1. // Micro d'Or de Ligue 1

« Je dis KEVIN, le public répond GAMEIRO »

Speaker du FC Lorient depuis quatorze saisons, Didier Le Botmel se taille un joli palmarès au stade du Moustoir. Récent lauréat du Micro d'or L1 pour la seconde fois, Le Botmel chauffe le public avec ses tripes et une punchline : « Le football, c'est la fête, et la fête, c'est le football » .

Modififié
1 0
Que vous a dit Jean-Luc Reichmann [invité par la LFP] lors de la remise de votre Micro d'or ?


Ça reste pour moi un moment très très agréable. A travers sa présence, il a défini un peu mieux le rôle de l'animateur. C'est-à-dire qu'on devait être de véritables acteurs. Il a défini le profil ou le portrait d'un animateur.

Quelles sont les qualités essentielles d'un bon speaker ?


La première qualité, c'est l'honnêteté mais je pense que c'est pas que pour être speaker. Il faut être enthousiaste. Il faut être moteur et déclencher des moments de folie tout en respectant le spectateur. Le football n'est beau, n'est vivant qu'à travers l'ensemble. Mais il faut quand même être réaliste, si vous êtes menés 3 à 0, c'est pas l'animateur qui va changer les choses. Il faut quand même pas se substituer aux techniciens.

Vous avez connu Feindouno et Darcheville. Ils auraient pu prendre votre place ?


J'aurais vu assez facilement Darcheville dans la peau d'un speaker. C'est quelqu'un qui est capable d'animer.

La qualité du programme musical était l'un des critères pour l'obtention du Micro d'or. Vous avez une bande-son fétiche ?


Là c'est une certaine complicité avec le responsable sono. J'ai pas de titres référentiels, je lui fais entièrement confiance.

Un match de L1 pour vous, c'est un mélange de préparation et d'improvisation ?


Oui c'est d'abord une préparation et une présentation sérieuse et ensuite une adaptation. Aucun match n'est comme l'autre. On fait en fonction de comment va réagir le public, en fonction des animations qui sont prévues. On peut pas prévoir exactement.

Dans l'effectif des Merlus, il y a un nom qui sonne bien et que vous préférez scander ?


Je vous cache pas que j'aime bien Kevin Gameiro. D'ailleurs il vient de m'offrir son maillot pour le Téléthon de demain. J'aime bien dire KEVIN et le public qui répond GAMEIRO !

Vous avez d'autres phrases que vous aimez bien prononcer ?


Badaboum évidemment. J'aime bien dire aux enfants : « Partageons notre passion » ou « Rien ne vaut le football » . J'essaye de faire partager mon enthousiasme.

Vous animez également des courses cyclistes, c'est différent du football ?


C'est pas du tout la même chose. Au cyclisme, je vais parler pendant trois heures. C'est plus long donc j'ai la possibilité de faire passer un message tandis qu'au football...

Qu'est-ce que vous entendez par message ?


C'est d'abord une communion. Puis surtout une fête. Je ne conçois pas le football sans l'esprit de fête.

Votre fameuse phrase : « Le football, c'est la fête, et la fête, c'est le football » ...


Tout à fait, monsieur. C'est mon slogan de base.

Vous faites des galas ?


Non, non.

Aujourd'hui, même les jardiniers sont transférés dans le football moderne. Vous avez été contacté par des clubs ?


Absolument pas et je suis très bien à Lorient.

Pourtant votre rêve, c'est d'être le speaker du FC Barcelone, au Camp Nou ?


Oui ! J'aime bien le football espagnol.

Mais aujourd'hui en France, le plus beau défi pour un speaker ne serait-il pas d'animer le Stade Louis II ?


(Rires.). Bonne question.

Vous avez croisé votre confrère monégasque lors du séminaire des animateurs ?


Je ne suis pas sûr mais je crois qu'il était pas là. C'est vrai que je lui tire mon chapeau. Je parlais tout à l'heure de communion et c'est vrai que l'on ne peut communier qu'à partir du moment où il y a un grand nombre de spectateurs...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 0