1. //
  2. // 33e journée
  3. // Celta Vigo/Real Madrid

James, le four et le moulin merengue

Malgré un statut de meilleur buteur du dernier Mondial, l'arrivée de James Rodríguez à Madrid a laissé sceptique de nombreux observateurs, Carlo Ancelotti en tête. Huit mois plus tard, l'ascension du Colombien est fulgurante, à tel point qu'il est devenu la pièce angulaire des offensives merengues.

Modififié
26 15
Glissé entre quelques photographes et membres de la direction merengue, Fernando Carrillo se plaît dans la loge d'honneur du Santiago-Bernabéu. En ce 22 juillet, la Colombie est à la fête dans le temple madridista, et son ambassadeur en Espagne est accueilli en VIP. Nouveau joyau de la couronne blanche, James Rodríguez régale l'audience présente de son sourire aux dents blanches. Florentino Pérez, toujours à ses côtés, souffle quelques mots doux à l'oreille de ses proches et s'en va féliciter ledit señor Carrillo. En une poignée de mains, le transfert le plus onéreux de l'été madrilène prend des airs de super coup merchandising et d'allié diplomatique. Carlo Ancelotti, seul dans son bureau de Valdebebas, sent lui le cadeau empoisonné et prévoit un mal de tête de quelques semaines. Près de neuf mois après son arrivée, cette migraine s'est transformée en solution miracle. À la baguette, au service et à la conclusion, James Rodríguez régale coéquipiers et spectateurs. Et un Carletto, pour qui le Colombien, dont « nous connaissions tous les qualités » , « a surpris tout le monde » . Y compris le principal intéressé.

Rookie of the year et mister double-double


De mémoire d'aficionado du Chamartin, l'idylle avec James Rodríguez prend racine le jeudi 20 août, à minuit pile - à cette période de l'année, la LFP espagnole ne trouve rien de mieux que de programmer des matchs à 23h… En remplacement d'un Cristiano Ronaldo au genou bancal, le Colombien s'étrenne devant un Bernabéu crispé : l'Atlético Madrid et son maillage défensif condamnent les Merengues à un exploit individuel. À la récupération d'un cafouillage, le Colombien envoie une frappe du droit et défriche le tableau d'affichage. Après cette banderille inaugurale, quatorze vont suivre. Parmi elles, quelques golazos qui alimentent la rubrique des highlights, dont une reprise aérienne somptueuse face à Grenade. Idem, ses caviars se comptent à la dizaine - onze, très exactement. Bref, en un peu moins d'une saison, le prodige de Cucuta a déjà rentabilisé un transfert à 80 millions d'euros et convaincu son président du bien-fondé d'un tel investissement. Plus que ce double-double à l'assistance et à la finition, ses chiffres lui promettent également le statut de meilleur débutant de la Liga.

Ces quelques lignes statistiques, gadget arithmétique, racontent surtout que le Cafetero a réussi à apprivoiser le monstre blanc à une vitesse supersonique. « Il s'est intégré très rapidement à ce nouvel environnement » , rabâche à longueur de conférences de presse Carlo Ancelotti. Le pari était pourtant de taille. Recruté alors qu'Ángel Di María était encore loin de prendre sa valise pour Manchester United, aucun poste ne lui était promis. Une situation qui fleure le déjà vu pour l'intéressé. « James se sent plus à l'aise à une position de dix, explique Julio César Falcioni, son premier entraîneur de Banfield. Mais parfois, on le mettait en pivot pour la sortie de balle ou sur le côté gauche. Tout ça pour qu'il apprenne d'autres postes. » Ces multiples changements juvéniles lui permettent à chaque fois de s'acclimater à de nouveaux championnats, de nouveau entraîneurs. De Banfield à Monaco en passant par Porto, James parfait son apprentissage de tous les postes offensifs, celui de pointe mis à part. Au Real Madrid, les aléas du mercato le pressent de s'intégrer au milieu de terrain de Carlo Ancelotti.

« James était celui avec le plus d'obligations défensives »


Avec le départ du gobelin argentin, suivi de celui de la barbe rousse de Xabi Alonso, la tâche qui incombe au Colombien s'avère plus complexe. Il s'attèle alors à compenser la générosité et l'équilibre jadis offerts par Di María. Là encore, James peut puiser dans son passé footballistique. Ce dont se rappelle Jesus Barrios, entraîneur d'Envigados qui a lancé dans le bain professionnel la pépite : « Nous avons gagné deux tournois de suite et obtenu la montée. Nous jouions alors avec deux milieux défensifs, deux ailiers organisateurs et deux pointes. James était l'un de ses ailiers, mais celui avec le plus d'obligation défensive. Quand nous perdions la balle, il devait former une ligne de trois avec les deux milieux » . Aussi doué techniquement qu'affable dans l'effort, James s'en va jusqu'à sacrifier son cinquième métatarse début février. Additionnée à l'absence de Modrić, celle du Colombien désarçonne le Real. Moins créative, plus stéréotypée, l'équipe d'Ancelotti s'en remet à espérer un retour rapide de son milieu. Son come-back, il l'effectue avec un doublé face à Grenade, avant de déséquilibrer l'Atlético en quarts de finale. Costaud.


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

grenouillère_amer Niveau : District
Jamessé impressionnant, colombien il en a mis des buts.

Pardon j'ai vu Chouchou hier.
Par contre on sait toujours pas comment se prononce son prénom : Rames, Khames, Djémes, DjéDjé, Djédjé Okocha
Don't mess with Tonygoal Niveau : DHR
La "pièce angulaire"? C'est Jean Claude Convenant qui a écrit l'article?
Je ne doutais pas de son talent mais plus de son adaptation d'un nouveau système, étant plutot sur un côté au milieu de terrain. Son meilleur poste reste l'axe juste derriere l'attaquant, mais dans le 4-3-3 de Porto il a le plus souvent évolué comme ailier. En plus de sa vista et de sa technique tres sûre, il a c'est vrai du coffre pour faire également les efforts défensifs. Dans ce Real préférant le jeu vertical, il apporte plus qu'un Isco par exemple, qui a besoin de beaucoup de touches avant de distribuer le jeu. Et apres un période où on le sentait timoré, il n'hésite plus à prendre ses responsabilités dans le jeu.

Le prix de son transfert reste exorbitant mais sa première année est une vraie réussite.
Le milieu James-Kroos-Modric-Isco de la première partie de saison était quand même de toute beauté! Tout le monde attaquait, tout le monde défendait, peu de déchet technique. Assez impressionnant de voir 4 meneurs de jeu en même temps.
Frenchies Niveau : CFA
j'ai longtemps trouvé qu'il était perdu ... quand tous les cadres sont là (et en forme) le real n'a pratiquement pas besoin de lui quoi !!

il a beau être à son niveau, la BBC a besoin de milieux dédiés qui lâchent vite, hors James joue de temps en temps pour sa gueule (comme au mondial où il tente tout).

c'est surtout avec la jolie méforme collective de janvier/fevrier qu'il est apparu comme étant "une arme de plus" (voir l'arme principale "qu'il reste").

Il devrait pousser Bale vers la sortie et le real en 4-4-2 (dépend si CR7 arrive à être bon avec "moins d'espace") ... car sa technique (ajoutée à celle d'un kroos et d'un modric voir isco) fait que le real "tiens le ballon" et l'avantage principal de la BBC (mais avant tout de CR7) étant de jouer la profondeur le "contre" = l'effet pervers d'avoir trop de tripotteurs "au milieu" (Benzema en 9 étant déjà suffisant) et bien que si cela désert la BBC (et par conséquent le triple ballon d'or) ... c'est contre productif à mort.

Les fan du real, seront fiers d'avoir une équipe plus "joueuse" (enfin plus dominatrice) et c'est pas moi qui en tant que fan du barca va dénigrer ça !

Mais c'est bien surprenant d'avoir autant décider de changer le style qui les a conduit à la décima ... au barca on n'a pas changé une recette qui gagne, résultat 2009/2011 !
(bon une sacré chance aux tirages au sort aura aider le Real à ne jouer le titre une seconde fois en 2 ans pratiquement qu'avec une finale -_-)
Henryroidupointu Niveau : District
J'avoue que j'étais vraiment sceptique , je trouvais même que c'était un beau coup de la part de Monaco ( même si ça l'est quand même ).
Il faut quand même voir ce que ça va donner dans les matchs couperets contre la juventus et peut être la finale , s'il porte le réal ou s'il reste en retrait
Pourquoi Hitler a-t-il hésité avant d'envahir les Pays-Bas?
Message posté par Frenchies
j'ai longtemps trouvé qu'il était perdu ... quand tous les cadres sont là (et en forme) le real n'a pratiquement pas besoin de lui quoi !!

il a beau être à son niveau, la BBC a besoin de milieux dédiés qui lâchent vite, hors James joue de temps en temps pour sa gueule (comme au mondial où il tente tout).

c'est surtout avec la jolie méforme collective de janvier/fevrier qu'il est apparu comme étant "une arme de plus" (voir l'arme principale "qu'il reste").

Il devrait pousser Bale vers la sortie et le real en 4-4-2 (dépend si CR7 arrive à être bon avec "moins d'espace") ... car sa technique (ajoutée à celle d'un kroos et d'un modric voir isco) fait que le real "tiens le ballon" et l'avantage principal de la BBC (mais avant tout de CR7) étant de jouer la profondeur le "contre" = l'effet pervers d'avoir trop de tripotteurs "au milieu" (Benzema en 9 étant déjà suffisant) et bien que si cela désert la BBC (et par conséquent le triple ballon d'or) ... c'est contre productif à mort.

Les fan du real, seront fiers d'avoir une équipe plus "joueuse" (enfin plus dominatrice) et c'est pas moi qui en tant que fan du barca va dénigrer ça !

Mais c'est bien surprenant d'avoir autant décider de changer le style qui les a conduit à la décima ... au barca on n'a pas changé une recette qui gagne, résultat 2009/2011 !
(bon une sacré chance aux tirages au sort aura aider le Real à ne jouer le titre une seconde fois en 2 ans pratiquement qu'avec une finale -_-)


yep
par contre "bale vers la sortie" euh non je crois pas ,bale c'est le joujou de perez a 100 millions donc donc titulaire indiscutable.
le real de la chance au tirage c'est facile de dire ça après les résultats (cf l'atletico je t'avoue que personnellement je voyais pas le real passer) et vu les blessures au bayern je me demande qui est le plus verni(conditionnel car c'est les résultats qui jugeront paradoxalement) real ou barca
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par CR7LEO


yep
par contre "bale vers la sortie" euh non je crois pas ,bale c'est le joujou de perez a 100 millions donc donc titulaire indiscutable.
le real de la chance au tirage c'est facile de dire ça après les résultats (cf l'atletico je t'avoue que personnellement je voyais pas le real passer) et vu les blessures au bayern je me demande qui est le plus verni(conditionnel car c'est les résultats qui jugeront paradoxalement) real ou barca


ah beh là c'est clair que les blessures vont peut être permettre au barca de tuer la demi dès l'aller, façon PSG au parc (où les absences ont aussi peser lourd...)

mais dans les blessures, y a pas uniquement cette part de "chance" des tirages ... qui font que se taper shalke derby juv ... c'est quand même autre chose que city paris bayern quoi -_-

après "y a une justice" comme on dit ^^

(et j'enterre la juve, parce que j'attendais d'être agréablement surpris par l'atletico, que le 4-0 soit pas un feu de paille et résultat ? 0 but en 2 matchs et pratiquement d'avantage de tirs...)
Shevchenko Niveau : CFA2
J'ai l'impression que chaque mois, c'est un joueur différent "LA pièce angulaire" de l'équipe : Benzema, Isco, Kroos, Modric, James, Khedira (non, ça c'est pour rire. Même si certains l'ont pensé)...
Message posté par Nobody1
Le milieu James-Kroos-Modric-Isco de la première partie de saison était quand même de toute beauté! Tout le monde attaquait, tout le monde défendait, peu de déchet technique. Assez impressionnant de voir 4 meneurs de jeu en même temps.


C'était magique en effet! Avec ce milieu là, Benz et CR devant, le Real a un vrai équilibre et surtout peut écraser l'adversaire sur son terrain
Loco Meireles Niveau : District
Vas y Marcelo,mais lève le ton poing bordel.
Huracán Quiteño Niveau : District
Message posté par waitforit1
Par contre on sait toujours pas comment se prononce son prénom : Rames, Khames, Djémes, DjéDjé, Djédjé Okocha


Pourtant c'est pas très difficile :
1)Soit on prononce ce qui est écrit, dans notre habitude francaise et du coup c'est "James" comme dans "James Bond 007". Mais vu que le mec est Colombien et pas ricain ou angliche...
2)On prononce à l'espagnol, c'est à dire "RAMES". En Espagnol le "j" (la jota) se prononce presque comme notre "r" francais, en moins marqué cela dit. Un "r" soft en quelque sorte.

MAIS!
Si on fait ca pour l'ami James, faut le faire pour les autres, n'est-ce pas?
Donc, par exemple, on dit :
"Lavessi" pour Lavezzi. Les Argentins disent "Pissa" pour "Pizza"
"Macherano" pour Mascherano (et pas "Maskerano").
"Sabaleta" pour Zabaleta, idem que pour le Pocho.

Et là où ca se complique encore plus, dans les exemples que je donne...
-Les Espagnols diront "Zabaleta" avec leur Z d'Espagne, qui n'existe pas en Amerique Latine.
-Les joueurs latinos d'origine italienne (Lavezzi et Mascherano par exemple) peuvent avoir leur nom prononcé à l'italienne (ce que l'on fait en France en fait). Mais eux ne le disent pas ainsi...

Bref, à chacun de dire comme il préfère. Mais si on respecte la manière dont chaque joueur prononce son propre nom, on dit "Macherano" (prononciation argentine) et pas "Maskerano" (prononciation italienne)... même si a la base ce nom de famille est bien italien.

Du coup attention milliards de nouvelles blagues possibles avec l'ami La Vessie.

Et désolé pas de cédille sur ces claviers. En tout cas pas trouvé
Dieudoquenelle Niveau : CFA
Ou comme pour Biglia, qui en italien (car c'est un nom italien) devrait se dire Bilia, mais qu'on prononce bien avec le "g" car italien d'origine certes mais argentin surtout !!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
26 15