Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Real Madrid-Valence

James, l’an zéro

Débarqué avec un statut de meilleur joueur du Mondial, confirmé par un premier exercice merengue séduisant, cette saison devait être celle de la consécration pour James Rodríguez. Après neuf mois d’errance, le constat est amer : plus qu’une chute, le Colombien a coulé. Autopsie.

Modififié
Les gyrophares illuminent la route, la sirène déchire le silence matinal, et la scène attire, forcément, les objectifs de quelques photographes amateurs. Au volant de son bolide allemand, également sponsor et offerte par le club, James Rodríguez entre pourtant à toute berzingue dans la Ciudad Real Madrid. Une fois l’entrée franchie par le Colombien, les agents de sécurité décident, eux, de bloquer la voiture banalisée de la police madrilène. Une situation grotesque, inouïe même, qui ne tarde pas à truster les actualités espagnoles et à s’installer dans les coursives du tribunal de la capitale. Coupable d’un délit de fuite après un excès de vitesse à 200 km/h, le Merengue perd plus que 10 400 euros d’amende : il abandonne sa crédibilité aux oubliettes des faits divers. Même si Zidane ne cesse de répéter face caméra que « James reste un joueur très important » , l’intéressé entame désormais toutes les rencontres depuis la guérite. Un remplaçant de luxe, donc, qui occupe le dernier strapontin de la hiérarchie des milieux de terrain madridistas. Retour sur une descente aux enfers inattendue, entre hygiène de vie discutable, mental faillible et communication défaillante.

James : « C’est pour ceux qui disent que je ne suis pas en condition »


En mai dernier, le licenciement de Carlo Ancelotti méduse toute la nébuleuse du madridismo. Des journalistes pro-Real aux supporters merengues, toutes les strates de la Maison-Blanche demeurent circonspectes. Idem, le vestiaire blanc ne tarde pas à afficher son mécontentement via ses capitaines Ronaldo et Ramos. Pour l’Italien, les tracas conduisant à son éviction débutent quelques mois plus tôt, à l’aube du printemps, lorsque Modrić et James, pistons et cautions talentueuses du centre du pré, se pètent. Des blessures décisives puisqu’elles désarçonnent le collectif si bien huilé par Don Carlo, et insistent sur l’importance prise par le Colombien en l’espace d’une saison au Bernabéu. L’arrivée de Rafael Benítez sur le banc madridista change, pour ainsi dire, du tout au tout la situation du Pichichi du Mondial brésilien. Dans un schéma plus strict, où l’ordre prime sur la création, il alterne entre une place de relayeur dans le onze et celle de coupeur de citrons sur le banc. Pourtant titularisé lors du Clásico, il offre une performance correcte, mais reçoit, dans l’intimité du vestiaire, les foudres de Benítez : « Il y a des joueurs qui sont meilleurs que toi ! »

De cette sortie révélée par As découle une guéguerre entre les deux hommes par médias interposés. Une situation précaire pour le joueur qui cache son manque d’entrain sur le pré derrière les problèmes de l’ancien manager de Liverpool à souder son vestiaire. Durant un intermède avec la sélection des Cafeteros, il n’hésite pas montrer les muscles : « Quand je ne suis pas avec la sélection, je souffre beaucoup parce que je veux toujours aider. Il y a eu une action durant laquelle j’ai démarré à fond avant de courir pendant 45 mètres. Ça, c’est pour ceux qui disent que je ne suis pas en condition. » Une sortie en forme de réponse aux médias castillans qui expliquent son faible rendement par une hygiène de vie loin d’être professionnelle et un surpoids sur la balance de quelques kilos. Benítez, pour sa part, préfère justifier la mise au ban régulière du Colombien par son manque de sacrifice. Un traitement qui ne sied pas du tout à Florentino Pérez, principal instigateur du transfert de James et qui le considère comme un intouchable du onze. Le licenciement du natif de Madrid appelle donc un retour au premier plan de l’ancien Monégasque.

Barres de rire, huées du Bernabéu et départ prévisible


Ancien meneur de jeu de génie et fin connaisseur du microcosme merengue, Zinédine Zidane doit donc rendre à James Rodríguez son statut de quatrième larron derrière les composants de la BBC. Ou pas, donc. Car très loin de son meilleur niveau, le Colombien enchaîne les piètres performances et commence à être hué par un Bernabéu qui ne lui pardonne pas ses écarts de conduite - cf. l’épisode policier de Valdebebas. Chahuté, il trouve en son père son meilleur avocat : « Les blessures influent beaucoup, cela détermine qu’un joueur soit à son niveau. Et Ancelotti et Zidane sont des entraîneurs très différents. Qu’il ne joue pas en ce moment ne signifie rien, mais c’est évident que le changement d’entraîneur ne lui a pas fait du bien » . Des excuses qui passent d’autant plus mal auprès de l’aficion madrilène après l’épisode du quart de finale aller de Ligue des champions. Alors à l’échauffement dans l’antre de Wolfsburg, il ne cesse de se marrer pendant que le Real perd 2-0 et alimente un peu plus la machine à polémiques. Une attitude qui explique en partie sa petite dizaine de titularisations sous l’ère Zidane et un probable transfert l’été prochain. Un beau gâchis.

Par Robin Delorme Dans un bar ou chez des fans, tu veux voir ce match dans des conditions SO FOOT? Rejoins Super FC et télécharge l'application Android ou iOs.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8