Jack le Black: « Il manque des joueurs d'Île-de-France au PSG »

Jack le Black, c'est le gars dont tout le monde s'arrache les tee-shirts, dont certains collectors se trouvent même, désormais, chez Citadium. À 27 ans, le bonhomme a le sens du mix adapté à la culture visuelle, brassant sans complexe Chirac, Brel, La Haine, les skins de This is England et même le Barbès FC. Car il se révèle également un grand fan de foot, et pas comme n'importe quel hipster de 2013. Il vient du terrain, de la base et des heures passées à entraîner les mômes. Il rêve même de devenir agent. Dans son petit atelier au cœur du Sentier, il exhibe son dernier tatouage où trône en petit signe kabbalistique un discret « n°7 » , hommage codé à Cantona. Par terre roule un ballon de foot avec la mention « Val de Marne » ... Discussion bipolaire sur le Street Art et les centres de formation...

Modififié
69 30
Suivez Jack le Black sur Facebook

Tu es donc à la fois dans la mode et dans le foot...
Pour être précis, j'essaie de survivre dans le foot. En premier lieu, je veux y prendre du plaisir, ce qui doit faire sourire, car aujourd'hui qui peut y prétendre à part les amateurs ou les pros vraiment passionnés du truc comme il n'en existe plus trop, genre Thierry Henry ? J'étais coach, autour de mes 21 et 22 ans, pour les petits à l'ACBB, à Boulogne-Billancourt, puis à l'Entente Saint-Gratien. C'était plutôt plaisant. J'ai même entraîné le fils Thuram qui est aujourd'hui à Sochaux. C'est ainsi que j'ai pu rencontrer des gens autour des terrains et que j'ai pu filer des coups de mains à des jeunes que je trouvais très talentueux, mais pas forcément dans le collimateur des recruteurs. J'occupais un peu le rôle d'entremetteur entre certains recruteurs et certains joueurs. Ça a plutôt bien marché. La première personne que j'ai accompagnée s'est retrouvée au centre de formation de Lyon. Il s'appelle Waly Diouf, un jeune joueur de Nanterre que je trouvais énorme. Ce succès m'a encouragé à persévérer. Je ne restitue que le côté positif, j'esquive le négatif, mais je tente au maximum d'être pédago avec ces jeunes, de leur expliquer qu'ils doivent se protéger à l'école, se construire une ouverture d'esprit autre que sur le foot, orienter leur cerveau vers d'autres horizons que le ballon, et que finalement, cette démarche à l'extérieur pourra aussi les rendre plus forts sur le terrain. Le centre de formation ressemble malgré tout un peu à une prison, une prison magnifique certes, où les mômes entrent très tôt. Je voudrais leur apprendre à cultiver leur patience, à regarder des parcours atypiques comme celui de Valbuena…

Comment gères-tu cela à côté de ton activité dans la production de tee-shirts ?
J'ai commencé à bosser mes tee-shirts il y a cinq ans, mais ça a véritablement décollé il y a six ou sept mois. Or, je vais commencer ma quatrième saison dans le foot, et c'est ce qui me prend le plus de temps. J'ai un avocat mandataire sportif qui suit les garçons les plus âgés, qui ont 20 ans et qui évoluent en CFA. Perso, je suis conseiller sportif, je n'ai aucun titre particulier ni de diplôme, même si je me pose la question de passer celui d'agent. Je me dis que pour être protégé et pour avoir une crédibilité vis-à-vis des familles et des dirigeants qui te donnent ta chance, ce petit bout de papier de la FFF ne serait pas inutile, surtout si je veux grandir. J'en profite pour placer une dédicace à Pierrick Leber qui entraîne les U19 à Rouen !

Tu hésites entre les deux voies ?
Mon cœur balance entre les deux depuis toujours.

Justement, tes tee-shirts semblent complètement déconnectés de ton délire foot ?
J'ai commencé à 22 ans en étant très ambitieux et très sûr de moi. Mais je me suis lancé comme un boulanger qui ne savait pas faire de pain, sans la maturité dans les affaires. Je croyais en mes idées, c'est tout. Jack le Black constitue un mélange de Jacques Brel, de Mesrine, de Tati, de tous les grands Jacques français. C'est aussi une sorte de revanche, quand j'étais gosse, être un « Jacques » signifiait « has been  » . Tout mon taff se situe dans l'art du contre-pied, dans la réhabilitation de notre fond commun de culture générationnelle.

Mais avec très peu de références au foot...
Oui, tu as juste un modèle avec l'allusion au virage Auteuil. Car en bon Parisien qui se respecte, je suis pour le PSG, avec ses bons et ses très mauvais cotés. Je me suis battu avec mon deuxième moi pour fêter ce titre, par exemple. Je suis né en 1986, l'année du premier titre, c'est un signe, non ? Ensuite, j'ai vraiment commencé à suivre Paris en 1994 avec le second sacre. J'étais à PSG-Liverpool, 3 à 0 en 1997. J'adore évidemment Zlatan, mais je trouve qu'il manque des joueurs issus de l'Île-de-France dans cette équipe, quand tu vois la richesse qui y existe. Je pense à des gars comme William Gallas ! Ok, on chope trois Brésiliens, mais faudrait aussi placer sept Parisiens. Il y a une identité à représenter, non ? C'est mon côté utopique, peut-être.

Tu fréquentais les tribunes ?
Je n'étais pas abonné à Auteuil, mais j'ai toujours éprouvé une passion pour le virage. Mon père m'emmenait en K et j'y suis resté après. Je suis allé à Auteuil tout seul la saison dernière, mais c'est triste, il n'y a plus rien. J'ai essayé de pousser, j'ai même fini torse nu, sans grand succès. Ce qui est marrant, c'est que j'ai rencontré un supporter anglais qui était venu pour sentir l'ambiance, qui me racontait que les stades étaient encore plus morts chez eux. Quand tu penses à la vision que nous en avons ici : Millwall, West-Ham, etc.

Tu voulais réaliser une bâche à un moment, non ?
Oui, avec les Authentiks. Toutefois, ces gars, je ne les ai pas rencontrés au Parc, mais via le street art. Ce n'est pas illogique qu'on se rencontre d'ailleurs : le mec qui aime le PSG a forcément vue La Haine, il a connu Chirac et il doit traîner du coté de Pigalle… Pour moi, il s'agit d'une juxtaposition d'éléments qui forgent notre culture en tant que génération. D'ailleurs, pour ne pas oublier, je dirais : liberté pour les ultras ! Je voulais aussi remercier So Foot pour Génération supporters, j'ai bien voyagé grâce à ce livre.

Et puisque que tu bosses aussi du côté des joueurs, tu n'aurais pas également envie de connecter un peu plus les deux univers, d'apporter ton sens du style dans le vestiaire ?
Je trouve les footballeurs très beaux quand ils arrivent en Ligue des champions en blazer avec l'écusson du club, le fanion de la Juventus... Il y a de la rigueur dans le foot. Moi, je m'éclate trop dans le contre-pied, je n'ai pas assez ce côté Daniel Hechter. Je kifferais, en revanche, concevoir un maillot pour les jeunes des clubs que j'ai entraînés. Et j'aimerais bien, au passage, racheter en province un club en DH…

Quel serait le footballeur que tu rêverais de voir porter un de tes tee-shirts en ouvrant un mag, que ce soit WAD, Voici ou un autre ?
Aujourd'hui ? C'est malheureux, car je me rends compte qu'il faut que je réfléchisse. Alors que dans les années 90, là où se trouve le football qui me transporte, le choix était large... Je vais en vexer plus d'un, mais tant pis. Alors je dis Zlatan pour tomber dans la facilité, ou Blaise Matuidi, son coté jeune footballeur français ghétthoïsé « zarma » et qui éclate tout. Il y avait Yann M'Vila que j'adorais, mais clairement, le samedi by night, ce n'est pas pour lui! Les pros demeurent un milieu en soi. Le genre qui se rend au Millionnaire avec le gros diamant à l'oreille. En fait, je suis aussi là pour leur conseiller de se rendre dans de meilleures boîtes...

Quelques photos prises dans l'atelier de Jack le Black :




Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et le nouveau logo du PSG t'en penses quoi Jack ?
Assez street art pour toi?
c est ce que je trouve dommage pour Paris c est vu le vivier qu il y a en idf. Il devrait y avoir au moins 3 à 5 joueurs dans l'équipe type de Paris, mais bon c est pas avec les qataris que ça risque de changer.

Mamadou le dernier des mohicans
bigshaqdaddy Niveau : District
il manque un Anelka dans l'équipe, c'est ça? Euh, non merci.
mouai, Paris c'est United, c'est colors..
que tu sois Moldave, Tunisien ou Canadien si t'es bon t'as ta place dans l'équipe.
Paris c'est pas l'Espagne, içi y a pas de délires cocardiers.
Les "valeurs" liées à un quelconque déterminisne territorial ça sent pas bon.
Et l'IDF on s'en carre, c'est pas le banlieue st-Germain.
qui en a quelque chose à faire qu'un mec soit né au Val-fourré ou à Libreville?
On veut juste des titres!
" J'adore évidemment Zlatan, mais je trouve qu'il manque des joueurs issus de l'Île-de-France dans cette équipe, quand tu vois la richesse qui y existe. Je pense à des gars comme William Gallas ! "

-> On lui dit ou pas que William Gallas version 2006 et William Gallas version 2013 ça a un peu changé au niveau sportif ?

" Alors je dis Zlatan pour tomber dans la facilité, ou Blaise Matuidi, son coté jeune footballeur français ghétthoïsé « zarma » et qui éclate tout. Il y avait Yann M'Vila que j'adorais, mais clairement, le samedi by night, ce n'est pas pour lui! "

-> Mouai's, bof les arguments par rapport à Blaise ! Je sais pas vous, mais je le classerais pas dans la catégorie " zarma ", comme il dit. Il est pas du genre de Benzema, Ben Arfa, Ribéry, Ménez et consorts. Par contre M'Vila, un peu plus quand même. Quand j'y repense, quel gâchis M'Vila...
noëlflantier Niveau : District
Exemples Ménez et Ben Arfa, de l'Ile de France. Les mecs ont commencé dans des clubs qui n'étaient pas leur "club de coeur" et surtout, pas leur club de proximité. C'est dommage, parce qu'un mec qui joue dans sa ville au début, dans un environnement famillier, encadré, il y a surement moins de chances qu'ils partent en couill.es par la suite. Ils sont complètement désaxés ces gars. D'ailleurs, de leur génération, Benzema, qui a grandi à Lyon et y a joué, c'est sûrement celui qui est le moins paumé. Après, il y a Nasri en contre-exemple...
Donc ouais, c'est pas vraiment vérifié ce que je dis, mais je reste sûr qu'un gars qui a une enfance et une adolescence à peu près "normale" réussira mieux par la suite.
Bon, je suis HS, donc, oui, l'Ile de France c'est l'un des meilleurs vivier d'Europe, mais c'est pas le PSG qui l'exploite le mieux. Mais c'est cool, pour une fois, les flux vont vers la province (va te faire mettre, le modèle macrocéphale!).
Finalement l'article releve plus de la pub qu'autre chose.
Skoblardinho Niveau : DHR
Faudra aussi lui expliquer qu' il est belge, Jacques Brel
MYSTIKALITO Niveau : CFA2
Message posté par liddel
Finalement l'article releve plus de la pub qu'autre chose.


c'est exactement ce que je me suis dit.. Puis se balader avec un tee-shirt "fuck jaloux" non seulement c'est présomptueux (supposer que t'aies une vie suffisamment hors norme pour que les gens s'y intéressent...) mais en plus, tant qu'à passer une pancarte humaine, autant se balader avec un message autre qu'une rébellion pré-pubère...

Enfin, question de goût quoi
C'est moi ou tout les articles ou Sofoot interviewe un type sans rapport avec le football, ce dernier "supporte" automatiquement Paris.
MYSTIKALITO Niveau : CFA2
je suppose que tous les rédacteurs sont en région parisienne ?
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Oué il fait des T-shirt pour les mecs qui commentent sur l'Equipe en balançant des "vs zetes jalou" "lé rageu" quoi.

bof bof
Message posté par abbesses
mouai, Paris c'est United, c'est colors..
que tu sois Moldave, Tunisien ou Canadien si t'es bon t'as ta place dans l'équipe.
Paris c'est pas l'Espagne, içi y a pas de délires cocardiers.
Les "valeurs" liées à un quelconque déterminisne territorial ça sent pas bon.
Et l'IDF on s'en carre, c'est pas le banlieue st-Germain.
qui en a quelque chose à faire qu'un mec soit né au Val-fourré ou à Libreville?
On veut juste des titres!


Certes mais entre ça et le grand écart vécu cette année, y'a une marge et il n'est pas étonnant qu'un gus qui a entrainé des gamins en banlieue, trouve qu'il y ait un manque.
Message posté par noëlflantier
Exemples Ménez et Ben Arfa, de l'Ile de France. Les mecs ont commencé dans des clubs qui n'étaient pas leur "club de coeur" et surtout, pas leur club de proximité. C'est dommage, parce qu'un mec qui joue dans sa ville au début, dans un environnement famillier, encadré, il y a surement moins de chances qu'ils partent en couill.es par la suite. Ils sont complètement désaxés ces gars. D'ailleurs, de leur génération, Benzema, qui a grandi à Lyon et y a joué, c'est sûrement celui qui est le moins paumé. Après, il y a Nasri en contre-exemple...
Donc ouais, c'est pas vraiment vérifié ce que je dis, mais je reste sûr qu'un gars qui a une enfance et une adolescence à peu près "normale" réussira mieux par la suite.
Bon, je suis HS, donc, oui, l'Ile de France c'est l'un des meilleurs vivier d'Europe, mais c'est pas le PSG qui l'exploite le mieux. Mais c'est cool, pour une fois, les flux vont vers la province (va te faire mettre, le modèle macrocéphale!).


Gros vivier peut-être, "meilleur" je ne sais pas, ça reste du foot français...

Bref, le problème du jeune "chez lui", c'est que si son entourage est pourri... ben il va rester en contact avec. T'as beaucoup plus de chances que le gosse tourne mal.
Rien à voir mais juste une précision sur le "virage".
pendant très très longtemps, très peu ressentirent une identification au "virage".
comparativement au "kop" où le sentiment d'appartenance était hyper développé, le sentiment d'appartenance au virage se retrouvait très peu chez les gars des "groupes" (qui étaient plus supras, tigres ou lutece).
témoin de ce manque d'identification? peu de chants, peu de matos (meme si autre chose explique aussi cela...one day or the other).
je crois que la premiere trace de matos "va" date de 2001 (sauf erreur, un autre viragiste peut confirmer ou infirmer).
bref c'était pour répondre à jack le black qui disait "aimer" un virage qui ne s'est finalement révélé à lui-même qu'une fois qu'il était mort.
PSG/VA/UA, ça manque...
Je suis pas Parisien mais il manque clairement un deuxième club pro dans Paris ou alentours ( sa banlieue )
Ne serait ce que en Ligue 2 ! ce qui est le cas de Créteil a nouveau il me semble .
Donc je suis en train de me contredire , bref un point de chute pour ce vivier bien exploiter par ailleurs par pas mal de club de National , L2 voir L1 .

C'est meme sans doute un cas unique pour une ville de cette taille d'y avoir autant peu de clubs de haut niveau !
* Unique en Europe , petit oubli concernant cette précision .
Surcouf13 Niveau : DHR
Message posté par El Xeneize
Je suis pas Parisien mais il manque clairement un deuxième club pro dans Paris ou alentours ( sa banlieue )
Ne serait ce que en Ligue 2 ! ce qui est le cas de Créteil a nouveau il me semble .
Donc je suis en train de me contredire , bref un point de chute pour ce vivier bien exploiter par ailleurs par pas mal de club de National , L2 voir L1 .

C'est meme sans doute un cas unique pour une ville de cette taille d'y avoir autant peu de clubs de haut niveau !


Et Berlin ?
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
De la daube ses t-shirts.
Südkurve28 Niveau : CFA
Y'a environ 10 million de personnes de moins à Berlin. Cela dit la ville compte deux clubs moyens certes, mais professionnels tout de même (le Hertha et Union).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
69 30