Javi Martinez file à l'allemande

Le suspense devenait lourd. Après des semaines de tractations, le feuilleton rocambolesque de l'été touche à sa fin : Javi Martínez quitte enfin l'Athletic Bilbao pour s'engager avec le Bayern Munich. Montant de l'opération : 40 millions d'euros, cash. Le transfert le plus cher de l'histoire de la Bundesliga.

Modififié
11 31
On peut tout dire sur Bild: que le contenu est naze, racoleur (normal, pour un tabloïd), écrit dans un allemand relativement simple avec des titres à la police démesurée pour toucher (choquer?) un maximum de gens. Oui, ce journal que l’on pourrait qualifier de populiste, misogyne, homophobe, proche du Vatican, incendiaire, devenu l’organe de presse préféré du Bayern (enfin, celui de Uli Hoeness) n'a peut être qu'une qualité, c’est d’être toujours aux premières loges pour les scoops. Les Bild-Reporters sont partout. C’est ainsi qu’Alfred Draxler, « dans la matrice » depuis 1978, avait sorti le 15 août en fin d’après-midi une information cruciale pour l’édition 12/13 de la Bundesliga: l’arrivée imminente de Javi Martínez, le crack de l’Athletic Bilbao, au Bayern Munich. Bild et Aldred Draxler ne s'étaient pas trompés…

Opération commando

Après 40 jours de spéculations, de rumeurs, de déclarations, de démentis, de coups de pression et surtout d'attente, le dossier Javi Martínez s'est soudain emballé la nuit dernière. Pour terminer en beauté le feuilleton de l'été, le scénario a été préparé aux petits oignons. Après un court entraînement à Lezama, sans en informer ses dirigeants, tel un agent secret ou une rock star, le petit Basque s'engouffre dans une grande berline noire direction l'aéroport de Bilbao où l'attend un avion privé affrété spécialement par le club bavarois. Malgré l'heure tardive d'arrivée en Allemagne, Javi Martínez est attendu par une nuée de photographes et de journalistes. Rebelote, berline noire, arrivée au siège du Bayern. L'Ibère sort, protégé de la pluie et des flashs par un grand parapluie. Flanqué de sa conseillère Margarita Garay et de deux autres acolytes, il pénètre rapidement dans le bâtiment vitré où il a rendez-vous avec Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, médecin du Bayern, pour passer les examens médicaux préalables à sa signature. Il est précisément 3h42 du matin quand la vedette quitte les locaux des vice-champions d'Europe. Après une courte nuit, l'escouade reprend l'avion, direction l'aéroport de Torrejón, puis le siège de la LFP espagnole pour aller déposer le précieux chèque de 40 millions d'euros, montant de la clause libératoire du joueur. A cette heure précise, Javi Martínez n'est officiellement plus un joueur de Bilbao. Cette dernière formalité administrative passée, le Bayern peut jubiler, il tient sa recrue phare. De son côté, l'Athletic n'a plus que les yeux pour pleurer.

Martinez flingue la fermeté de Bilbao

Avant l'accélération des dernières heures, l'opération semblait pourtant avoir du plomb dans l'aile. Il y a quelques jours, Antonio Sanz niait encore tout en bloc. « C’est un mensonge complet, il n’y a pas de négociation entre les deux équipes tout simplement parce que l’Athletic Bilbao n’a pas envie de négocier. […] Je n’ai jamais entendu que le Bayern avait mis 40 millions d’euros sur la table. Javi Martínez jouera à l’Athletic Bilbao cette saison  » , avait ainsi assuré l’agent du joueur au journal Tz pour éteindre l'incendie allumé par Bild. Mouais... Sanz doit être dur de la feuille. A moins qu'il n'ait tout simplement été mis de côté pour gagner du temps. Il faut dire que tout est allé tellement vite que personne n’y a cru, sauf les dirigeants bavarois. En effet, les négociations étaient encore au point mort il y a quelques jours. Du côté de Bilbao, le disque était rayé: «  40 millions, 40 millions, 40 millions…  » . Trop cher. « Indécent » , même, pour l’entraîneur du Bayern Jupp Heynckes. C’était sans compter sur la volonté du joueur. Lui voulait venir. Bien sûr, Bilbao, c’est la famille, la maison. Mais à force d’entendre son nom à gauche à droite, le petit (1m90) a fini par s'imaginer chez les grands, quitte à se faire traiter de « bâtard » , de « traître » et de « mercenaire » pendant deux semaines.

Une folie bavaroise tout à fait calculée

Le joueur était donc chaud. Restait cependant à convaincre le club. Un bordel sans nom. « 40 millions, 40 millions…  » . Oui, ça va, on a compris. Face à la rigidité (pour ne pas dire l'entêtement) des dirigeants de Bilbao, Uli Hoeness a beau gueuler, il n'a pas vraiment le choix, il faut aligner les mallettes de billets violets ou rentrer bredouille. C'est maintenant chose faite. Mais là encore, des explications sont nécessaires. Grosso modo, le Bayern offrait 30 millions, maximum. Javi Martínez était tellement bouillant pour venir qu’il a préféré renoncer à deux millions de salaire annuel sur ce que lui proposait le Bayern. Étant donné que les Bavarois lui offraient un contrat de cinq ans, ça faisait une économie de dix millions d’euros sur le salaire. Du coup, Hoeness, Sammer et compagnie avaient de la tune supplémentaire à « investir » , et boum, voilà les 40 millions d'euros sont sur la table. Voilà aussi comment le Bayern recrute un jeune Espagnol de bientôt 24 ans, qui peut jouer aussi bien milieu défensif que défenseur central. Bref, ce n’est pas un hasard si Javi Martínez a signé dans un club qui a pour plus grand joueur un certain Franz Beckenbauer et un directeur sportif qui s’appelle Matthias Sammer.

A peine signé que les mauvaises langues se délient déjà : 40 millions, le plus gros transfert de la Bundesliga, c'est une folie ! Un peu de calme. Pour commencer, l’argent que les Bavarois ont viré sur le compte des Basques, c’est du « vrai argent » , pas des obligations sur trois ou cinq ans. Peu de grands clubs peuvent en dire/faire autant. Ensuite, oui, c’est le plus gros transfert de Bundesliga. Si l’on prend juste les dix dernières années, ce fut le cas avec Roy Makaay (saison 03/04), Franck Ribéry (07/08) et Mario Gómez (09/10). Et alors ? Uli Hoeness n’a pas pour habitude de jeter sa maille par les fenêtres. S’il investit autant sur le jeune Espagnol, c’est pour récupérer son bien, le saladier de champion. Quand Stuttgart a remporté le championnat en 2007, Ribéry est arrivé pour 25 millions, le Bayern a fini champion l’année suivante. Quand Wolfsburg a remporté le championnat en 2009, Gómez est arrivé pour 30 millions (et Robben pour 24), le Bayern a fini champion l’année suivante. Alors avec un Javi Martínez à 40 millions, ça devrait le faire. Surtout que le dernier Basque qui est passé par la Bavière a laissé un excellent souvenir : il s’appelle Bixente Lizarazu.


Par Ali Farhat et Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 3
A 40m € j'espère que la carotte est offerte..
Dommage, Javi Martinez ne pourra plus prendre de plaisir avec Xavi.
Vivement les retrouvailles en LdC.
Et Bilbao le remplacerait par qui?
On ne peut être qu'admiratif face à une telle gestion d'un club.
Arsenal est aussi dans le meme type de bonne gestion financière, mais cest un peu plus le bordel sportivement.

Et la en plus ils recrutent un joueur qui certes ne vaut pas 40 M, mais qui réduit son salaire par rapport à ce quon lui a proposé pour venir, donc motivé et bonne mentalité!
gunners25 Niveau : DHR
Comme quoi y'a pas que les qataris qui se prennent des bonnes grosses carottes à coup de 40M€ pour des joueurs non confirmés

En tout cas il doit être Javi de son transfert
Je rajouterais que dans cette histoire, les bavarois sont les Javi de la crèche.
Autant je comprends parfaitement Fernando Llorente, qui a 27 ans et à qui il ne reste qu'une année de contrat, lorsqu'il dit qu'il veut quitter Bilbao. Autant j'ai un peu plus de mal à comprendre la détermination de Javi Martínez à quitter Bilbao alors qu'il aurait pu se laisser un peu plus de temps... J'espère seulement que la pression sur ses épaules ne le fera pas dérailler, parce que quand même arriver à ce prix-là il a plutôt intérêt à être bon tout de suite. Il a pris un risque, espérons pour lui que cela sera payant... Pour Bilbao, ils perdent un excellent joueur, mais en même temps il vaut mieux qu'ils soient fixés, parce qu'en ce moment l'ambiance est délétère. Et peut-être qu'avec cet argent ils pourront recruter Beñat?
Cher ou pas, les 40M le Bayern les a pour de vrai sur son compte en banque, pas comme l'argent virtuel du Real, car le Bayern c'est le club le mieux géré au monde.
Est ce qu'un seul journaliste français, sait par quel tour de passe passe juridique ils ont pu faire faire une visite médicale au joueur sans l'accord de Bilbao (selon le site officiel de Bilbao).... car si j'ai bien compris les déclarations de Hoeness Rummenige et Sammer, ce n'est pas tant sur le montant que sur les litiges juridiques entre la clause libératoire et les règlements UEFA et FIFA que portait l'hésitation du Bayern (en gros cela fait 2 semaines que les avocats se sont lancés à la recherche des solutions juridiquement acceptable).

Moi je vois que 4 hypothèses:
-Contrairement à ce que Bilbao affirme sur son site internet, ils ont en douce glissé un accord écrit au Bayern (avant hier encore Sammer expliqué qu'ils en avait besoin), et maquille le truc en on nous l'a fait dans le dos, pour paraitre correct vis à vis des supporters...
- Les avocats bavarois ont trouvé une faille sur à 100%, qui mets le bayern hors d'abris.
-le Bayern a pris le risque que Bilbao porte l'affaire devant l'UEFA
- ils ont tous finis bourrés à l'anniversaire d'Hopfner (le monsieur finance du Bayern qui fétait ses 60 ans hier, dont 30 ans de travail au Bayern... en gros le génie économique du football, qui fait que le Bayern est là où il est aujourd'hui (PS: un petit article aurait été intéressant).) et du coup on pété les plombs et se sont dit on em*** bilbao...

Enfin il y a un truc pas clair...
euh...hors d'atteinte juridique plutôt...
Sinon concernant le montant, le Bayern ne s'est jamais planté pour un transfert au dessus de 20 millions... (Ribery, Neuer, Robben et Gomez...)... Gomez a plus ou moins raté sa première saison mais ils lui ont maintenu la confiance...

la cellule de scouting du Bayern est compétente, tous les dirigeants connaissent très bien le football, à mon avis le risque est clairement calculé...
corinthians Niveau : DHR
Bon, le certitude c'est qu'il va apporter une vraie touche au milieu ... Entre schweini,Kroos et Muller, ca va faire mal ...Elle a de la gueule cette equipe ... Le Bayern c'est vraiment l'exemple à suivre niveau gestion et transferts ..
Plasil Power Niveau : CFA
@Fifi-75
Arsenal est dans le même type de gestion financière?
Euh, oui si on veut on peut dire que les gunners peuvent claquer demain 30M pour un transfert avec du vrai argent, mais il faut préciser qu'ils on cet argent en vendant leurs meilleurs joueurs tous les ans!
Le transfert de Martinez n'est lui pas payé avec l'argent de la vente d'un nasri, fabregas, song ou RVP bavarois à ce que je sache.
Excuse moi de voir donc une légère différence entre la gestion financière du bayern et des gunners...
le bayern a maintenant : une attaque de feu, encore renforcée. un milieu que peu de clubs en europe ont, et bon une défénse un peu bof. rien à ajouter sur la gestion du Bayern.
@ilovebayern, je pense que le Bayern a bien orchestré son coup en "aidant" bilbao a gardé la face (les déclarations d'hoeness sur leur forte tete mais en meme temps "respect") et leur facon assez inhabituelle a etre visible et endosser le role de responsable du transfert.
Plasil Power, tu te gourre... Arsenal et le Bayern sont deux clubs qui ont de très gros revenues, le bayern je ne sais pas trop comment, mais Arsenal à d'importants revenus grâce au stade et à un bon paquet d'appartements qu'ils possèdent et qu'ils louent. Après il y a d'autres choses, sponsors, namming, etc...

Arsenal et le Bayern sont les deux clubs les mieux gérer au monde, mais le Bayern est loin devant car eux sont toujours blindés sportivement (même si la Bundesliga est tout de même moins difficile que la PL), grand respect pour le Bayern.

Sinon j'espère que le Bayern ne se trompe pas sur Martinez, perso le joueur qui m'impressionne le plus à Bilbao c'est plutôt Muniain, mais bon un milieu Schweini, Martinez, Kroos ca a de la gueule, mais par pitié l'entraîneur du Bayern, arrête de foutre Kroos en milieu défensif bordel c'est pas son poste !!!
Personne ne peut remettre en cause la cellule recrutement de munich...

par contre, on peut remettre en cause leur cellule communication... parce que dire que les autres achètent des joueurs bien trop chers et payer 40 million un bon joueur mais qui n'est jamais sorti du cocon basque et n'a jamais connu la pression énorme qui pèse sur les épaules des mastodontes européens bah c'est un peu amusant...

javi martinez est un bon joueur mais va falloir voir comment il vit le changement de dimension et le championnat allemand qui est très puissant et ou leu jeu est bien plus "direct" qu'en espagne
@Zhenord, je pense d'ailleurs que Ali alias Shevagoal pourrait faire une article sur les revenus du Bayern et son modele economique mais en gros:
Stade énorme, ultra moderne et quasi remboursé de 70 000 places remplis a l'année, 2 finales de championsleague en 3 ans, droits TV importants.
Club dominateur depuis son arrivée dans l'élite depuis 35 ans. et a la base concurrence aléatoire dans son propre championnat.
Oui j'aimerais bien un article sur les clubs les mieux gérer économiquement comme le Bayern, Arsenal, ou d'autres. Ca changerait d'être articles sur les gros riches.
@zhenord, Arsenal et le Bayern sont très riches, mais ne dépensent pas ce qu'ils n'ont pas comme le real ou le barca, ou ne profite pas de manne de riches "papa" comme le PSG ou city.
les Qatari en allemagne ce serait d'ailleurs impossible puisque 51% du capital du club doit etre possédé par une entité allemande
Par gros riches, je voulais parler des clubs style Chelsea, City, PSG, etc j'aurais du préciser.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
11 31