1. //
  2. // Groupe F
  3. //
  4. // APOEL/PSG

Javier Pastore, le maigre a pris du poids

Arrivé en 2011, l'Argentin avait pour habitude de choisir ses matchs tout en se montrant incapable d'être performant sur la durée. Frustrant et énervant, El Flaco est pour le moment en train de réussir son début de saison. Pour la première fois depuis qu'il est à Paris, Javier Pastore est constant. C'en est presque troublant.

Modififié
855 34
« Tu vois, je te l'avais dit. » Depuis plusieurs semaines, une certaine frange des suiveurs du PSG est sortie de sa tanière. Entre eux, ils aiment s'appeler les Pastoristes. Ce sont eux qui ont toujours cru – ou fait semblant – en Javier Pastore. Forcément, en ce moment, ils profitent de la vague, car ça ne va pas durer. Parce que depuis son arrivée dans la capitale en juillet 2011, le plaisir ne dure jamais avec le numéro 27 du PSG. Génial pendant trois mois, blafard les six suivants. Sublime au Nou Camp, ridicule au Roudourou. Divin quand il entre face à Chelsea, fantomatique pendant 10 minutes à Amsterdam. Difficile de trouver une cohérence et une logique dans le jeu parisien de Javier Pastore. C'est sans doute pour ça qu'il rend schizophrène. Avec lui, il faut toujours être sur le qui-vive, bien rester sur ses gardes et ne jamais trop s'habituer au luxe. L'art du contre-pied, en somme.

Le meilleur Pastore


Mais depuis le mois d'août et ses deux caviars pour Ibrahimović en ouverture de la saison à Reims, l'Argentin n'a pas encore faibli. Génial contre le FC Barcelone, il a livré plus de matchs intéressants en deux mois que sur les quinze derniers. Et si c'était le meilleur Pastore que le PSG ait vu en quatre saisons ? Difficile à dire, car les statistiques ne parlent pas vraiment pour lui (aucun but et aucune passe décisive à l'exception des deux rémoises). Et puis le joueur a déjà été trimbalé à plusieurs postes : milieu relayeur gauche, faux ailier gauche, numéro 10. Pourtant, il se passe quelque chose avec l'Argentin, c'est une évidence. Ce n'est pas un hasard si la sélection argentine a de nouveau fait appel à ses services après une pause de trois ans. Au sein du club, on essaie de garder les pieds sur terre. Après tout, il n'y a rien d'anormal dans le fait de pouvoir compter sur le moyen terme avec un joueur payé 42 millions d'euros. Pour expliquer cette bonne forme actuelle, le joueur s'était d'ailleurs livré dans les colonnes de L'Équipe.

La recette est pourtant très simple et s'appelle le travail. « C'est la première fois que j'accomplis toute la préparation physique. Avec les préparateurs, nous avons accompli un travail individualisé que j'aime énormément et qui m'a beaucoup apporté. Et, mentalement, j'ai changé beaucoup de choses. Cette année, j'ai repris avec l'idée de jouer beaucoup plus, de m'entraîner dur au quotidien pour gagner ma place » . Des propos qu'il avait confirmés sur SoFoot.com peu de temps après. « Mon temps de jeu, ça ne dépend que de moi. De personne d'autre. Je sais qu'il faut que je me défonce à l'entraînement si je veux être meilleur et jouer des matchs. Je veux gagner ma place parmi les titulaires et je vais tout faire pour que ce soit le cas… En t'entraînant bien, tu peux faire douter l'entraîneur sur ses choix. » C'est chose faite, puisque Blanc s'est retrouvé dans une situation unique : faire débuter Javier Pastore au détriment de Blaise Matuidi. Preuve que l'ancien de Palerme a mis les bouchées doubles à l'entraînement. Enfin.

Meilleur sans Ibrahimović


Aujourd'hui, les blessures de certains cadres (Lavezzi, Ibrahimović) « obligent » Laurent Blanc à miser énormément sur le numéro 27 sans parler de réelle concurrence. Et l'Argentin le lui rend bien. Entre les deux hommes, il y a une certaine estime. « On sait dans quelle position Javier se sent le mieux, dans l'axe, près de l'attaquant, a reconnu l'entraîneur parisien avant la venue de Monaco. Mais je pense surtout qu'il a emmagasiné beaucoup de confiance et pris une nouvelle dimension physique, ce qui l'aide à produire des prestations du niveau de celle qu'on a vue face à Barcelone. » Quand le garçon est en confiance et bien physiquement, il est insortable de l'équipe type. Sous Carlo Ancelotti, déjà, sa seconde partie de saison 2012-2013 avait été formidable, avec comme apothéose le récital du Nou Camp. Barcelone, déjà. Catalogué comme un joueur de «  grands matchs » , on reprochait surtout à Pastore d'être médiocre, désintéressé, planqué quand il fallait aller au charbon en Ligue 1, loin des lumières européennes. C'était le cas jusqu'alors. Aujourd'hui, il semble avoir franchi un palier. Il joue plus libéré. Surtout, il joue sans Zlatan Ibrahimović, blessé.

Car entre les deux hommes, difficile de cohabiter sur un terrain tant jouer au poste de numéro 10 avec le Suédois est impossible. « J'aime ce rôle mais, avec le positionnement d'Ibra, c'est compliqué, admettait le meneur dans L'Équipe. Il est devant, puis décroche avec les trois milieux de terrain. Souvent, le coach me demande d'aller occuper le poste de numéro 10. J'y vais, mais on se marche parfois sur les pieds. C'est pour cela que j'essaie de me placer sur le terrain en fonction de lui.  » Et quand le meilleur attaquant parisien n'est pas là, Pastore prend la mène en main. Comme tout meneur de jeu, c'est une mécanique fragile, précise, de l'horlogerie, mais ça paie. Le genre de type qui transforme un tacle le long de la ligne de touche en un petit pont. En ce moment, Pastore est (re)devenu une hype au PSG. Comme en 2011. Comme en 2013. Comme après Chelsea.

«  J'avais la moitié du stade qui me sifflait »


Aujourd'hui, la question est simple : tout cela peut-il tenir sur la durée ? Personne ne le sait, mais une chose est certaine, l'opinion publique a envie de croire en lui, cette fois. Lors du match nul concédé face à Monaco début octobre (1-1), on a reproché à Laurent Blanc d'avoir sorti son joueur trop tôt en seconde période, tant il tenait son équipe à bout de petits ponts. Trois mois plus tôt, on lui reprochait de le faire jouer… « Je ne suis pas un joueur qui fait l'unanimité. À Huracán et à Palerme, j'avais la moitié du stade qui me sifflait et l'autre qui se levait de son siège pour m'applaudir, disait-il sur SoFoot.com. Il faut que je travaille pour que le nombre de personnes qui m'applaudissent soit plus important que le nombre de personnes qui me sifflent. Je fais tout pour, en tout cas.  » Tu peux compter sur nous, Javier, on est souvent debout. Même si régulièrement, on s'est senti seul...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 4
On a déjà tout dit sur Pastore, maintenant on veut juste qu'il sort un match digne de Ronaldinho contre l'om et qui claque le but de la victoire en finale de LDC et il rentrera définitivement dans le top 10 des meilleurs joueurs de l'histoire du PSG !
Pastoristes et fier de l'être.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 7
Un peu toujours la même rengaine ces articles sur Javier, on a bien compris qu'il est le chaînon manquant entre le foot et l'homosexualité, mais de là à nous ressortir toujours la même soupe...

allez Javier fais craquer nos slips !

http://subimg.7sur7-sport.fr/2013/07/Ja … auphin.jpg
ParisianoLF Niveau : Loisir
« Tu vois, je te lavezzi. »

Pardon je sais c'est honteux
allo maman bobo Niveau : Loisir
le meilleur pastore c'était en 9 1/2 sous kombouaré
Thérèse je te retourne Niveau : CFA2
Javier : encore le petit doigt à lever et ton imitation de Maître Capello sera parfaite.
a quand les notes du match de dimanche soir ?
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 3
Pour moi l'action qui amène le but de Cabaye est la parfaite illustration de la nouvelle mentalité de Pastrore.

Le mec s'arrache et tacle pour sauver un ballon sur la ligne de touche (se permettant au passage de claquer un petit pont, Pastore oblige) et ça amène le but. J'espère qu'il comprend que ce genre d'effort est aussi important qu'une passe en profondeur.

https://www.youtube.com/watch?v=k74tc5Dhjok

Javier continues de nous faire rêver!
jean-registre Niveau : CFA2
La légende de la photo devrait être : au-dessus c'est le soleil.
Sans Zlatan, Pastore semble s'épanouir et commencer à tenir les promesses de beau jeu et de performences sur la durée que l'on attend de lui.

Le Psg doit commencer à prospecter pour trouver un successeur à Zlatan, car la tatalgie a l'air de trainer en longueur et il n'y a plus de date de reprise donnée par le club.
Javier, quand tu étais à Palerme, tu as marqué un but qui m'a fait gagné 1600 euros à un pari sportif, alors rien que pour ça, je t'aimerais toujours !!
On peut débattre à l'infini sur son inconstance. L'inconstance n'est pas un problème quand à tout moment il peut y avoir un geste génial. Cavani et Lucas ont eu leurs éclairs, mais depuis qu'il est arrivé, Pastore reste avec Ibra le seul joueur qui suffit à me donner envie de regarder un match du PSG quelque soit l'adversaire et l'enjeu, pour le plaisir.
C'est marrant, parce que le début de saison du PSG est quand même pas extraordinaire - pour le PSG hein, entendons nous bien-, que Pastore ne marque pas de but et n'a fait que 2 passes décisives depuis le début de saison et pourtant tout le monde s'entend sur le fait que Pastore fait un super début de saison.

J'adore ce joueur parce qu'il m'a fait rêver quand il venait d'arriver (quelle volée contre Montpellier !!), parce qu'il fait des passes exceptionnelles, a planté au nou camp et un but de ouf contre Chelsea. Donc il a droit à une forme de protection absolue de ma part parce qu'il entre dans la catégorie des joueurs qui m'ont fait hurler (Barça ou Chelsea, mes voisins s'en souviennent).

Mais un joueur offensif qui marque 0 but et qui fait 2 passes décisives en 10 matchs dans une équipe qui ne développe que rarement un football champagne cette saison, j'ai du mal à comprendre pourquoi maintenant tout le monde salue son début de saison.

Pas sûr que le Pastore de cette année aurait sa place dans l'équipe type de l'année dernière, qui mettait des raclées aux autres équipes de ligue un.

Bref, je vois bien que sur le terrain il montre plus d'envie (son tacle rageur contre Lens le long de la ligne de touche qui amène le deuxième but il me semble), mais je suis surpris que tout le monde ait retourné sa veste par rapport à l'année dernière.

Après tout on pourrait aussi défendre qu'au regard du talent de Pastore, son début de saison est quand même loin d'être terrible par rapport au talent du joueur et continuer à lui cracher dessus. Je serai à ce moment là beaucoup plus à l'aise puisque j'arriverai tel un sauveur en disant: "Pastore, c'est un romantique du football, vous ne pouvez pas comprendre"

Ps: me faire valider un tel message avec le logo de Marseille... Zêtes sérieux ?
Message posté par yollo
a quand les notes du match de dimanche soir ?


+ 200
M'en fous des notes de dimanche soir, mais j'aime les interventions hors contexte.
Donc grâce à la malédiction SoFoot, ce soir Pastore va mettre un CSC avant de se faire exclure en provoquant un penalty. Sympa les mecs.
(je tente de conjurer le sort, pourvu que ça marche)
Ouai, je gonfle mes potes avec des "je te l'avais dit" etc. Je suis un Pastoriste et fier de l'être. Je continuerai à l'aduler même quand il fera des matchs en dessous de tout comme il en a produit un paquet depuis q'il joue au PSG. J'aime le foot pour les coups de génie, pour l'esthétique ... Avec des joueurs comme Pastore,un match s'apparente à du Béjart avec un ballon.
Toujours la même rengaine, pastore son prix, son inconstance. Pour le prix, choquant que les mecs de SF ne sachent toujours pas qu'il a coûté en réalité 35M (7 pour sirigu) et qu'il faut surpayer l'achat d'un joueur pour l'arracher aux clubs plus prestigieux quand on est le PSG en 2011.

Et pour la pointe de psg bashing de l'article niveau prix : Ozil à arsenal, Carroll à Liverpool, Mata à MU, Chygrinsky au Barça.. et plein d'autres encore confirment que Paris ne fait en tout cas pas moins bien que tous les autres grands clubs sur ses achats. Faudrait peut être aussi comprendre que Cavani Zlatan David Luiz T.Silva Lavezzi entre autres sont d'excellentes images de marque. Cela se paye - à juste titre - d'autant plus quand on n'est pas le real ...

Pour l'inconstance oui ça va mieux en se début de saison c'est vrai mais c'est je pense surtout dans sa tête à Javier. Il me semble qu'un parent (sa mère en l'occurence) est/était gravement malade. De quoi affecté un jeune homme à 23 24 ans. Javier c'est un romantique dans le style de berbatov denilson ou du ronaldinho des dernières années qui veut aujourd'hui en faire plus. Et c est cool.
Tottitalia25 Niveau : District
C'est quand même fort d'avoir été mauvais dans certains matchs et d'avoir une vision du jeu aussi incroyable dans d'autres. En espérant que son talent ne fera que croître.
(aucun but et aucune passe décisive à l'exception des deux rémoises)

Donc ça fait 2 non ? oui j'ai un peu de temps là.
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
Note : 10
Javier fait son taf, c'est un Pasteur, il évangélise, il prêche le/son football.

Ses sermons ne sont pas toujours exceptionnels, mais la plupart du temps, quand il décide de prêcher la bonne parole, celle du jeu, celle de son jeu, il met tout le monde d'accord.

Pour avoir vu ce joueur jouer de mes yeux, au Parc des Sports d'Annecy, il a souvent régalé et pour suivre les performances du PSG, je dis que les joueurs comme lui sont nécessaire et indispensable au football.
Pastore est un illuminateur du jeu et on a besoin de joueurs comme lui pour s'enflammer et vibrer. Même si je supporte l'OM, son but contre Chelsea m'a fait rêver et je me délecte de ses actions.

J'aime le football donc j'aime Pastore.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
855 34