1. // Gr.A
  2. //
  3. // El Hijo del Santo

« Javier Aguirre peut porter ses joueurs » 



Pendant que le Mexique désespère son peuple à force de ne pas passer le cap des huitièmes, les combattants de la lucha libre mexicaine se sont mués en symboles du pays, au même titre que la tequila ou la moustache de Zapata. El Hijo del Santo, le bien-nommé fils du plus renommé lutteur aztèque, s'amuse au jeu des comparaisons entre les deux sports-spectacle. Interview clés de bras.

Modififié
0 0
Que va faire le Mexique à la Coupe du Monde ?


Cela m'enchanterait qu'ils arrivent en quarts, et pourquoi pas en finale, mais ce sera difficile. 
La mentalité de Javier Aguirre est positive. C'est un homme d'expérience qui croit en ses joueurs, et qui peut les porter loin.

Comment expliquer que le Mexique n'obtienne pas en football les résultats de ses lutteurs ?


Nous les lutteurs mexicains, on a cru en cette phrase : la lucha libre mexicaine est la meilleure du monde. Et désormais, c'est la réalité. On a triomphé partout, en Europe, aux États-Unis. Alors, les Mexicains se demandent pourquoi on ne trouve pas 11 excellents joueurs parmi plus de 100 millions d'habitants. La mentalité autour du football est néfaste, on ne se croit pas assez bons pour triompher.

Pourquoi selon toi ?


Au Mexique, on ne sait pas travailler en équipe. Pourtant, on a du talent pour le sport, comme on le prouve en lucha libre, ou comme les réussites d'Ana Guevara en athlétisme, de Lorena Ochoa en golf, et bien évidemment de nos boxeurs le prouvent. Les footballeurs qui sont partis, comme Hugo Sanchez ou Rafa Marquez, ont connu la réussite. Les Mexicains ont ce défaut d'être envieux de la réussite de l'autre. On ne supporte pas qu'un individu se détache. Hugo Sanchez à Madrid, l'équipe travaillait pour lui, l'équipe voulait qu'il soit le meilleur. Mais avec la sélection, il n'a rien fait d'extraordinaire.

De fait, la Lucha Libre est devenu un symbole du pays, à l'inverse du foot...
 El Santo avec son cinéma a exporté cette imagerie à Paris, Madrid, Lisbonne...


Cela a plu. Il a ouvert les portes à la lucha libre. Il avait ce charisme, cette connexion avec le public propre aux plus grands, comme Pelé, Maradona, ou Sinatra. Après, en combattant dans le monde, les lutteurs ont rencontré la reconnaissance. Ce sport, ce spectacle, fait partie de notre culture populaire et est devenu un symbole à l'extérieur. Quand tu vas au Mexique, tu ramènes un sombrero, une bouteille de tequila, et un masque de lutteur.

Quel joueur de la sélection verrais-tu bien sur un ring ?


Memo Ochoa, le gardien. Il sait se défendre quand arrive un adversaire, et est assez agile pour le renverser. Si Oscar Perez est bien le portier titulaire, je serai déçu, non pas parce que Memo est mon ami, mais parce que je crois que son heure est venue. Cuauhtémoc Blanco ne dépareillerait pas non plus sur un ring. Son style serait plus offensif, agressif, il donnerait des coups et ne prendrait pas en compte les mises en garde des arbitres. Ce serait un lutteur difficile à domestiquer. Et puis je pense aussi au “Chicharito”. Avec son visage poupon, il serait ce petit jeune technique qu'aiment les gens. Un lutteur joyeux qui inspire confiance. J'ai souvent rencontré des joueurs et même Javier Aguirre, il y a de l'admiration mutuelle entre nous.

Un mot sur France-Mexique ...



Franchement, je ne connais pas bien votre sélection, mais j'aime beaucoup la France. Si je devais vivre quelque part, ce serait à Paris. J'aime ce pays, ses gens, sa langue, ses femmes, sa culture. J'ai
 d'ailleurs eu l'opportunité de lutter au carrousel du Louvre, et l'ambiance était vraiment impressionnante. L'année prochaine, il est possible que je lutte sous la Tour Effeil. La lucha libre est populaire en France, en revanche vos lutteurs n'ont pas l'occasion de combattre assez souvent pour progresser. Je sais que le fameux lutteur de la WWF André le Géant (2,24m, 240 kilos) était Français. Mais si aujourd'hui une équipe mexicaine rencontrait les Français on leur mettrait 10 à 0.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0