Javier Aguirre : « Simeone mérite un monument »

Entraîneur de l'Atlético Madrid de 2006 à 2009, Javier Aguirre a participé au redressement de l'édifice colchonero. L'ex-sélectionneur du Mexique lors des Coupes du monde 2002 et 2010 confesse son admiration pour Diego Simeone et nous cause aussi d'El Tri.

Modififié
J'imagine que vous avez toujours le cœur colchonero. Comment avez-vous vécu la finale de Ligue des champions ?
Il me reste ce goût amer au fond de la bouche. Cette minute fatidique... L'Atlético était si proche d'être champion d'Europe, quelque chose d'inédit dans son histoire. Cela aurait été la récompense d'un immense travail. Dès l'égalisation, le sort du match était jeté, car l'Atlético n'a pu tenir la distance lors de la prolongation. Ils étaient abattus, et pourtant c'est une équipe foncièrement généreuse, courageuse, avec un grand amour-propre.

Que leur a-t-il manqué ?
De la chance. Rien de plus. L'Atlético a fait ce qu'il fallait pour l'emporter, même si le but inscrit par les Colchoneros fut un peu étrange. Ils ont bien maîtrisé l'adversaire. Il leur a manqué ce soupçon de chance qu'ont les champions, comme cela est souvent le cas avec l'Atlético (rires). Mais comme entraîneur, tu ne peux pas prendre cet élément en compte. Je dis toujours à mes joueurs que je ne peux pas maîtriser deux éléments : l'arbitrage, et le facteur chance.

Est-ce plus dur de gagner avec l'Atlético qu'avec une autre équipe ?
Oui. Je les ai entraînés trois ans et même dans la victoire, il y a beaucoup de souffrance avec l'Atlético. Comme si la victoire coûtait plus cher. Mais lors des dernières années, je crois que l'Atlético est parvenu à conjurer le sort, à dépasser sa propre histoire. Son avenir s'annonce sous les meilleurs auspices. Aujourd'hui, le club est quasiment sain financièrement, son centre de formation est l'un des meilleurs d'Espagne, et El Cholo a fait un travail exceptionnel, qu'il va sans doute poursuivre.

Cette saison, l'Espanyol s'en est bien sorti face à l'Atlético. Vous avez été parmi les rares à les battre (1-0) et avez concédé une courte défaite à Madrid. Sur quels points insistiez-vous dans votre préparation ?
Qu'il fallait égaler leur intensité. Ils mettent beaucoup de rythme dans le jeu et disputent chaque ballon comme s'il s'agissait du dernier. Dès la saison dernière, je citais cette équipe en exemple à mes joueurs. Même si on s'est effondrés dans la dernière ligne droite, on leur ressemblait : on était intenses, on fermait bien les espaces, beaucoup de sacrifices, de solidarité .... Les deux matchs face aux Colchoneros ont été particulièrement fermés et se sont joués sur des détails. Pour prendre à revers leur défense, c'était difficile. Cela requiert beaucoup de mobilité, il faut aussi travailler énormément les mouvements sur coups de pied arrêtés. C'est une équipe intraitable.

Vous vous reconnaissez donc dans le travail de Simeone...
Ce qui est très fort chez Simeone, ce n'est pas qu'il ait convaincu son groupe, mais qu'il a aussi entraîné dans son sillage le public, ses dirigeants, et même la presse. Il a réussi cela grâce à ses résultats bien sûr, mais aussi grâce à sa cohérence.

Pensiez-vous que l'Atlético tiendrait la distance ?
La vérité, je ne pensais pas qu'ils pourraient rivaliser avec les deux grands sur la longueur, et même les devancer. Ce qu'a fait El Cholo, c'est merveilleux, incroyable. Je crois qu'il faudrait déjà ériger un monument à sa gloire, ou donner son nom à une place. Ce qu'il a fait est historique et ce sera très dur à rééditer.

« Le foot mexicain a progressé. On a gagné deux Coupes du monde U17, le tournoi de Toulon, les Jeux olympiques, on a aussi de plus en plus de joueurs en Europe. »

Parlons désormais de la Coupe du monde. En 2002, vous dirigiez le Mexique. Quelles leçons avez-vous tirées de cette première expérience ?
Que tu ne peux pas improviser. En huitièmes de finale (face aux États-Unis), j'ai modifié mon système de jeu quand on a encaissé un but. Quelque chose qu'on n'avait pas travaillé lors de notre préparation, et les joueurs ne sont pas parvenus à s'adapter. Je ne crois pas qu'il faut forcément mourir avec ses idées, mais tu peux seulement appliquer ce que tu as travaillé. Pour ma défense, je dirigeais la sélection seulement depuis treize mois, pas un temps suffisant pour travailler un grand éventail de systèmes.

Quelle est la clé d'une bonne préparation ?
Certains sélectionneurs préfèrent de longues préparations, d'autres n'être que dix jours avec leur groupe. Certains multiplient les matchs amicaux, d'autres non. Franchement, tout se vaut. L'important est que les joueurs se présentent le jour du premier match convaincus qu'ils peuvent l'emporter et qu'ils puissent jouer 90 minutes à bloc. En terme de préparation physique, il faut se limiter à de l'entretien. Le fond, les joueurs l'ont acquis pendant la saison. Personnellement, j'insistais sur la préparation mentale. Au Mexique, peut-être plus que dans d'autres pays, le thème de la nationalité est important. On joue pour la patrie. Un match de Coupe du monde n'est pas seulement un match de foot. Des millions de gens déposent leur confiance en toi. La sélection est un thème d'orgueil national.

Cet enjeu ne peut-il pas faire plier les joueurs sous la pression ?
Oui, mais tu choisis justement ceux que tu penses préparer pour supporter cette pression. Ça peut te conduire à laisser de côté un joueur talentueux.

En 2010, vous aviez préféré Óscar Pérez, 37 ans, à Memo Ochoa, qui avait été titulaire pendant les éliminatoires. Une question de confiance ?
Pas du tout. Memo est très fort mentalement. Il jouait à l'América, l'un des grands clubs mexicains, où la pression est énorme chaque week-end. J'ai simplement considéré qu'Oscar Pérez répondait davantage au style que je voulais développer. Memo est un excellent joueur, un très bon coéquipier, et les trois années passées en France l'ont fait progresser, s'enrichir de nouvelles influences.

Depuis 1994, le Mexique ne parvient pas à franchir le cap des huitièmes. Pourquoi ?
Déjà, il faut relever que le Mexique est la seule équipe avec le Brésil et l'Allemagne à s'être qualifiée pour chaque huitième depuis 1994. L'Angleterre, la France l'Argentine ou l'Espagne ne l'ont pas fait. Ensuite, si on n'atteint pas les quarts, c'est sans doute que c'est notre niveau. On ne peut pas parler de contre-performance. Reste que dernièrement le foot mexicain a progressé. On a gagné deux Coupes du monde U17, le tournoi de Toulon, les Jeux olympiques, on a aussi de plus en plus de joueurs en Europe. Après, il faut aussi un peu de chance. Tout dépend dans quel groupe tu tombes, de quel adversaire tu hérites en huitièmes. Cette année, avec le Brésil, le Cameroun et la Croatie, ce ne sera pas facile.

Le sélectionneur actuel, Miguel Herrera, a été nommé à la veille des barrages. Dans ces circonstances est-il vraisemblable qu'El Tri passe la phase de poules ?
Il faut se rendre compte qu'on n'est aussi pas les seuls à avoir des problèmes. La Croatie a déjà perdu trois joueurs, le Cameroun a aussi changé de sélectionneur. De plus, Miguel est quelqu'un qui se distingue par sa capacité à transmettre sa confiance en lui, en son travail, il est audacieux, courageux, et travaille très bien avec ses équipes sur le terrain.

Pour terminer, selon des médias mexicains, un club français aurait voulu vous engager. Vous confirmez ?
Oui. Il n'y a pas longtemps, j'ai été en contact avec un club français, mais ça ne s'est pas concrétisé. Je suis actuellement en fin de contrat avec l'Espanyol, je n'ai pas souhaité poursuivre avec eux, mais je souhaite rester en Europe. On verra…


Propos recueillis par Thomas Goubin, au Mexique
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Salim_Ezzahi Niveau : Loisir
"Il leur a manqué ce soupçon de chance qu'ont les champions, comme cela est souvent le cas avec l'Atlético (rires)."

Trés sympa de sa part !
Un peu comme Klopp avec BvB l'an passé, mais en mieux. Le mec gagne quand meme la liga devant barça et real et loupe la LDC à la dernière minute. Clairement le coach de l'année pour moi et de loin!
"le club est quasiment sain financièrement"
c'est la deuxième fois que je vois ce genre de phrase sur SoFoot, alors deux questions, est ce que peu de gens sont au courant de la situation financière de l'atletico (mais l'ancien entraîneur ça paraît gros quand même), ou alors ils sont pas si dans la merde que ça?
#Paname-Merengue.du.92 Niveau : Loisir
500 M de dettes, moi aussi c'te phrase m'a interpelé lol
il y a 4 heures La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) il y a 4 heures Une remontée historique des Seattle Sounders 18
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 18:38 Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) Hier à 16:30 La petite gourmandise de Callejón 3 Hier à 11:44 Un but barcelonesque en D4 argentine 10
mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47