. J’étais à cinq heures du sommet, ça faisait deux mois que j’étais parti. J’arrive en haut d’une section, je me suis assis, le sang est revenu dans mes pieds d'un coup. Je n’arrivais pas à y croire d’avoir une deuxième chance. J’ai exulté seul parce que à ce moment-là, j'ai su que j'irais au bout.

« La priorité, c’est de me reposer, manger, dormir, et ne pas trop penser à ce qui va se passer après.(...) Mais j’ai un cancer, je vais devoir l’affronter. »

T’avais fait quoi comme ascensions avant ?
Pour l’Everest, le plus gros problème, c’est l’altitude. Avant, j’ai fait deux montagnes himalayennes à 6 000 mètres pour me préparer. Si j’étais resté en Europe, je n’aurais pas pu le faire convenablement, les Alpes sont trop basses.

Justement, quelle préparation as-tu menée ?
C’est mon domaine, je suis entraîneur personnel. Du coup, j’ai fait des recherches, travail aérobic, des exercices de renforcements. Une fois, j’ai marché six heures avec un sac à dos de 30 kg dans Londres. Je suis aussi allé dans les montagnes écossaises faire six heures d’escalade. Et ensuite avant l’Everest, je suis allé à Katmandou, je me suis entraîné sur la face sud pendant une semaine, avec des gros trecks pour m’habituer à être dans le rouge. J’ai aussi beaucoup surveillé ma nutrition.

Au vu de ta maladie, est-ce que tu avais des pris des dispositions spéciales pour l’ascension ?
Non. Généralement, tu prends une assurance pour être évacué au cas où, et pour couvrir les coûts hospitaliers. Mais à cause de mon cancer, je n’en ai pas trouvée. La compagnie qui m’a fait escalader était très compréhensive et m’a accepté sans assurance.

Tu avais déclaré vouloir « prouver que rien n’est impossible » . Quel autre message as-tu voulu délivrer ?
J’ai dit une fois que rien n’était impossible. Mon point de vue, c’est que tout le monde est capable de bien plus qu’il ne le pense. Les gens ont une trop forte relation avec le temps, il faut arrêter de repousser les projets parce qu’on ne sait jamais ce qui va arriver. J’en suis la preuve, non ? Mon message, c’est : quitte ton boulot, t’inquiète pas, et peu importe ton projet, fais-le !

« Les gens ont une trop forte relation avec le temps, il faut arrêter de repousser les projets. »

Après être grimpé sur le toit du monde, c’est quoi le prochain défi ?
Maintenant, je veux juste récupérer du poids, parce que j’ai perdu pas mal de muscle. J’aimerais retrouver la santé, ça a été assez brutal comme expérience. Une partie de l’ascension est d’ailleurs appelée la death zone, j’y ai passé deux fois plus de temps que la moyenne. Donc là, la priorité, c’est de me reposer, manger, dormir, et ne pas trop penser à ce qui va se passer après. C’était top de ne penser qu’à ça depuis février, et d’oublier ma maladie. J’adore ne rien faire pour quelques jours là. Mais j’ai un cancer, je vais devoir l’affronter.

Propos recueillis par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Le Gars Lactique Niveau : District
Une leçon de volonté, de courage et de détermination. Bravo à lui d'avoir réussi son périple.
Quand je lis ça, cela remet en perspectives mes petites misères quotidiennes dont je me plains un peu trop facilement !
 //  09:27  //  Supporter des Pays-Bas
Tellement !
Ca remet même en cause les errements tactiques de Deschamps ?
2 réponses à ce commentaire.
Sololaseriea Niveau : DHR
Superbe ! L'anecdote sur le pourquoi du drapeau de Sheffield United est top, et j'ai vibré quand il racontait les épreuves qu'il a du traverser pour arriver au sommet.
ElNinoFerrer Niveau : CFA2
Super interview qui fait bien réfléchir,
une question comme je n'y connais rien en cancer, ça veux dire quoi concrètement phase terminale ?
si je ne m'abuse, aucune chance de rémission, c'est la mort qui l'attend à plus ou moins longue échéance.

"Le cancer généralisé et la phase terminale sont les conséquences ultimes de la maladie"
ElNinoFerrer Niveau : CFA2
D'accord merci, mais il ne sait pas quand cela va arriver ?
Fanfanlatulipe Niveau : Loisir
C'est très aléatoire et à la croisée de facteurs génétiques et du niveau mental de chacun. J'ai connu quelqu'un qui est partie en 1 semaine après l'annonce...en général si je devais te donner une moyenne c'est entre 2 et 8 mois. Acune certitude sauf que tu vois des symptômes qui apparaissent ou bien 'autres qui s'accentuent. (perte de souffle, de l'appétit, grosse fatigue, discours délirants et sans aucun sens...)
3 réponses à ce commentaire.
Vous êtes bipolaire chez SoFoot, vous pondez des interviews merveilleuses comme celle-ci, et pourtant juste avant vous faites des brèves Andres Inestra a signé au Mexique, avec une photo de Don Andres...

Mais bon, c'est ce qui fait votre charme !
alaric0108 Niveau : CFA
Note : 1
C'est beau et terrible à la fois !
Très belle interview, cet homme peut devenir une inspiration pour beaucoup.
Note : 1
Magnifique!

Pour ceux qui veulent comprendre un peu mieux ce que représente une ascension à 8000m, je vous recommande "vouloir toucher les étoiles" de Mike Horn. Il explique sa tentative d'enchaîner quatre 8000m sans assistance respiratoire, monstrueux.

Y a un tourisme merdique qui se développe autour de l'Everest qui est déplorable. Aujourd'hui, n'importe quel gland pense que c'est accessible et que ça fera de belles photos insta. Pollution des camps de base, mauvais traitement des sherpas et des morts en pagaille (à la limite, ça on s'en fout).

On ne banalise pas l'extraordinaire, il y aura toujours un prix à payer.
Fanfanlatulipe Niveau : Loisir
J'ai fait un 5,200 dans les Andes et déjà à ce niveau c'est une souffrance assez conséquente. Chaque 10 m c'est comme un sprint de 100m au niveau de la mer et je ne parle même pas du mal de l'altitude. Une souffrance que je ne m'affligerais plus surtout que je suis de ceux de la catégorie "photos insta" LOL. (mais j'ai pas pollué, juste laissé un composte sympa qui va favoriser l'éclosion de la flore)
C'est déjà une sacrée altitude, bravo à toi!

Je critique les instas parce que je m'énerve avec ma copine qui parfois me donne le sentiment qu'elle fait certaines activités pour en faire des photos. Bordel, fais-le parce que t'as envie de le faire et profite de ce moment...
Salut Fanfan, les Andes c'est clairement la chaine ou j'ai le plus morflé.
3 tentatives, aucune réussie !

Le niveau d'oxygène y est très bas (les gars m'expliquaient que c'est parce que les vents dominants y sont d'Ouest et arrivent donc du pacifique ou ils ne ramassent pas d'O2) qui rendent les conditions difficiles pour la respiration.

L'Aconcagua est d'ailleurs considéré comme un "petit 8.000", et j'y ai clairement pris la plus belle branlée de ma vie.

T'es monté ou ?
itw incroyable merci so foot

comme quoi le corps humain est incroyable et réagit de façon totalement différente, j'ai grimper au cerro illampu en bolivie (en gros en face du lac titicaca ou de la paz au choix^^) bon j'ai pas fais le sommet qui est a 6400 suis monté à 5300m et jusqu'a 5000 ca "allait" la suite fut plus compliqué... quand à mon cher aconcagua (quelle majesté) qui me fait rêver depuis 16 ans je l'ai simplement approché coincé entre peur respect défiance attirance
Salut Sainté, l'Aconcagua est superbe, mais le gros plus c'est vraiment la marche d'approche pour la voie normale.
Pas longue du tout (deux jours) et le cadre du parc national et magnifique.

Rajoutes à ça la possibilité de célébrer la fin d'expé à Mendoza ou le vin et les femmes sont splendides, et c'est franchement un truc fabuleux à faire.

Si tu as l'occasion ne te prive pas !
@bnarck je me doute bien que ca doit être magnifique suis fan de ce coin entre chili et argentine... vu que tu me parles de mendoza je suppute que tu a commencé par le chilli.. l'an prochain j'y retourne mais uniquement en bolivie (4 fois l'argentine ca va faut changer un peu^^)
le vin oui merci et le mablec coule à flot chez moi
ceci dis pas d'accord avec toi les plus belles femmes d'argentine sont à cordoba
J'ai fait aussi, j'ai adoré mais j'en ai chié grave (je suis fumeur, hihihi).

Mais même plus bas, tu peux faire des trucs dingues, genre le circuit O à torres del Paine, c'est moins hardcore mais pfff, ça envoie du lourd !!
Ce commentaire a été modifié.
T'inquiète, y'a d'autres montagnes.

L'everest est effectivement devenu un parc d'attraction.
Il existe cependant une tripotée de sommets entre 5 et 6 qui sont faisables pour n'importe quel mec un peu entraîné, tant que la montagne le laisse passer.

Je n'ai à ce jour pas trouvé de meilleur moyen de visiter un pays que d'y faire une ascension.
Même un stade plein, un autre de mes incontournables, n'atteint pas la dose de bonheur que procure une expédition, qu'elle soit conclue par un succès ou un échec.

Objectif sportif, rencontre avec locaux et autres expés, truc à célébrer après la descente.
Le combo parfait.

Et pour L'everest y'a quand même quelques aventures sympa à lire. Entre le truc de Goran Kropp (RIP) et les différentes versions de la tempête de 96, sans parler du Messner, cette montagne peut se vivre intensément par procuration.

Je trouve d'ailleurs qu'il y a une obsession narcissico-freudienne pour ce sommet.
C'est dommage.

J'arrête, je peux passer des heures sur le sujet.
La montagne, ça vous gagne...
J'ai fait 4100, sur le toubkal au Maroc, au cours d'un trek de 8 jours dans l'Atlas. C'était splendide de decouvrir des paysages époustouflants, des modes de vies archaïques mais harmonieux et connectés. : bienvenue chez les berbères, pas de route, tout se fait à dos de mules et à pied d'un Village a un autre.
J'aurais bien enchaîné mais mon corps de traitre en a décidé autrement....
Je vous invite en Suisse les gars!

Pas besoin de monter à 4000m pour en prendre plein les yeux.

Et je suis d'accord, rien de mieux qu'une bonne journée de marche qui se termine avec un bon petit feu et des souvenirs.

Ah bordel, je voudrais raconter plein de trucs mais juste trop de taff aujourdhui...
Salut Boulaouane, l'Afrique est, avec l'Antarctique, le seul continent ou je n'ai pas encore mis les pieds, mais je compte réparer ça bientôt, je prends bonne note de ton expérience, thanks !
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Aaah! Balaouane, merci de descendre à 4000, parce qu'au dessus, c'était haut! Bah, j'ai pas fait les 4000 non plus, 3000 avec une montée à partir des 2000, en plein milieu de l'Atlantique, avec départ à 5H, ce qui est très très tôt pour moi! Mais c'est le point qui m'a fait re tripper dans l'itw : départ dans le noir pour arriver à midi.

Sinon, en fait, je voulais réagir par rapport à Papa Ours et aux instas, ou plutôt photos : chacun vit le truc à sa manière et même si après coup il peut y avoir une frustration à avoir passé beaucoup de temps derrière l'objectif, finalement, tu vis pas moins le trip à fond que ceux qui se contentent de monter, je crois, dans la mesure où tu as envie de capter tellement de choses que tu fais attention au moindre changement de couleur, de pierres, de végétation et de tout un tas de trucs. Difficile à démêler tout ça, pis chacun doit pouvoir vivre son truc à sa manière et pour ses raisons -souvenirs!-...
12 réponses à ce commentaire.
"Les gens ont une trop forte relation avec le temps, il faut arrêter de repousser les projets parce qu’on ne sait jamais ce qui va arriver. J’en suis la preuve, non ? Mon message, c’est : quitte ton boulot, t’inquiète pas, et peu importe ton projet, fais-le !"

A méditer mais pas trop longtemps
Vu que je regardes ça au boulot, je vais me lever et partir...
1 réponse à ce commentaire.
Alossian
Pour info, Leslie Binns est un monsieur.
Papanowel Niveau : DHR
Respect total pour ce genre de personne! Quel courage.
Le gars s'appelle "touth Hill", soit dent montagne, soit en franglais "tousse ill". C'est de la destinée.
Je crois qu'il peut partir paisiblement après une telle épopée. Ça doit vachement aider à lâcher prise, même si il va se battre.
Ce qui me frappe aussi c'est sa lucidité et son abnégation, connaissant la suite.
Merci la sofoot team pour cette très belle itw.
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Malheureusement, c'est peut être le meilleur moment pour tout lâcher, sachant ce qui t'attend ensuite. Encore faut-il en avoir le courage à ce moment précis, soit, mais quitter son taf et son quotidien comme ça, sur un coup de tête, sans aucune idée de ce qui va t'arriver après, il me semble que c'est là que ça se complique.

En gros, quand t'as pas grand chose à perdre, ben t'a rien à perdre. Ce qui n'enlève rien à cette fabuleuse expérience et à cette itw.
1 réponse à ce commentaire.
Très belle histoire. Un modèle de courage.
Tempérament de Bourrin,

C'est pas pour rien que ce sont les Anglais qui ont conquis la moitié de la Planète...

Go Ahead
oué mais se sont des neo zed des autrichiens des français qui ont domptés les sommets....bon ok je chippote ^^
1 réponse à ce commentaire.
 //  17:46  //  Passionné des Philippines
Inspirant au possible.

N'empêche, on attends trop souvent qu'on nous annonce ce genre de nouvelles, à nous, notre entourage pour prendre conscience de la futilité de nos craintes et de l'instabilité de nos vies et de nos (soit-disant) grands projets.

Mais au final, on est tous des condamnés en sursis. Bougeons-nous tant qu'on peut encore le faire et gardons cela en tête : on n'est que de passage.
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 4
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 30 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 29 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 7 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 10
samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 14 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 10 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13
À lire ensuite
Apprendre à souffrir