1. //
  2. //
  3. // Itw Pär Zetterberg

« Je me sentais chez moi à Anderlecht »

Pär Zetterberg est une légende à Anderlecht. L'homme idéal pour parler un peu, avant ce Suède-Belgique.

Modififié
236 19
Si vous parlez de Pär Zetterberg à un supporter anderlechtois qui l’a vu évoluer sous le maillot des Mauves, il ne vous en dira que du bien. Les chiffres parlent pour le Suédois : douze saisons dans la capitale belge, six titres de champion, une Coupe de Belgique, deux Souliers d’or, le brassard de capitaine, des amours de coups francs. Mais plus que son palmarès et ses pions, ce sont surtout son esprit - il a remporté six prix du Fair-Play à titre individuel - et son amour pour le RSCA que les Bruxellois n’ont pas oublié. L’inverse est vrai. Avant le Suède-Belgique de ce mercredi, personne d’autre ne pouvait mieux nous parler cette rencontre. L’occasion d’évoquer avec « Mister Z » les critiques envers Zlatan, le talent de Tomas Brolin, la mythique équipe suédoise de la Coupe du monde aux States, son combat contre le diabète, les débuts de Vincent Kompany, de ses larmes au Parc Astrid.


Salut Pär. Bon alors qu’est-ce que tu deviens tout d’abord ? Comment ça se passe après ta vie de footeux ?
Ça va. Je travaille dans une école privée à Falkenberg chez moi en Suède. J’entraîne des jeunes qui ont entre 12 et 16 ans. Pas forcément tous très talentueux. Douze entraînements par semaine. Je m’amuse à travailler avec eux, à leur apprendre des choses et j’ai beaucoup en retour. Tu vois le plaisir dans leurs yeux. Peut-être qu’un jour, je serai tenté d’aller entraîner plus haut, mais pour l’instant, je me sens bien. J’aime aussi suivre mon fils et ma fille qui jouent tous les deux au foot.

Tu as passé presque vingt ans en Belgique. J’imagine que ce match Suède-Belgique, tu vas le regarder avec attention.
C’est un match un peu spécial, mais je suis pour les Suédois. Ils ont toujours une chance de passer, ils devront pour cela faire mieux au niveau du jeu.

Un nul contre l’Irlande (1-1), une défaite contre l’Italie (0-1), c’est pas folichon pour le moment… Ils sont pas mal critiqués en Suède ?
En effet, je les ai trouvés très faibles contre l’Irlande, un peu mieux contre l’Italie. Contre les Belges, s’ils veulent l’emporter, ils devront améliorer leur niveau de jeu de 50 à 60% par rapport au match contre la Squadra Azzurra. Ce qui fâche surtout les Suédois, c’est qu’en 180 minutes, on n’a pratiquement pas eu un tir cadré. C’est pas mal derrière, mais on ne crée rien devant à part quelques contres… Ça manque de mouvement sur les côtés ou au milieu…

« Je ne devais jamais manger plus tard que quatre heures avant le match, car j’avais mes piqûres d’insuline quatre heures avant. Sinon je risquais l'hypoglycémie. » Pär Zetterberg

« Maintenant, il faut qu'il arrête l’échauffement » , s’est moqué le quotidien Dagens Nyheter à propos de Zlatan…
Je ne le connais pas et je n’ai jamais rencontré Zlatan parce qu’il est arrivé en sélection juste après moi… Ce que je sais, c’est qu’on lui en demande beaucoup. C’est le patron, c’est normal qu’il soit critiqué, mais que font les autres quand Zlatan a le ballon ? Il faut aussi qu’on lui donne de la profondeur, que les autres créent du mouvement. Il faut que ce soit fait ensemble, et pour l’instant, ça ne marche pas.

John Guidetti, let the music play

Comment as-tu fait pour poser tes valises en Belgique ?
J’avais 16 ans et je participais à un tournoi avec l’équipe nationale de Suède quand on m’a proposé un test, puis un contrat au Sporting. Mon rêve c’était d’être pro, je me moquais du reste.

Dès que tu arrives ici, on te diagnostique un diabète. Là, tu te dis que c’est terminé pour toi, le football professionnel ?
C’était en 1989-1990, l’année de la finale de la Coupe des coupes contre la Sampdoria. J’étais professionnel dans le noyau de l’équipe A quand on m’a dit que j’avais du diabète. Je me suis dit : bon ben donnez-moi des médicaments, ça va aller. J’ai dû évidemment voir un médecin et j’ai compris que ça ne se passait pas vraiment comme ça. Il m’a dit qu’il fallait faire des piqûres. Je ne savais pas ce que c’était, je ne savais pas s’il était possible d’être pro ou même de continuer à jouer au football avec cette maladie. La chance que j’ai eue, c’est d’avoir rencontré le docteur Harry Dorchy à Bruxelles. C’était mon mentor.



Est-ce que tu avais un régime particulier à suivre ?
Non. Je mangeais la même chose que les autres. En revanche, je ne devais jamais manger plus tard que quatre heures avant le match, car j’avais mes piqûres d’insuline quatre heures avant. De cette façon, l’insuline disparaissait avant le match. Si je faisais ça une ou deux heures avant le match, l’insuline était toujours dans mon organisme et je risquais donc de faire une hypoglycémie. J’ai aussi écouté les signes que m’envoyaient mon corps. Tu le sens différemment quand tu es diabétique. Tu sais, par exemple, si tu vas être malade dans les prochains jours.

Aad de Mos, le coach de l’époque à Anderlecht, n’avait pas été cool avec toi à l’époque…
C’est lui qui a annoncé que j’étais atteint de diabète dans une interview accordée à La Dernière Heure. Avant même qu’il m’en parle. La nouvelle avait déjà circulé dans le vestiaire. Tout le monde était en doute à l’époque et il a dit que ma carrière était finie. Ça m’a fait très mal, mais ça m’a surtout donné envie de me battre pour lui prouver le contraire.

Tu crois que la maladie t’a aidé dans ta carrière ?
C’est dur à dire. Ça m’a aidé dans certains moments, mais j’aurais peut-être été encore meilleur sans ça aussi.

Il paraît que tu as failli signer à Monaco.
Oui, j’avais rencontré Arsène Wenger dans un hôtel à Bruxelles qui me disait qu’ils étaient intéressés par mon profil, mais ils ont pris Enzo Scifo. Dommage, mais à l’époque, j’avais été prêté à Charleroi et je ne m’étais pas encore imposé à Anderlecht. C’est ce que j’ai fait. Je voulais laisser une empreinte.

« Kompany manque énormément aux Diables rouges, c’est un patron, un gars en qui tu as confiance, qui peut mettre l’équipe en place quand ça va moins bien… » Pär Zetterberg

Tu aurais pu aussi partir au Standard de Liège, l’ennemi des Mauves.
Oui, ils m’ont fait une offre quand j’étais également en prêt à Charleroi. Je n’ai aucun problème avec eux, mais ça aurait été quand même compliqué de signer à Liège alors que je venais d’Anderlecht. Et puis, je le répète, je voulais d’abord prouver ma valeur à Bruxelles. Le Sporting, c’est mon club.

Quand t’as débarqué à Bruxelles, t’aurais imaginé rester aussi longtemps au Plat Pays ?
J’étais tellement bien à Anderlecht, j’adorais les supporters, la façon dont on jouait, les dirigeants… Je me sentais à la maison. J’aurais pu partir, j’avais des offres, je pouvais gagner plus. La vie au Sporting était plus importante.

Si je te dis Zulte Waregem... Tu as quand même eu le droit à vingt minutes d’ovation.
C’est assurément mon plus grand souvenir… C’était mon dernier match, pour le titre, pas un match banal ou pour faire le spectacle. On gagne 3-0, il faisait beau, on est champions ce jour-là… c’est un moment inoubliable. Et puis, il y a la fin avec les supporters…



Il paraît que le jour où tu as reçu la proposition pour partir à l’Olympiakos, tu as pleuré au téléphone…
Oui, j’étais très ému. J’étais en vacances en 2000 et je reçois une offre de l’Olympiakos. Elle était tellement bonne qu’il était quasi impossible de la refuser. J’ai appelé le président Roger Vanden Stock pour lui expliquer. Même lui m’a dit : « Je comprends si tu pars. Mais si tu quittes Anderlecht, Pär, je sais que tu reviendras. » Ce que j’ai fait…

Il avait déclaré que tu étais le plus grand numéro 10 de l’histoire d’Anderlecht. Il disait qu’il te considérait comme son fils.
Il y avait une très grande relation de confiance entre lui et moi. On pouvait parler de tout, c’est comme ça qu’on forge une relation. Avec du respect.

Tu suis encore Anderlecht depuis la Suède ?
Je ne peux pas voir tous les matchs, mais j’essaye en streaming, au moins ceux de la Ligue des champions ou de Ligue Europa, mais c’est vrai que je les suis moins qu’avant.

Tu as joué avec Vincent Kompany à ses débuts. Tu as vite vu que c’était un grand ?
Oui… Directement. Il avait tout. La présence, la technique, le physique, la mentalité… Je n’ai pas été surpris quand j’ai vu qu’il s’imposait au niveau international. C’était un gars exceptionnel à cet âge. Il manque énormément aux Diables rouges, c’est un patron, un gars en qui tu as confiance, qui peut mettre l’équipe en place quand ça va moins bien…

« En 1994, on avait un bon coach, on s’entendait bien, on avait une grosse équipe, la plupart jouaient dans des grands clubs en Europe. En fait, un peu comme les Belges maintenant. » Pär Zetterberg

Tu as fait partie de la plus belle équipe suédoise avec Kennet Anderson, Tomas Brolin, Martin Dalhin, Thomas Ravelli, Henrik Larsson… Comment t’expliques la réussite suédoise de l’époque par rapport aux autres ?
On avait un bon coach, on s’entendait bien, on avait une grosse équipe, la plupart jouaient dans des grands clubs en Europe. En fait, un peu comme les Belges maintenant.

Le plus fort, c’était qui pour toi ?
Tomas Brolin. Il avait d’ailleurs fait partie de l’équipe type de la Coupe du monde 1994.



De ton côté, tu as raté le Mondial américain à cause d’une grave blessure. Dur quand on sait que la Suède ne s’est pas qualifiée ni pour l’Euro 1996, ni pour la Coupe du monde 1998…
Oui, j’étais toujours sélectionné dans le groupe pendant les qualifications. Je dirais que j’étais le 11e ou 12e homme dans son esprit, mais j’ai raté le tournoi, car je me suis fait les ligaments croisés en février. Je me suis fait ça dans un derby contre Molenbeek. Je courais derrière un joueur et lui a tourné à gauche. J’ai voulu le suivre, mais mon pied est resté bloqué dans la boue et j’ai pivoté. Les ligaments croisés ont pété. Fin mai, j’ai rejoué quelques minutes en finale de la Coupe de Belgique contre Bruges, mais j’étais trop juste. Jusqu’à la fin, j’avais des contacts avec le sélectionneur qui m’a dit que la porte était ouverte. Je lui ai dit de ne pas me prendre.

C’est une décision compliquée. En tout cas très courageuse et altruiste.
Je n’avais tout simplement pas le niveau, il valait mieux prendre quelqu’un d’autre. J’ai juste été réaliste.



Tu as joué contre la belle génération des Bleus aussi ?
Oui, j’ai joué contre la France avant le Mondial 98 au Parc des Princes (1-0 pour les Bleus) et c’était très fort. Zidane, c’était le top, c’est le meilleur joueur contre qui j’ai joué. Je me souviens que Patrick Vieira était entré en jeu. C’était une de ses premières sélections, je crois. Karembeu, je le connais bien aussi, puisque j’ai joué avec lui à Athènes, c’est un ami.



Pour finir, un classique, ton prono pour ce Suède-Belgique ?
Pour le cœur, je dirais un nul. Je ne vois pas la Suède gagner. Je pense que ce sont les Belges qui vont l’emporter. Je ne vois pas l’équipe de Wilmots, en revanche, remporter l’Euro. Ce sera en tout cas très dur pour eux. Avec Lombaerts et Kompany peut-être, mais là, il leur manque quand même une bonne partie de leur défense.



Propos recueillis par Jacques Besnard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

valeureux liégeois 74 Niveau : National
Ce mec était un sacré joueur, un véritable chef d'orchestre à Anderlecht. Il avait une mentalité exemplaire et était unanimement apprécié dans tous les stades belges, même chez les rivaux du Standard et de Bruges (ce qui n'est pas une mince affaire, je vous le garantis). Si il avait joué à cette époque, c'est certain qu'il aurait signé dans de + grands clubs qu'Olympiacos et Anderlecht (même si le Anderlecht 89-95, ça envoyait), mais je ne pense mm pas qu'il s'en soucie. Ce mec aime tellement Anderlecht que jouer là-bas lui suffisait. Une espèce en voie de disparition. Respect Pär!
Message posté par valeureux liégeois 74
Ce mec était un sacré joueur, un véritable chef d'orchestre à Anderlecht. Il avait une mentalité exemplaire et était unanimement apprécié dans tous les stades belges, même chez les rivaux du Standard et de Bruges (ce qui n'est pas une mince affaire, je vous le garantis). Si il avait joué à cette époque, c'est certain qu'il aurait signé dans de + grands clubs qu'Olympiacos et Anderlecht (même si le Anderlecht 89-95, ça envoyait), mais je ne pense mm pas qu'il s'en soucie. Ce mec aime tellement Anderlecht que jouer là-bas lui suffisait. Une espèce en voie de disparition. Respect Pär!


Tu as bien résumé, il était formidable et le foot actuel manque cruellement de joueurs fidèles et fair-play comme lui.
gunther mickey Niveau : CFA
Le dernier vrai bon joueur d'Anderlecht avec Hassan. Un vrai clubman, un battant aussi bien sur le terrain que contre la maladie, un homme simple et le plus fairplay que j'ai vu jouer (un carton jaune sur tout sa carrière il me semble). C'est juste une légende au RSCA et quand je vois les "starlettes" que l'on se paie désormais, ça me paraît bien loin cette campagne européenne de 2000-2001 et la paire Koller-Radzinski. Ce serait dingue de voir le Zet' un joue sur le banc d'Anderlecht (même en T2, avec Frutos, ça pourrait être beau). Avec le jeu proposé ces dernières années, je suis presque nostalgique d'un Vanderhaeghe qui était bien plus efficace qu'un Defour par exemple...
Ronniesheva Niveau : CFA
quelle classe il avait ce joueur. un sacré coup de patte.
Meilleur numéro 10 de l'Histoire anderlechtoise? Il y a match avec Jurion - certes moins marqué, plus polyvalent.. Mais je comprends que la famille VandenStock préfère ne pas trop cultiver sa mémoire, ça fait tache..

Je m'étonne que n'aient pas été abordés ses déboires avec l'un des sélectionneurs suédois de l'époque - le nom m'échappe -, selon qui Zetterberg ne collait pas au jeu suédois..

Je retiens pour le solde un joueur élégant, efficace et qui avait le goût de la discrétion, totalement en phase avec l'ADN bourgeois du club.

Hassan était un sacré numéro aussi..mais d'une autre trempe, plus flamboyant..
"10" anderlechtois, quoiqu'inclassable à certains égards : je crois bien, réflexion faite, que Lozano comptait un Zetterberg ou un Jurion dans chaque orteil..
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Zetterberg, Dindane, Wihelmsson,... Put'ain, qu'est-ce que je kiffais cette équipe...
Message posté par Bota67
Meilleur numéro 10 de l'Histoire anderlechtoise? Il y a match avec Jurion - certes moins marqué, plus polyvalent.. Mais je comprends que la famille VandenStock préfère ne pas trop cultiver sa mémoire, ça fait tache..

Je m'étonne que n'aient pas été abordés ses déboires avec l'un des sélectionneurs suédois de l'époque - le nom m'échappe -, selon qui Zetterberg ne collait pas au jeu suédois..

Je retiens pour le solde un joueur élégant, efficace et qui avait le goût de la discrétion, totalement en phase avec l'ADN bourgeois du club.

Hassan était un sacré numéro aussi..mais d'une autre trempe, plus flamboyant..


L'entraineur suédois en question s'appelait Tommy Söderberg.
Message posté par ZizouGabor
L'entraineur suédois en question s'appelait Tommy Söderberg.


J'avais spontanément le nom de Svensson qui me trottait en tête, puis un doute affreux.. Merci!
gunther mickey Niveau : CFA
Message posté par Je_Vous_Aime
Zetterberg, Dindane, Wihelmsson,... Put'ain, qu'est-ce que je kiffais cette équipe...


Pareil, avec le petit Jestrogoal toujours là quand il fallait et le petit baseggio qui nous mettait de temps à autres des lucarnes, c'était vraiment le bon temps...
Message posté par lindo
Moi je kiffais le RSC Anderlecht période Rensenbrink : une équipe magnifique qui puait le joga bonito !


Beaucoup tinrent les équipes anderlechtoises des années 1970..et 1960 pour les plus belles de leur temps en Europe - à défaut des plus efficaces -..et ce n'est pas loin d'être mon cas aussi..

Le football-champagne rémois, perpétué à Anderlecht par Sinibaldi, marqueur identitaire du club..et délibérément mis à mort vers l'an 2000 - le transfert du géant Köller était symptomatique..

Qu'a gagné ce club à renoncer à son identité-jeu, mix de petit jeu technique, inspiré, élégant et offensif? Rien..
Message posté par lindo
Moi je kiffais le RSC Anderlecht période Rensenbrink : une équipe magnifique qui puait le joga bonito !


C'était une sacrée équipe en effet. Mais ce qui m'a toujours étonné, c'est qu'elle n'ait remporté qu'un championnat en 1974 avec le hollandais, alors que le FC Bruges de Raoul Lambert va se gaver, le RWD Molenbeek d'Eddy Koens et Maurice Martens remporte son seul titre en 1975, tout comme le Beveren de Pfaff, Janssens et Cluytens en 1979. C'est dire la richesse du football belge dans les années 70.
Message posté par ZizouGabor
C'était une sacrée équipe en effet. Mais ce qui m'a toujours étonné, c'est qu'elle n'ait remporté qu'un championnat en 1974 avec le hollandais, alors que le FC Bruges de Raoul Lambert va se gaver, le RWD Molenbeek d'Eddy Koens et Maurice Martens remporte son seul titre en 1975, tout comme le Beveren de Pfaff, Janssens et Cluytens en 1979. C'est dire la richesse du football belge dans les années 70.


Tu as donné la réponse, football d'une grande force et densité à l'époque..

Important : ce furent aussi et surtout les premières années du professionnalisme en Belgique, légalisé en 1974, ambiance frénétique où chacun cherchait à tirer son épingle du jeu ; il y avait le sentiment d'une redistribution des cartes possible après les années 1960 dominées par Anderlecht et le Standard.. Durant les années 1970, une seule équipe fut injouable : le Bruges de Happel, il est vrai alors émargeant sans problème au top 5 voire 3 européen.

L'Anderlecht des années 1970 tenait pour l'essentiel au très ludique Rensenbrink..que les matchs sans enjeu direct ne stimulaient guère, moins qu'on puisse dire - brillant contre les géants..puis éteint face aux sans-grades, sorte d'anti-Cruijff (qui lui tendait à disparaître dans les grands matchs)..

Dans un contexte de matchs de coupes - Belgique, Europe, Monde.. -, Rensenbrink était probablement le meilleur joueur d'Europe, car ça l'amusait..mais les compétitions au long cours lui inspiraient notoirement un ennui profond, se déplacer au Lierse ou que sais-je..
Le seul Z pour les supporters d'anderlecht
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Message posté par Fenmarel
Le seul Z pour les supporters d'anderlecht


Avec Zona Lezaer! ;-)
@bota67,

on se souvient des exploits de Bruges et Anderlecht, mais dans les années 70, Molenbeek atteint les demi-finales de la coupe UEFA 1977 éliminé seulement au but à l'extérieur par Bilbao, tandis que Beveren atteint le dernier carré de la coupe des coupes 1979, deux défaites 1-0 face au futur vainqueur Barcelone.
La finale de coupe de Belgique 1977 est l'un des plus beaux matchs des années 70, malheureusement oublié par beaucoup, j'ai trouvé ce résumé:
https://www.youtube.com/watch?v=QNKI4xztWr8
Message posté par lindo
Entre 1976 et 1980, si tu aimais le football, tu étais fan absolu d'Anderlecht.


N'exagérons pas..ou alors parle pour toi :)

J'adore Rensenbrink, figure majeure du jeu pour le jeu..et j'ai énormément de respect pour la (lointaine..) culture-jeu d'Anderlecht..

A côté de ça toutefois il y a la face sombre de ce club, club intriguant hors-pair pour ne pas dire mafieux à col blanc, or ça et pour ma part.. Ca n'enlève bien sûr rien au football pétillant qu'ils envoyèrent quelques décennies durant, ni aux magnifiques footballeurs qui s'y succédèrent, mais..
Message posté par ZizouGabor
La finale de coupe de Belgique 1977 est l'un des plus beaux matchs des années 70, malheureusement oublié par beaucoup, j'ai trouvé ce résumé:
https://www.youtube.com/watch?v=QNKI4xztWr8


Match, dit-on, qui pour de bon institua la rivalité Anderlecht-..Bruges, en lieu et place d'un Standard déclassé ; merci pour le souvenir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
236 19