Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Jay One : « Le sport d'hommes, c'était le foot »

Le moins que l'on puisse dire que, c'est que les liens entre la culture foot et hip-hop n'étaient pas évidents, au départ, en France. Un très beau livre sorti récemment, Mouvement (éditions 1980), raconte, tout en photos d'époque, la genèse du rap, du graff et du break dance dans l'Hexagone. L'occasion de demander à l'un des acteurs cruciaux de cette époque, le graffeur Jay One, grand passionné du ballon rond et des bombes aérosols, de nous raconter ces années-là !

Modififié
Tu étais présent lors des premiers pas du hip-hop à Paris, surtout sur le versant graff. Existait-il une connexion ou un intérêt quelconque pour le foot, ou les années 80 sentaient trop les nuques longues, Johnny Hallyday et le punk rock?

Le basket n'était pas encore trop populaire... Le foot était numéro un et il le restera à tout jamais. Ce n'était pas la ferveur londonienne, beaucoup de Parisiens aimaient des équipes comme l'OM ou les Verts. L'équipe de France, c'était pas trop ça non plus... On lorgnait plutôt sur les championnats étrangers ou les coupes d'Europe : Liverpool, Hambourg, Juventus, Nottingham Forest, Torino, Anderlecht... C'est vrai que le hip-hop a changé un peu la donne avec son attirance pour les cultures US. Mais pas avant 90/91 et l'avènement de Michael Jordan.

Pour ta part, tu vivais donc ta passion pour le foot en parallèle ? Tu as dû faire ton outing ?

Plutôt le contraire. Le sport d'hommes, c'était le foot, surtout pas le tennis ni même le basket.

Quelles étaient les figures des débuts de la scène les plus branchées par le foot ? Parmi les graffeurs, qui allait au stade ?

Nest One, qui est reparti en Argentine, est fan de Boca. Il va encore dans le kop. Stomi Bugsy, Kool Shen aussi. Les IZB, qui habitaient St-Ouen juste derrière le Stade Bauer... Mais bon, entre faire des tags et aller au Parc, il fallait faire un choix. Je connais pas mal de tagueurs qui se rendaient soit à Boulogne ou Auteuil, surtout Auteuil... À New-York, le père d'un des graffeurs les plus connus au monde (TKid 170) a joué à l'Alianza de Lima. Un autre gars, toujours à NY, qui fait partie des TC5, a monté son propre club. Spike Lee kiffe le foot, son fils joue en club, je crois... Il y a une flopée de mec du hip-hop qui adorent le foot... Mode 2 suit les performances d'Arsenal de très près. Je suis allé pas mal de fois voir le Hertha Berlin quand j'habitais là-bas avec des graffeurs allemands.

Comment expliques-tu que le fossé ne se soit jamais comblé entre ces deux cultures ?

Le hip-hop est une culture à pratique active, t'es comme un sportif quand t'es hip-hop. Ça te laisse pas beaucoup de temps pour autre chose. Mais de là à parler de fossé... Les deux sont du « populaire » , donc on ne peut faire sans, surtout si tu viens d'une cité. En France, la culture du foot n'existe pas vraiment. Elle s'installe tout doucement, mais c'est encore très timide...

Tu portes quel regard sur les graffs ou les banderoles dans les tribunes ?

Le graff a fait son apparition dans les stades très rapidement, d'abord à Amsterdam - le stade de l'Ajax était graffé dans sa partie tifo -, ensuite en Allemagne et aujourd'hui, un peu partout dans le monde, il existe des banderoles graffées. Mon pote Nest One de Boca a peint dans la Bombonera... Par contre, pour les slogans, ici en France, ils sont un peu naïfs et répétitifs. Les mecs pourraient s'inspirer des phrases des rappeurs. Ils sont à la ramasse, ils connaissent pas l'Egotripping ou quoi ?


Est-ce qu'il existe un stade qui pourrait t'inspirer ?

Un stade ? Je n'aime pas les nouveaux stades! Les architectes n'en ont rien à foutre du foot de clubs...

Mouvement (éditions 1980)

Site web



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25